Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Christopher E. Forth et Elinor Accampo, dir., Confronting Modernity in Fin-de-siècle France. Bodies, minds and gender,

Londres, Palgrave Macmillan, 2010, 265 p.
Emmanuelle Retaillaud-Bajac

Texte intégral

1Rassemblant une série d’interventions présentées devant la Society for French Historical studies, à l’occasion de son congrès annuel, en mars 2007, cet ouvrage collectif d’historiens anglo-saxons – majoritairement américains, avec quelques incursions du côté de la Grande-Bretagne et de l’Australie – réinvestit la notion riche et problématique de modernité, en la soumettant au contexte politique et socioculturel des premières décennies de la IIIe République. Solidement articulée dans une introduction générale circonstanciée, la problématique d’ensemble parvient ainsi à subsumer des objets et des approches assez divers, en les intégrant à un questionnement global sur les modalités et les effets de ce processus  : précocement confrontée à la modernité politique du modèle républicain et du suffrage universel, théâtre majeur du bouleversement technique et urbain, mais aussi hantée par la défaite de 1870 et le spectre du déclin démographique, la France des années 1870-1900 n’est-elle pas un laboratoire d’observation privilégié pour repérer et disséquer les contradictions qui sous-tendent cette douloureuse  mais féconde dialectique de l’ancien et du moderne ?

2L’interrogation, bien sûr, n’est pas neuve. Comme le rappellent les coordinateurs de l’ouvrage, elle parcoure, en filigrane, tous les travaux qui, depuis les années 1970, à la suite, notamment, de la réflexion de Michel Foucault, prolongée par les recherches de Georges Vigarello et d’Alain Corbin en France, puis par celles de l’école américaine des gender et des cultural studies, interrogent les soubresauts et les recompositions de cette mue identitaire à travers la prolifération de discours normatifs et prescripteurs qui l’accompagnent et la légitiment, notamment dans la champ médical. Si le livre entend apporter des éclairages stimulants, c’est bien parce que les auteurs se proposent de poursuivre cette approche à la lumière des outils conceptuels qui mobilisent la recherche la plus récente des deux côtés de l’Atlantique. Parmi eux, l’analyse des tensions générées par la crise des identités de genre ou des rapports entre les sexes occupe ici une place privilégiée, voire dominante. Non parce qu’elle serait devenue une grille de lecture obligatoire et « politiquement correcte », mais parce qu’elle permet de décentrer subtilement des objets classiques (l’Affaire Dreyfus, l’identité républicaine...), ou d’en faire émerger de nouveaux (par exemple la notion « d’honneur féminin », le rapport genré à la gastronomie, la morale sexuelle des bohèmes parisiens...). L’optique retenue est d’ailleurs moins celle d’une histoire des femmes ou des féminismes, que d’une approche dialectique des genres, souvent pensés dans leur rapport au corps et à la sexualité. Revendiqué comme parrainage, l’ouvrage fondateur de Robert A. Nye, Masculinity and Male codes of Honour in modern France (1993) innerve ainsi en profondeur la réflexion collective.

3Divisé en quatre parties, l’ouvrage débute par une mise en perspective de la place assignée aux femmes dans le modèle républicain français, enjeu clé de cette modernité politique en gestation. Elle oppose le point de vue de Charles Sowerwine, pour qui l’exclusion des femmes de la citoyenneté active serait, dès 1792, constitutive d’une vision « paternaliste » de la république, elle même tributaire de la filiation rousseauiste, et l’historienne féministe Karen Offen, qui discerne plutôt, dans cette disqualification du suffrage féminin, les résistances ponctuelles, et de plus en plus résiduelles, d’individus concrets, menacés dans leur suprématie et refusant, de ce fait, le message structurellement égalitaire des Lumières.

4La deuxième partie envisage un autre mode de mise à l’écart des femmes, celui qu’opère le discours médical lorsque, se substituant peu à peu à celui de l’Eglise, il vise à réguler et à poser des normes légitimées par la toute puissance de la science et la pseudo évidence du fait de nature  : Elizabeth A Williams analyse ce phénomène à travers la valorisation du « gastronome » au masculin, au détriment de « l’anorexique », toujours au féminin, nous invitant ainsi à constituer la nourriture et les modes d’alimentation en observatoire majeur des rapports de pouvoir entre les sexes. Sur un terrain de recherche peut-être moins balisé mais en pleine expansion, celui des sciences occultes, James Smith Allen étudie le détournement du discours scientifique opéré par l’occultiste Papus pour capter au profit de sa secte une clientèle essentiellement féminine, l’habillage scientiste venant ici se superposer au  traditionnel ascendant de la religion sur les femmes.

5La troisième partie s’interroge sur l’enjeu décisif de l’élaboration d’une morale républicaine dans les années 1880-1890, et de la place assignée aux femmes dans cette entreprise – des femmes certes privées du droit de vote et de la participation active aux affaires politiques, mais dotées, en tant qu’épouses, mères, et partenaires sexuelles, d’une responsabilité au moins indirecte dans la purification des moeurs invoquée, non sans ambiguïté, par les hommes en charge de la chose publique. A travers l’analyse du rôle des protestants français dans le combat pour la vertu (Steven C. Hause), des procès en paternité encouragés par la loi de 1912 (Rachel G. Fuchs), de la critique de la « double morale » sexuelle par les féministes de la Belle Époque (Andrea Mansker) ou du contre-modèle de masculinité échafaudé par la bohème montmartroise (Michael L. Wilson), les auteurs mettent au jour les tensions qui opposent des modèles de plus en plus concurrents mais encore très inégalitaires : en effet, si la revendication d’une moralisation de la sexualité masculine parvient bel et bien à se faire entendre, et rencontre quelques succès juridiques ou médicaux qu’on peut lire comme autant de victoires pour les femmes, elle se heurte encore à trop de préjugés et d’avantages acquis, pour vraiment remettre en cause la domination masculine. Aussi la « vertu » républicaine s’accommodera-t-elle encore longtemps d’un supposé dimorphisme sexuel, qui autorise les écarts masculins et légitime l’asymétrie de la loi sur le divorce. Et les rapins « affranchis » de Montmartre ne parviennent pas mieux à résoudre la contradiction qui les pousse à exalter la maîtresse sexuellement libérée, tout en récusant la femme auteure ou artiste, décidément trop menaçante pour leur fragile identité de rebelles.

6C’est peut-être avec l’Affaire Dreyfus, objet de la quatrième et dernière partie de l’ouvrage, que l’intérêt de la démonstration apparaît avec le plus d’acuité. Longtemps analysée comme une querelle « des anciens et des modernes », de la France réactionnaire contre la France éclairée des droits de l’homme, l’Affaire semble en réalité tissée de contradictions et d’obscurantismes qui ne sont pas seulement le fait des contempteurs du capitaine et structurent plus sournoisement, à l’intérieur de chaque camp, les représentations de genre et les rapports de pouvoir qu’elles induisent. C’est ce que suggère, d’abord l’essai de Venita Datta, qui étudie la mémoire tissée autour de la personne d’Alfred Dreyfus, anti héros  auquel son propre camp reprocha volontiers sa passivité ou sa mollesse, parce que son attitude, pourtant ferme et courageuse, ne coïncide pas avec les canons de la virilité héroïque de l’époque. De même, les deux salonnières pro et anti dreyfusardes que furent Gyp et la marquise Arconati Visconti, évoquées par Ruth Harris, furent identiquement confrontées aux mêmes « turbulences de genre » [gender turmoil, p. 241], femmes de tête volontiers misogynes, combattantes soumises à leurs commanditaires, brillantes idéologues victimes de crises d’hystéries et de peurs irrationnelles. Ainsi les contradictions de cette identité dessinent-elles des lignes de fracture qui passent par d’autres canaux, d’autres lignes de force, que celles du combat politique.

7Edité avec soin, doté, outre la présentation générale, d’introductions partielles, et d’une conclusion étoffée, qui ouvre la réflexion sur les années 1920, l’ouvrage dessine une belle progression argumentée, chaque auteur ayant pris soin d’intégrer dans son propre article les conclusions de ses devanciers. Aussi les limites du propos tiennent-elles plus à la représentativité forcément aléatoire des objets étudiés qu’au traitement éditorial et conceptuel qui en est proposé. On peut notamment se demander si, du fait d’une focalisation sur certains thèmes ou certains milieux avancés, voire atypiques, le livre ne finit pas par surestimer un peu les vertiges modernistes auxquelles serait soumise cette France fin-de-siècle. Soulignons ainsi que la quasi totalité des communications ont trait à un environnement urbain voire parisien, dans un pays où, pourtant, les travaux agricoles occupent encore 42 % de la population active en 1911, et la population rurale représente 56 % de l’ensemble. Il aurait pu être intéressant de confronter les concepts ou notions mobilisés ici, par exemple celui de gender turmoil, d’honneur féminin ou de masculinité alternative, à un environnement plus paysan ou provincial, peut-être mieux protégés des effets de cette modernité délétère, ou susceptibles de les absorber sur d’autres modes, et d’autres rythmes. De même, on peut s’interroger sur l’effet de loupe inévitablement induit par la notion de fin-de-siècle, dont la tonalité décliniste, comme la faible extension chronologique, exacerbent peut-être les lectures pessimistes ou conflictuelles. Ces quelques réserves formulées, il n’en reste pas moins que Confronting modernity in fin-de-siècle France constitue un ouvrage stimulant, dans le détour qu’il opère, sur notre histoire nationale, par ces regards extérieurs.

8Emmanuelle Retaillaud-Bajac, Université de Tours

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Retaillaud-Bajac, « Christopher E. Forth et Elinor Accampo, dir., Confronting Modernity in Fin-de-siècle France. Bodies, minds and gender, », Genre & Histoire [En ligne], 7 | Automne 2010, mis en ligne le 17 janvier 2011, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1113

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page