Navigation – Plan du site
Débattre

Construction nationale en Amérique latine et histoire des femmes, (1860-1930)

Emmanuelle Sinardet

Résumé

Historia de las mujeres contribue à une meilleure connaissance des processus de consolidation des modèles d’États nationaux en Amérique latine, en cernant les multiples contributions des femmes au grand projet de construction nationale conduit par les élites au pouvoir durant les dernières décennies du XIXe et les premières du XXe siècle. Les femmes sont appelées à devenir les relais effectifs, dans la sphère privée et familiale, des actions menées par l’État centralisé en vue de créer un homme nouveau, capable de servir la visée modernisatrice du projet national. Historia de las Mujeres permet d’appréhender le rôle de l’État dans la définition de nouvelles représentations et dans l’émergence d’un sujet féminin, ainsi que de comprendre l’affirmation, à partir des années trente et quarante, des féminismes latino-américains auparavant en gestation.

Haut de page

Texte intégral

1En guise d´introduction, qu’il me soit permis de souligner qu’Historia de las mujeres représente un ouvrage de référence pour les études latino-américaines. En premier lieu, l’ouvrage comble un vide, L´histoire des femmes en Occident par Georges Duby et Michelle Perrot n’abordant l’aire latino-américaine qu’à la marge. Historia de las mujeres, en outre, montre la pluralité des expériences latino-américaines tout en indiquant de nouvelles pistes d´études, encore peu considérées par l´histoire académique. En effet, l´ouvrage développe une approche de la dimension privée (espaces, rôles, sentiments) mais aussi des représentations qui est en soi d’un apport considérable, l´histoire de l’Amérique latine s’étant écrite essentiellement depuis des perspectives eurocentrées et androcentrées.

2Plus largement, Historia de las Mujeres propose une approche à l´échelle latino-américaine et ceci est original car, s’il existe déjà de nombreux travaux sur l’histoire des femmes, ils portent principalement sur des échelles nationales. Dans Historia de las Mujeres, plusieurs articles s’inscrivent dans cette échelle nationale et cernent des particularités locales, mais l´approche comparatiste des quatre volumes, indéniable richesse du projet, permet de dégager des convergences continentales. À ce titre, Historia de las mujeres inclut avec pertinence le Brésil. La tendance à scinder deux histoires latino-américaines, avec l’Amérique hispanophone d´un côté et le Brésil lusophone de l´autre, en raison de leurs liens privilégiés avec une métropole qui est tantôt l´Espagne tantôt le Portugal, relève encore, à notre sens, d’une lecture eurocentrée de l’histoire américaine.Tout en soulignant les différences entre le Brésil et ses voisins, Historia de las mujeres, justement, s’emploie à observer les nombreux points de rencontre, manifestes dans l´histoire des féminismes. Le Brésil partage ainsi, dans les dernières décennies du XIXe et les premières du XXe siècle, un même projet de modernisation nationale qui pense pour les femmes cette « maternité patriotique », selon l’expression de Gabriela Cano et de Dora Barrancos (p. 548), dont les manifestations et les répercussions sont étudiées dans les volumes III et IV.

I. La « maternité patriotique »

3Après une phase de construction difficile des jeunes républiques indépendantes en États-nation, marquée par des difficultés économiques, une forte instabilité politique et une lente stabilisation des modèles institutionnels, les pays latino-américains connaissent une période de relative prospérité économique à partir des années 1860-1870, qui leur permet de consolider l’autorité de l’État central. Cette période correspond en effet au développement agro-exportateur et à l’entrée des économies nationales dans le marché mondial qui assure, jusqu’à l’effondrement du modèle avec la crise de 1929, l’émergence de puissantes oligarchies acquises au libéralisme. Celles-ci entendent moderniser non seulement les structures de l’État mais la société tout entière pour faire de leur pays une nation parmi le concert des grandes nations selon l’expression consacrée, à savoir l’Europe et, à partir du XXe siècle, les États-Unis.

4L’analyse de la place des femmes dans ce processus vient éclairer la nature même de ce projet oligarchique, largement influencé par le positivisme anglo-saxon. Historia de las mujeres, au-delà des particularités nationales, cerne bien les avancées que le grand projet de modernisation nationale signifie pour les femmes, mais il parvient à en montrer aussi les limites et les ambigüités. Le volume III « Del siglo XIX a los umbrales del XX » et le volume IV, consacré au XXe siècle, soulignent dans quelle mesure la fin du XIXe voit l’émergence d’un premier féminisme, qualifié par les auteures de « maternaliste ». Les femmes sont en effet appelées à assumer, dans le projet de modernisation, les fonctions d’une « maternité patriotique » qui leur ouvrent progressivement l’espace public.

5Certes, les femmes doivent remplir leur rôle en tant qu’épouses et mères, mais leur mission ne se limite plus à garantir la cohésion du foyer ni à veiller sur l’honneur familial. Elles doivent, de la sphère privée, contribuer à la création d’un homme nouveau, en devenant les relais de l’action de l’État centralisé, comme le montrent les analyses de Pilar García Jordán et de Gabriella Dalla-Corte Caballero, « Mujeres y sociabilidad política en la construcción de los Estados nacionales ». Durant les dernières décennies du XIXe et les premières du XXe siècle, les États nationaux latino-américains, plus ou moins tôt selon les pays, optent pour un modèle institutionnel laïque par lequel l’État assume de nouvelles responsabilités. Il prend en charge l’Assistance publique et s’efforce de diffuser des programmes hygiénistes au nom de la création de cet homme moderne nouveau, sain de corps et d’esprit. Il devient aussi un État éducateur, développant un enseignement public et gratuit qui accueille désormais filles et garçons, dans le primaire comme dans le secondaire. La responsabilité des femmes, en tant que mères, est de poursuivre cet effort massif en formant, dans la sphère familiale, des citoyens honnêtes et vigoureux. Ces citoyens seront capables de servir la visée modernisatrice des élites au pouvoir, non seulement en satisfaisant les attentes d’une économie qui doit répondre aux demandes du marché mondial et qui s’efforce de développer un début d’industrialisation, mais en œuvrant à la défense de l’intégrité territoriale, comme le rappelle notamment la contribution de Lucía Leonetti, « La educación de las mujeres en América Latina : formadoras de ciudadanos ». Le terme de « maternité patriotique » prend là tout son sens. Dès leur naissance dans les années 1810 et 1820, les jeunes républiques américaines sont confrontées à des différends frontaliers, à l’origine de conflits parfois couteux et sanglants. Dans les volumes III et IV, plusieurs articles évoquent la Guerre du Pacifique ou la Guerre du Charco pour montrer comment les femmes sont mobilisées en tant qu’épouses et mères,  afin de servir l’effort de guerre au nom de la défense du sol sacré de la patrie. Le nationalisme, qui accompagne les profondes réformes consolidant l’autorité de l’État et qui légitime le modèle d’État-nation, entend faire jouer aux femmes un rôle aussi important qu’aux hommes.

6Les femmes, depuis la sphère privée du foyer, apparaissent bien, dans ce projet de construction nationale, comme les vecteurs de la modernité et les actrices de la formation de l’homme nouveau. À ce titre, il leur est permis d’occuper de nouvelles fonctions dans l’espace public et elles investissent à la fin du XIXe le marché du travail. Elles deviennent les enseignantes du nouveau système éducatif public et reçoivent une formation dans les Écoles Normales récemment fondées, qui accueillent également des garçons. Elles bénéficient ainsi d’une professionnalisation au même titre que les hommes. L’essor de l’éducation publique s’accompagne en effet de la diffusion des sciences de l’éducation. La fonction d’enseignante n’est plus représentée comme la seule prolongation « naturelle » dans la sphère publique de fonctions inhérentes à une féminité définie en fonction de la maternité ; elle devient une profession à part entière, nécessitant le recours à des sciences définies comme éminemment modernes, implantées en Europe, modèle par excellence. Dans l’Assistance publique, les femmes occupent les postes d’infirmières et de sages-femmes, certes prolongement dans l’espace public de qualités présentées comme « naturellement » féminines, mais pour lesquels elles reçoivent également une formation spécialisée et largement inspirée des préceptes scientifiques et hygiénistes de l’époque. Les femmes sont enfin de plus en plus présentes dans l’administration en plein essor, en tant qu’employées de bureau. Elles occupent notamment des postes dans les secteurs de pointe promus par l’État central, car vitaux pour le projet de modernisation : les douanes, la poste, la télégraphie et la téléphonie. Le premier chapitre du volume IV « Ciudadanía, derechos políticos y representación política » s’attache à cerner ces évolutions lentes mais patentes, dans lesquelles il voit les origines profondes des premières revendications féministes.  

II. Les féminismes en gestation

7Dans les premières décennies du XXe siècle, la génération de femmes éduquées dans les écoles et les collèges publics investissent plus largement le marché du travail. Elles accèdent dans l’éducation à des postes dans le secondaire, plus prestigieux, et sont de plus en plus nombreuses à diriger des établissements. Certaines entrent à l’université qui forme au début du XXe siècle les premières femmes médecins. Ces pionnières sont issues des classes moyennes en ascension. Elles deviennent les actrices d’un féminisme qui exige de l’État la pleine reconnaissance du rôle clé qu’il entend leur faire jouer, et réclament le suffrage féminin. Cette lutte et ses diverses manifestations selon les pays sont étudiées dans le volume IV depuis la perspective des avancées de la fin du XIXe, analysées dans le volume III. Le volume IV montre ainsi comment les femmes obtiennent le droit de vote dès les années 1920 au Brésil ou en Uruguay. Historia de las Mujeres permet de bien cerner le rôle de l’État dans la définition de nouveaux rôles et de nouvelles représentations, les réformes libérales de modernisation nationale étant des clés indispensables pour comprendre l’affirmation dans les années trente et quarante des féminismes latino-américains auparavant en gestation.

8En gestation seulement, car Historia de las mujeres, dans le  volume III, souligne les limites des réformes conduites. Le regard porté par les élites au pouvoir sur « la femme » reste conservateur. Les considérations morales, aussi sécularisées soient-elles, prévalent pour définir le comportement et le rôle social des femmes. Le féminisme maternel prévaut, défini comme le « féminisme bien compris » face à un « féminisme mal compris » qui voudrait faire assumer aux femmes les mêmes rôles que les hommes, notamment en politique. Si l’État prône pour les femmes l’accès à l’éducation et à la protection sociale et s’il œuvre pour la reconnaissance de certains droits juridiques, ces droits restent posés depuis la perspective du foyer et de la maternité. Même si les femmes des classes moyennes commencent à investir le marché du travail, même si les femmes des secteurs populaires sont de fait des chefs de famille subvenant aux besoins de leurs enfants, les gouvernements au pouvoir insistent sur la fragilité de « la femme » et sur le devoir de « l´homme » de l´épauler. Ils méconnaissant la vie quotidienne des femmes, leurs besoins ou leurs aspirations. Les femmes représentent toujours des citoyens de seconde zone, incapables de jouer un rôle actif de façon autonome, sans la médiation de l’État.

9Historia de las Mujeres est à ce titre une incontournable histoire des féminismes en Amérique latine. Le volume III montre bien que, même si c´est toujours depuis le foyer que le rôle des femmes est pensé, le XIXe porte en lui les germes de futures avancées. Le féminisme n’y est pas homogène mais dépend du milieu social et idéologique d’où le discours est formulé. Toutefois, un sujet féminin émerge, qui entend jouer un rôle dans la construction nationale, bien que ses revendications n’aient pas de réelle influence sur les hommes politiques de l’époque. Il ouvre les voies vers l´émancipation que réalisera le XXe siècle, étudiées par le volume IV. Ce dernier volume analyse finement comment les femmes réutilisent le discours d´un féminisme « relationnel », autour du maternalisme, pour exiger des réformes qui leur soient favorables. Elles prétendent ainsi investir l´espace politique au nom de leur supposée supériorité morale : elles seraient à même de moraliser la vie politique. Le  volume IV se présente particulièrement comme une histoire des féminismes en Amérique latine, car il montre comment les premiers féminismes du début XXe débouchent sur la remise en cause de l´autorité masculine dans la seconde moitié du siècle.

10Nous l’aurons compris, Historia de las mujeres respecte les grandes ruptures chronologiques admises, ce qui permet au lecteur de se repérer immédiatement. Mais elles ne sont pas strictes, notamment pour l´Amérique latine où les continuités sont manifestes entre la période coloniale et la période républicaine, entre le XIXe et le XXe siècle. Les ponts entre les périodes abordées par les différents volumes sont nombreux et pertinents. Ils permettent de traiter l’ensemble de l’aire latino-américaine. Le volume III s’attache plus particulièrement à l’étude du Mexique et des pays du Cône Sud ; les cas de la Colombie, de l’Équateur, du Venezuela par exemple, n’y sont que peu abordés. Le volume IV vient combler ces lacunes, car il traite de ces différents pays pour le XXe, en effectuant des renvois à l´histoire du XIXe. Cette souplesse chronologique, la volonté d´embrasser sur la durée les phénomènes, de considérer la portée de certaines décisions et événements historiques, permettent de cerner les spécificités de l´histoire des femmes, mais aussi les apports de cette dernière à l´histoire en général.

III. Quelques apports de Historia de las mujeres aux études de genre et aux études latino-américaines

11Historia de las mujeres représente un apport considérable aux études de genre. L’ouvrage contribue en effet à remettre en question la stricte séparation privé-public pour penser les genres, comme en témoignent les travaux présentés dans les volumes III et IV sur la « maternité patriotique ».Il fait surgir une série de documents qui renouvelle les corpus traditionnellement étudiés : documents relatifs à la vie privée, récits de vie, matériaux littéraires, qui questionnent l’idée généralement admise d´un éloignement supposé des femmes des savoirs et des sciences de leur époque, de l´écriture et du pouvoir politique.

12Historia de las mujeres montre, ce faisant, comment les femmes s’efforcent, sans nécessairement formuler une critique consciente, de se ménager des espaces de relative autonomie, et dans quelle mesure elles développent des stratégies favorables à leurs intérêts. Mais cette histoire nous renseigne aussi sur le rôle des femmes dans la reproduction de systèmes et de représentations maintenant et légitimant leur position subalterne à l´homme. La démarche consiste à pointer ces stratégies plus ou moins élaborées et construites, pour tenter d’en comprendre les raisons. Pourquoi s´identifier au discours dominant ou bien s´en écarter ? Dans quel but ? Pour quelle reconnaissance ?

13Comme le rappelle l´introduction au volume I, les femmes relayent aussi les discours et les modèles de féminité les plus oppressants. Elles ne sont pas des victimes « innocentes » face à des hommes nécessairement « coupables ». Plusieurs articles – qui citent Bourdieu et d’autres – abordent cette notion d’une intériorisation de la domination et observent l´identification des femmes au discours dominant. Cette approche non « victimisante » des femmes permet ainsi de mieux appréhender et considérer, dans le contexte et la pensée de l´époque, le rôle de pionnières ou de figures exceptionnelles.

14En ce sens, l´histoire des femmes questionne celle des hommes, à la lumière de l´étude de la construction des genres et de la répartition espaces privés/espaces publics. Cet ouvrage interroge l´identité masculine autant que féminine, par le biais des relations entre les deux sexes. C´est une histoire dynamique, reposant sur l´analyse des interactions entre les genres. Dépassant les dichotomies généralement admises pour définir les genres, Historia de las mujeres confirme, pour l’ère latino-américaine, que les frontières tracées entre espace public et espace privé sont poreuses et que ceux-ci se superposent parfois. Or proposer une histoire qui mette en perspective aussi bien le féminin que le masculin permet d’avancer simultanément dans les études des dimensions publique et privé, des dimensions politique et sociale. Historia de las mujeres contribue à produire une histoire de la totalité.

15Les apports de Historia de las mujeres dépassent largement les études de genre. Parce qu´il cerne la nature des contributions des femmes à la construction, au développement, à la consolidation de leur société respective, l’ouvrage permet d´appréhender cette dernière. Le travail sur un corpus renouvelé de documents relatifs à la vie privée permet ainsi d’aborder l’étude des représentations et des imaginaires collectifs. En outre, il enrichit l´histoire de groupes aujourd´hui encore dominés et marginalisés dans les travaux d´histoire de l’Amérique latine. Ces derniers commencent à peine à voir les Indiens et les femmes. À partir des études historiques de genre, émergent les rôles des femmes autochtones, noires et métisses, qui soulignent leurs multiples contributions au développement de leur société. Plusieurs articles sont par exemple consacrés à la prostitution et enrichissent l´histoire sociale des secteurs populaires. Ils proposent aussi une approche complémentaire des problématiques de construction nationale en éclairant de nouvelles facettes de la politique hygiéniste. Historia de las mujeres propose également une histoire économique très fouillée. Il est en effet impossible d’appréhender les évolutions des modèles de développement sans comprendre la fonction des femmes dans les unités domestiques, mais aussi dans les plantations, les administrations, les écoles ou les industries naissantes.

16Plus largement, l’ouvrage s´interroge sur les progrès d´une époque, d´un moment historique, d’un « modèle de féménité » pour reprendre le titre du deuxième chapitre du volume III. Des moments admis comme des progrès du point de vue de l´histoire traditionnelle ne le sont pas nécessairement du point de vue de l´histoire des femmes : tel est le cas de l´Âge moderne par rapport au Moyen âge, par exemple, comme le montre le volume II. Nous célébrons actuellement les bicentenaires des indépendances de plusieurs pays américains, présentées comme des conquêtes de la liberté. Pour les femmes d´Amérique latine, le nouvel ordre juridique libéral issu de la naissance des jeunes républiques au XIXe siècle ne signifie pas un progrès : au contraire, les nouveaux textes juridiques ôtent à ces femmes les rares privilèges dont elles jouissaient sous la Colonie par rapport à leurs homologues espagnoles. Le volume III en l’occurrence participe de la remise en cause d´une certaine doxa historiographique.

17Historia de las mujeres est enfin une histoire incarnée. Il parle des femmes comme d´une collectivité, mais effectue des mises au point nécessaires et précises pour souligner la diversité des origines et des situations, selon les pays, selon les régions, selon le groupe social, mais aussi, dans le cas latino-américain, selon l´origine ethnique. Les femmes y sont bien des sujets individualisés. Elles sont des individus faisant des choix personnels que plusieurs articles étudient pour les comparer, les opposer le cas échéant. Comme collectivité, les femmes sont appréhendées par les normes qui déterminent et contraignent leur trajectoire sociale et personnelle ; mais comme individualités, elles sont appréhendées au prisme d´actions modifiant ce destin. Je ne citerai, parmi les exemples nombreux, que l´étude de ces efforts touchants d´esclaves noires affranchies pour réunir les sommes nécessaires à l´affranchissement de leurs propres enfants. Dans cette histoire incarnée, les visages ressuscités aident à l´œuvre de dévoilement des apports d´actrices jusque-là invisibles, oubliés, voire méprisées.

18Emmanuelle Sinardet est professeure de civilisation et de littérature latino-américaines à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense et rattachée au CRIIA (EA 369). Ses recherches portent sur les processus de consolidation des États nationaux, les nationalismes et les discours identitaires dans la zone andine, plus particulièrement l’Équateur, aux XIXe et XXe siècles. Elle anime le Centre d’études équatoriennes de Paris Ouest.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Sinardet, « Construction nationale en Amérique latine et histoire des femmes, (1860-1930) », Genre & Histoire [En ligne], 7 | Automne 2010, mis en ligne le 10 janvier 2011, consulté le 26 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1102

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page