Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Catherine Halpern, Michèle Bitton, Lilith, l’épouse de Satan, Paris, Larousse, coll. « Dieux, Mythes et Héros », 2010, 191 p.

Guillaume Roucoux

Texte intégral

1Lilith, l’épouse de Satan est la quatrième figure féminine à s’inscrire dans la collection de « Dieux, Mythes & Héros » qui ne cache pas « le caractère profondément masculin de la mythologique en général » (p. 167), pour mieux lui résister. Ce portrait en six chapitres, dressé par la journaliste Catherine Halpern et la sociologue Michèle Bitton à partir de textes théologiques judéo-chrétiens et d’analyses scientifiques, nous donne à voir une Lilith plurielle mais dont « la plus grande partie de [l’]histoire nous échappe sans doute » (p. 16).

2Le récit de cette longue histoire reconstruite à partir d’un maigre corpus commence donc avec la Bible, dans laquelle la « créature » n’apparaît qu’une seule fois et au milieu d’un bestiaire. Très ambigüe, cette place multiplie à des époques variées les interprétations quant à la nature précise de Lilith : « engoulevent » selon le professeur G. R. Driver, associant les deux – fausse et véritable – étymologies du nom (nuit et souffle), « onocentaure », « créature fabuleuse moitié âne (‘onos’) moitié homme » [sic] dans la Septante (IVème siècle avant J.-C.), « lamie » dans la Vulgate (IVème siècle), « fée » pour le traducteur de la Bible Benoist (1568) ou encore « sirène » pour le Maistre de Sacy (XVIIème siècle). Pourtant, dans le Talmud de Babylone, disponible à partir du Vème siècle, la créature femelle apparaît déjà plus distinctement sous les traits d’un démon féminin, « à figure de femme, doté d’une longue chevelure » (p. 32). Caractéristique physique que les auteures ne manquent pas de relier aux obligations propres aux femmes juives, notamment orthodoxes, comme par exemple « se raser la tête la veille de leurs noces » (p. 34).

3En relisant la Genèse, au deuxième chapitre, on découvre que Lilith fut crééede la poussière du sol, comme Adam, et qu’elle serait la « Première Eve ». L’Alphabet de Ben Sira (rédigé au XIème siècle) complète le mythe et précise comment elle n’accepta pas de se soumettre à Adam, revendiquait leur égalité que celui-ci refusait, jusqu’à ce qu’elle le quittât. Rattrapée par les anges, elle ne consentit pas à l’injonction divine de revenir auprès de son égal, n’assumant finalement le rôle d’avoir été « créée que pour faire du mal aux nouveau-nés depuis leur naissance jusqu’à l’âge de huit jours si c’est un garçon, et depuis leur naissance jusqu’à l’âge de vingt jours si c’est une fille » (p. 59). C’est la raison pour laquelle il est fréquent de lire « Adam et Eve dehors Lilith Eve première » sur les amulettes juives de protection des nourrissons, qui nous sont données à voir dans l’ouvrage, et dont l’usage « reflète l’inégalité entre les hommes et les femmes, cette inégalité que précisément refuse Lilith » (p. 86).

4Apparentée à Médée, Mélusine, Obizoth, au troisième chapitre, Lilith devient donc tueuse d’enfants « dont le Saint, béni soit-Il, prévoit la mauvaise conduite pendant toutes les transmigrations futures » (p. 110). Corroborant l’interdiction édictée dans les Préliminaires du Zohar quant aux rapports sexuels ayant lieu à la lumière d’une bougie lors de la nuit du Shabbat, si elle ne les tue pas, Lilith menacerait d’épilepsie les enfants qui en seraient le fruit. Plus généralement, elle n’hésitera pas à emporter le corps du nourrisson issu de « relations coupables » (p. 109), mais rendra l’âme à Dieu, assumant alors le rôle de « Servante ». Paradoxe qui ne manquera pas de questionner les auteures et plus encore, leurs lecteur-ice-s !  

5Le quatrième chapitre poursuit le récit de la fuite de Lilith une fois rattrapée par les anges. Invoquant le Deutéronome, elle se défendit en stipulant qu’Adam n’avait pas le droit de reprendre son épouse répudiée, et ajouta que « le Grand Démon [l]’a[vait] déjà prise ». C’est donc en devenant l’épouse de Satan, que Lilith acquit (ou confirma) son statut maléfique. Le Zohar, rédigé au Moyen Age, d’orientation cabalistique particulièrement centré sur la question du mal et de son origine, développe ce nouveau rôle, pour faire de Lilith une sorte de jumelle inversée d’Eve (ce que la rabbin Pauline Bebe et le psychanalyste Jacques Bril affirment aujourd’hui). C’est sans compter l’apport d’Isaac Ha-Cohen qui, au XIIIème siècle, dans son Traité sur les émanations de la gauche, a révélé l’existence de deux Lilith, et par la même occasion, de deux couples malins : Lilith la « Matrone » et Samael, « doubles maléfiques d’Adam et Eve », puis Lilith la « Jeune » et Asmodée. Proposant un point de vue hétérodoxe dans les Chapitres des Palais inférieurs, cet auteur affirme que Samael et Lilith seraient nés « Un », comme Adam et Eve. Alors que la Matrone est assimilée au Léviathan, la Jeune incarne la séductrice voire la prostituée, que l’on retrouve au chapitre suivant.

6Sous des traits de « luxurieuse », Lilith est en effet l’incarnation du mal sexuel, comme du mâle sexuel : elle est capable de « changer de sexe pour séduire hommes ou femmes » (p. 136), justifiant dans les pratiques juives l’interdit de « toute pollution séminale [qui] donne naissance à des démons » (p. 139). Pour se prémunir de son action, indique le Zohar, il convient notamment de procéder à des préliminaires magiques visant à purifier les corps qui viendront s’accoupler, et après le coït, de purifier le lit et à la femme de couvrir ses cheveux le temps de la conception.

7Sans savoir ce qu’il advient de Lilith du XIIIème au XIXème, on apprend que la « Jeune » (semble-t-il) « s’émancipe alors du judaïsme qui l’avait enfanté[e] pour devenir en Europe un motif prisé des arts et des lettres » (p. 149). Dans ce dernier chapitre, qui aurait sans doute mérité d’être divisé et développé, les auteures la retrouvent sous la plume et les pinceaux d’au moins treize hommes illustres, mais seulement deux femmes (Anaïs Nin et Alina Reyes). Pourtant, Lilith devient à partir de 1970 une « icône féministe » juive, symbole de l’égalité de sexes et de la rébellion face aux injonctions faites aux femmes, dont la répression de leur sexualité au profit de la seule procréation. Elle est, selon les féministes, « victime d’une société inégalitaire qui n’a eu de cesse de diaboliser celle qui remettait en cause l’ordre social » (p. 168). Dans une perspective astrologique, Joëlle de Gravelaine insiste pour faire de la « déesse », le symbole de la Lune Noire : « indication très nette et souvent maléfique de ce qu’il y a de caché dans l’individu » (p. 170). Plus largement, les références faites à Lilith se multiplient, dans la pornographie, les comics, la musique rock et le théâtre.

8Dans l’ensemble, l’ouvrage de C. Halpern et M. Bitton est agréable à lire, avec ses quelques illustrations, malgré des répétitions et explications de textes théologiques parfois superflues. Destiné à un plus large public que les seul-e-s historien-ne-s ou chercheur-se-s en sciences humaines et sociales, ce livre reste une introduction. En effet, une étude mériterait d’être plus approfondie de l’histoire, circonscrite en temps et en lieu, de chacune des Lilith, dont le sexe implicite, trouble ou changeant reste précisément une question à poser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Roucoux, « Catherine Halpern, Michèle Bitton, Lilith, l’épouse de Satan, Paris, Larousse, coll. « Dieux, Mythes et Héros », 2010, 191 p. », Genre & Histoire [En ligne], 8 | Printemps 2011, mis en ligne le 28 octobre 2011, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1159

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page