Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters
Masters ayant concourru pour le Prix Mnémosyne

« Uxor et coniux » : la dénomination de l’épouse en Gaule romaine (Ier s. av. J.-C. – IVème s. ap. J.-C.) ». Maîtrise d’histoire ancienne, Université P. Mendès-France, Grenoble II, (dir. N. Mathieu),  2010

Marianne Beraud

Texte intégral

1Ce travail vise à rendre compte, par une analyse comparée, des deux termes conjugaux uxor et coniux à partir du matériel épigraphique de la Gaule et des Alpes. Cette enquête s’attache à comprendre les différentes facettes de l’expression du lien conjugal et leur terminologie. Le corpus procède de la recension systématique de 1112 documents épigraphiques, lesquels nourrissent une démarche par mise en série, consécutive au classement chronologique des inscriptions par cité. L’appréhension du lexique conjugal féminin revêt un caractère propice à l’expérimentation de l’initiative féminine au cœur de l’acte commémoratif. Pour 73 % des cas, l’instigateur de la dédicace est l’époux cependant que les femmes, uxores et coniuges, sont en majorité dédicataires. Devant cette apparente homogénéité, on sent toutefois poindre une nette disparité géographique, relative à la multiplicité des provinces examinées. D’emblée, les femmes ont fait montre sinon d’une plus grande autonomie, du moins d’une certaine activité dans les milieux les moins romanisés. Les Trois Gaules, encore fortement empreintes de traditions indigènes préromaines, se singularisent pour être particulièrement favorables à l’impulsion épigraphique féminine - 24 % des femmes y sont dédicantes – tandis que la Gallia Narbonensis leur accorde un rôle moindre -16 % des femmes – dans la cellule familiale. De surcroît, se profile derrière l’utilisation du terme conjugal la compréhension que chacun se faisait de sa place au sein du couple, intimement liée à l’auto-perception que les individus forgeaient des rôles impartis au masculin et au féminin. Si les femmes acceptent de se dire « épouse de » pour un tiers d’entre elles, les hommes adoptent un comportement résolument antagoniste. Seulement 10 % des occurrences de l’appellation coniux au masculin sont le fait d’hommes qui se définissent, de leur propre chef, par l’intermédiaire de leur épouse à qui ils dédient le monument funéraire1.

2Aux deux premiers siècles, le terme uxor est l’apanage de la presque totalité des civitates qui, indépendamment de leur droit, latin ou romain, l’emploient à près de 80 %2. Substantif par excellence des iustae nuptiae romaines, il est pourtant investi par 87 % des couples de pérégrins, dépourvus du ius civile romanus nécessaire à la contraction de justes noces romaines. S’opère une récupération de l’appellation par des indigènes qui l’arborent pour signifier la reconnaissance de la validité de leurs us et coutumes en matière matrimoniale par le droit romain. Par le truchement de la mise en série, les rares épouses dites coniuges issues de ces cités acquises aux uxores n’en deviennent dès lors que plus signifiantes. A cet effet, l’étude de leur statut convie à de fructueux résultats puisque ces artefacts lexicaux s’apparentent à des situations maritales de facto du point de vue romain : les contubernia entre esclaves ou les unions d’une citoyenne romaine avec un pérégrin répondent à l’envi à ces exceptions. En outre, les épouses de militaires, pour lesquelles le mariage ne fut pas légalisé avant le règne de Septime Sévère en 197 ap. J.-C., sont encore tributaires du terme coniux. Elles se distinguent ainsi radicalement des autres épouses - et uxores - civiles du lieu. A ce sujet, l’utilisation normative de coniux à Lugdunum (90 % des femmes), unique cité gauloise travaillée durablement par l’apport de contingents militaires, amorce un judicieux processus comparatiste3. De ce point de vue, les femmes endossent par le référent conjugal le régime juridique déterminé par leur identité statutaire ou celle de leur époux.

3En dernière analyse, il importe de souligner la valeur transitoire qui incombe au terme coniux aux heures des grandes évolutions juridiques des cités. Force est par exemple de constater que les coniuges prennent dûment le relais des uxores à la fin du Ier siècle allobroge après que la cité de Vienne eut été promue, de cité latine, au rang de colonie romaine. Encore une fois, l’appellation se substitue au terme légitime d’uxor pour traduire les unions pérégrines contractées avant la transition juridique et qui n’auraient pas été régularisées, une fois la citoyenneté romaine et le conubium acquis4. Qui plus est, dans les cités de coniuges, le terme conjugal uxor se révèle un précieux marqueur de l’identité géographique des individus. La cité apparaît dispensatrice d'une norme qui s'exporte au gré des tribulations individuelles : ainsi de Sulpicia Rufina, uxor de C. Optatius Silanus décédé « in locco perregre » à Lyon, tous deux originaires de la cité des Cadurques en Gaule Aquitaine5. Il conviendrait de conclure à une détermination géographique de l'appellation conjugale, vecteur de traçabilité des femmes, hautement décidée par une cité environnante, exportatrice et rayonnante.

Haut de page

Notes

1  A titre d’exemple, dans la seconde moitié du IIème siècle, le citoyen romain bordelais Primius Campanus est l’auteur d’un formulaire destiné à Iulia Tertia dont il se dit, en guise de signature, le coniux, l’époux (CIL, XIII, 782). Pour les 90 % des coniuges masculins restants, il s’agit, à l’inverse, de femmes qui effectuent la dédicace à leurs maris sous la forme dative « coniugi ».

2  Il en est ainsi dans les colonies romaines à l’instar de Narbo Martius, Arelate ou Forum Iulii, et dans les colonies relevant du ius Latii à l’instar de Nemausus chez les Volques Arécomiques, les cités des Convènes et des Ausques, en Gaule Aquitaine, et les Médiomatriques dans la province de Belgica.

3  Hors corpus, des sondages effectués dans les camps militaires de Thévèste en Numidie et d’Isca en Bretagne, ainsi que dans les colonies romaines militaires de Cologne, chez les Ubiens et de Timgad, en Afrique Proconsulaire, satisfont pleinement à cette interprétation.

4  La cité des Trévires, susceptible d’avoir connu une transition identique sous le règne de Claude ou des Flaviens, constitue l’autre cité à répondre à ce schéma évolutif d’uxor à coniux à l’orée du second siècle. Sur ce sujet, Laurent Lamoine, Le pouvoir local en Gaule romaine, Clermont-Ferrand, 2009, p. 197.

5  CIL, XIII, 2021.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Beraud, « « Uxor et coniux » : la dénomination de l’épouse en Gaule romaine (Ier s. av. J.-C. – IVème s. ap. J.-C.) ». Maîtrise d’histoire ancienne, Université P. Mendès-France, Grenoble II, (dir. N. Mathieu),  2010 », Genre & Histoire [En ligne], 8 | Printemps 2011, mis en ligne le 31 octobre 2011, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1207

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page