Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters
Masters ayant concourru pour le Prix Mnémosyne

Les illégalismes sexuels féminins sous le regard de la justice correctionnelle à Toulouse (1826-1886). Master 2 d’histoire contemporaine, Université Toulouse II-Le Mirail, (dir. Sylvie Chaperon), 2010

Julie Auger

Texte intégral

1Qu’ils relèvent d’une sexualité adultérine, incestueuse, vénale ou tout simplement visible voire audible, les illégalismes sexuels féminins jugés au tribunal correctionnel sont très divers et sont tous moralement réprouvés si ce n’est pénalement réprimés. Pourtant, le poids de la sexualité dans les jugements des magistrats n’est pas évident. Théoriquement, ce n’est pas la sexualité en tant que telle que l’on réprime mais les conditions de son expression. La sexualité féminine considérée comme déviante l'est relativement à des cadres mis en place successivement par le Code civil (1804) et le Code pénal (1810) : la seule sexualité acceptable se devait d'être conjugale et d'ordre strictement privé. Dès lors, toute sexualité qui ne respectait pas ces deux principes pouvait constituer un délit. À parcourir les jugements, on ne peut que constater la dualité des condamnations qui sont à la fois pénale dans leur dispositif et morales dans leurs attendus. Un double clivage, social d’une part – les prévenues, à l’opposé de leurs juges, sont toutes issues de milieux modestes comme en atteste la mention de leurs professions – et sexuel d’autre part – les juges sont sans exception des hommes – ne fait que renforcer la double nature du jugement.

2En effet, le monde de l'intime, plus peut-être que tout autre, subit le poids des représentations sociales des sexes. Les femmes prévenues de délits engageant négativement leur sexualité présentent une image inversée de l'idéal féminin tel qu'il se conçoit au XIXe siècle. Les mauvaises mères foisonnent ainsi que les séductrices et tentatrices en tout genre. Les victimes de la prostitution clandestine sont scrutées avec attention : leur pureté ou leur corruption antérieure au délit pouvant accabler ceux ou celles qui les ont prostituées ou, au contraire, alléger leurs peines. L’usage des stéréotypes procède alors de stratégies judiciaires parfaitement maîtrisées tant par les prévenues et leurs avocats que par les magistrats.  L’utilisation de ces stéréotypes genrés est d’autant plus troublante que l’identité sexuelle est inexistante dans le droit pénal et que le régime des peines ignore le genre sauf dans le cas de l’adultère. Dans la réalité, les magistrats se basent autant sur le Code pénal que sur leur idée de ce que doit être la femme, laissant parfois transparaître au passage leur propre conception de la sexualité. Alors que la parole des prévenues est quasiment absente, les mots employés par les magistrats pour dire la sexualité sont omniprésents. Ce vocabulaire, constitué de nombreuses périphrases et métaphores délicieuses, est en constante évolution et finit par intégrer en partie la terminologie médicale induite par la naissance de la sexologie au milieu des années 1850. En filigrane apparaît aussi, à la lecture des jugements, la prostitution clandestine, par définition difficile à appréhender. Elle affleure pourtant sous tous les délits de mœurs, mis à part ceux d'adultère et de concubinage, et constitue la part majeure des illégalismes sexuels féminins. Les archives correctionnelles permettent de l’approcher d'une manière inédite et éclairante, dissimulée derrière certains délits tels l’outrage public à la pudeur, l’excitation à la débauche des mineurs ou encore le vagabondage, qui révèlent la nature et l’étendue de cette forme de prostitution. On découvre alors les lieux, multiples et variés, qui l’abritent, ses modalités, ses tarifs et les moyens de recrutement mis en place par les proxénètes. Au fil des affaires, le portrait de ces clandestines qui échappent ainsi au contrôle exercé sur les « filles soumises » par la police des mœurs se dessine. Les prévenues y sont surreprésentées par rapport à leurs homologues de sexe masculin – que l’on retrouve occasionnellement dans le rôle du recruteur – donnant ainsi le sentiment que la prostitution clandestine est résolument une affaire de femmes au XIXe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Auger, « Les illégalismes sexuels féminins sous le regard de la justice correctionnelle à Toulouse (1826-1886). Master 2 d’histoire contemporaine, Université Toulouse II-Le Mirail, (dir. Sylvie Chaperon), 2010 », Genre & Histoire [En ligne], 8 | Printemps 2011, mis en ligne le 31 octobre 2011, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1211

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page