Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Karine Lambert et Pierre-François Astor, Pour en finir avec le conflit des sexes, Paris, Éditions du Palio & Semiode éditions, 2011, 188 p.

André Rauch

Texte intégral

1Karine Lambert et Pierre-François Astor sont tous deux historiens et universitaires, et ensemble ils ont cherché à traiter la question de « l’entrée » des femmes dans le « peuple » des hommes, à la lumière d’un remake de la conférence de Valladolid, lorsqu’au XVIe siècle l’actualité portait sur « l’humanité » des Indiens. Dans les deux situations, celle tirée de l’histoire et celle qu’illustre l’actualité, l’enjeu de leur livre - et de la société contemporaine - est sinon le même du moins comparable : il s’agit de retrouver un ordre social, ou plutôt d’en inventer un nouveau. L’habileté et l’érudition de ce beau livre tiennent précisément à ce face à face, d’où il tire son éclairage, disons sa Lumière.

2Deux noms héroïques ouvrent le débat. Fred, Frédérique ou Frédéric, Camille, au féminin ou au masculin, confrontent non des idées, mais des expériences, c’est-à-dire des observations tirées du quotidien. Grâce à cet artifice littéraire, les auteurs interpellent nos lieux communs sur la différence ou le conflit des sexes - ou des genres. Différence et conflit, mais en situation - à table ou en tablée - sur ce qu’elles et eux disent ou savent de la sexualité. À chaque fois, les situations se renversent, car l’égalité homme-femme les a rendues – en théorie – réversibles, jetant les unes puis les autres dans l’embarras de ce qu’ils savent ou ignorent, énoncent ou ne peuvent pas dire, veulent ou ne savent pas faire. Le couple, la sexualité, la mater-pater-nité, la révolte ou la révolution, l’emploi, la criminalité, etc. Bref, tout ce qui a révolutionné le monde (en France) depuis un demi-siècle. Et les égalités qui n’ont pas suivi. La réflexion se déroule sur le mode d’un dialogue à la Voltaire ou à la Montesquieu, et nos préjugés sur le sexe, le genre, les rôles masculins ou féminins, les rapports entre hommes et femmes ou internes au même genre, se hérissent successivement sous nos yeux.

3Mais l’objectif que visent Karine Lambert et Pierre-François Astor est celui du dépassement des premières revendications du féminisme. Que vaut aujourd’hui la formule du MLF des années soixante : « Un enfant quand je veux, si je veux » ? Quelle est véritablement son actualité ? La parentalité n’a-t-elle pas profondément évolué en un demi-siècle et ne faut-il pas repenser les questions de l’égalité des rôles sur de nouvelles données ? Ne faut-il pas confronter ces questions de la parentalité à celles de l’histoire de la longévité humaine dans la société d’aujourd’hui, à l’évolution de la procréation assistée, à la question de l’homoparentalité, etc. bref des interrogations actuelles et non pas une orthodoxie tirée d’hier. Exemple de renouveau du questionnement : « enfanter trop tôt ou trop tard peut être dangereux, exaltant ou ridicule. Enfanter avec n’importe qui n’est pas toujours glorieux. Enfanter dans le cadre du couple ou mieux encore du mariage demeure une norme. Enfanter en recourant à la gestation pour autrui ou grâce à l’assistance médicale est désormais possible. Interdire la parentalité aux homosexuel-le-s est injustifiable » (p. 87). Connaissons nous les réponses à ces questions ? Savons-nous même les poser dans l’ordre la pratique ? Voilà où et comment nous interpellent, subtils et taquins, les deux historien-ne-s lorsqu’ils posent les questions d’aujourd’hui à la lumière de l’histoire récente des luttes fémi-hoministes.

4De cette déconstruction les auteur-e-s tirent au fur et à mesure la conclusion, sorte de dépassement recherché et convaincant, que le conflit – la guerre - des sexes n’aboutit pas à une solution viable. D’autres solutions sont à rechercher afin de dépasser les positions rigides, l’archaïsme des normes : « il ne faut pas se contenter de changer le logiciel mais renouveler le disque dur » (p. 181) écrivent-ils sous forme de boutade. Tant il est vrai que la complexité des rapports de sexe et de genre domine sur les différentes scènes sociales. Le couple, la vie professionnelle, les enjeux politiques, les choix culturels ne sont pas à la portée d’un individu, doué d’une essence, alors que ce sont les circonstances qui déterminent son adaptation au réel. À son insu, éventuellement, elles confrontent tout un chacun à des contradictions s’il n’apprend pas la nature de l’existence, dans ses aléas, ses péripéties et la complexité des circonstances.

5De ce livre stimulant, passionné et passionnant, le lecteur apprendra que les historiens savent se confronter au présent avec l’intelligence de l’humour. Une vertu devenue rare.

6André Rauch, chercheur à ISOR - Paris 1

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Rauch, « Karine Lambert et Pierre-François Astor, Pour en finir avec le conflit des sexes, Paris, Éditions du Palio & Semiode éditions, 2011, 188 p. », Genre & Histoire [En ligne], 8 | Printemps 2011, mis en ligne le 21 novembre 2011, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1161

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page