Navigation – Plan du site
Débattre

Remarques sur : Historia de las Mujeres en España y América (Tome 3 : Del siglo XIX a los umbrales del XX et tome 4 : Del siglo XX a los umbrales del XXI).

Danièle Bussy Genevois

Texte intégral

1Isabel Morant a exposé l’ambition et la générosité de l’entreprise, dont tous les participants à des histoires collectives mesurent la difficulté. La lecture que je propose est celle d’une hispaniste spécialiste d’histoire contemporaine d’Espagne (histoire politique, histoire de la presse, histoire du genre), à partir d’une réflexion sur le thème, proposé à Mnémosyne, « Associations féminines, démocratie, citoyenneté » ; de nombreuses recherches, souvent collectives, permettent d’acquérir la conviction qu’une observation sur la moyenne durée, en particulier de la Monarchie d’Isabelle II à la Transition post-franquiste, met en évidence un processus d’émancipation des femmes constant, depuis la recherche et l’affirmation de l’identité personnelle jusqu’à l’engagement collectif, processus inséparable de l’histoire politique espagnole.

2La coordinatrice des deux volumes insiste sur le sens à donner au titre, qui peut certes apparaître réducteur par rapport à l’avancée des études sur le genre ; Isabel Morant considère ce titre comme programmatique : rendre les femmes visibles, rejeter les stéréotypes, comprendre la vie quotidienne, d’où l’appel qui a été fait à des historiens, des sociologues, des historiens des représentations, et, pour la période la plus récente, des témoins. Elle souligne dans son introduction générale qu’il n’y aurait pas d’histoire des femmes sans « histoire de la différence des sexes », qu’il faut dès lors questionner l’espace privé pour en faire émerger le politique et inscrire le rôle des femmes dans l’histoire sociale.

3Si l’on examine les tomes 3 et 4, il n’est pas certain que les bornes chronologiques proposées soient toujours opératoires : sauf pour certaines études, concernant notamment l’éducation et le travail, on établit la frontière entre les deux périodes étudiées - une par tome - autour de 1900, date dont les justifications politiques existent pour certains historiens (ce  serait la crise de 1898 et le changement de règne), mais sont indubitablement peu signifiantes dans le domaine du genre. Reconnaissons tout de même que dans l’introduction au 3e tome, Guadalupe Gómez Ferrer indique clairement (p.16) : « notre objectif n’est pas de faire une histoire chronologique, mais de rendre compte d’une série de problématiques », oubliées par les historiens ou supposant une relecture.

I. À propos du tome 3, consacré au XIXe siècle

4Le plan en quatre parties distingue le projet libéral, les écrits féminins, le travail et l’éducation. Le sous-titre de ce volume est « Une ère de transitions », à la mesure du projet qui consiste à présenter des aspects différents de cette « histoire des femmes ». Il aurait été plus juste de parler d’une ère de construction, car le XIXe siècle espagnol, alternativement libéral, révolutionnaire, puis largement conservateur avec le retour des Bourbons en 1875, autorisait une réflexion sur la citoyenneté : en effet, les progrès juridiques minimes et souvent éphémères ont relancé à l’époque le débat sur le rôle des femmes dans la nation et encouragé la montée des premiers féminismes ; ainsi, le Code pénal libéral (1871) pénalise-t-il l’adultère féminin ; la loi sur le mariage civil (1870) est abrogée par les Bourbons ; quant au Code civil promulgué en 1889, bien que rédigé par les libéraux au pouvoir, il est largement inspiré du Code Napoléon en ce qui concerne la condition féminine. Le XIXe siècle permettait donc d’identifier des avancées, tant dans l’action des femmes durant la Guerre d’Indépendance ou le Sexenio liberal (1869-1874) que dans la volonté de collectif ; ainsi des premiers syndicats en 1848, et à partir de l’AIT en 1869, ou bien des associations féministes laïques à la fin du siècle.

5Ces différents aspects n’apparaissent que rarement dans les contributions, souvent fondées sur l’étude des représentations, terrain sur lequel les auteures semblent plus à l’aise. Je mettrais donc en évidence les apports de trois chapitres : et tout d’abord l’analyse du travail féminin proposé par Gloria Nielfa – et ne s’arrêtant pas à la césure de 1900 – est une remarquable synthèse (à compléter par la très belle étude de Cristina Borderías sur les discours et pratiques des travailleuses). G. Nielfa inscrit en effet les modalités du travail et du syndicalisme féminin dans une étude comparative internationale, et dans l’évolution de la législation espagnole, sans omettre l’influence de l’encyclique Rerum novarum, et les spécificités des différentes branches du mouvement ouvrier.

6Les deux autres chapitres que je signale me paraissent à la fois confirmer des recherches menées par ailleurs, apporter une documentation nouvelle et s’appuyer sur une méthode très convaincante. Sous le titre un peu vague de « Les femmes dans un nouveau cadre politique », Gloria Espigado propose une réflexion sur les femmes espagnoles depuis le début du XIXe siècle jusqu’à la mise en place de l’AIT, en mettant à profit une importante documentation libérale, fouriériste et socialiste. Le poids de l’universalisme de la Révolution française sert de point de départ à l’étude qui, à travers des exemples précis de clubs et de journaux féminins, est une bonne analyse des rapports de pouvoir et une illustration des théories du genre.

7Il en va de même pour le chapitre rédigé par María Cruz Romeo, « Destins de femmes : sphère publique et hommes politiques libéraux » dont le titre, lui aussi peu satisfaisant, recouvre un excellent travail. Son analyse du libéralisme – que celui-ci soit au pouvoir ou dans l’opposition – permet de détecter une controverse sur le rôle revendiqué par les femmes, débat s’éloignant des poncifs qui concernent leur soumission ou leur marginalisation ; l’historienne s’élève d’ailleurs contre le danger de prendre les discours au premier degré, comme s’ils étaient, ironise-t-elle, des « cages de fer ». Parmi les espaces étudiés, la Guerre d’Indépendance, où les femmes participent en première ligne, les clubs patriotique du Triennat (1830-1823) et le Parlement abordant la « question des femmes » et envisageant même leur entrée dans cette enceinte, en 1821.

II. À propos du tome 4, consacré au XXe siècle

8Pour la coordinatrice, ce volume doit « rendre compte des changements qui se sont produits dans la vie des femmes et de leur rôle actif pour venir à bout des obstacles politiques et juridiques à l’égalité des sexes » (p.17).

9Nous savons tous que le XXe siècle espagnol se caractérise par une alternance de régimes monarchiques, dictatoriaux et démocratiques ; les avancées concernant les femmes sont souvent remarquables, notamment sous la Seconde République (égalité des sexes, droit de vote, divorce...). Le plan choisi est assez discutable, et fait se succéder les chapitres suivants : « Femmes en politique », « Avant-gardes intellectuelles et artistiques », « Le temps du silence », « Le temps du changement », « Les chemins du féminisme ». On reste donc dans une « histoire accumulative » - comme le dit Françoise Thébaud - qui juxtapose des thématiques : on regrette ainsi que l’époque dite du silence ou celle du changement, termes tous deux appliquées à la période franquiste, ne soient pas traitées de façon dialectique. On constate seulement a posteriori que la situation des femmes sous le franquisme n’a pas été monolithique, et que les associations professionnelles et universitaires ont contribué à l’évolution juridique ultérieure.

10Au-delà de ces maladresses, ce volume contient plusieurs chapitres rédigés par les meilleures spécialistes actuelles de l’histoire du genre en Espagne : ainsi, le chapitre sur le suffragisme est-il dû à la meilleure spécialiste de la thématique, Rosa Capel. La remarquable observation de la radicalisation politique et laïque à la fin du XIXe siècle et au début du XXe, ainsi que des collectifs francs-maçons et républicains, est confiée à María Dolores Ramos. Quant à Inmaculada Blasco, en étudiant le « féminisme catholique », elle permet d’écarter les assimilations faciles entre féminisme et laïcité, ou catholicisme et soumission féminine. Par ailleurs, les études complémentaires de Mercedes Yusta, sur la Seconde République, et de Mary Nash, consacrée aux républicaines durant la guerre d’Espagne, m’apparaissent exemplaires. Les deux chercheuses sont en effet capables à la fois d’étudier politiquement et juridiquement une période, d’en traduire les évolutions internes et de faire une analyse de l’action collective des femmes : leurs apports les plus justes concernent les associations de la guerre, comme Mujeres libres et l’Asociación de mujeres antifascistas (AMA), et les associations de la République, peu étudiées jusque récemment, qu’elles soient suffragistes, républicaines ou anti-républicaines, et antifascistes.

11Si la partie consacrée dans ce volume au féminisme et à la Transition est moins satisfaisante, c’est qu’il incombe au lecteur de faire le lien entre les différents chapitres, dont certains se recoupent d’ailleurs partiellement ; quant à la volonté de laisser la parole à des témoins, c’est un parti pris estimable d’un point de vue militant, mais moins convaincant du point de vue de l’analyse historique. Enfin, la collection ne faisant appel qu’à trois collaborateurs non espagnols, fallait-il laisser un historien anglo-saxon de la renommée de Paul Preston rédiger un chapitre consacré à la reine Sophie – comme si elle avait une importance déterminante pour l’histoire des femmes ?

12Conclure est difficile, s’agissant d’un travail de cette ampleur et de ce sérieux. L’ensemble des contributions dresse un bon état des lieux des recherches en cours. Les bibliographies accompagnant chaque chapitre sont parfaitement actualisées. Si l’on peut regretter que les méthodologies soient rarement explicitées, et parfois empiriques chez certains auteurs, les efforts de conceptualisation de certains autres sont remarquables.

13Trois points de synthèse rapide, en guise de final :

14- Si je reviens à ce qui était censé être mon propos pour Mnémosyne, « Associations, démocratie, citoyenneté », tous les éléments de l’analyse sont présents. Mais l’intérêt pour l’action collective est inégal ; la tendance à mettre en évidence l’action individuelle et les personnages les plus célèbres est encore trop prégnante. Or, dans un pays comme l’Espagne, c’est l’analyse du rapport entre action individuelle et création de collectifs d’un part, d’autre part, entre élites intellectuelles ou/et ouvrières et  peuple, qui est fondamentale.

15- Mieux mettre à profit l’instrument d’analyse du genre aurait permis en premier lieu de détecter une ligne d’action démocratique des femmes espagnoles que l’on peut suivre depuis le début du XIXe siècle, en second lieu de mieux analyser les rapports de pouvoir (masculin, familial, politique, ecclésiastique) auxquels se heurtent les femmes, mais qu’elles contestent de façon pratiquement ininterrompue.

16- C’est cette ligne de réflexion générale qui aurait permis en conclusion de nuancer l’histoire politique et gouvernementale espagnole, car une autre chronologie aurait ainsi pu être établie, qui se serait éloignée de la chronologie événementielle et politique la plus communément admise.

17Ces différentes remarques n’ont donc pour objet que de montrer l’importance et l’utilité de cette lecture de l’histoire des femmes des XIXe et XXe siècles, et de souligner l’avancée de l’historiographie espagnole en ces matières.

18Danièle Bussy Genevois, Université Paris 8

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Danièle Bussy Genevois, « Remarques sur : Historia de las Mujeres en España y América (Tome 3 : Del siglo XIX a los umbrales del XX et tome 4 : Del siglo XX a los umbrales del XXI). », Genre & Histoire [En ligne], 7 | Automne 2010, mis en ligne le 10 janvier 2011, consulté le 28 juin 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1103

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page