Navigation – Plan du site
Voyageuses et histoire(s) Partie 1/2

Voyageuses occidentales et impérialisme : l’Orient à la croisée des représentations (XIXe siècle)

Isabelle Ernot

Résumés

Cet article s’appuie sur une dizaine de récits de voyages, effectués par des Françaises dans les régions arabo-musulmanes durant la seconde moitié du XIXe siècle. Ils constituent un matériau permettant d’articuler étude sur le genre et l’impérialisme. Le propos concerne particulièrement le rôle des Occidentales dans la construction d’un discours qui accompagne la colonisation et participe de la définition des hiérarchies sociales et/ou raciales. L’analyse comporte deux versants : le premier s’intéresse aux éléments mobilisés dans la production d’une représentation de la femme arabo-musulmane, figure de l’assujettissement et contre-modèle de l’Occidentale ; le second fait retour sur les locutrices elles-mêmes et questionne l’origine de leurs représentations.

Haut de page

Texte intégral

Ne lis jamais mes lettres avec l’intention d’y apprendre la moindre chose certaine sur les objets extérieurs. Je vois tout au travers des impressions personnelles. Le voyage n’est pour moi qu’un cours de psychologie et de physiologie dont je suis le sujet […].

George Sand1

1Fondé sur une dizaine de récits de voyages publiés pour l’essentiel dans la seconde moitié du XIXe siècle et rédigés principalement par des Françaises ayant pérégriné dans les régions arabo-musulmanes, cet article articule les études sur le genre, l’impérialisme et la colonisation2. Fréquente depuis les années 1980 dans la recherche historique anglo-américaine, ce type d'analyse croisée est plus récent en France où le champ littéraire fut précurseur3. Renée Champion a ainsi mis au jour et étudié une cinquantaine de récits de voyageuses francophones4. Mon propos n'a pas pour objet le récit de voyage ou les éventuelles stratégies d'écriture, pas plus le personnage de la grande voyageuse-aventurière mais le rôle des Occidentales dans la construction d’un discours qui accompagne la colonisation, et participe de la définition des hiérarchies sociales et/ou raciales5. Ce rôle est appréhendé à travers leurs représentations de l’Autre6. Les récits de voyages – compris dans un sens large, du déplacement de quelques semaines au séjour de longue durée – sont ici des vecteurs pour appréhender la relation entre le sexe et le genre d’un côté, et l’impérialisme et le colonialisme, de l’autre, relation que l’on peut appréhender à travers une pluralité de thèmes – le mariage, la sexualité, le corps, le vêtement, le foyer domestique, le travail, etc. – abordés par les voyageuses, et qui faisaient alors débat en France. Ces sujets qui ont été développés par les agents masculins de la colonisation – militaires, administrateurs, politiques, intellectuels – sont questionnés ici dans leur versant féminin.

2Après la présentation initiale des voyageuses, la construction d’une représentation de l’assujettissement féminin, à la croisée de l’impérialisme et du féminisme, est abordée. Celle-ci est ensuite questionnée depuis la perspective occidentale selon plusieurs approches : celle de l’histoire des femmes écrite à la même époque, celle de la représentation hiérarchisée des sexes ; et enfin, celle du poids de la culture socio-sexuée portée par les voyageuses.

I. Quelles voyageuses pour quels voyages ?

3Au cours du XIXe siècle, de nombreuses Occidentales ont sillonné les contrées qui s’étendent du Maghreb à l’Iran et aux régions méridionales de la Russie, vaste espace alors diversement marqué par  la dynamique impérialiste et colonialiste ; quelques-unes seulement ont laissé des traces de leurs périples.La prise en compte de données telles que la durée du voyage, la distance parcourue, les conditions dans lesquelles il s'est effectué – seul, en couple ou en groupe – permet d’esquisser une typologie.

1. Brefs voyages officiels en Méditerranée

4Les deux voyages de Lucie Félix-Faure (1866-1913)7 – de quelques semaines chacun – et celui de Louise Colet (1810-1876) – qui dura quelques mois – comptent parmi les plus courts. Ils ont en commun d’avoir été organisés dans des pays riverains de la Méditerranée, dans un cadre collectif, dont elles ont pu temporairement s’émanciper.

5Louise Colet, alors âgée d’une soixantaine d’années, fut chargée par le journal Le Siècle, en novembre 1869, de couvrir l'inauguration du canal de Suez. Elle en profita pour visiter l’Égypte sur les traces de son ancien amant, Gustave Flaubert, qui avait séjourné dans ces mêmes contrées vingt ans auparavant. Son récit de voyage fut publié en feuilleton dans Le Siècle et repris dans Les pays lumineux, publié en 1879, après sa disparition8.

6Lucie Félix-Faure voyagea en terre arabo-musulmane quelques années plus tard, au tournant des années 1880-1890. Ses deux voyages furent effectués dans un cadre officiel9. Dans Une excursion en Afrique, elle fait le récit du premier qui se déroula principalement en Algérie où, en 1888, âgée de 22 ans, elle accompagna son père, alors sous-secrétaire d’État aux colonies10. Le groupe français comprenait plusieurs dizaines de personnes dont trois ministres et des députés, certains accompagnés de leurs épouses11. Lors de son second voyage en 1894, elle accompagna également son père en déplacement officiel. Le titre de son récit énumère les contrées visitées : Méditerranée, l’Égypte, la Terre Sainte, l’Italie12.

2. Curiosité, esprit missionnaire et scientifique : des séjours au long cours

7Trois femmes « célibataires »13 et deux couples effectuèrent des voyages de plusieurs mois à plusieurs années, qui leur permirent une plus grande proximité avec les sociétés autochtones. Tous vécurent une immersion dans une société autre et la possibilité d’un dépaysement profond.

8Suzanne Voilquin (1801-1877) a inséré le récit du voyage qu’elle effectua dans les années 1830 au sein d’un écrit autobiographique publié une trentaine d’années plus tard, Souvenirs d'une fille du peuple14. Dédicacé à sa « fille adoptive et […] nièce chérie » à qui elle s’adresse tout au long de l’ouvrage, le livre évoque d’abord sa jeunesse, sa vie de jeune femme avant son voyage en Égypte, auquel est consacrée la seconde moitié de l’ouvrage. Partie rejoindre ses compagnons saint-simoniens, elle vécut durant deux ans à la fois dans leur proximité tout en étant indépendante. Suzanne Voilquin a pu envisager son voyage comme une « mission apostolique » ; c’est en Égypte en effet, auprès des femmes égyptiennes, qu’elle a découvert sa vocation de sage-femme15.

9Cristina Trivulzio di Belgiojoso (1808-1871), aristocrate italienne, femme de lettres, patriote est certainement la plus connue de ces voyageuses16. En 1848, après l’échec des événements révolutionnaires auxquels elle avait participé, elle partit, accompagnée de sa fille, en Asie Mineure où elle séjourna de 1850 à 1855. En Turquie, elle acheta un domaine dans la vallée de Ciaq-Maq-Oglou17. « C’est de cette vallée que je suis partie pour entrer dans la vie nomade »18 écrit-elle. Après plusieurs années en Turquie, elle partit vers Jérusalem accompagnée d’une escorte, et traversa la Syrie et la Palestine entre janvier et décembre 1852. Son récit, Asie mineure et Syrie. Souvenirs de voyage, parut en 1858.

10Se retournant vers son passé, Olympe Audouard (1842-1890) écrivait en 1884 dans Voyage dans mes souvenirs: « Ma vie eut deux parties bien distinctes : l’une terne, douloureuse, c’est celle qui s’est passée en France ; l’autre ensoleillée, gaie, celle que j’ai passée à voyager »19. Femme de lettres, journaliste, historienne et féministe engagée, elle fut également une grande voyageuse :

« J’ai voyagé beaucoup : j’ai parcouru l’Égypte, visité l’oasis d’Ammon ; j’ai séjourné en Syrie, en Palestine, en Turquie, en Russie. Je connais l’Allemagne, la Pologne ; j’ai été étudier l’Amérique en Amérique. J’ai passé un mois à Salt-Lake-City, chez les Mormons. Dans tous ces voyages il m’est arrivé des aventures, les unes dramatiques, les autres amusantes. J’ai vu des choses curieuses, j’ai connu des personnages célèbres à divers titres »20 .

11Trois de ses relations de voyages concernent les pays arabo-musulmans : Les mystères du Sérail et des Harems turcs (1863), Les mystères de l’Égypte dévoilés (1865), L’Orient et ses peuplades (1867), publiées peu après les voyages en question21.

12Deux couples, les Ujfalvy et les Dieulafoy séjournèrent à plusieurs reprises quelques mois au Moyen-Orient et en Asie centrale. Les deux épouses publièrent leurs récits dans la revue Le Tour du Monde22. Avec ces couples, on aborde le domaine des missions scientifiques. Marie d’Ujfalvy-Bourdon (1845- ?) accompagna dans différentes missions, en Asie principalement, son mari Charles-Eugène d’Ujfalvy (1842-1904)23, un Hongrois venu en France dans les années 1860. Ethnologue et linguiste, spécialiste des langues finnoises et asiatiques, il fut notamment professeur d'histoire et de géographie de l'Asie centrale à l'École des langues orientales. En 1876, il fut chargé par le ministère de l'Instruction publique d'une mission scientifique en Russie, en Sibérie et dans le Turkestan. Dans De Paris à Samarcande : Impressions d’une voyageuse parisienne, Marie d’Ujfalvy-Bourdon relate ce périple entre Saint-Pétersbourg et Samarkand, d’août 1876 à la fin de l’année 187724. M. d’Ujfalvy devait recueillir des vêtements, des objets d’art et effectuer des mensurations des populations. Pour celles des femmes, la présence de son épouse fut essentielle. Le couple fit d’autres voyages : en décembre 1880-début 1881, dans la région de Tachkent et de la Mer d’Aral ; en avril 1881, en Égypte puis, en juin de la même année,  dans l’Himalaya, au Cachemire et au Tibet. À l’invitation de sociétés de géographie, Marie d’Ujfalvy-Bourdon tint des conférences sur ses voyages.

13Dans des contrées peu éloignées et pratiquement à la même époque, évoluait le couple d’archéologues Jane (1851-1916) et Marcel Dieulafoy (1844-1920), passionnés par la Perse et par la ville de Suse en particulier25. Leur premier séjour persan dura 14 mois. Ils parcoururent 5829 km à cheval, en 140 étapes. C’est par la Grèce et la Turquie qu’ils se rendirent à Erevan en Arménie d’où ils se dirigèrent vers l’Iran qu’ils traversèrent du Nord au Sud. Ils remontèrent ensuite par le Golfe persique jusqu’à l’embouchure du Tigre et de l’Euphrate. Ils y reviendront au cours d’un second voyage en 1884-1885. Les deux voyages furent racontés par Jane dans Le Tour du Monde – c’est au premier que l’on s’intéresse ici, La Perse, la Chaldée et la Susiane26.

3. Le fonctionnariat colonial

14Dans des contextes très différents, les épouses de fonctionnaires coloniaux séjournèrent plusieurs années dans les pays d’affectation de leur mari. Pauline de Noirfontaine se décrit comme une « déportée volontaire » en Algérie pendant trois ans. Son ouvrage, Algérie. Un regard écrit, est composé de six lettres adressées à des connaissances en France, datées de juillet 1849 à mai 1851, toutes rédigées à Oran27. Vivant au sein de la société coloniale, elle a néanmoins été en contact avec des Algériens qui lui ont permis d’approcher leur société. Elle a pu ainsi découvrir des familles, des intérieurs, assister à des mariages. À la différence des autres femmes citées ici, elle a subi ce séjour, se plaignant de l’ennui et vivant difficilement la tension entre le racisme des Occidentaux et l’hostilité des autochtones. La haine qu’elle percevait chez ces derniers la persuada du caractère vain de la colonisation.

15Très différente est, de ce point de vue, la position d’Anne-Caroline Voisins d’Ambre(1827-ap.1892), qui vécut vingt-six années en Algérie, entre 1842 et 186828. Elle y arriva à l’âge de quinze ans pour se marier à Joseph-Valentin Voisins d’Ambre (1805-1890) qui, après avoir participé à la conquête armée, entama une carrière de fonctionnaire (1841). Au gré des affectations de son mari, Mme Voisins d’Ambre séjourna successivement dans l’arrière-pays algérois puis à La Calle, petite ville sur le littoral oriental, entre Bône (Annaba) et la frontière tunisienne, enfin dans l’ouest, à Oran et à Mascara. Pendant près d’un quart de siècle, elle vécut intensément sa présence en Algérie. Ses récits, rédigés après les faits alors qu’elle avait quitté le pays, la révèlent très attentive au devenir de la colonie. C’est aux Excursions d’une Française dans la régence de Tunis (1884), qui concerne la période de La Calle, que l’on s’intéresse ici29.

16Hubertine Auclert (1848-1914), figure du féminisme français au tournant des XIXe et XXe siècles, séjourna en Algérie aux côtés de son époux, Antonin Levrier, employé comme juge de paix30. L’aventure dura de 1888 à 1892, interrompue par le décès de ce dernier. Elle publia Les femmes arabes en Algérie en 190031. Durant son séjour, elle n’a pas seulement observé les relations socio-sexuées, elle a poursuivi son engagement : ses pétitions à la Chambre des Députés demandent l’abolition de la polygamie et le développement de l’enseignement des filles et, d’une manière générale, l’amélioration de la condition féminine. Sans la remettre en cause, elle fut très critique vis-à-vis de la colonisation.

17L’ensemble de ces récits de voyage permettent de questionner la relation entre le féminisme occidental et l’impérialisme. Plusieurs des femmes concernées eurent un engagement féministe – formel ou informel – préexistant au voyage et que ce dernier souvent renforça. Si Hubertine Auclert est la seule à consacrer un ouvrage spécifique aux femmes, le sujet ne cesse toutefois de revenir sous la plume de toutes, les révélant dans une situation d’observatrices-enquêtrices32. L’approche permet ici de mettre en évidence le poids et le rôle joués par les représentations dans la dynamique impérialiste et colonialiste.

II. Entre féminisme et impérialisme : la construction d’une figure de l’assujettissement

18Les récits féminins ont ceci de spécifique qu’ils s’intéressent tout particulièrement aux femmes autochtones. La plupart convergent pour produire une représentation de la femme arabo-musulmane figure immuable de l’assujettissement et contre-modèle de l’Occidentale. Féminisme et impérialisme opèrent une rencontre autour de celle qui est indubitablement perçue comme une éternelle opprimée. Suzanne Voilquin esquisse ainsi un lien entre la condition jugée inférieure des femmes arabo-musulmanes et une nécessaire évolution de leur situation. La description met en avant la notion d’individu et d’affirmation de soi, dont les « Orientales » seraient privées :

« Une particularité chez la femme arabe, c’est l’uniformité physique et morale qui n’en fait qu’un seul type. Si j’étais riche, je mettrais ce fait au concours ; en attendant, je le livre aux investigations des savants, si toutefois le hasard place ces humbles pages sous les yeux d’un de ces honorables.

L’existence de ces femmes n’a pas de variété, de mouvement ; aussi, chez toutes, l’expression du visage est la même ; le type par conséquent reste uniforme ; elles n’ont de libre que le regard. Voyez leurs yeux ; ils sont beaux, expressifs, remplis d’une langueur provocante. Quant à leurs traits toujours voilés, se trouvant sans emploi sans la vie de relation, ils restent mornes et sans expression !... Ô philosophes, cela ne veut-il pas dire : affranchissez notre sexe, afin de voir toutes ces femmes s’épanouir au soleil de la liberté dans la diversité de leur nature.

[…]  En attendant que l’Orient, qui maintenant porte ses regards vers la France, ose toucher à cette question fondamentale, la gaité loquace de ces femmes nous ramène aux bords du Nil »33.

19Au contact d’une réalité que ces voyageuses occidentales ont généralement interprétée en fonction de critères qui étaient les leurs, l’action impérialiste est pensée, implicitement ou explicitement, comme un levier pour faire évoluer des sociétés jugées « en retard ». D’emblée, il faut signaler l’articulation en apparence contradictoire entre un projet féministe, émancipateur par nature, et un projet impérialiste, fondamentalement dominateur.

20Plusieurs thématiques interviennent séparément ou conjointement dans la construction de cette figure féminine de l’assujettissement.

1. Le mariage

21La question du mariage – particulièrement les noces et la polygamie – alimente la vision occidentale d’une relation socio-sexuée profondément hiérarchique. Parmi les sujets abordés, celui de la défloration de la mariée a particulièrement intéressé Olympe Audouard dont certaines évocations nourrissent un imaginaire que l’on peut qualifier de sadique et qui repose sur l’opposition classique entre barbares et civilisés. Peut-être a-t-elle cherché à faire sensation auprès de son lectorat européen ? Après avoir souligné combien les Bédouins furent charmants avec elle, elle ajoute :

« Maintenant, l’amour de la vérité me force à convenir que ces Bédouins si hospitaliers, si galants, sont malgré cela parfois pas mal barbares ; ils ont leur genre de barbarie. […]

Vous savez cette fameuse ceinture qui se trouve à l’hôtel de Cluny, que les Croisés avaient inventée. Je ne sais le nom qu’on lui donnait, mais en tout cas on ne pouvait pas l’appeler ceinture de confiance, car la plus atroce défiance l’avait fabriquée. Les Bédouins en font une pareille à leurs jeunes filles. Je dis ils font, car une aiguille et du fil leur suffit pour la faire. La veille du mariage, on la coupe. Cette opération est horriblement douloureuse et d’une barbarie sans pareille »34.

22Après avoir décrit le mariage des fellahs comme le résultat d’un marchandage, elle écrit :

« Vers les dix heures, la mariée rentre avec toutes les femmes invitées et parentes des deux familles dans un appartement. Là on la couche sur une table ; deux femmes la tiennent… Le mari s’arme d’une clef, ou d’un morceau de bois, et il fait ainsi une certaine opération… difficile à vous nommer… Opération qui fait qu’on ne saurait plus donner après à la jeune femme le surnom donné à Jeanne d’Arc.

Se marier vierge est pour elle un point d’honneur ; du reste, elles savent bien que, si elles ne l’étaient pas, le mari et leur parents les tueraient…»35.

23Ces discours servent de support à l’idée d’une domination sexuelle voire d’une barbarie masculine. La pratique de la polygamie est également exploitée pour construire la figure d’un homme dominateur, consommateur de femmes. Hubertine Auclert la dénonce tout particulièrement :

« La polygamie qui force les femmes condamnées à la subir, à faire journellement intervenir le fer et le poison pour se débarrasser d’une rivale, engendre chez les hommes la pédérastie. […]

Posséder un grand nombre d’épouses rend son opulence indiscutable ; aussi, il se ruine en femmes, comme les Européens en chevaux. […] Ce renouvellement de son personnel féminin est son plus grand divertissement »36.

24Hubertine Auclert précise que la polygamie « hâte la décrépitude physique » et « amène la dégénérescence intellectuelle »37. Elle milita pour que la métropole l’interdît. Presque cinquante ans avant, Pauline de Noirfontaine considère qu’il s’agit d’une « institution affreuse ». C’est ce qu’elle entendait signifier au mufti d’Oran, avec lequel elle appréciait de s’entretenir. Mais elle avoue n’avoir rien pu rétorquer à ce dernier après qu’il eut renvoyé les Européens à leurs mœurs et à leur hypocrisie :

« […] j’en reviens à mon entretien avec le muphti […] savez-vous ce qu’il m’a répondu ? Que ces institutions étaient aussi bien dans nos mœurs que dans les leurs, sinon de droit du moins de fait […] croyez-vous, par hasard, continua-t-il en caressant sa barbe […] que les amourettes, les liaisons clandestines et autres que les hommes de toutes les classes se permettent en France, ne sont pas des licences pires que celles qu’on reproche aux musulmans ? »38.

2. Enfermement et esclavage

25Thématique centrale du discours sur les « Orientales », l’enfermement supposé des femmes est souvent abordé dans le cadre du discours sur le « harem »39. Les femmes sont évoquées comme « de pauvres recluses » aux « existences ternes et monotones » (Suzanne Voilquin) et l’espace domestique comme une prison ; Lucie Félix-Faure parle d’un cloître40. À propos de Manoubia, une petite fille de cinq ans, elle écrit :

« Manoubia ! Ne dirait-on pas un nom de fleur ? En la regardant, je songeais à la vie monotone et renfermée qui dégrade tant les musulmanes : une existence dans ces murailles épaisses, avec des friandises et des parures comme distractions uniques. À quoi bon la plaindre, puisqu’elle ignorera ce dont elle sera privée ? Être heureux ou se croire heureux, c’est bien la même chose…»41.

26La condition des femmes musulmanes est traitée comme l’antithèse de celle des voyageuses, libres de leur déplacement. Jane Dieulafoy interprète la mort de deux Occidentales en Iran comme une conséquence de leur absence de liberté : contraintes d’adopter la tenue des femmes du pays tant la pression sociale était forte, elles finirent par ne plus sortir de chez elles et se laissèrent mourir42.

27La femme-esclave, variation de la figure de l’opprimée, est aussi traitée en relation avec la thématique du travail, domestique ou agricole. Pauline de Noirfontaine sans doute sensibilisée à la question de l’abolition de l’esclavage dans les années 1840, décrit des Bédouines harassées de travail et réduites en esclavage par leurs époux43.

« Figurez-vous des natures frêles et incomplètes, ces créatures chétives et languissantes, dont on a gaspillé la beauté et la fraîcheur, pour en faire des bêtes de somme et des matrones de quinze ans ; mariées avant d’avoir atteint leur entier développement, et condamnées aux travaux les plus rudes, elles sont fanées, flétries avant l’âge et offrent l’aspect de la vieillesse et de la décrépitude, à l’époque où les femmes européennes sont dans tout l’éclat de la jeunesse et de la beauté.

« […] Ce sont elles qui sont chargées du soin des bestiaux, qui préparent les aliments de toute la famille, plantent, enlèvent les tentes et transportent le butin quand la tribu change d’emplacement ; mais ce qui les fatigue et les brise par-dessus tout, c’est l’obligation de moudre le grain dans une espèce de moulin à bras qu’elles tournent au péril de leur vie, tandis que les hommes sont tranquillement assis sur leurs talons, jetant au vent la bouffée de tabac qui sort de leur pipe, en se livrant au charme de la paresse et au doux plaisir de ne penser à rien.

[…] Au résumé la bédouine est l’animal domestique du Koran, l’idéal de la femme sacrifiée à la plus grossière réalité… l’être social à son dernier échelon, et depuis que la misérable condition de ces pauvres filles du désert m’est apparue en relief, j’aimerais mieux naître chien de chasse, cheval de poste ou âne de Montmorency, que bédouine sous une tente quelconque »44.

28Ce tableau d’un noir absolu dessine la figure de la femme-esclave au service d’un homme-maître. Mais, du contexte économique ou encore de la configuration familiale ou tribale, de la possibilité d’un accord contractuel entre hommes et femmes, de la dimension sentimentale, l’auteure ne tient pas compte.

3. Vêtements féminins

29Si les discours sur les vêtements féminins constituent quelquefois un prolongement de ceux sur l’enfermement, c’est avant tout la question de l’esthétisme qui a préoccupé les voyageuses. Plusieurs d’entre elles comparent les femmes à des « paquets » (Mme Voisins d’Ambre, Cristina di Belgiojoso, Jane Dieulafoy). Lucie Félix-Faure évoque des « fellahines enveloppées de noir, le voile ne leur découvrant que les yeux séparés par une sorte de bobine, soit en bois, soit en or, qui cache le milieu du front et la naissance du nez »45.  Lorsqu’elle est en Terre sainte, elle observe :

« Dehors se promènent des femmes enveloppées de l’ « isar », sorte de long voile en étoffe de soie blanche qui laisse le visage découvert. Les Musulmanes portent aussi l’isar et se cachent la figure par d’épaisses mousselines à fond noir et à fleurs multicolores ; les yeux eux-mêmes sont invisibles, et l’étoffe tendue fait vaguement saillir la forme du nez. Cela devient une espèce de masque horrible »46.

30Mme Voisins d’Ambre parle d’ « un affreux voile noir, l’adjar, leur enveloppant la tête, le haut du corps, et qu’elles tiennent écarté à l’aide des deux bras tendus horizontalement, à la hauteur de la ceinture, afin de voir juste où elles marchent, ce qui est aussi disgracieux qu’incommode. Ainsi attifées, dans les rues elles ont l’air de véritables paquets »47. Madame d’Ujfalvy, dans le bazar d’un village le long du Syr Daria évoque « le costume lugubre qu’elles [les femmes] portent et semblent enlaidir à plaisir »48. La dimension esthétique est également abordée par Louise Colet :

« Les femmes des harems, assises à califourchon sur ce docile animal [ânes] […], prennent plaisir à parcourir la ville et à se rendre aux bazars pour y faire des emplettes. […]. Accompagnées d’un ou de deux eunuques, elles se dandinent lourdement et grassement sur ces petits ânons élégants et sveltes ; couvertes de leur abbarah en taffetas noir qui les enveloppe comme un domino, le ventre en avant, on dirait de ces gros insectes nommés cafards, enfourchés sur des aiguilles. Le abbarah, entr’ouvert par devant, laisse apercevoir une jupe de soie rose ou jaune. Un fermoir d’or ou d’argent, en forme de tourniquet, relie et fixe à la racine du nez le voile, aussi en taffetas noir, à une petite pièce de même étoffe tendue sur le bas du visage. Elles ne laissent voir que leurs yeux généralement forts beaux ; leurs pieds s’épatent dans de larges babouches jaunes ou rouges ; celles qui marchent à travers les rues ont l’allure d’oies pantelantes dans un bourbier »49.

31Aux textes qui évoqueraient le vêtement féminin comme symbole de sujétion, il faut opposer l’opinion de Cristina di Belgiojoso qui souligne au contraire que ces voiles assurent aux femmes turques l’incognito et une réelle liberté50.

32L’ensemble de ces discours sur la situation des femmes fonde l’idée d’une forte différence entre Occidentales et Orientales. Leur étude invite à faire retour vers leurs locutrices afin d’éclairer la manière dont ils interviennent dans la construction d’une image valorisée de la femme occidentale et, à travers elle, de l’Occident.

III. L’Orient, miroir de l’Occident

33La question du sujet féminin est première au sein de cette « écriture gynocentrique »51. Par un jeu de miroirs, les discours tenus par les voyageuses sur les femmes des régions arabo-musulmanes sont saisis ici comme autant de discours sur soi. Entre deux mondes, elles ont incontestablement vécu une expérience singulière, un éloignement et une libération par rapport à leur culture genrée sans toutefois jamais la mettre réellement à distance.

1. Un raisonnement par analogie

34Un détour par le champ historique et les conceptions de l’histoire qui irriguent certains écrits féminins de l’époque montre que les représentations des récits de voyages s’alimentent à un fonds de stéréotypes sur la civilisation arabo-musulmane et sont, en quelque sorte, indépendantes des voyages eux-mêmes52. Les analogies concernent surtout des représentations de l’histoire des femmes dans l’Antiquité.

35Quelques ouvrages évoquent une relation socio-sexuée initiale profondément hiérarchique, conçue comme une sorte de substrat commun à toute l’humanité et qui aurait accompagné le développement des premières sociétés. L’émergence du christianisme aurait bousculé cette situation inégalitaire et déterminé des évolutions historiques dissemblables entre l’Orient et l’Occident. La comtesse Drohojowska (1822-1893) écrit en 1850 dans Les femmes illustres de France :

« Une noble vie, une sainte carrière s’est ouverte et remplace pour la femme cette vie de servage et de matérialisme qui a été jusqu’à ce jour son partage. Quel chrétien oserait se souvenir même de cette question étrange que l’Antiquité avait posée et que l’Orient a résolue négativement : “ La femme est-elle de même nature que l’homme ? Comme lui, a-t’elle une âme ? »53.

36Quelques pages plus loin, elle évoque, sans la nommer, la diffusion d’une nouvelle religion – l’islam – alors que le christianisme s’imposait en Europe :

« […]  au même moment, où son ascendant et son influence viennent de changer la face de l’Europe, au moment où la reconnaissance et l’admiration qu’elle inspire va se transformer en une sorte de culte, au moment où l’homme, ne pouvant plus séparer sa compagne de la pensée de Dieu même […] voici que dans ce vieil Orient, berceau de toute civilisation, vient d’apparaître un peuple et une religion qui va ériger en droit et en pratique la servitude absolue des femmes ; les destinant, chez le riche, à satisfaire les caprices et les plaisirs du maître ; chez le pauvre, aux travaux les plus rudes et les plus pénibles de la vie ; chez tous, à la dépendance la plus complète, à une réclusion éternelle ; leur refusant non seulement les plaisirs de la sociabilité, mais encore toutes les jouissances morales de l’esprit et de la religion, les déclarant incapables et indignes de participer aux cérémonies du culte, aux consolations des pratiques religieuses et aux sublimes espérances de la vie future ! »54.

37La mobilisation du genre par la pensée impérialiste produit la représentation d’une condition immuable des femmes en Orient alors qu’une lente évolution séculaire aurait marquée celle des femmes d’Occident. Cette représentation aboutit à assimiler l’Orient contemporain à l’Orient antique et produit l’idée d’une absence d’évolution historique globale.

38Une autre femme de lettres, historienne, Clarisse Bader (1840-1902), évoque dans La Femme biblique, sa vie morale et sociale, sa participation au développement de l’idée religieuse,la condition des femmes au Moyen-Orient au sein des différentes religions pour en déduire la supériorité de la civilisation chrétienne :

« […]  de Sara, de la royale maîtresse de la tente, descendra le Christ (qui) rendra à la femme sa dignité. D’Agar, de l’esclave, descendra le prophète de l’Islam, qui enlèvera à la femme cette liberté dont seul l’exercice imprime à un être humain sa valeur morale »55.

« Des temps les plus reculés de la vie sémitique nous arrivons à la limite des beaux jours de l’Arabie. L’islam approche et va enlever à la femme jusqu’au sentiment de son individualité »56.

39Cette représentation est également présente chez Olympe Audouard, voyageuse mais aussi historienne des femmes. Son ouvrage, Gynécologie, La femme depuis six mille ans, paru en 1873, retrace l’histoire des femmes entre la Haute Antiquité et les premiers siècles de l’ère chrétienne. Rédigé après ses voyages, il peut être porteur de leur influence57. Elle ne précise pas de quel empire antique il s’agit :

« Dans ce long et puissant empire, comme on l’a vu, la femme était bien loin d’être traitée avec ce mépris que les Orientaux de la décadence lui témoignent aujourd’hui ; ces hommes sentant leur infériorité, semblent vouloir reprocher au féminin la procréation d’êtres comme eux ! »58.

2. Expériences identitaires : hiérarchies mouvantes

40La figure de l’assujettie intervient également dans la recomposition d’une hiérarchie socio-sexuée au profit des Occidentales. Certaines voyageuses dessinent une nouvelle « frontière » qui passe moins entre les hommes et les femmes qu’à l’intérieur du groupe des femmes. Mme d’Ujfalvy parle des « recluses » et de l’impossibilité de trouver sa place au sein de cette société féminine :

« Sur la demande, le maître me conduisit près de ses femmes, pour lesquelles je fus plutôt un objet de curiosité qu’elles ne le furent pour moi, car, à part quelques détails, je me trouvais toujours en face du même spectacle. Pour ces pauvres créatures, ni joie, ni distraction. Quelquefois la visite d’une de leurs voisines ou amies et c’est tout. Elles habitent généralement une arrière-cour ; c’est là qu’elles accomplissent leurs travaux insipides et monotones. Elles sont seules toute la journée avec leurs enfants, poursuivant tranquillement et avec lenteur leur tâche quotidienne. […] Remplis de tristesse pour ces sœurs déshéritées, je revins près de ces messieurs, comparant ma vie à la leur et, comme le publicain, rendant grâce à Dieu de n’être pas mahométane. Pour comble de satisfaction, je goûtai d’un pilao qu’on venait de servir pour terminer le repas »59.

41Autre témoignage de la primauté de la « race » sur le sexe, le récit que fait Cristina di Belgiojoso de sa rencontre avec un muphti âgé et ses épouses. Elle loue son hôte de lui éviter de dormir dans le harem, refusant d’être assimilée aux femmes qui y vivent :

« Le brave homme comprit que si une longue habitude n’avait pu le réconcilier avec les inconvénients du harem, ce devait être encore bien pis pour moi, nouvellement débarquée de cette terre d’enchantements et de raffinement qu’on nomme ici le Franguistan. Aussi me déclara t-il tout d’abord qu’il ne me relèguerait pas dans ce lieu de ténèbres et de confusion, infect et enfumé, qu’on nomme le harem, et qu’il me cédait son propre appartement. J’acceptai avec reconnaissance. Quant à lui, il s’installa dans son salon d’été. Quoique nous fussions à la fin de janvier et que la neige couvrît la ville et la campagne, il préférait sa fontaine gelée, son pavé humide et ses courants d’air à la chaude, mais immonde atmosphère du harem »60.

42D’une manière générale, les voyageuses déplacent l’altérité vers les femmes autochtones tandis qu’elles s’assimilent au groupe masculin. Elles ont incontestablement expérimenté des relations plus égalitaires avec les hommes des contrées visitées. Cristina di Belgiojoso évoque son « escorte de cavaliers » lorsqu’elle entreprend son voyage de Turquie vers la Palestine61. Mme Voisins d’Ambres se décrit dans une situation similaire lors d’un périple improvisé dans l’arrière-pays tunisien, accompagnée uniquement par un groupe d’hommes autochtones62. Olympe Audouard a entretenu des relations de camaraderie avec des hommes brutaux et dominateurs. Le voyage fait expérimenter une position valorisée au sein des relations socio-sexuées et permet aux Occidentales de se défaire de la domination subie dans leur propre société. Cependant, de la prégnance du facteur « hiérarchique » dans leur appréhension des relations socio-sexuées dans les sociétés qu’elles rencontrent, on peut inférer son importance dans leur propre vécu.

3. Le poids des cultures socio-sexuées

43Le décentrement du regard sur soi s’avère difficile dans le contexte impérialiste et particulièrement lorsqu’il s’agit du sexe et du genre. En témoigne la difficulté des voyageuses à prendre en considération les questionnements de leurs hôtesses et de leurs hôtes sur leur propre société occidentale. On les voit bloquer l’échange d’une manière souvent condescendante. Ce que les autochtones ont pu percevoir des relations socio-sexuées en Europe dut souvent être un sujet d’étonnement voire d’incompréhension. La forme humoristique choisie par Jane Dieulafoy pour rapporter un dialogue entre deux Iraniennes alors qu’elle s’apprête à les photographier, n’est pas anodine :

« Pendant ces préparatifs, les deux amies causent à voix basse, et moi, la tête cachée sous les voiles noirs, je ne perds pas un mot de leur entretien.

- Dans le Faranguistan [Europe], dit la femme du gouverneur à l’épouse de l’imam Djouma […] les femmes sont bien moins heureuses que chez nous : les hommes les obligent à travailler. Celle-ci [Jane Dieulafoy] est ackaz bachy (photographe en chef), d’autres sont mirzas (écrivains) ou moallem (savants) ; quelques-unes mêmes, comme la fille du chah des Orous (Tsar), ont obtenu le grade de général et font manœuvrer des armées.

- Tu te ris de mon ignorance, répond l’autre avec un air de doute.

- Allamdalla ! je t’ai dit la vérité, amie chérie. Non seulement dans le Faranguistan il y a des femmes qui commandent des régiments, mais il y en a même une qui est chah. Interroge khanoum [la femme] ackaz bachy, elle te dira que cette princesse a un elchi (ambassadeur) à Téhéran. […]

La femme de l’imam Djouma est tenace et désire s’instruire.

- La khanoum Chah a-t-elle plusieurs maris enfermés dans son andéroun [harem] ? demande-t-elle  après quelques minutes de profonde réflexion.

Ici je juge opportun de dégager ma tête des voiles sous lesquels j’étouffe. Il est temps d’intervenir pour assurer que la reine d’Angleterre est imberbe d’abord, n’a eu qu’un seul époux ensuite, et que dans sa vie privée elle a toujours donné l’exemple de toutes les vertus domestiques »63.

44D’une manière générale, au contact de nouvelles réalités, se lit la difficulté des voyageuses à comprendre et accepter l’organisation genrée de l’autre culture. Les contradictions qu’elles relèvent, révèlent leur gêne devant un agencement différent entre sexe et genre et leur difficulté à s’émanciper de leur propre culture, ce qui peut même se traduire par un retournement conservateur. Au cœur des tensions : le corps, nu ou habillé, à la frontière entre les espaces public et privé.

45Dans le domaine vestimentaire – envisagé cette fois du côté des Occidentales – les voyageuses ont sans doute expérimenté une vraie libération. Si le regard réprobateur des musulmans et des musulmanes sur le visage découvert des Occidentales a pu exister, il fut sans doute marginal64. Olympe Audouard, présente en Égypte dans les années 1860, précise que quelques années avant son voyage, les étrangères se voilaient mais que l’usage se serait perdu depuis. Passant la frontière des genres, certaines se sont habillées avec des vêtements inspirés des garde-robes masculines occidentales65. Dans la première moitié du siècle, les saint-simoniennes avaient été précurseures en France. Suzanne Voilquin poursuivit l’expérience en Égypte. C’est aussi le cas de Mme d’Ujfalvy qui trouva un compromis, avec une tenue féminine pratique empruntant au costume masculin occidental. Jane Dieulafoy avait commencé à s’habiller en homme avant son voyage.

Le Tour du Monde, 1883, 2e semestre, p.393

Le Tour du Monde, 1883, 2e semestre, p. 137

46Plus rarement, des femmes, à l’image d’Isabelle Eberhart, s’habillent avec des vêtements masculins orientaux66. La libération par le vêtement dura le temps du voyage. À son retour en France, Olympe Audouard se sentit « mal à l'aise au milieu de cette civilisation » et ressentit de la difficulté à se rhabiller à la mode occidentale. Abandonnant sa tenue légère du désert, elle dut commencer par s’« entourer de trente-deux cerceaux d'acier » et certainement renouer avec le corset, ignoré de l’Orient67.

47Les discours des voyageuses sur la pudeur et l’impudeur révèlent surtout leur propre soumission à une culture occidentale somme toute peu égalitaire. Plusieurs évoquent « l’impudeur orientale » et s’en disent choquées. Olympe Audouard écrit :

« Lorsqu’on arrive en Égypte, une des choses qui choque le plus, c’est l’absence de tout costume que l’on rencontre à chaque instant, l’été surtout… D’abord, partout où il y a une rigole d’eau, vous voyez des hommes se baigner, puis se sécher au soleil à l’état d’Adam dans son premier costume, celui que lui avait donné le Créateur divin. À quelque distance d’eux, vous voyez des femmes dans le même costume sans façon ; si des hommes s’approchent, bien vite elles se voilent la figure. Pour le reste du corps, on peut le voir, cela leur est indifférent »68.

« En parcourant surtout l’intérieur de l’Égypte, les yeux sont choqués d’une étrange façon… La fellahine a sa chemise faite de manière à montrer sa gorge, et bien au-dessous de sa taille… ; mais peu lui importe… Si elle est jeune, elle cache son visage : ça lui suffit à elle, et aussi à son mari »69.

48Suzanne Voilquin raconte à sa nièce une étrange scène de dévotion à laquelle elle a assisté.

« […] la coutume que je vais essayer de te décrire […]  c’est le curieux respect des musulmans pour les santons, espèce de fous dont tous et toutes font des saints. La manière dont ces femmes traduisent ce respect renversa toutes mes idées la première fois que j’en fus témoin.  

Toutes ambitionnent un regard, un mot, une faveur de ces êtres dégradés. Ces femmes croient par cela même être agréables à Dieu et participer à la sainteté du santon. J’ignore si le dégoût n’apporte pas une limite à leur dévotion ; mais je puis affirmer que la jalousie bien connue des Orientaux n’oppose aucun obstacle à ce qu’elles l’expriment librement. […]  S’il cesse de parler et retombe dans sa lourde atonie, alors ces femmes, dans un accès de dévotion, réveillent les sens de ce santon par des caresses publiques données avec un cynisme calme et religieux ».

Ce fait me fit crier au scandale la première fois que, m’arrêtant devant ce groupe, je vis ce révoltant spectacle. O pudeur ! Me disais-je, en voyant l’air placide de ces femmes, n’existes-tu pour notre sexe que comme l’écho d’un autre milieu ? […] Ce tableau qui blesse mes regards est-il sublime d’abnégation, de religiosité, ou n’est-ce qu’une action indifférente de plus dans la vie matérialisée de ces femmes ?

Mais bientôt, la béatitude instinctive de l’idiot me repoussait avec dégoût, et je m’enfuyais loin de ce contact, chassant jusqu’aux réflexions insolubles que cet incident avaient soulevées dans ma pensée »70.

49Le nu et la dimension charnelle dérangent au plus haut point les Occidentales – du moins l’expriment-elles. C’est encore Suzanne Voilquin qui dit avoir ressenti, devant un spectacle donné par des almées, une « répulsion pour toute cette impudeur dramatisée. Cette exubérance de passion charnelle […] »71. Les Occidentales ne parviennent pas à comprendre la contradiction entre le voile et l’affleurement de la nudité. Les corps sont l’objet de toute leur attention comme le suggère ce texte de Jane Dieulafoy sur un intérieur babi (région entre Erevan et Téhéran)72.

« […] je ne perds pas de vue la jolie fille chargée de présider à la confection du pilau de famille. Ses traits largement modelés sont animés par des yeux noirs démesurément agrandis par une teinte bistre qui entoure les paupières et accentue les sourcils. Sa tête est enveloppée d’un léger voile de laine rouge dont la couleur intense fait ressortir les tons bronzés de la peau du visage. Deux grosses mèches brunes s’échappent sur les tempes, tandis que la masse des cheveux nattés est rejetée sur le dos ; autour du cou s’enroule un collier formé de plaques de cornaline mêlées à des morceaux d’ambre jaune d’une beauté parfaite. La déesse du pilau porte pour tout vêtement une chemisette de gaze rose dont les minces plis dessinent avec fidélité un buste développé qui ne connut jamais la tutelle du corset ; sa petite jupe de cachemire de l’Inde, à palmes, est attachée très bas au-dessous de la chemisette et laisse au moindre mouvement le ventre absolument nu. C’est la toilette d’hiver. J’aurai bien voulu prolonger ma visite pour faire connaissance avec les ajustements d’été, mais malheureusement les heures de voyages sont comptées »73.

50Les Occidentales s’offusquent (mais se délectent aussi) de la liberté de parole des femmes – notamment sur la sexualité. Toutefois, ce qu’elles perçoivent comme des contradictions les déstabilisent :

« Les jeunes filles, pour qui rien n’est caché, et à qui on confie les théories de l’amour dans tous ses développements, me parurent en général fort libres ; la pudeur du langage, la chasteté de l’esprit et du cœur, toute cette poésie de la femme n’existe pas ici. Les femmes de ces chaudes contrées ont jusqu’à présent donné raison à l’Ecclésiaste ; le commencement de leur sagesse, c’est la crainte pour le moment ; ne leur demandez pas d’autres vertus ! »74.

51Heurtées, les voyageuses n’ont finalement d’autre solution que de vanter leur propre culture, à l’image de Suzanne Voilquin. Comparant les femmes d’Orient et d’Occident, elle valorise des « qualités féminines » qui fondent pourtant l’assujettissement des Européennes : « La femme d’Orient, en puissance de maître, est chaste par compression et non par vertu ; mais elle ignore la modestie et la pudeur, ce véritable charme de la femme d’Occident, gracieux et doux prestige qui assure notre dignité et surtout notre place dans le monde ! »75 Olympe Audouard, comparant les jeunes filles d’Orient et d’Occident, évoque « cette innocente chasteté qui fait le charme de la jeune fille en Europe et la pare d’une charmante auréole »76.

52À l’image de ces voyageuses, les Occidentales ayant pérégriné dans les différentes régions en question ont vécu, d’un point de vue personnel, un dépaysement profond dans une société autre. Cependant, ces figures européennes « en déplacement » semblent aussi, bien souvent, être passées à côté des populations rencontrées. Leurs représentations, finalement peu originales, s’alimentent à un fonds de stéréotypes entretenus sur la civilisation arabo-musulmane. L’actualisation de celles-ci dans le contexte impérialiste sert à la fois à construire l’idée de la supériorité occidentale et à justifier la tutelle des populations.

53Les discours de ces femmes accompagnent une période de prise de possession des territoires et montrent l’articulation entre, d’un côté, voyage, impérialisme, et colonialisme et, de l’autre, les questions du sexe et du genre. L’intervention directe des Occidentales dans l’établissement de la domination européenne fut sensible surtout dans les domaines scolaire et médical. Cependant, ces voyageuses à travers leurs écrits témoignent de l’existence d’une opinion féminine qu’elles contribuèrent à influencer. Tout compte fait, le discours civilisateur qui justifia l’entreprise coloniale fut co-produit par les femmes tout autant que par les hommes.

54Ces récits de voyage dessinent et figent, d’une certaine manière, certains traits de l’histoire de la relation de l’Occident à l’aire arabo-musulmane. Mis en perspective, ils questionnent notre présent à travers la permanence des sujets et des représentations : statut de l’individu féminin, liberté des femmes, vêtements et voile. L’autre civilisation est rarement appréhendée dans sa diversité et sa complexité mais, le plus souvent, dans une altérité négative et caricaturale.

Haut de page

Notes

1  George Sand, « Lettres à un voyageur », Revue des Deux Mondes, 1836, tome VIII, 1er octobre 1836, p. 419. Elle s’adressait à Charles Didier alors qu’elle visitait la région de Nantua.

2 Cette approche fut peu abordée par Edward Saïd, L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Seuil, 2004 (1978). Sur la rencontre genre/impérialisme/colonialisme voir : Nupur Chaudhuri, Margaret Strobel (eds), Western Women and Imperialism: Complicity and Résistance, Bloomington, Indiana University Press, 1992 ; Clare Midgley, Gender and Imperialism, Manchester, Manchester University Press, 1998 ; Julia Clancy-Smith, Frances Gouda, eds, Domesticating the Empire: Race, Gender, and Family life in French and Dutch Colonialism, Charlottesville, University Press of Virginia, 1998. Voir également la récente mis au point par Billie Melman, « Orientations historiographiques : voyages, genre et colonisation » in « Voyageuses », Clio HFS, 28, 2008, p.159-184 et Christelle Taraud, La prostitution coloniale : Algérie, Tunisie, Maroc, 1830-1962, Paris, Payot, 2003 ; « Les femmes, le genre et les sexualités dans le Maghreb colonial (1830-1962) », Clio HFS, 33, 2011, p. 157-191

3  Les travaux de Benedicte Monicat ont été pionniers : « Discours féminins sur les harems », Ed. Keith Busby, Correspondances: Studies in Literature, History, and the Arts in Nineteenth-Century France. Amsterdam, Editions Rodopi, 1992, p. 139-147 ;« Pour une bibliographie des récits de voyages au féminin », Romantisme 77.3, 1992, p. 95-100 ; « Problématique de la préface dans les récits de voyages au féminin du XIXe siècle », Nineteenth-Century French Studies, 23/1&2, 1994-1995, p. 59-71 ; Itinéraire de l’écriture au féminin. Voyageuses du XIXe siècle, Amsterdam/Atlanta, Rodopi, 1996. Voir également Sara Mills, Discourses of Difference, An Analysis of Women’s Travel Writing and Colonialism, London/New York, Routledge, 1991 ; Billie Melman, Women’s Orients, English Women in the Middle East, 1718-1918. Sexuality, Religion and Work, Ann Arbour, University of Michigan Press, 1992 ; Sarga Moussa, La Relation orientale. Enquête sur la communication dans les récits de voyage en Orient (1811-1861), Paris, Klincksieck, 1995. Voir le Centre de recherche sur la littérature de voyage (CRLV) et son site Internet, Université Paris IV-Sorbonne.

4  Renée Champion, Représentations des femmes dans les récits de voyageuses d’expression française en Orient au XIXe siècle, (1848-1911), thèse en études littéraires, Université Paris 7-Denis Diderot, 2002; « Aperçu sur les voyageuses d’expression française en Orient au XIXe siècle », Agora, Revue d’études littéraires, 5, (n° spécial, Les Voyageuses, dir. Vassiliki Lalagianni), 2003.

5  Anne Hugon, Histoire des femmes en situation coloniale : Afrique et Asie, XXe siècle, Paris, Karthala, 2004 ; Rebecca Rogers, « Telling Stories about the Colonies: British and French Women in Algeria in the Nineteenth Century », Gender & History, 21/1, 2009, p. 39-59 ; Pascal Blanchard, Sandrine Lemaire et Nicolas Bancel, dir.), Culture coloniale en France. De la Révolution française à nos jours, Paris, CNRS Éditions-Autrement, 2008 [2003].

6  La notion de représentation renvoie ici aux travaux de Roger Chartier, Au bord de la falaise. L’histoire entre certitudes et inquiétude, Paris, Albin Michel, 1998, en particulier p. 67-86

7  Elle est épouse de Georges Goyau (1869-1939) à partir de 1903.

8  Louise Colet, Les pays lumineux, Paris, E. Dentu, 1879. Au cours de ce voyage, elle visite d’autres pays méditerranéens.

9  Un apostolat littéraire. Lucie Félix-Faure Goyau. Sa vie et ses œuvres (Son journal intime), Jules-Philippe Heuzey, Paris, Librairie académique Perrin et Cie, 1916. J.-Ph. Heuzey (p. 257 et 284-289) éclaire ses relations sociales, on apprend notamment qu’elle a participé au groupe du prix Femina, qu’elle y a côtoyé Jane Dieulafoy ; que Madeleine de Saint-René Taillandier, femme de lettres, historienne, épouse de diplomate a prononcé peu après sa disparition une allocution lors la « Fête des dots » de la Mode pratique (1er décembre 1913).

10  Lucie Félix-Faure, Une excursion en Afrique, Paris, L. Baschet, 1888.

11  Son ouvrage est dédicacé « À mesdames Jules Ferry, Edouard Milhaud, Gaston Thomson ». La délégation française devait inaugurer en Algérie une statue, une école et un chemin de fer, Une excursion en Afrique, op. cit., p. 6

12  Félix-Faure, Méditerranée, l’Égypte, la Terre Sainte, l’Italie, Paris, F. Juven, 1896, parution anonyme (J.-Ph. Heuzey, op. cit., p. 65) et sous son nom en 1903, chez le même éditeur – édition citée ici. À Beyrouth, elle rencontra Mme de Saint-René Taillandier, épouse de diplomate à qui l’on avait demandé de « consacrer (sa) journée du lendemain à la fille de l’un des vice-présidents de la Chambre », ibid., p. 287

13  Ces femmes voyagent seules, sans compagnon masculin. En situation de séparation maritale, elles pouvaient encore être juridiquement mariées. Tel est le cas d’Olympe Audouard.

14  Suzanne Voilquin, Souvenirs d'une fille du peuple ou La Saint-Simonienne en Égypte, 1834-1836, Paris, Chez E. Sauzet, 1866 (publié sous la seule initiale « V »).

15  Geneviève Désiré-Vuillemain, « Une féministe en Égypte en 1834 : Suzanne Voilquin », Travaux et Mémoires. Publications de l’ U. E. R. Lettres et Sciences humaines de Limoges, 1977, vol. 2, p. 85-102. Renée Champion, « Suzanne Voilquin en Égypte ou la pratique de la solidarité féminine » in Michel Levallois et Sarga Moussa, dir, L’Orientalisme des saint-simoniens, Paris, Maisonneuve & Larose, 2006.

16  Christiane Veauvy et Laura Pisano, Paroles oubliées. Les femmes et la construction de l’État-nation en France et en Italie, 1789-1860, Paris, A. Colin, 1997, p. 91

17  Elle situe son domaine à quelques jours de la ville d’« Angora », Cristina di Belgiojoso, Asie mineure et Syrie. Souvenirs de voyage, Paris, Michel Lévy Frères, 1858, p. 3. Il s’agit de Çakmakoğlu à 200 km au nord d’Ankara. Voir aussi Antonio Fabris, eds., An Italian Princess in the 19th C. Turkish Contryside, Venezia, Filippi Editore, 2010.

18  Belgiojoso, Asie mineure et Syrie, p. 3

19  Olympe Audouard, Voyage dans mes souvenirs. Ceux que j’ai connus, ce que j’ai vu, Paris, E. Dentu, 1884, p. 348

20  Ibid., p. 347

21  Tous parus à Paris chez Dentu.

22  Marie Dronsart les a retenues comme « grandes voyageuses » parmi neuf Françaises et à côté de treize Britanniques, une Espagnole, une Italienne, une Autrichienne, une Hollandaise, Les grandes voyageuses, op. cit.

23  Bernard Le Calloch, « Un couple d’explorateurs en Asie centrale : Charles et Marie de Ujfalvy de Mezökövesd », Mondes et cultures. Comptes rendus trimestriels des séances de l’Académie des sciences d’Outre-Mer, 46/2, 1986,  p. 299-313

24  Marie d’Ujfalvy-Bourdon, De Paris à Samarcande : Impressions d’une voyageuse parisienne, Paris, Hachette, 1880.

25  Ève et Jean Gran-Eymerich, « Jeanne Dieulafoy (1851-1916) », Archeologia, 1984, n° 189, p. 77-81 ; Ève Gran-Eymerich, Jane Dieulafoy, une vie d’homme, Paris, Perrin, 1990, 316 p.

26  Jane Dieulafoy, La Perse, la Chaldée et la Susiane, Paris, Hachette, 1887.

27  Pauline de Noirfontaine, Algérie. Un regard écrit, Le Havre, impr. de A. Lemale, 1856. Destinataires : Léon Gozlan, le Colonel Marnier, Julie Lallemand, Virginie Ancelot, Mme Daullé, Eugène Chapus.

28  Isabelle Ernot, « Le regard colonialiste de Madame Voisins d’Ambre », Clio : HFS, 28, 2008, p. 185-193.

29  Anne Caroline Voisins d’Ambre, Excursions d’une Française dans la régence de Tunis, Paris, M. Dreyfous, 1884.

30  Edith Taïeb « Coloniser and Colonised in Hubertine Auclert’s Writings on Algeria : An encounter doomed to failure”, in D. Holmes & C. Tarr, dir., A ‘Belle Epoque’ ? Women in French Society and Culture 1890-1915,  Oxford/New York, Berghahn, 2006 ; Hubertine Auclert, pionnière du féminisme. Textes choisis, Préface de Geneviève Fraisse, présentation par Steven C. Hause, Bleu autour, Saint-Pourçain-sur-Sioule, 2007 ; Carolyn J. Eichner, « La citoyenne in the World : Hubertine Auclert and Feminist Imperialism », French Historical Studies, 32, 2009, p. 63-84

31  Hubertine Auclert, Les femmes arabes en Algérie Paris, Société d’Éditions Littéraires, 1900.

32  Julia Clancy-Smith évoque à propos de Melchior-Joseph-Eugène Daumas, auteur de La femme arabe, une relation triangulaire que ce dernier aurait rendu explicite entre le savoir, la domination coloniale et la pénétration dans le monde caché des femmes indigènes : « Le regard colonial : Islam, genre et identités dans la fabrication de l’Algérie française, 1830-1962 », Nouvelles questions féministes, 25/1, 2006, p. 31

33 Ibid., p. 261

34  Audouard, Voyage dans mes souvenirs, op. cit., p. 41-43

35 Ibid., p. 234

36  Auclert, La femme arabe, op. cit., p. 58-59

37 Ibid., p. 65

38  Ibid., p. 292-293

39  Jocelyne Dakhlia, « Entrées dérobées : l’historiographie du harem », Clio HFS, 9, 1999, 37-55

40  Félix-Faure, op. cit., p. 69

41  Ibid., p. 80

42  Dieulafoy, La Perse, op. cit., p. 101

43  Il fut utilisé pour évoquer la situation des femmes dans la société française, Voir Geneviève Fraisse, « Etat civil, espace public », Les deux gouvernements : la famille et la cité, Paris, Gallimard, 2000, p. 40-47

44  Noirfontaine, Algérie, op. cit., p. 195-196

45  Félix-Faure, Méditerranée, op. cit., p. 29

46  Ibid., p. 82

47  Voisins d’Ambre,Excursions d’une Française, op. cit., p. 146

48  Ujfalvy, De Paris à Samarcande, op. cit., p. 54

49  Colet, Les pays lumineux, op. cit., p. 81

50  Belgiojoso, Asie mineure et Syrie, op. cit., p. 109-110

51  Expression utilisée par Benedicte Monicat au sujet d’Olympe Audouard, « Ecritures du voyage et féminisme : Olympe Audouard ou le féminin en question », French Review, 69/1, 1995, p. 27

52  Ernot, « Historienne et enjeux de l’écriture de l’histoire des femmes, 1791-1948 », thèse, Université Paris 7-Denis Diderot, 2004.

53  Drohojowska, Les femmes illustres de France, Paris, P.C. Lehuby, 1850, p. 5

54  Ibid., p. 7-8

55  Clarisse Bader, La femme biblique, sa vie morale et sociale, sa participation au développement de l’idée religieuse, Paris, Chez Didier et Cie, p. 21

56  Ibid., p. 147

57  Audouard, Les mystères du Sérail et des Harems turcs date de 1863, Les mystères de l’Égypte de 1865, L’Orient et ses peuplades de 1867.

58  Audouard, Gynécologie. La femme depuis six mille ans, Paris, E. Dentu, 1873, p. 167

59  Ujfalvy, De Paris à Samarcande, op. cit., p. 66

60  Ibid., p. 15.

61  Belgiojoso, Asie mineure et Syrie, op. cit., p. 11

62  Voisins d’Ambre, Excursions d’une Française, op. cit.,  p. 46-75

63  Dieulafoy, La Perse, op. cit., p.110

64  Barbara Hodgson évoque l’obligation pour les Européens de s’habiller avec des vêtements orientaux sous les règnes des sultans ottomans des XVIIe et XVIIIe siècles, Rêve d’Orient. Les Occidentales et les voyages en Orient, XVIIIe - début du XXe siècle, Paris, Seuil, 2006, p. 66

65  Nicole Pellegrin, « Le genre et l’habit. Figures du travestisme féminin sous l’Ancien Régime  »,  Clio HFS, 10, 1999.

66  Hodgson signale des voyageuses britanniques ayant pris des vêtements masculins orientaux, Rêve d’Orient, op. cit., p. 74-80

67  Audouard, L'Orient et ses peuplades, op. cit., p. 3-4

68  Audouard, Les mystères, op. cit., p. 43

69  Ibid., p. 234-235

70  Voilquin, Souvenirs d’une fille du peuple, op. cit., p. 360-362

71  Ibid., p. 453

72  Le babisme, mouvement religieux dissident du chiisme, né en Perse au milieu du XIXe siècle.

73  Dieulafoy, La Perse, op. cit., p. 44

74  Voilquin, Souvenirs d’une fille du peuple, op. cit., p. 368-369

75  Ibid., p. 453

76  Audouard, Les mystères de l’Egypte…, op. cit., p. 235

Haut de page

Table des illustrations

Légende Le Tour du Monde, 1883, 2e semestre, p.393
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/1272/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Le Tour du Monde, 1883, 2e semestre, p. 137
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/1272/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Ernot, « Voyageuses occidentales et impérialisme : l’Orient à la croisée des représentations (XIXe siècle) », Genre & Histoire [En ligne], 8 | Printemps 2011, mis en ligne le 21 novembre 2011, consulté le 26 février 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1272

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page