Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sandrine Dauphin, L’Etat et les droits des femmes. Des institutions au service de l’égalité ?

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, 134 p.
Sarah Kiani

Texte intégral

1Sandrine Dauphin, docteure en sciences politiques et enseignante à l’université Paris III, propose un petit ouvrage clair et précis sur les institutions de l’Etat français qui s’occupent de politiques spécifiques à l’égard des femmes depuis la seconde moitié des années 1960. Il retrace les processus qui ont conduit à la création de ces institutions et ceux qui ont permis leur maintien ou leur éviction et permet ainsi d’entrevoir la complexité des rapports et des forces en jeu dans la création et les mutations du féminisme d’Etat. Car si ces institutions peuvent être comprises comme des résultantes du féminisme des années 1970 et de la volonté politique de canaliser les revendications des femmes, elles entretiennent néanmoins des rapports ambivalents avec le mouvement des femmes et les questions concernant l’égalité des sexes.

2L’étude des institutions s’est principalement développée dans les pays nordiques et de tradition anglo-saxonne, grâce à l’impulsion des chercheuses Amy Mazur et Dorothy McBride Stetson (1995). En France, cette étude a été presque entièrement négligée. Cet ouvrage se propose donc de contribuer à combler cette lacune. Il distingue trois types d’institutions, à savoir les structures administratives, les structures consultatives et les instances de médiations. Il intègre plusieurs grands questionnements: premièrement, celui de la définition de l’égalité qui fluctue avec les différents gouvernements et qui est influencée par les textes internationaux, deuxièmement, celui de l’intégration et la légitimité des ces instances et troisièmement, la question de la capacité d’influence des associations de femmes. L’ouvrage se découpe en trois chapitres chronologiques : le premier évoque les années 1960 et 1970, le second les années Mitterrand et le troisième la période de 1997 à nos jours.

3Dans une phase initiale qui fait l’objet du premier chapitre, sous l’influence des groupes de femmes constitués dès la fin des années 1960, les premières structures se créent. Il s’agit d’abord d’un organe consultatif, le « Comité d’étude et de liaison des problèmes du travail féminin » qui deviendra, en 1971, le « Comité du travail féminin » (CTF), né d’une opportunité politique face à une nécessité économique, celle du travail des femmes qui arrivent alors en masse sur le marché du travail. Le « Centre d’information féminin » (CIF) qui a pour mission l’information voit ensuite le jour en 1972. Deux ans plus tard, est créé le secrétariat d’Etat à la Condition féminine sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing, dirigé par Françoise Giroud. Cet organe qui n’est ni reconnu ni apprécié par le gouvernement, suscite également la méfiance des féministes qui le considèrent comme un alibi de l’Etat. Un ministère à la condition féminine confié à Monique Pelletier est mis en place en 1978 ce qui renforce l’institutionnalisation des questions de « condition féminine » tout en maintenant la méfiance entre le mouvement des femmes et le secrétariat d’Etat. A cette époque, les fonctions tant demandées que remplies par la structure gouvernementale sont principalement d’ordre symbolique.

4Le second chapitre présente les années Mitterrand, qui marquent une période d’institutionnalisation et de pérennisation des institutions en charge des droits des femmes, et un blacklash à la fin des années 1980. Le gouvernement Mitterrand inclut les revendications des femmes dans son programme politique et une ministre des Droits de la Femme est nommée, Yvette Roudy, socialiste proche des féministes. Cette nomination offre ainsi une certaine reconnaissance aux revendications du mouvement des femmes, malgré la méfiance toujours forte des mouvements d’extrême gauche, mettant en exergue le malaise entre celles qui veulent travailler avec les institutions et celles qui préfèrent rester en-dehors de celles-ci. Le renforcement institutionnel et les avancées pour les droits des femmes se terminent malgré tout à la fin des années 1980 par un blacklash compris par l’auteure comme la conséquence d’un fonctionnement basé sur une forte méfiance de l’administration et d’« un militantisme pleinement assumé » (p. 74), notion non définie par Dauphin, qui tendrait à donner une image d’amateurisme aux institutions. La crise économique serait également un facteur aggravant dans le manque de prise en compte des droits des femmes, et cette période voit la suppression du ministère au profit d’une délégation. La clé de l’émancipation des femmes est alors perçue dans la sphère professionnelle. Un deuxième champ d’action se déploie dès la fin des années 1980, celui des violences à l’encontre des femmes. Les années 1990, quant à elles, voient l’apparition du thème de la parité avec la création de l’Observatoire de la parité en 1995 qui permet une certaine revitalisation du mouvement et l’apparition de la notion de gender mainstreaming qui a pour ambition d’introduire la catégorie du genre « dans tous les domaines et à tous les niveaux pour tous les acteurs généralement impliqués dans la mise en œuvre des politiques correspondantes » (Résolution du Parlement européen 2002/2025, cité p. 91).

5Enfin, le dernier chapitre s’intéresse à la décennie de 1997 à nos jours que l’auteure présente comme une période de renouveau qui renforce et légitime l’action étatique en faveur de l’égalité et le gender mainstreaming. Après l’arrivée des socialistes au pouvoir, une délégation est nommée et confiée à Geneviève Fraisse, connue et appréciée des féministes. Un secrétariat d’Etat aux Droits des femmes et de la formation professionnelle est institué à nouveau en 1998, sous la direction de Nicole Péry. On assiste à un glissement sémantique : à la notion de « droits des femmes » se substitue celle d’ « égalité », ce qui suggère que la façon d’atteindre l’égalité ne passe pas seulement par la promotion des droits des femmes. Dès lors, c’est la question de la parité, du gender mainstreaming et de la violence qui occupent le devant de la scène jusqu’en 2002 lorsque le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin nomme, non sans hésitations, une ministre de la parité et de l’égalité professionnelle en la personne de Nicole Ameline. Sa priorité est largement l’égalité professionnelle, s’appuyant sur l’apport spécifique des femmes à l’économie, en mettant au second plan la question des inégalités et des discriminations. Enfin, l’un des thèmes porteurs de la fin de cette décennie est celui des femmes issues de l’immigration ce que traduit la création d’associations qui se préoccupent de la situation des femmes immigrées en France. La décennie se clôt par un constat pessimiste de l’auteure, celui de l’incertitude concernant l’avenir des structures pour les droits des femmes, absorbées dans des organismes dédiés à la « cohésion sociale » mêlant les droits des femmes à ceux d’autres catégories de « défavorisés », présentant ainsi les femmes comme des personnes nécessitant assistance.

6Cet ouvrage synthétique a le mérite de montrer les influences qui agissent sur la prise en compte des préoccupations liées aux droits des femmes dans un contexte donné. Cette situation est le résultat, selon Sandrine Dauphin, de plusieurs facteurs : le contexte économique, la volonté politique des gouvernements en place concernant l’égalité, la mobilisation des groupes de femmes et l’impact des textes internationaux. En général, ces structures sont créées en marge de l’Etat. La professionnalisation et l’institutionnalisation permettent de contrer cette position fragile et cherchent à rompre avec l’étiquette stigmatisante de « militantisme » associée aux structures pour l’égalité des sexes. Aujourd’hui, le risque est bien réel que l’intégration des questions de droits des femmes dans une perspective globale ne finisse par faire taire les revendications féministes. Le livre de Sandrine Dauphin, dont le texte clair souffre néanmoins de nombreuses coquilles, est un premier pas vers une réflexion approfondie des mécanismes qui ont mené à l’institutionnalisation du mouvement des femmes et à ses effets pour les droits des femmes. L’approche de l’histoire des institutions privilégiée dans cet ouvrage, offrant une vision « top-down » des événements, si elle est essentielle, ne devrait pas faire oublier l’importance d’une histoire du point de vue des actrices elles-mêmes, histoire elle aussi passionnante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Kiani, « Sandrine Dauphin, L’Etat et les droits des femmes. Des institutions au service de l’égalité ? », Genre & Histoire [En ligne], 7 | Automne 2010, mis en ligne le 10 janvier 2011, consulté le 28 juin 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1104

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page