Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Elena Gretchanaia et Catherine Viollet, Si jamais tu lis ce journal… Diaristes russes francophones 1780-1854, Paris, CNRS éditions, 2008, 345 p.

Dominique Picco

Texte intégral

1Ce volume, publié aux éditions CNRS dans la collection Mondes russes et est‑européens, préfacé par Philippe Lejeune, propose la publication scientifique d’un choix d’extraits d’écrits en langue française de femmes de l’aristocratie russe, précédée d’une cinquantaine de pages de présentation et accompagnée de plusieurs portraits de ces diaristes. Cet important travail de recherche, issu d’un programme de coopération scientifique entre le CNRS et le RFFI (Fonds russe de recherches fondamentales), recouvre des champs très actuels et, en particulier, l’intérêt renouvelé des historiens et des littéraires pour les écrits du for privé et pour les différentes formes d’écriture féminine. Il s’inscrit également au croisement des centres d’intérêts des deux auteures. Elena Gretchanaia (professeure de littérature comparée à l’Université d’Orléans), spécialiste des liens entre littératures française et russe du XIXsiècle, a en effet déjà consacré un article aux écrits autobiographiques en langue française des femmes russes du XVIIIe siècle1 sur lequel s’appuie en partie l’introduction du présent livre. Quant à Catherine Viollet (CNRS), ses travaux sur les journaux intimes nourrissent la présentation.

2La première partie de l’ouvrage, Ressusciter ces voix oubliées, vise à la fois à contextualiser la production de journaux féminins dans la Russie des années 1780‑1850 et à en proposer des pistes d’analyse. Elle rappelle tout d’abord la place des femmes dans une société aristocratique où, certes liées à un homme (père ou mari), elles disposent de leurs biens propres ce qui leur permet, par exemple, de vivre séparées de leur époux sans pour autant divorcer. À l’exception de celles qui, comme Maria Tolstaia (1802-après 1847), fréquentèrent l’institution de Smolny fondée par Catherine II, ces aristocrates ont été éduquées dans leur milieu familial, le plus souvent par des maîtresses étrangères. Leur instruction où les langues vivantes, le français en particulier, occupent une place de choix est considérée par les auteures comme supérieure à celle reçue par la même catégorie sociale dans les autres pays européens. La période retenue coïncide avec l’utilisation intensive de la langue française dans cette aristocratie, l’essor d’une littérature francophone en Russie, mais aussi la naissance et le développement d’une écriture diaristique, en particulier parmi les femmes. Sur les quatre‑vingts auteurs des journaux en langue française retrouvés dans différents dépôts d’archives de Moscou et Saint‑Petersbourg ne figurent en effet que vingt‑huit hommes. Il n’existe jusqu’à présent aucune étude systématique de ces journaux féminins en langue française. Seuls des fragments ont été publiés, avant 1917 ou dans les vingt dernières années, le plus souvent sous forme de traduction russe ou d’édition bilingue, avec une prédilection pour les écrits de femmes connues ou apportant des témoignages sur des personnages célèbres. Le regard porté par Elena Gretchanaia et Catherine Viollet sur ces textes est autre : elles n’y voient pas des témoignages historiques mais des documents humains à part entière obéissant à leurs propres règles, reflet de la vie vécue par ces diaristes, de leur place dans la société et de la représentation qu’elles s’en font mais également d’un processus de construction d’une identité féminine à travers l’écriture.

3Après la chronologie de l’apparition et du développement des écrits féminins à partir de la fin du XVIIe siècle et les spécificités propres à chaque période (usage ou non de la langue russe, place de l’introspection par rapport au récit factuel, entrées datées ou non) sont évoqués les aspects matériels des manuscrits. La variété des supports et des couvertures, de la graphie, du style et de la maîtrise de l’orthographe, de la présentation des pages, la présence de dessins, sont autant de signes révélant le caractère très personnel de ces écrits même si, au fil du temps, la présentation sous forme de livre relié gagne du terrain tout comme la fréquence des ratures traduisant la place prise par le travail littéraire. Les auteures proposent une typologie de ces diaires, distinguant journaux de voyage, journaux relationnels remplaçant ou complétant un échange épistolaire, chronique de la vie mondaine, journaux de méditation ou de réflexion spirituelle ou encore journaux consacrés aux enfants. Abordant la question du destinataire, Elena Gretchanaia et Catherine Viollet soulignent combien, suscités ou imposés par les proches, contrôlés par les éducateurs, ces écrits sont éloignés d’une véritable spontanéité. Les diaristes s’adressent à une amie, une parente, à leur bien-aimé dont elles se trouvent séparées par la distance ou le voyage. Cependant, même si la rédaction explicitement pour soi est tardive, la plupart de ces textes ne racontent pas uniquement les événements vécus pour les faire connaître à autrui ou en garder le souvenir mais évoquent un cheminement personnel, l’utilité morale de la réflexion par l’écriture, voire les finalités d’une telle pratique. L’étude littéraire de la langue française utilisée par les diaristes s’intéresse au niveau de langage, à la qualité stylistique, à la maîtrise de l’orthographe, à l’imbrication de passages en russe ou en d’autres langues en fonction des origines familiales de ces femmes ou des thèmes abordés.

4Les dernières pages de cette présentation abordent longuement la question de la représentation d’un moi féminin à travers les diaires étudiés. On peut regretter qu’elles n’aient pas été placées en fin de volume, tant elles retardent la découverte des textes eux‑mêmes et peuvent en orienter l’appréhension par le lecteur. La pertinence de l’analyse est néanmoins indéniable sur bien des points. Les chercheuses montrent combien la mise en scène de soi des diaristes est conditionnée par les stéréotypes intériorisés de la femme souffrant de l’absence du bien-aimé, de l’épouse soumise et de la mère attentive. Elles mettent en exergue la représentation d’un espace proprement féminin, monde de relations affectives entre femmes où prévalent le langage du corps et l’expression d’une sensibilité exacerbée largement conditionnée par des modèles littéraires portant à l’introspection. Disposant de journaux masculins, Elena Gretchanaia et Catherine Viollet n’y font cependant aucune allusion et n’esquissent donc jamais de comparaison en termes de genre, ce qui fait cruellement défaut à leur démonstration. Afin de mesurer les caractères proprement « féminins » de ces diaires, tant dans la forme ou le fond, encore faudrait-il étudier les productions de leurs homologues masculins. Disposant par exemple d’écrits contemporains d’amoureux séparés pour quelques mois, Elisaveta A. Chakhovskaia (1803‑1836) et Valentin M. Chakhovskoï (1801‑1906), une analyse comparée aurait pu ouvrir des pistes originales.

5La seconde partie du livre est constituée de la publication d’écrits de quinze diaristes parmi la cinquante étudiée par les deux chercheuses. À côté de rares textes complets, tel celui de Natalia Bodé (1790‑1860), la plupart de ces inédits en France, voire en Russie figurent sous forme d’extraits conséquents ‑ rarement de moins de dix pages - ne donnant jamais l’impression de montages artificiels. Classés selon l’ordre de naissance de leurs auteures, ils sont précédés d’une présentation biographique ‑ sauf pour deux inconnues – d’une description matérielle du manuscrit et d’une brève analyse de l’ensemble de l’œuvre justifiant le choix de leur publication. La lecture de l’ensemble est tout à fait passionnante. Si le chercheur retrouve bien sûr les pistes suggérées par l’introduction d’Elena Gretchanaia et de Catherine Viollet, la richesse de ces journaux offre de multiples autres approches : vision de la Révolution française, voyages des Russes à travers l’Europe (itinéraires, étapes, comparaisons avec les guides à l’usage des voyageurs) ou encore lectures de ces femmes. Même si certains journaux paraissent monotones - voire même plats et convenus pour certains - tant dans la description des voyages que dans l’introspection, leur présence au sein du recueil contribue à en mettre d’autres en valeur. Le chercheur ne peut donc que souhaiter la publication intégrale de la plupart de ces diaires, en particulier de ceux où percent des personnalités hors du commun, comme Ekaterina Vadkovskaia (1765-1826), ou encore des jeunes filles dotées d’un réel sens de l’humour telle Maria Tolstaia ou Elisaveta Davydova (1823‑1902). Classement chronologique et informations biographiques permettent la comparaison entre des journaux relatant le même voyage à travers l’Europe, ou de repérer des constellations – selon les termes des auteures. En effet, certaines familles sont riches en diaristes, sœurs, cousines ; on relève même plusieurs cas de générations successives de femmes ayant tenu un journal. Notons enfin la qualité de la publication et en particulier l’uniformisation du code de transcription, le respect de l’orthographe originale, de la présentation des pages et des ratures sans oublier l’identification d’un très grand nombre de personnages cités dans ces textes et la liste exhaustive des diaires étudiés en fin de volume.

6En dépit de quelques réserves émises en particulier en termes d’histoire du genre ou à propos de l’analyse des textes, le chercheur ne peut que se féliciter de la publication d’un tel recueil, utile en particulier pour l’histoire des femmes, de la circulation des élites et des modèles culturels dans l’Europe de la fin du XVIIIe au milieu du siècle suivant.

7Dominique Picco, Université de Bordeaux

Haut de page

Notes

1  « Les écrits autobiographiques des femmes russes du 18e siècle rédigés en français », Dix‑huitième siècle, n°36, 2004, p. 131‑154.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Picco, « Elena Gretchanaia et Catherine Viollet, Si jamais tu lis ce journal… Diaristes russes francophones 1780-1854, Paris, CNRS éditions, 2008, 345 p. », Genre & Histoire [En ligne], 8 | Printemps 2011, mis en ligne le 21 novembre 2011, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1156

Haut de page

Auteur

Dominique Picco

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page