Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters
Masters ayant concourru pour le Prix Mnémosyne

Écrits sur le corps : Genre, colonialisme et espace public dans l’affaire Maria Hertogh (1950). Master 2 d’histoire contemporaine, EHESS, (dir. Laura L. Downs), 2010

Christina Wu

Texte intégral

1Le 3 août 1950, la colonie de Singapour s'éveille sous une avalanche de reportages relatant le mariage discret d'une jeune néerlandaise de 13 ans avec un musulman malais de 22 ans. L'opinion publique est scandalisée par le jeune âge de la mariée. Maria Hertogh, la jeune fille en question, est déjà en fait sous le feu des projecteurs depuis que sa famille catholique hollandaise et sa mère adoptive musulmane malaise se disputent son droit de garde. Cette nouvelle avive donc les tensions déjà existantes entre des communautés religieuses et coloniales. Le scandale devient graduellement bien plus qu'un différend au sein d'un couple ou entre deux familles. Cet incident inspire à John Laycock, un homme politique britannique, la volonté de mettre fin aux mariages d'enfants dans la colonie via une loi imposant un âge minimum de 16 ans. Sa proposition renforce l'intérêt du public pour les questions du bien-être de l'enfant, du genre, de la « modernité » et de la colonisation. Les débats publics divisent profondément la colonie, opposant les diverses communautés ethniques et religieuses les unes aux autres et les hommes aux femmes. L'événement provoque à Singapour des manifestations sanglantes – les émeutes de 1950. Elles restent dans la mémoire collective de Singapour comme l'archétype des dangers de l'extrémisme racial et religieux et un rappel sévère de la fragilité de la paix dans une société multiculturelle. L'importance de ce scandale dans l'histoire de Singapour et la décolonisation en Asie du Sud-Est a évidemment attiré l'attention des historiens. Jusqu'à maintenant, les chercheurs ont résolument mis l'accent sur l'importance de la religion, de la violence et du choc entre les cultures d'Occident et d'Orient. Cependant, cette approche conduit à minimiser le contexte colonial spécifique à 1950. Ainsi, la proposition de loi de Laycock qui enflamme les sensibilités politiques est souvent oubliée par les chercheurs ou simplement considérée comme un sous-produit du scandale. De plus, cet angle d'analyse se focalise sur les émeutes et la « foule musulmane », occultant les autres composantes de la société, notamment les femmes musulmanes, qui jouent un rôle dans les débats sur Maria Hertogh et sur l'âge du mariage dans la colonie. Cet angle de vue ne permet donc pas de traiter les discussions sur les droits des femmes et la relation entre hommes et femmes – autrement dit, la naissance d'un espace public et d'un mouvement féministe à Singapour.

2Mon mémoire tente de remplir ce vide dans la littérature. Il est organisé de manière chronologique. La première partie examine la rhétorique coloniale britannique, marquée par le genre et utilisée comme un instrument du pouvoir colonial. Plus précisément, il s'attarde sur le regard colonial britannique sur la « nature » malaise, les mariages d'enfants et les traditions locales. De plus, en s'appuyant sur le travail d'historiennes telles qu'Ann Stoler et Frances Gouda, nous explorons l'anxiété coloniale néerlandaise quant au métissage et à la présence de la nourrice indigène dans le foyer colonial – celle-ci constitue une menace pour le prestige colonial en créant une « néerlandité » ambiguë. L'analyse du contexte colonial a pour ambition de donner les clés permettant d'appréhender la ligne de séparation entre les sphères domestiques des colons et des colonisés.

3La deuxième partie se concentre sur l'histoire de Maria Hertogh, la fille piégée entre deux puissances coloniales et le monde indigène à l'aube de l'ère post-coloniale. Nous cherchons à mettre en évidence que la guerre coloniale-locale sur l'appartenance ethnique, le mariage et la religion de Maria révèle les craintes fondamentales des différents groupes soucieux d'éviter que l'on n'empiète sur leur sphère domestique respective. En particulier, la lutte entre colons et indigènes est présentée de façon très manichéenne et incarnée par les deux mères de Maria – la mère eurasienne néerlandaise et la mère adoptive malaise (décrite dans les médias comme « la nourrice indigène »). La dernière partie du mémoire examine l'impact de la proposition de loi Laycock sur le mariage. Inspirée par le mariage « enfantin » de Maria, la colonie de Singapour s'engage dans des débats sur l'âge au mariage. Le fait que les autorités britanniques s’emparent de cette question provoque des anxiétés tangibles et physiques chez l'homme musulman qui ressent cette loi comme un affront ; comme une invasion dans sa sphère domestique. Cette partie du mémoire tente aussi d'explorer l'autre grand débat inspiré par la loi Laycock concernant les droits des femmes et les relations inégales homme-femme. Cet événement marque le début de l'émergence d'un espace public de la colonie. Dans son ensemble, ce travail explore le conflit entre les colons et les locaux en lien avec la sphère domestique. Situé au croisement de l'histoire de la sexualité, du corps et du colonialisme à la sortie de la Deuxième Guerre mondiale, ce mémoire montre l'importance du genre en contexte colonial.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christina Wu, « Écrits sur le corps : Genre, colonialisme et espace public dans l’affaire Maria Hertogh (1950). Master 2 d’histoire contemporaine, EHESS, (dir. Laura L. Downs), 2010 », Genre & Histoire [En ligne], 8 | Printemps 2011, mis en ligne le 31 octobre 2011, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1209

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page