Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Thèses

Les filles de l’eau. Une histoire des femmes et de la natation en France (1905-1939), thèse de doctorat en histoire contemporaine sous la direction de Christine Bard, Université d’Angers, 2010

Anne Velez

Texte intégral

1En étudiant l’histoire des femmes à travers le prisme d’une pratique sportive, en l’occurrence la natation, j’ai souhaité faire émerger la visibilité des femmes dans ce sport, donner un passé aux femmes, mais aussi ne pas négliger les rapports sociaux de sexes ainsi que la construction culturelle de la différence des sexes. Au regard de l’étude historiographique du sujet, il convenait donc de (ré)interroger l’histoire des femmes à travers la natation et de répondre avec force et détails à de nombreuses questions. Pour écrire l’histoire, il faut des sources, des traces, des restes et si le manque est une difficulté pour faire l’histoire des femmes, cela est encore plus vrai en histoire des femmes et du sport : « au théâtre de la mémoire, les femmes sont ombre légère »1. Il fallait donc varier et multiplier les sources. La presse constitue le plus gros corpus mais j’ai aussi eu accès à de nombreux ouvrages et quelques entretiens.

2Inspirée, librement inspirée, de l’éminent travail de Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II2, mon plan est divisé en trois parties, trois temporalités différentes. La première partie est celle du temps court, elle s’intéresse aux compétitions et à la place des femmes dans les institutions.

3La première femme à participer à une épreuve de natation est Annette Kellerman en septembre 1905. Elle est invitée par le journal organisateur de l’épreuve L’Auto. Grâce aux succès de la compétition et dans un contexte de concurrence entre les journaux sportifs, en 1906, deux traversées de Paris à la nage sont programmées, sept femmes y participent. Néanmoins, ces participations féminines doivent répondre à des conditions, il faut à tout prix éviter les défaillances. Les nageuses deviennent les « great attraction » des marathons nautiques et leur participation est exploitée au maximum par les organisateurs. Bien que ces compétitions soient quelque peu éloignées de la norme sportive, elles sont une formidable introduction au processus de sportivisation.

4Encouragés par les succès des marathons nautiques, les journaux sportifs mettent en place de nouvelles compétitions, le processus de sportivisation s’accélère : en 1906, prix Femina, première course de natation pour femmes, en 1907, fête des ondines, première compétition de natation de femmes et entre 1907 et 1914, le nombre de compétitions se multiplie à Paris mais aussi dans le reste de la France. Cependant, ce processus de sportivisation ne serait être complet sans les intégrations institutionnelles.

5À l’image du paysage sportif, les femmes sont institutionnellement divisées. La première fédération à les accueillir est la Fédération des Sociétés Athlétique Professionnelles de France. En 1908, le Championnat de France de 100 mètres est créé, la première Française titrée est Eugénie Decorne. Le premier championnat pour femmes de l’Union des Sociétés Françaises de Sports Athlétique a lieu l’année suivante en 1909. La première championne de France de 100 mètres de l’Union est Blanche Michel. Il est étonnant de voir cette dernière fédération, conservatrice, accepter les femmes en son sein mais plusieurs raisons l’expliquent comme, notamment, l’internationalisation de la natation. La Fédération Internationale de Natation Amateur, créée en 1908, vient d’accepter les femmes en appuyant le comité d’organisation suédois dans son choix d’accepter la participation féminine aux Jeux de Stockholm en 1912. D’ailleurs, les nageuses sont les premières à accéder officiellement à la compétition olympique. Néanmoins, l’intérêt des fédérations porté aux nageuses est faible.

6En 1919, dans un contexte particulier, l’autonomie fédérale est même élaborée : la Fédération Française Féminine de Natation voit le jour. Cependant, cette fédération est rapidement abandonnée, ne servant que les intérêts des dirigeants français afin d’organiser une fédération de natation autonome des grands groupements sportifs français. D’ailleurs, la Fédération Française de Natation et de Sauvetage voit le jour en novembre 1920 et les femmes rallient la nouvelle fédération.

7La place réservée aux femmes dans cette fédération n’est finalement pas plus importante que celle qui leur était accordée au sein des anciennes fédérations omnisports, l’intégration est a minima. Pourtant, durant l’entre-deux-guerres, les Françaises obtiennent de bons résultats : en 1921, en relais, elles obtiennent leur première victoire internationale au Meeting de Monte-Carlo, en 1926, premier record d’Europe battu par Marguerite Ledoux, en 1930, premier record du monde battu par Yvonne Godard, en 1931 elle devient la première Française à décrocher un titre international.

8En dessous de la première partie vient une histoire plus lentement rythmée : un temps intermédiaire, un temps social, une histoire des individus, des groupes et des groupements, du mouvement en quelque sorte.

9Les premières nageuses pratiquent grâce à un capital. Il peut être économique ou social. Ces femmes issues de la bourgeoisie, n’ont pas seulement comme activité la natation, elles pratiquent d’autres sports et peuvent exceller dans d’autres domaines. Le capital qu’il convient de posséder pour nager peut-être aussi être culturel. D’origine familial, quelques-unes de ces premières nageuses sont des filles de maîtres de nage ou d’origine national, Annette Kellerman n’appartient pas à une famille de nageurs mais est originaire d’un pays, l’Australie, où nager est une pratique sportive courante. Ces premières nageuses, admirées, peuvent être considérées comme des éveilleuses.

10Si les premières nageuses avaient pour caractéristique la possession d’un capital, à partir de 1906, les nageuses se retrouvent autour de la structure. La pratique de la natation pour les Françaises ne s’envisage pas sans l’appartenance à un club. Elles sont majoritairement féminines et peu nombreuses. Le recrutement se fait par le biais de proximités qu’elles soient professionnelles ou familiales. Néanmoins, la logique de classe est respectée dans ces associations : ce sont des bourgeoises qui se retrouvent à la tête des clubs. En outre, les clubs apparaissent comme des structures de sociabilité émancipatrice et mènent une véritable propagande.

11Peu de structures sportives résistent à la Première Guerre mondiale mais celles qui résistent, sortent renforcées comme le club des Mouettes de Paris. Durant l’entre-deux-guerres, les clubs qui étaient de tradition masculine accueillent dorénavant des nageuses. Néanmoins, surveillées, elles sont aussi marginalisées. Les clubs continuent leur propagande, aussi tournée vers les pays étrangers. En revanche, la sociabilité émancipatrice diminue au profit d’une sociabilité hédoniste essentiellement tournée vers le plaisir et le voyage. Enfin, de nouvelles possibilités s’offrent aux nageuses professionnellement, elles peuvent dorénavant exercer des métiers en lien avec la natation : maître de nage, journaliste sportive ou commerçante en articles de sport.

12La troisième et dernière partie est dédiée au temps long. Il s’agit d’étudier les liens entre représentations, discours et réalités, de rendre compte de la construction de la différence entre la pratique des femmes et celle des hommes en natation. Ce temps long est aussi celui des techniques sportives.

13La natation apparaît comme le sport féminin par excellence pour plusieurs raisons : c’est un sport convenable, respectable et recommandable. Convenable, ce sport remplit toutes les conditions demandées : il respecte la nature des femmes (et notamment leur organe de reproduction), il respecte les normes traditionnelles de féminité : pas de contacts, ni de heurts, pas d’armes. Le mouvement est fluide et les nageuses donnent l’impression d’une maîtrise de la pratique sans effort. Le spectacle offert est esthétique. Respectable, dans ce sport les nageuses sont rarement critiquées ou caricaturées et les exceptions ne sont pas fustigées. Les nageuses sont « des femmes dignes de l’homme ». Enfin, recommandable, ce sport permet de régénérer la race et de sauver des vies, celles des femmes mais aussi celles de leurs enfants puisqu’elles pourront leur apprendre à nager et par le même biais, leur donner le goût de l’hygiène. Alors que certains sports peuvent tuer, la natation, pratique modérée, peut guérir.

14Au sein de la pratique, il y a tout de même une sexualisation des nages. La brasse, nage considérée comme facile et lente, est recommandée pour les femmes. En revanche, les nages plus rapides et techniquement considérées comme plus difficiles sont déconseillées. Dans la façon de nager, c’est style qui est avant tout recherché pour les femmes mais sans cesse encadrées par des recommandations techniques, les Françaises ne sont pas créatrices d’innovations techniques. En ce qui concerne l’équipement, le maillot des nageuses n’a jamais l’objet de critiques. Ce vêtement est considéré comme neutre mais paradoxalement, par le moulage du corps, il assigne chaque sexe à sa place.

15Tout au long de l’analyse historique, il est démontré qu’émerge de la natation une ambivalence. Deux aspects s’opposent même si ce n’est pas de façon radicale. La natation peut montrer des signes d’émancipation, la pratique de la natation permet indéniablement un affranchissement moral et physique des femmes mais elle peut aussi prendre des aspects plus attachés aux valeurs traditionnelles, à l’ordre social établi. Finalement, la natation ne pourrait-elle pas apparaître à maints égards, « comme le lieu où par excellence, se pérennise la distinction entre les sexes, voire comme le conservatoire d’une masculinité et d’une féminité des plus traditionnelles »3 et il convient de se demander, puisque la pratique du sport joue un rôle socialisant important en matière de genre, la pratique de la natation n’enferme-t-elle pas les femmes dans une pratique qui conforte le rôle socialement assigné aux femmes en empêchant d’autres disciplines de se développer. En démontrant ce qu’il faut faire, on démontre aussi ce qu’il ne faut pas faire.

Haut de page

Notes

1  Michelle Perrot, Mon histoire des femmes, Paris, Seuil et France Culture, 2006, p. 23.

2  Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde Méditerranéen : à l’époque de Philippe II, Paris, Armand. Colin, 1949, 1 160 p.

3  Annick Davisse et Catherine Louveau, Sport, écoles et sociétés : la différence des sexes, op. cit., Paris, L’Harmattan, 1998, p. 133.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Velez, « Les filles de l’eau. Une histoire des femmes et de la natation en France (1905-1939), thèse de doctorat en histoire contemporaine sous la direction de Christine Bard, Université d’Angers, 2010 », Genre & Histoire [En ligne], 8 | Printemps 2011, mis en ligne le 28 octobre 2011, consulté le 29 mai 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1175

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page