Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Thèses

Le mouvement peut-il guérir ? Histoire de l’engagement des médecins français dans l’élaboration de l’éducation physique (1741-1888), thèse de doctorat en cotutelle entre la Suisse et la France, inscrite en Sciences du Sport à l’Université de Lausanne (sous la direction de Nicolas Bancel) et en Sciences de l’éducation à l’Université Paris Descartes (sous la direction de Rebecca Rogers).

Grégory Quin

Texte intégral

1Au-delà de la question d’un mouvement qui soigne ou soignerait, cette recherche doctorale analyse l’engagement des médecins français autour de l’éducation physique entre 1741 et 1888, sur la base d’un travail prosopographique d’identification des médecins français qui ont participé à l’élaboration de l’éducation physique, et d’un croisement de leurs prises de position. Pour cela, un large corpus de sources primaires – les « discours gymniques médicaux » – a été compulsé. Celui-ci est composé des ouvrages consacrés à la gymnastique médicale mais aussi d’une très large portion des imprimés touchant à l’anatomie, l’hygiène, la thérapeutique, la physiologie, l’orthopédie, etc., qui présentent régulièrement un ou plusieurs chapitres consacrés à la gymnastique. En outre, le corpus contient également des articles des principaux dictionnaires médicaux et revues spécialisées du XIXe siècle, autant de sources fondamentales encore insuffisamment étudiées. Alors, à partir d’une approche critique de l’historiographie, les logiques sociales amenant les médecins auprès de l’éducation physique ont été observées dans le cadre de trois configurations bien définies.

2Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, l’engagement des médecins autour de l’éducation physique naît en partie de l’existence de certaines interrogations et volontés de remédier à des états pathologiques liés à des constats de « dépopulation » et surtout de « dégénération ». Si en 1741 Nicolas Andry, doyen de la Faculté de médecine de Paris, « invente » le terme d’« orthopédie », qui tendra à regrouper toutes les activités de redressement des difformités corporelles, ses recommandations pratiques sont encore davantage « pédagogiques » et liées à la transformation d’habitudes et d’attitudes corporelles. Surtout, entre 1750 et 1780, une « génération » de médecins (Vandermonde, Ballexserd, Desessartz, Verdier, Tissot) s’astreint à définir de premiers usages « médicaux » (hygiéniques et thérapeutiques) aux exercices du corps. Parmi ces définitions se retrouvent des éléments d’un mouvement rationnel – où les exercices sont déjà recommandés très précisément au regard de leur intensité, de leur forme ou de leur adaptation à certains publics –, mais également des « conseils » pédagogiques distillés auprès des mères et autres éducateurs ou alors des recommandations déjà « thérapeutiques » contre des affections orthopédiques et des maladies dites « de femmes ».

3La première filiation entre la seconde moitié du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle est « orthopédique », en effet c’est autour de cette branche de la médecine que se recompose la plus large part de l’héritage des questionnements de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Ce premier constat empirique (dans le Dictionnaire des sciences médicales notamment) est doublé d’une opération plus vaste d’isolement des médecins intéressés par l’éducation physique et la gymnastique dans la première moitié du XIXe siècle ; si ces médecins méritent souvent le qualificatif de « médecins-orthopédistes » (Delpech, Pravaz, Bouvier, Duval, Guérin), il s’avère qu’une grande partie d’entre eux est tout particulièrement concentrée sur les affections de la colonne vertébrale et notamment les scolioses féminines. En outre, cette période (les années 1820, 1830 et 1840) correspond à un essor tout à fait singulier de l’installation des cliniques orthopédiques à Paris et en province. Il y a là un phénomène très largement méconnu, tant dans sa forme que dans son contenu, et sans doute lié aux « qualités » et « représentations » des corps féminins que les médecins-orthopédistes ont alimenté et fait circuler. Toutefois, la spécialisation de l’orthopédie n’est pas le seul processus du développement de la médecine au cours de la première moitié du XIXe siècle, comme le souligne l’historien de la médecine Erwin Ackerknecht. Cette période correspond également à un pic unique du déploiement d’un hygiénisme à la française. Dans ce cadre, les dynamiques de « conseils aux mères », de critique du « système » éducatif et de structuration d’une gymnastique médicale plus efficiente se poursuivent sur fond de développement national – et observable dans différents pays européens (Prusse, Suède, Suisse) – d’une gymnastique militaire.

4La troisième partie débute avec l’introduction de la gymnastique à l’hôpital en 1847 à Paris aux Enfants-Malades. L’événement est symbolique à plus d’un titre : d’une part, l’introduction de la gymnastique à l’hôpital concerne des affections plutôt nerveuses (chorées, hystéries, épilepsies, etc.), d’autre part, elle est réussie par un acteur non-médecin, un « gymnasiarque » – Napoléon Laisné – qui va profiter de l’occasion pour s’installer durablement dans le paysage de la gymnastique médicale ; enfin cette institutionnalisation hospitalière marque une ouverture « pratique » de la gymnastique médicale aux massages, aux frictions et à l’hydrothérapie. Si, dans un premier temps, l’institutionnalisation hospitalière de la gymnastique semble induire un recentrage des médecins engagés autour de l’éducation physique vers les affections nerveuses (Blache, Sée, Dujardin-Beaumtez), il n’en demeure pas moins que les pathologies orthopédiques continuent de structurer une partie des prises de position. Elles reviennent même en première ligne après 1870 avec l’accélération de la construction du système scolaire, où l’organisation d’une profession de « médecin scolaire » va côtoyer un nombre croissant d’élèves potentiellement atteints de difformités vertébrales. Après 1847 l’espace social localisé aux confins du champ médical et du champ éducatif – dans des phases de structuration accrue – n’est plus gouverné par les développements de l’orthopédie et d’une gymnastique strictement médicale, sur fond d’institutionnalisation scolaire et d’accélération de la spécialisation psychiatrique.

5Ces trois moments de l’histoire des « discours gymniques médicaux » montrent un certain nombre de convergences : la prégnance de l’orthopédie, une certaine concentration autour de la santé des corps féminins, l’inclusion dans un « projet hygiéniste » ; mais aussi des divergences et des singularités : relatives à la progressive structuration en cours du champ médical, à l’implication progressive du politique (surtout après 1845/1850), aux transformations des pathologies/doctrines médicales « dominantes », ainsi qu’à l’importance plus ou moins forte de l’une ou l’autre des facettes de l’éducation physique (militaire, athlétique, médicale ou pédagogique). Le processus est aussi celui de l’expérimentation de la curation de certaines pathologies (scolioses, affections nerveuses), dans des configurations idéologiques et scientifiques marquées par la « dégénération » (XVIIIe siècle), l’anatomie pathologique (début du XIXe siècle) et plus tard la « dégénérescence » et les affections nerveuses (après 1850).

6Parmi les éléments ayant motivé les premiers jalons de la présente recherche se trouve un mémoire de maîtrise en sciences historiques1, lequel avait alors permis de constater que la participation médicale à la construction de l’éducation physique au XIXe siècle s’organise particulièrement autour des corps féminins et de l’entretien de leurs fonctions et habiletés, alors même que l’historiographie n’a pas toujours souligné cet état de fait.

7Considéré comme un analyseur de l’engagement des médecins autour de l’élaboration de l’éducation physique, l’usage du concept de « genre » dans les discours gymniques médicaux s’insère dans une démarche avant tout focalisée sur la matière empirique, sur le corpus, dans la mesure où plus encore que tous les autres concepts et influences, il s’est d’abord imposé par la collecte des sources, avant d’être influencé par de la littérature secondaire, et notamment par le travail de doctorat d’Elsa Dorlin sur la généalogie sexuelle et coloniale de la nation française2. À la suite des conclusions de la philosophe, le « genre » apparaît comme un véritable « principe organisateur » de l’engagement des médecins et de la production des discours médicaux ayant trait à l’éducation physique, dès la seconde moitié du XVIIIe siècle. Dans la première moitié du XIXe siècle, par leur concentration autour des scolioses féminines3, les médecins-orthopédistes pèsent sur l’élaboration des pratiques et des représentations des corps féminins, elles-mêmes transformées par la consolidation d’une société bourgeoise. Après 1847, le déplacement du centre de gravité pathologique au fondement de la génération d’une gymnastique médicale vers les affections nerveuses et morales, comme l’hystérie et la chorée, et le « dimorphisme sexuel » perdure, articulé aux représentations liées au sexe des personnes atteintes qui gravitent autour de l’élaboration d’une médecine scientifique des affections nerveuses et mentales tout au long du siècle. Comme élément de continuité de l’engagement des médecins autour de la formulation de l’éducation physique, il faut encore souligner que les médecins construisent une large part de leurs discours dans le cadre d’une campagne de « conseils aux mères », participant alors aussi à l’assignation plus « transversale » des femmes à leur rôle de mères. Ce faisant, ils essayent d’inclure les femmes-mères dans une dynamique de popularisation/diffusion de leurs recommandations en faveur du mouvement, où les femmes deviennent alors des vecteurs de la diffusion des savoirs médicaux notamment auprès des enfants. A ce stade, l’engagement des médecins n’entérine pas uniquement une situation préexistante, bien au contraire, les médecins du corpus, fixant la mère comme un pilier dans l’habitus social bourgeois, participent ainsi à la stabilisation d’un différentialisme sexuel, scientifiquement fondé.

Haut de page

Notes

1  Grégory Quin, Du « biologique » au « social », les femmes dans les discours gymniques au XIXe siècle, 1789-1900. Perspectives de recherche - bilan historiographique - Etat des sources, mémoire de maîtrise en Sciences Historiques, sous la direction de Rebecca Rogers, Université Marc Bloch, Strasbourg, 2006.

2  Elsa Dorlin, La matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la nation française, Paris, La Découverte, 2006.

3  Grégory Quin, « Le Sexe des difformités et la réponse orthopédique (1819-1862) », Genre et Histoire, n° 4, 2009, http://genrehistoire.revues.org/index523.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Grégory Quin, « Le mouvement peut-il guérir ? Histoire de l’engagement des médecins français dans l’élaboration de l’éducation physique (1741-1888), thèse de doctorat en cotutelle entre la Suisse et la France, inscrite en Sciences du Sport à l’Université de Lausanne (sous la direction de Nicolas Bancel) et en Sciences de l’éducation à l’Université Paris Descartes (sous la direction de Rebecca Rogers). », Genre & Histoire [En ligne], 8 | Printemps 2011, mis en ligne le 28 octobre 2011, consulté le 26 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1181

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page