Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters
Masters ayant concourru pour le Prix Mnémosyne

La Maison du prisonnier de la Seine. Vichy et les femmes de prisonniers de guerre français, (1941-1944). Master 2 d’histoire contemporaine, Université Paris I – Panthéon Sorbonne, (dir. Danièle Voldman), 2010

Amarillys Siassia

Texte intégral

1La capture de plus de 1 600 000 soldats français au lendemain de la débâcle ébranle la vie politique du pays ainsi que ses structures économiques et sociales. À partir de la défaite, plusieurs structures dispersées et concurrentes s’occupent des prisonniers. Pour remédier à cette situation, Maurice Pinot, commissaire général au reclassement des prisonniers de guerre,  lance la création d’une Maison du prisonnier au chef lieu de chaque département, destinée à regrouper tous les services s’occupant des prisonniers de guerre et de leurs familles. La première « Maison du prisonnier » est inaugurée à Paris, le 15 décembre 1941. Dans chacun de ces établissements, le personnel est recruté parmi les prisonniers de guerre rapatriés et leurs familles. La Maison du prisonnier est d’abord conçue comme un lieu d’accueil et de renseignements. Solidement implantée au niveau local et national, elle s’est rapidement imposée comme l’un des principaux organismes chargés des prisonniers de guerre. Cette organisation a permis à ses agents de consacrer une partie de leur activité à l’encadrement des familles de prisonniers.

2Dans les années 1980, l’histoire de la captivité s’est développée dans le sillage des travaux d’Yves Durand1. Néanmoins, bien que plusieurs travaux évoquent l’existence des Maisons du prisonnier, aucune étude ne leur avait été consacrée spécifiquement, alors qu’elles ont joué un rôle déterminant dans la prise en charge des prisonniers et de leurs familles.

3Les prisonniers de guerre sont en majorité mariés. C’est pourquoi les agents des Maisons ont porté leur attention sur leurs épouses. Protéger les femmes de prisonniers de guerre par un accompagnement sous forme d’aide matérielle (prêts et secours en nature) ou administrative (intercessions auprès des différents services pour obtenir des mesures en faveur des épouses de prisonniers) et les soutenir moralement font partie des prérogatives des agents de la Maison. En effet, la plupart des femmes vivent avec peu de ressources. À ces difficultés matérielles, s’ajoutent les souffrances morales, dues à la séparation. De plus, elles sont considérées par une partie de la population comme célibataires. Or, à l’époque, le célibat des femmes est mal perçu puisque, selon les idées dominantes, les femmes ne peuvent s’accomplir que dans et par le mariage. Leur situation suscite donc un trouble qui se traduit par une méfiance à leur égard. Pour contrôler leurs mœurs, les agents des Maisons du prisonnier procèdent à des enquêtes, qui peuvent, du reste, être initiées à la demande du conjoint ou de sa famille. En fait, cette surveillance des épouses de prisonniers de guerre répond à plusieurs objectifs : rassurer les prisonniers, protéger la « dignité du foyer » et défendre l’idéal familial du régime de Vichy en s’efforçant d’empêcher les divorces.

4Néanmoins, il semble que l’aide accordée aux épouses des prisonniers s’est révélée insuffisante. Les agents des Maisons encouragent le travail des femmes de prisonniers à défaut de pouvoir les aider matériellement, ce qui souligne non seulement les limites de leur action mais surtout celles de l’État qui, incapable de soutenir matériellement les femmes de prisonniers, favorise des mesures en contradiction avec son programme idéologique. Par ailleurs, les Maisons du prisonnier font à l’époque l’objet de vives critiques, accusées par certains prisonniers de ne pas protéger efficacement la « dignité du foyer » et d’être incapables de prendre en charge toutes les femmes de prisonniers. Plusieurs éléments laissent ainsi supposer que les Maisons du prisonnier ont failli à leur mission en raison de dysfonctionnements observés dans plusieurs d’entre elles, de conditions économiques défavorables et de la politique du régime, les empêchant de secourir efficacement l’ensemble des familles de prisonniers. Il existe quantité de documents administratifs sur l’organisation et la gestion administratives des Maisons mais très peu sur leur fonctionnement concret et sur les familles des prisonniers. Pourtant, le genre est ici une grille de lecture pertinente dans la mesure où il permet de montrer comment une structure, destinée avant tout à l’aide aux prisonniers et à leur réinsertion dans la société, s’est focalisée sur les épouses et comment, par principe autant que par nécessité, elle a fini par accorder une place essentielle au contrôle.

Haut de page

Notes

1 Yves Durand, La captivité : histoire des prisonniers de guerre français 1939-1945, Paris, Fédération Nationale des Combattants Prisonniers de Guerre et Combattants d'Algérie, Tunisie, Maroc, 1980.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amarillys Siassia, « La Maison du prisonnier de la Seine. Vichy et les femmes de prisonniers de guerre français, (1941-1944). Master 2 d’histoire contemporaine, Université Paris I – Panthéon Sorbonne, (dir. Danièle Voldman), 2010 », Genre & Histoire [En ligne], 8 | Printemps 2011, mis en ligne le 31 octobre 2011, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1205

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page