Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Fabrice Virgili, Danièle Voldman, La garçonne et l’assassin. Histoire de Louise et de Paul, déserteur travesti dans le Paris des années folles, Paris, Payot, 2011, 173 p.

Anne-Claire Rebreyend

Texte intégral

1Un fait divers suscite un grand nombre d’archives : des archives policières et judiciaires en premier lieu, des archives militaires et administratives, des coupures de presse, mais aussi des documents épars comme des lettres, des écrits autobiographiques, des photographies, des notes… À partir de cet ensemble d’archives ordinaires, Fabrice Virgili et Danièle Voldman reconstruisent l’histoire extraordinaire d’un couple d’ouvriers parisiens, Paul Grappe et Louise Landy. Soldat pendant la Première Guerre mondiale, Paul déserte en 1915. Pour échapper à la justice, il se travestit en femme et vit plusieurs années avec son épouse Louise sous l’identité de Suzanne Landgard. Avec la loi d’amnistie de 1925, il reprend son identité d’homme et reconnaît leur fils né à la fin de cette même année. Mais Paul se saoule abominablement, cède à de fréquents accès de violence envers sa femme et son fils. C’est alors que Louise lui tire dessus et le tue le 21 juillet 1928.

2À la croisée de l’histoire de la Grande Guerre, de la justice, du genre et de la sexualité, l’histoire de Paul et Louise peut se lire de différentes manières et c’est bien ce qui aiguille Fabrice Virgili et Danièle Voldman. Ces derniers ne se contentent pas de restituer l’affaire et de la tirer de l’oubli - ce qui est déjà passionnant en soi - mais ils se livrent à une analyse des trajectoires particulières des individus et de leurs zones d’ombres, déjouant les clichés donnés à l’époque du procès de Louise.

3Le titre du livre condense d’ailleurs fort habilement toute la complexité des personnages : contrairement à ce que l’on peut penser au premier abord, la garçonne n’est pas Louise et l’assassin n’est pas Paul… Fabrice Virgili et Danièle Voldman révèlent la fragilité de Paul, son histoire familiale et sa névrose de guerre, son intelligence et sa modernité, la révélation de sa bisexualité sous l’apparence de Suzanne (multiples aventures avec des hommes et des femmes, participation à des partouzes et à des activités frôlant le proxénétisme), sa vision du mariage et de l’amour libre. La « fluidité de la frontière du genre » (p. 115) est ainsi mise au jour. Louise, quant à elle, ne figure pas seulement « la » femme soumise et malmenée par son mari, c’est aussi une femme indépendante qui joue le rôle de l’homme de la maison, dispose d’un réseau de sociabilité et n’hésite pas à se débarrasser de son mari violent. Là aussi, les rôles traditionnels des sexes sont remis en question.

4Enfin, les deux historiens, notant leur dette à l’égard de la micro-histoire, prennent soin de rapporter ces trajectoires individuelles au contexte général. Ils montrent par exemple le rôle clé de la guerre de 1914-1918 dans le mariage de Paul et Louise : le conflit fragilise Paul et lui fait prendre conscience de sa bisexualité, tout en donnant des responsabilités à Louise. Les auteurs rappellent aussi que le contexte du Paris des années 1920 où triomphe la mode de la garçonne, permet à deux femmes de vivre ensemble sans que leur entourage ne s’en soucie. On aimerait bien savoir comment les époux, dont la dépendance amoureuse et économique est avérée, ont négocié leur intimité au moment du travestissement de Paul en Suzanne, mais sans doute les sources demeurent-elles trop vagues à ce sujet. Si le couple continue d’avoir des relations sexuelles, est-ce Paul qui fait l’amour avec Louise ou est-ce Suzanne ?

5Cet ouvrage, concis et précis, met bien en valeur les divers aspects du « métier d’historien » : reconstituer des faits à l’aide des archives, confronter ces faits et les interpréter grâce à d’autres travaux d’histoire, mais aussi grâce à l’imagination et à la sensibilité des auteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Claire Rebreyend, « Fabrice Virgili, Danièle Voldman, La garçonne et l’assassin. Histoire de Louise et de Paul, déserteur travesti dans le Paris des années folles, Paris, Payot, 2011, 173 p. », Genre & Histoire [En ligne], 8 | Printemps 2011, mis en ligne le 28 octobre 2011, consulté le 27 août 2016. URL : http://genrehistoire.revues.org/1169

Haut de page

Auteur

Anne-Claire Rebreyend

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page