Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sandrine Garcia, Mères sous influence. De la cause des femmes à la cause des enfants, Paris, La Découverte, coll. « Textes à l’appui/Genre et sexualités », 2011, 384 p.

Clarisse Carrière

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Sandrine Garcia montre comment, de la maternité choisie comme revendication libératrice pour les femmes (« la cause des femmes »), nous sommes progressivement passés à un devoir de bonne maternité (« la cause des enfants »). Ce déplacement des enjeux autour de la naissance et de l’éducation des jeunes enfants est le produit des histoires militantes féministes, revendiquant une « maternité choisie » pour une « maternité heureuse », conjuguées à l’apparition de nouvelles approches de l’enfant, considéré désormais comme un être à part entière et en cela devant être le sujet de nouvelles formes d’attention parentale.

2Mères sous influence est divisé en quatre parties, qui retracent de manière quasi chronologique l’émergence d’idées nouvelles dans l’espace public, les luttes d'influence auxquelles elles donnent lieu, les figures militantes par lesquelles elles sont portées, etc. Il s’agit d’une véritable socio-histoire des idées. Sandrine Garcia retrace la genèse des lois historiques qui encadrent la procréation et la parentalité. Elle nous donne à comprendre l’avènement de ces lois, la manière dont les différents textes s’articulent à la fois entre eux et aux événements sociaux de leur moment historique, mais aussi comment l’attention collective se déplace de la libération des femmes à la « bien-traitance » des enfants. Elle montre également que ce glissement répond à une logique et s’enracine dans les prémices morales des premières justifications féministes de la liberté de conception.

3Dans la première partie, « Familles nombreuses ou familles heureuses ? », l’émergence en France des luttes féministes pour l’accès à la contraception et à l’interruption volontaire de grossesse est décrite de manière approfondie. L’auteure y historicise les arguments utilisés par les promoteurs de la « libre maternité » ainsi que ceux de ses détracteurs. Elle montre comment ces arguments sont portés par des acteurs dont elle explique les trajectoires et les relations qu’ils entretiennent les uns avec les autres. Cette incarnation des mouvements historiques par leurs acteurs constitue une des originalités et un des intérêts majeurs de cet ouvrage et le distingue nettement d’une simple histoire des idées. Sandrine Garcia décrypte minutieusement les stratégies militantes mises en place par les activistes, en premier lieu des médecins et/ou des intellectuels issus des classes bourgeoises, à l’image de Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé, initiatrice du mouvement « Maternité heureuse » devenu « Mouvement Français pour le Planning Familial ». Ces mouvements orchestreront de véritables campagnes d’opinion pour permettre aux femmes l’accès à un contrôle des naissances. Plus que sur une libération sexuelle ou la libération des femmes, les arguments alors mis en avant reposent sur « une amélioration des conditions d’exercice de la maternité, [en prenant] au sérieux les souffrances des femmes confrontées aux charges que celle-ci impose et aux conditions d’existence des familles, en défendant pour les enfants quelque chose de l’ordre du « droit des enfants à naître désirés » et par conséquent, selon eux, à être aimés. » (p. 10). Dans un deuxième temps, Sandrine Garcia montre comment l’expertise médicale s’impose peu à peu comme la référence en matière d’éducation infantile. Les « entrepreneurs de morale » (p. 93)  dans l’espace public s’appuient de moins en moins sur des principes religieux ou éthiques pour justifier leurs positions mais placent les médecins en position d’experts sociaux. Les politiques sanitaires sont construites en référence à un bien commun qu’il appartient dès lors au corps médical de définir. Ainsi, avec « la sécularisation de la morale médicale » (p. 93) se construit le lit de l’influence de la psychanalyse de l’enfant. Parce que la parole des psychanalystes se définit comme experte et parce que les psychanalystes proposent une nouvelle approche de l’enfant à un moment de grandes mutations sociales mais aussi familiales, on peut assister, comme le décrit l’auteure dans sa troisième partie, à « la construction psychanalytique d’une ‘cause de l’enfant’ » (p. 191). Celle-ci sera incarnée principalement par la célèbre psychanalyste Françoise Dolto qui, forte d’une grande médiatisation, contribuera largement à faire émerger l’idée que l’enfant est souvent abîmé par l’éducation qu'il reçoit. Ainsi peu à peu, se met en place une image des parents, mais surtout et d’abord des mères, comme étant des éducateurs « à éduquer » afin qu’elles soient le moins nuisibles possible au développement psychique de l’enfant. Un ordre normatif de la maternité se diffuse alors, prescrivant des comportements de disponibilité maternelle, d’écoute des désirs de l’enfant, de bannissement des contraintes physiques... Comme le dévoile la sociologue, sous couvert de bien-être psychologique de l’enfant, compris comme une vérité scientifique et comme une nécessité collective, il s’agit largement d'une diffusion des mœurs éducatives des classes bourgeoises vers les classes populaires, et d’une ré-assignation des femmes à leur rôle maternel « choisi ».

4En s’appuyant sur de nombreux exemples ainsi que sur une enquête de terrain dans les institutions à destination des parents, Sandrine Garcia nous montre comment, actuellement, les textes régissant l’accompagnement de la parentalité et définissant la bien-traitance, aussi bien à l’échelle européenne que française, résultent de cette « construction des ‘déviances parentales’ » (p. 281), héritage de la morale à la fois de la maternité heureuse justifiant la contraception, et de la prise en compte de besoins psychiques de l’enfant auxquels sa mère a le devoir de répondre. Dans cette dernière partie, la sociologue pointe la dimension socialement située des normes parentales et souligne les écarts qui demeurent entre diffusion de normes par les entrepreneurs de morale, fussent-ils des professionnels de l’aide sociale, la réception de ces normes et leur application par les parents.

5Sandrine Garcia met ainsi magistralement en lumière un paradoxe contemporain : « au terme de ce travail, nous espérons avoir montré comment la ‘cause de l'enfant’ s’inscrivait en partie non pas simplement dans le prolongement de la ‘cause des femmes’ et de la ‘cause des mères’, mais aussi bien en partie contre elles, même si les processus d’appropriation par différents acteurs suivent des logiques propres, permettant à ceux-ci d’y puiser des éléments ajustés à leurs attentes et à leurs dispositions » (p. 373).

6Clarisse Carrière,

7Doctorante à l'Iris-EHESS - Allocataire de l'Institut Emilie du Châtelet

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clarisse Carrière, « Sandrine Garcia, Mères sous influence. De la cause des femmes à la cause des enfants, Paris, La Découverte, coll. « Textes à l’appui/Genre et sexualités », 2011, 384 p. », Genre & Histoire [En ligne], 8 | Printemps 2011, mis en ligne le 21 novembre 2011, consulté le 25 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1165

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page