Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Georges Vigarello, Les métamorphoses du gras. Une histoire de l’obésité,

Paris, Seuil, 2010, 362 p.
Grégory Quin

Texte intégral

1Dans son dernier ouvrage, Georges Vigarello poursuit son exploration de l’histoire du corps et des transformations de ses représentations au cours des derniers siècles. Après la mise à jour d’une histoire de la beauté, du viol ou des pratiques de santé, il s’arrête sur « les métamorphoses du gras » pour nous livrer une histoire du corps obèse ou « trop gras » depuis le Moyen Âge jusqu’à nos jours : du « glouton médiéval » jusqu’aux « mutations du débat contemporain ». Associant, comme à son habitude, énonciation des contours des corps par le discours médical et circulation des représentations picturales ou sculpturales (plus tard médiatiques), Georges Vigarello propose une histoire d’une très grande richesse, où les plus menues anecdotes et des détails insoupçonnés s’insèrent dans le projet d’une histoire des transformations de l’Occident depuis plus de cinq siècles.

2A l’instar de plusieurs de ses précédents travaux et toujours sans s’inscrire dans une perspective de « genre », Georges Vigarello réalise dans Les métamorphoses du gras une lecture des transformations de l’esthétique féminine qui de la Renaissance jusqu’à la fin de la période moderne (au moins), demeure une « esthétique du haut » (p. 109) permettant de masquer les empâtements et les éventuelles difformités des jambes. Pour la même période, Georges Vigarello souligne aussi comment, autour de la question de l’engraissement et de sa limitation entre régime et exercice, se joue une nouvelle articulation entre mutations du statut de la femme et mise en œuvre de nouvelles surveillances, entre des tentatives de limiter la grosseur et des croyances dans les effets de la contrainte mécanique, observée dans l’accroissement du recours aux corsets au tournant des XVIe et XVIIe siècles et prolongé longtemps jusqu’au XIXe siècle.

3Selon Georges Vigarello, au XVIIIe siècle s’amorce un processus de pénétration du « chiffre » – comme un outil mental de compréhension – dans les représentations et les perceptions du corps. En outre, à partir du milieu de ce siècle et notamment à l’initiative de Buffon, s’installe un nouveau « mode de penser le collectif (…), où se déclinerait la proportion de grandes et petites corpulences au sein d’une même collectivité » (p. 134), où la « population » d’un Etat – pour ses caractéristiques « biologiques », comme le dirait Michel Foucault – devient facteur de prestige et de puissance, et surtout où la « femme-mère » devient la gardienne de la santé de ce « collectif ». Ces processus sont encore exacerbés avec l’émergence puis l’imposition d’un habitus social bourgeois entre 1775 et 1845.

4Dans ces années, les représentations des corps féminins et masculins vont se distinguer plus fortement encore : l’homme peut – en vieillissant – prendre un peu d’embonpoint, mais l’assignation des femmes à la minceur, voire à une certaine faiblesse corporelle, demeure très puissante ; et si le haut du corps féminin (les épaules) tend à s’élargir quelque peu, les années 1825-1840 sont aussi marquées par le triomphe des « tailles de guêpes », avant l’« émergence des hanches » après 1870. De fait, c’est surtout la présence de plus en plus systématique de volontés et techniques amaigrissantes dans les discours, notamment médicaux, qui marque le XIXe siècle.

5Au début du XXe siècle, Georges Vigarello peut souligner que « la pression sur le gras a gagné en intensité » (p. 217), et ceci touche tout particulièrement les corps féminins. En quelques années, « tout a changé » : de nouveaux critères de la minceur s’imposent et vont marquer le XXe siècle, surtout une idée de « dynamique » s’impose, influencée notamment par les exploits d’une Suzanne Lenglen, héroïne élancée et tonique. Le « gras », toujours plus pathologique, devient un réel objet pour les sciences.

6L’ouvrage s’achève par d’intéressantes considérations sur l’« actualité » de l’obésité : proclamée « épidémie » du XXIe siècle contre laquelle se multiplient les tentatives de ripostes, dans un contexte où le mince est devenue une véritable exigence – tout particulièrement pour les femmes – et où l’« obèse » est dénoncé, voire raillé sans ménagement parfois.

7Les analyses de Georges Vigarello sont fondées sur un corpus très étendu et une connaissance intime des processus décrits, tous deux fruits de plus de trois décennies de recherche. Néanmoins, si l’ouvrage expose très clairement l’historicité des représentations du corps et les bouleversements des critères de la minceur, le lecteur voudrait en savoir davantage sur l’histoire sociale des acteurs dont Georges Vigarello – en extraordinaire chef d’orchestre – fait une chorale pour décrire les Métamorphoses du gras. S’il est difficile, voire parfois impossible, de reconstituer une histoire sociale pour certains acteurs et certains processus du XVe siècle ou du XVIIIe siècle, il en va un peu différemment pour les XIXe et XXe siècles. Gageons que d’autres recherches à venir, saurons suivre les analyses détaillées par Georges Vigarello, et notamment en ce qui concerne les questions de « genre » : tant celles touchant aux transformations des représentations des corps minces et obèses qu’à celles touchant aux actrices et acteurs de ces histoires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Grégory Quin, « Georges Vigarello, Les métamorphoses du gras. Une histoire de l’obésité, », Genre & Histoire [En ligne], 7 | Automne 2010, mis en ligne le 10 janvier 2011, consulté le 24 août 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1106

Haut de page

Auteur

Grégory Quin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page