Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Ilana Löwy, L’emprise du genre. Masculinité, féminité, inégalité

Paris, La Dispute, collection Le Genre du Monde, 2006, 227 pages
Irène Jami
Référence(s) :

Ilana Löwy, L’emprise du genre. Masculinité, féminité, inégalité – Paris, La Dispute, collection Le Genre du Monde, 2006, 227 pages

Entrées d’index

Mots-clés :

Genre
Haut de page

Texte intégral

1Le livre d’Ilana Löwy cherche à comprendre comment les sociétés occidentales, tout en proclamant l’égalité entre hommes et femmes, ne cessent de reproduire ce que Françoise Héritier a appelé la « valence différentielle des sexes ».

2Consciente de ce que toute connaissance, toute entreprise intellectuelle est historiquement, géographiquement, socialement située, Ilana Löwy expose dans le prologue de L’emprise du genre le parallèle qui a inspiré sa démarche. Elle rappelle ce que signifie avoir commencé à grandir dans la Pologne d’après-guerre comme petite fille juive, dont l’apparence extérieure - teint mat, cheveux noirs, yeux d’Orient - la désigne sans équivoque à un antisémitisme implicite, évident, violent, mais - c’est là toute la question - dont le discours officiel prétend qu’il appartient désormais au passé. Pour pouvoir continuer à vivre en Pologne, les juifs n’ont eu d’autre choix que d’entériner ce déni de la discrimination dont ils étaient l’objet, tout en intériorisant le sentiment d’infériorité qu’elle véhiculait. Comme les juifs, comme les homosexuels, les femmes, dit Ilana Löwy, connaissent les effets de ce processus d’intériorisation du mépris qu’elles subissent et vivent dans une société qui proclame officiellement que l’égalité est acquise mais continue de favoriser les non juifs, les non homosexuels, les non femmes. Il serait intéressant d’étendre cette hypothèse aux Beurs et aux Blacks dans la France d’aujourd’hui.

3Dans les démocraties occidentales d’aujourd’hui, les femmes ont acquis un niveau de liberté sans précédent. Hommes et femmes sont entièrement égaux devant la loi. Le maintien d’écarts entre le statut des hommes et celui des femmes est euphémisé par un « discours de l’égalité des sexes » qui présente l’infériorité des possibilités dévolues aux femmes comme un simple « retard », et qui fait autorité. La majorité des femmes adhère à ce discours - ce qui ne manque pas de générer de profonds sentiments de culpabilité : contrairement à ma grand-mère et à ma mère, j’ai la chance de bénéficier de l’égalité ; si je n’y arrive pas, c’est donc de ma faute. Dans le même temps, hommes et femmes continuent à se percevoir eux-mêmes comme dotés de qualités et d’attributs très différents. Le consensus autour des normes « égales mais différentes » qui définissent et encadrent la masculinité et la féminité profite pleinement, non aux femmes ou à l’égalité, mais à l’industrie de la beauté. Marketing et publicité ont bien compris tout le parti qu’il y avait à tirer de l’image de la femme libérée. Libre, de consommer. Parce qu’elle le vaut bien. Les femmes occidentales sont donc libres….mais soumises à des normes de féminité qu’elles ont intériorisées. Libres, mais différentes, et détentrices, grâce à l’émancipation des femmes, du droit et des moyens de « choisir » comment inscrire cette « différence » dans leur mode de vie. Ces « différences », ces « choix », sont invoqués pour justifier les inégalités et la réduction des femmes à la portion congrue et aux positions de moindre pouvoir. Dans certaines sociétés traditionnelles, les femmes subissent une domination directe ; dans les sociétés occidentales, la discrimination est interdite par la loi, mais une série de règles et de principes implicites - des « autorités invisibles » - fonctionnent pour maintenir l’écart des statuts. Parmi ces règles implicites figurent l’hétérogamie : une femme recherche un homme de statut égal ou supérieur au sien ; un homme recherche une femme de statut égal ou inférieur au sien ; l’érotisation du pouvoir mâle et de la masculinité hégémonique ; la perception largement répandue des femmes comme dotées d’une capacité innée de care ; l’asymétrie dans la possibilité de s’approprier attributs et rôles du sexe opposé (on admet, voire on admire qu’une femme s’habille « en homme » ou aspire à des fonctions le plus souvent assumées par des hommes, mais un homme qui met du vernis à ongles ou préfère rester à la maison pour s’occuper de ses enfants risque de se déconsidérer) ; l’inégalité esthétique entre les sexes : le troisième chapitre montre comment les femmes, aussi libérées soient-elles, intériorisent les injonctions à se conformer à des standards de beauté impossibles à atteindre, et consacrent bien davantage de temps, d’argent et d’énergie que les hommes à s’efforcer de devenir ou de rester « belles », acceptant la norme aux termes de laquelle elles doivent se soumettre à des normes esthétiques plus strictes. Par le biais de la socialisation précoce, puis durant l’adolescence, les filles sont amenées à se mettre« un homme dans la tête », autrement dit à s’approprier les termes qui fondent les hiérarchies de genre, à se persuader que leur valeur est inférieure à celle des garçons, et à intérioriser le poids déterminant des désirs sexuels des garçons, de leurs goûts, de leurs jugements.

4En d’autres termes, l’inégalité n’a pas disparu. Elle n’est pas en voie de disparition. Elle se déplace. Il est, à cet égard, plus concluant de se pencher sur l’écart entre le statut des hommes et celui des femmes, que de faire la liste des progrès advenus pour les femmes occidentales. On s’aperçoit alors que le constat de l’anthropologue Sherry Ortner en 1974, selon lequel : « dans pratiquement toutes les sociétés humaines, la liberté sexuelle des femmes est plus limitée que celle des hommes, elles ont un choix plus restreint de rôles sociaux et éprouvent bien plus de difficultés à accéder à la majorité des institutions sociales » conserve toute sa pertinence.

5Les féministes n’avaient sans doute pas imaginé une société où des femmes libres d’acquérir l’indépendance économique consacreraient tant d’argent, de temps et d’énergie à plaire aux hommes… Comment donc expliquer cette capacité de régénérescence de l’hydre de Lerne de la domination masculine ?

6D’abord, en rappelant qu’il est impossible d’envisager la « féminité » de façon autonome, autrement que comme élément constitutif d’un système socio-culturel très stable, où masculinité et féminité sont interdépendantes, et construisent des relations de hiérarchie et de domination.

7Les tensions et les contradictions entre le « discours de l’égalité » et la persistance d’inégalités reflètent la coexistence de deux tendances opposées : la flexibilité croissante des rôles masculins et féminins d’une part, la stabilité, voire la rigidité, des identités sexuées d’autre part. L’anthropologue Igor Kopytoff, cité par Ilana Löwy, distingue rôle social et identité existentielle : dans les sociétés traditionnelles, les rôles masculins et féminins sont très stables, mais des exceptions sont admises, et l’identité sociale reflète ce que les gens font. Il arrive dans certaines sociétés africaines qu’une femme ait le droit d’occuper un rôle social d’homme (posséder du bétail, hériter de la terre) ; dans ce cas, le genre de la femme est défini par son rôle social et non par son corps (elle aura alors le droit de se marier avec une femme et de devenir le « père » des enfants, produits avec l’aide d’un géniteur mâle). Dans la société occidentale en revanche, chacun a en principe la possibilité de choisir son rôle social ; l’instabilité du rôle social n’a fait qu’accroître l’importance de la définition du genre comme entité existentielle stable. Les catégories de masculinité et de féminité sont des lieux importants de contestation culturelle (rôle des luttes féministes), mais la tendance actuelle est à l’accentuation des composants essentiels des identités sexuées. « Essentiels » se réfère ici à une définition des traits spécifiques au genre et considérés comme des entités exclusives (un trait masculin ne peut en même temps être féminin, et inversement). Les définitions de la masculinité et de la féminité sont profondément asymétriques, définissant une hiérarchie : la masculinité est seule associée à la maîtrise, au pouvoir, à la capacité d’agir dans le monde extérieur.

8Le discours qui fonde cette hiérarchie s’est donc déplacé des rôles aux essences/à la nature, et la différence est présentée comme biologique. Les pratiques scientifiques y ont largement contribué et il est décisif de mesurer l’ambivalence des techniques de ce point de vue. Historienne de la biologie, Ilana Löwy examine le rôle des sciences biomédicales dans l’identification des femmes à leurs fonctions sexuelles et reproductives, et dans la construction des différences entre les corps masculins et féminins. Elle examine dans son quatrième chapitre le rôle de la « sexualisation » des molécules sécrétées par les glandes sexuelles, puis de la production et de la commercialisation des hormones sexuelles, et la façon dont celles-ci contribuent à la stabilisation des identités sexuées (lorsqu’elles rattachent fermement les femmes au fonctionnement cyclique de leur corps) ou au contraire à leur déstabilisation (par exemple dans le cas du traitement des enfants intersexués, ou de leur utilisation dans le cadre de la transsexualité). Le chapitre 5 montre comment la contraception hormonale, le traitement du syndrome prémenstruel, l’assistance médicale à la procréation et la thérapie hormonale de substitution au moment de la ménopause contribuent à construire la représentation du corps féminin comme instable, fragile, soumis à un vieillissement et à une « dégénérescence » précoces - par rapport à celui de l’homme.

9Le poids de l’hétérosexualité normative est un autre élément de la persistance des inégalités de genre. La plupart des hommes et des femmes aspirent toujours à une relation de longue durée avec un partenaire de sexe opposée et à la parenté ; or le couple hétérosexuel reste un espace important de la discrimination des femmes ; une discrimination bien particulière, associée à la sphère intime, qui agit dans le cadre de relations librement choisies. Le dernier chapitre de L’Emprise du genre se penche sur cette production des inégalités dans le cadre du couple hétérosexuel. Si la majorité des couples se reconnaissent dans le discours de l’égalité, l’attraction mutuelle qui fonde et soude le couple se nourrit des normes de genre qui favorisent les hommes et sont sources d’inégalité. Ilana Löwy rappelle les apports majeurs de la critique féministe de l’hétérosexualité normative des années 70-80, à commencer par la politisation de la sphère privée (« le privé est politique ») et la mise en évidence des liens indissolubles entre sphère domestique et marché du travail. L’un de ses chapitres est consacré à analyser le rôle des normes de la masculinité et de la féminité dans le monde professionnel : partage des tâches, « plafond » et « parois » de verre, production du genre jusque dans la vie privée. On pourrait présenter l’hétérosexualité, suggère-t-elle, comme un idéal de type wébérien : un cadre conceptuel qui influence le comportement de tous les hommes et femmes, même non impliqués dans des rapports avec quelqu’un du sexe opposé. Or cette hétérosexualité masque une asymétrie fondamentale : la féminité ne reçoit son sens que dans un cadre hétérosexuel ; alors que la masculinité hégémonique ne s’établit pas prioritairement à travers les fonctions des hommes dans leur relation aux femmes et aux enfants, mais d’abord dans les relations que les hommes entretiennent entre eux.

10La conclusion insiste sur l’apport du « mythe », du discours de l’égalité des sexes à l’impressionnante capacité de régénération de la domination masculine dans les sociétés occidentales.

11Il faut lire, méditer, utiliser, offrir, prêter et discuter L’Emprise du genre. Parce que c’est un examen érudit, subtil et audacieux de ce qui contribue à maintenir, déplacer, reproduire les inégalités entre hommes et femmes dans nos sociétés bercées par le « discours de l’égalité » ; parce qu’il met à notre disposition une large bibliographie, notamment anglo-saxonne, mal connue en France, sur ces questions ; parce qu’il redit avec efficacité combien « le privé est politique », montrant de quelles façons le corps, la psyché, les relations amoureuses hétérosexuelles sont des lieux décisifs de construction des hiérarchies de genre, tout cela dans des termes limpides, d’une lecture agréable, il constitue un accessible et stimulant outil de travail et de réflexion féministes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irène Jami, « Ilana Löwy, L’emprise du genre. Masculinité, féminité, inégalité », Genre & Histoire [En ligne], 1 | Automne 2007, mis en ligne le 19 novembre 2007, consulté le 28 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/122

Haut de page

Auteur

Irène Jami

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page