Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
HDR

Histoire des pratiques et des sensibilités collectives et individuelles : le suicide en France au 18e siècle, Habilitation à diriger des recherches, soutenue le 27 novembre 2010 à l’EHESS (garant : Roger Chartier)

Dominique Godineau

Texte intégral

1Le dossier d’HDR se compose de trois volumes (dont un Recueil d’articles sélectionnés).

2• Le Document de synthèse présente divers travaux consacrés pour l’essentiel à l’histoire des femmes et du genre à l’époque moderne et plus particulièrement pendant la Révolution française. Mes premières recherches ont porté sur le rôle et la place des femmes dans le mouvement révolutionnaire à Paris, en dégageant ce que pouvaient avoir de spécifique (ou non) leurs interventions dans la vie politique, leur participation aux événements, leurs aspirations et leurs pratiques politiques, au quotidien ou en période de crise. A suivi un ensemble de travaux convergeant vers les questions de la citoyenneté et de l’identité politique des femmes. L’objectif était de comprendre comment s’est construit l’espace politique pendant la Révolution, comment il a été défini, quelles étaient ses limites, ses ouvertures. Or, pour cela, le cas des femmes s’avère particulièrement éclairant puisqu’elles sont des citoyennes membres du Souverain, interviennent dans la vie révolutionnaire, mais sont en même temps exclues de l’exercice des droits politiques du citoyen et leur identité politique est souvent déniée. La question a été abordée par l’analyse des discours d’exclusion ou de revendication, du sens de certains mots (citoyenne, tricoteuse), par l’étude des pratiques féminines du vote ou du port des armes, de l’engagement des femmes à l’armée, de la violence féminine (réelle ou fantasmée), ou de la reformulation des codes de séduction pendant la Révolution. Ces travaux sur la période révolutionnaire ont été complétés par un ouvrage de synthèse sur Les femmes dans la société française, 16e-18e siècle (2003), qui amorce l’ébauche d’une histoire de la construction des rapports de genre à l’époque moderne, dans les discours et les pratiques.

3• Intitulé « Je souhaite un bonheur parfait à tous », le mémoire inédit porte sur Le suicide en France au 18e siècle. Le suicide y est appréhendé comme un fait social et un phénomène culturel inscrit dans son temps et défini par un ensemble d’éléments : le geste individuel, qu’il soit abouti ou non ; son inscription dans le paysage judiciaire (c’est un délit jusqu’en 1791) mais aussi social, mental et même politique ; le discours tenu sur lui par les auteurs même de l’acte, par leur entourage, par les autorités, ou par « le public ». Il constitue ainsi une de ces « traces » (Carlo Ginzburg) à première vue marginales mais qui sont pourtant autant d’indices révélateurs de phénomènes plus généraux, et en l’occurrence révélateurs des sensibilités des hommes et des femmes du 18e siècle. Il a donc servi de fil directeur pour observer la société française, et saisir les tensions et mutations qui la traversent, de la Régence à l’Empire. La documentation est constituée par les enquêtes de police, les minutes de procès, les témoignages, les lettres laissées par les suicidés, ou les récits des chroniqueurs.

4Cette recherche a plusieurs dimensions. Le sujet nécessitait de s’interroger sur les rapports entre le singulier et le collectif, à un moment où se dégage la notion d’individu, et d’analyser les articulations entre les différents niveaux de réel, entre d’une part un acte qui avait une réalité bien concrète et s’inscrivait dans une histoire individuelle et, d’autre part, les différentes interprétations qui en étaient données et les représentations qui en étaient socialement construites. Il a donc été travaillé en jouant sur des échelles variées, allant des statistiques au cas limite, de la catégorisation sociale à la parole singulière, de l’événement historique à la trajectoire personnelle.

5Acte criminel, « l’homicide de soi-même » a d’abord été saisi étudié dans  l’espace de la justice et des pratiques judiciaires. Après avoir donné une vue d’ensemble des auteurs et des modalités du suicide, je me suis ensuite intéressée aux sensibilités du 18e siècle et à leur évolution, par l’étude des motifs énoncés de l’acte suicidaire, ou des derniers gestes et derniers mots (lettres) des suicidés. Dans une dernière partie, centrée sur la Révolution, le suicide est saisi dans l’espace de l’événement (impact des événements ; le suicide comme événement public, symbole de crise aiguë, voire doté d’une signification politique). L’ensemble met en valeur les mutations du regard social porté sur le suicide et aborde plusieurs aspects de la société au siècle des Lumières.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Godineau, « Histoire des pratiques et des sensibilités collectives et individuelles : le suicide en France au 18e siècle, Habilitation à diriger des recherches, soutenue le 27 novembre 2010 à l’EHESS (garant : Roger Chartier) », Genre & Histoire [En ligne], 8 | Printemps 2011, mis en ligne le 28 octobre 2011, consulté le 24 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1184

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page