Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters
Masters ayant concourru pour le Prix Mnémosyne

Les femmes dans les lettres de rémission normandes à la fin de la guerre de Cent Ans, sous l’occupation anglaise entre 1422-1435. Master 1 d’histoire médiévale, Université Cergy-Pontoise, (dir. Claire Soussen)

Sarah Goczkowski

Texte intégral

1Pour cette étude, 108 lettres ont été utilisées. Elles sont extraites du recueil de Paul Le Cacheux Actes de la Chancellerie D’Henri VI concernant la Normandie sous la domination anglaise (1422-1435) publié en 1907. Ces lettres de rémission mettent en scène 160 femmes plus des voisines. Ces femmes sont présentées dans une source juridique riche et fiable qui met en scène le quotidien de la société d’alors. Toutefois, il faut souligner le fait qu’elles sont écrites par des hommes. Par ailleurs, ces lettres ont pour but de grâcier un coupable, elles ont par conséquent un parti pris au détriment des victimes. Ceci donne aux femmes une image particulière. Ces 160 femmes ont évolué dans le contexte de la fin de la Guerre de Cent Ans. La Normandie est alors dans une situation de marasme et d’insécurité permanente, occupée par les Anglais dirigés par le duc de Bedford. Elle est le théâtre d’enjeux stratégiques. Ceci a un impact direct sur la vie des Normandes, ce que traduisent les lettres de rémission.

2Dans un premier temps, l’étude de ces 160 femmes montre que la présentation de leur identité comporte de nombreuses lacunes à l’inverse de celle des hommes pour lesquels nous disposons de plus de détails. Ces lettres révèlent qu’elles n’ont pas de nom, seules 54 femmes ont un prénom qui les font sortir de la masse des anonymes. 20 d’entres elles ont un nom qui se réfère davantage à un élément distinctif qu’à un nom de famille. Les Normandes du corpus ont entre 7 et 70 ans. La majorité de ces femmes sont mariées, les marginales ne prédominent pas. Leur statut est rarement précisé. Or, le statut civil est ce qui fait naître une femme dans la société en lui donnant une existence sociale et juridique. Dans la même lignée, le statut social qui est le plus souvent cité est celui des laboratores. Cette source laisse donc un certain flou en ce qui concerne l’identité des femmes, mais les femmes de basse extraction sont plus présentes. Les Normandes ont un caractère dualiste : celui de la femme douce et fragile opposé au caractère plus sombre de la femme vengeresse et en colère. Force est de constater qu’elles ne forment pas un corps homogène. Les femmes les plus décrites sont des femmes coupables tandis que les autres se fondent dans l’ombre. Ceci est une difficulté pour étudier leur quotidien.

3Dans un second temps, les lettres de rémission mettent en avant les femmes dans leur quotidien, de la sphère privée à la sphère publique. Ainsi, la femme est souvent représentée comme étant la seconde et la remplaçante de son mari. Les femmes ne sont pas libres puisqu’elles sont constamment surveillées par leur entourage afin de protéger leur renommée. Néanmoins, on les retrouve parfois seule sur les routes, alors, qu’elles ne sont pas sûres en temps d’occupation. Dans le domaine du travail, les Normandes ont une place importante de façon individuelle ou aux côtés de leur mari. Le monde du travail ne les éloigne ni de la misère ni de la criminalité. On retrouve ainsi les femmes dans le rôle de voleuse, symbole de traitrise. La pauvreté justifie le vol puisque ce sont des femmes mariées avec enfants qui deviennent des voleuses. Elles entrent dans la petite délinquance, sans que l’on puisse établir un portrait type de la voleuse. Le crime est avant tout l’apanage de l’homme car la femme en a moins l’occasion et les capacités physiques. Par ailleurs, les lettres mettent en évidence que les femmes aident les brigands aux dépends de l’occupant de façon forcée mais également de façon spontanée. Par ce biais, elles adoptent un nouveau rôle et deviennent une gêne pour les Anglais par une complicité discrète mais subtile. A de multiples reprises, les femmes ont la vie des hommes entre leurs mains par leurs actes et leurs paroles. En effet, dans les lettres, les femmes s’expriment abondamment ou gardent le silence à bon escient ce qui permet de mettre en péril ou de sauver une vie. Le cas du mariage subséquent en est un bon exemple. La Normande a une parole protectrice mais aussi insultante. Elle est une régulatrice de la violence comme une inquisitrice de celle-ci.

4Finalement, on constate un déséquilibre de la présence féminine dans le crime. Elle est présente dans la criminalité cependant il y a une sorte de répondant. Là où les Normandes sont coupables elles sont à plus forte mesure des victimes. Les femmes utilisent la violence mais c’est anormal. Elles commettent des délits mais peu de crimes graves. Ainsi, elles donnent très rarement la mort. En revanche, la femme est souvent cause indirecte de la mort d’un homme dans le sens où un homme défend l’honneur de celle-ci commettant de ce fait un homicide. Seules 14 femmes sont des coupables. L’imbecilitas sexus n’échappe pas à la mort mais certaines circonstances atténuantes comme la jeunesse ou la tentation du diable font qu’elles sont graciées dans la majorité des cas.

5Au fil des lettres un paradoxe saisissant est apparu: nous avons une description lacunaire des femmes. Néanmoins, elles peuvent détenir sur la vie des hommes un pouvoir certain. De plus, les lettres montrent indirectement une présence omniprésente des femmes dans tous les domaines, dans une Normandie occupée par les Anglais. La Normande jouit d’une place importante qui reste toutefois secondaire par rapport à celle des hommes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Goczkowski, « Les femmes dans les lettres de rémission normandes à la fin de la guerre de Cent Ans, sous l’occupation anglaise entre 1422-1435. Master 1 d’histoire médiévale, Université Cergy-Pontoise, (dir. Claire Soussen) », Genre & Histoire [En ligne], 8 | Printemps 2011, mis en ligne le 31 octobre 2011, consulté le 24 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1203

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page