Navigation – Plan du site
Débattre

Histoire des femmes en Espagne et en Amérique latine

Isabel Morant

Texte intégral

I. La troisième vague du féminisme en Espagne

1La construction d’une Histoire des femmes (et des études sur les femmes en général) est liée au féminisme qui, depuis la fin des années soixante, a repris de la vigueur en Europe (en France, en Angleterre, en Italie, etc.). En Espagne, cependant, la troisième vague du féminisme s’est développée avec un certain retard par rapport au reste de l’Europe. En effet, la dictature du général Franco avait placé l’Espagne à l’écart de l’Europe, et l’opposition politique, clandestine, peinait à émerger.

2Dans ce contexte, il était extrêmement difficile pour les femmes de réagir contre  la morale et les lois qui les discriminaient. Un exemple : jusqu’en 1976, l’adultère était considéré dans le Code Civil espagnol comme un délit grave pour les femmes et non pas pour les hommes. Côté masculin, il n’y avait délit que si la maîtresse vivait au foyer de l’épouse. Par ailleurs, pour les partis politiques et les syndicats, toujours dans la clandestinité, la cible était la chute de la dictature et la construction de la démocratie, et presque personne ne voulait prêter attention aux problèmes qui touchaient spécifiquement les femmes. Malgré tout, tout au long des années 1970, beaucoup de jeunes femmes, la plupart universitaires, ont adhéré à des partis politiques. La question des femmes commença alors à être envisagée par quelques pionnières du féminisme pour lesquelles il était impératif que les partis politiques et les organisations progressistes s’engagent dans la défense de la cause des femmes.

3C’est ainsi que la plupart des partis démocratiques ont créé des regroupements féminins – subordonnés – afin que les femmes rejoignent la lutte pour la démocratie. Mais, dans ces organisations, on ne discutait pas des problèmes des femmes, on ne prêtait pas attention au fait qu’elles y étaient moins connues et reconnues que les hommes, seuls à constituer alors la direction de l’opposition politique. Beaucoup de femmes s’éloignèrent en conséquence des organisations politiques traditionnelles pour adhérer exclusivement au féminisme.

4Le développement du féminisme en Espagne dans les années 1970, intervint après la mort du dictateur (1975) ; il fut parallèle à celui de la démocratie et du changement législatif. L’arrivée de la gauche au pouvoir en 1982 se traduisit par un plus grand soutien des institutions politiques aux revendications du féminisme (l’Institut de la Femme de Madrid fut crée en 1985). Parallèlement, un mouvement universitaire prit de l’ampleur. À l’Université certaines féministes – professeures ou étudiantes – commencèrent à dénoncer le sexisme dans le domaine de la science ou l’invisibilité des femmes dans les textes scientifiques, historiques, etc. (Amparo Moreno 1977, Mª Angeles Durán 1982, Celia Amorós 1985). On remarque également dans les Universités un nouvel intérêt pour les recherches sur les femmes. En 1975 fut créé à l’Université Autónoma de Madrid le premier Institut d’Études et de Recherche (Instituto de Estudios e Investigación) sur les femmes, d’autres ont suivi : l’Université Complutense à Madrid, ainsi que les Universités de Valencia, Granada, etc.

5Ces années sont aussi marquées par une meilleure connaissance du féminisme international en Espagne ; les femmes voyagent et un grand nombre de livres féministes sont traduits et publiés.

II. Féminisme et Histoire des femmes en Espagne

6Les premières études sur l´Histoire des femmes ont eu d’abord un caractère politique plus que féministe. On a insisté sur la présence des femmes dans la vie politique et on a donné une visibilité aux républicaines, anarchistes, communistes, etc. Ces études ont mis en évidence le rôle des femmes de gauche, ce qui a permis d’honorer la mémoire des femmes progressistes. Plus tardivement, des études ont été consacrées aux femmes conservatrices et fascistes (Carmen Alcalde, 1976 ; Mary Nash, 1976 ; Mayte Gallego, 1983).

7Dans un second moment, l’histoire des femmes est devenue plus académique,  semblable à ce qui avait lieu en France ou en Italie. Dans les années 1980, ont émergé des études sur la différence entre les femmes, sur les modes de vie et sur le travail des femmes : l’emploi du temps, l’espace vital et, en général, les vies féminines, en famille, dans les couvents ou comme professionnelles, etc. L’objectif était de combler les déficits de l’histoire sociale, dominante dans le panorama intellectuel espagnol (voir les programmes des journées d’Études et de Recherche sur la femme qui ont eu lieu à l’Université Autonóma de Madrid, chaque année entre 1981 et 1984, puis en 1986 et 1987).

8Sur le plan théorique, il faut noter l’influence du féminisme américain, représenté par Joan Scott, depuis la fin des années 1980. Grâce à son influence l’« Histoire des femmes » est devenue « Histoire du genre » ou « Histoire des relations de genre ». Cette nouvelle dénomination s’est installée à l’Université où toutes les recherches liées aux femmes sont nommées « études du genre » ou « relations de genre ». La catégorie « genre » s’est imposée dans les médias et dans le langage politique.

9L’influence du féminisme français a été moins importante en Espagne. Ainsi par exemple, le débat sur la dénomination, « Histoire des femmes » ou « Histoire de la différence des sexes », envisagé par Michelle Perrot et Arlette Farge au moment de la présentation de l’Histoire des femmes en Occident, n’a guère eu d’écho parmi les historiennes espagnoles qui ont adopté, sans réserve, l’approche « Histoire des femmes ou de genre » proposée par J. Scott. Cela étant, la plus grande partie desétudes qui s’intitulent « histoire du genre »  sont plus proches d’une histoire des femmes comme partie d’un ensemble différent du masculin, que des mises au point liées aux rapports hommes-femmes appliqués dans l’Histoire des femmes en Occident dirigée par Georges Duby et Michelle Perrot. Dans mon cas particulier, pourtant, je dois reconnaître l’influence des débats français. Par conséquent, l’Histoire des femmes en Espagne et Amérique latine, dont il est question ici, doit beaucoup à l’historiographie féministe française.

10D’un autre côté, le tournant linguistique (linguistic turn), proposé par J. Scott dans les années 1990, n’a guère eu d’écho dans notre historiographie. En Espagne, l’histoire « du genre » est une histoire sociale qui s’intéresse aux actions des femmes et, dans certains cas, aux lois, aux rapports de pouvoir, etc. Cette histoire a montré moins d’intérêt pour les études des discours ou pour les représentations ou les pratiques culturelles construisant l’exclusion des femmes.

11De la même façon, les recherches sur la masculinité sont encore peu développées en Espagne, où quelques historiens –hommes – s’occupent du sujet « femme », comme le montrent leurs contributions à l’Histoire des Femmes en Espagne et Amérique latine. Mais ilfaut noter que dans la partie réservée à l’Amérique latine il n’y a aucune contribution masculine.

III. Histoire des femmes en Espagne et en Amérique latine

12Notre ouvrage concerne une zone géographique délimitée par une langue et un passé culturel communs : l’Espagne et l’Amérique latine (Brésil inclus). Les quatre volumes embrassent les périodes historiques habituelles (depuis la préhistoire – et, cela est extraordinaire – jusqu’à nos jours).

13D’abord, il faut remarquer l’importancenumérique des chapitres qui adoptent une approche sociale de l’histoire des femmes : le travail et la façon de vivre des femmes, les communautés féminines, les rapports entre les femmes (dans la partie concernant le Moyen Âge), la vie dans les couvents et les pratiques intellectuelles des femmes (dont un grand nombre habitaient dans les couvents – tant en Espagne que dans les colonies).

14La pratique féminine de la politique occupe également une place importante. Les volumes I et II contiennent plusieurs chapitres sur l’exercice du pouvoir politique par des femmes appartenant aux maisons royales ou à la haute noblesse ; est soulignée dans ces études la façon dont ces femmes s’associent et participent à la vie politique, tant en Espagne qu’en Amérique latine. Les volumes III et IV montrent l’action des femmes dans la construction des États libéraux, leur participation aux débats sur l’éducation ou les droits politiques aux XVIIIe et XIXe siècle. Les écrivaines romantiques sont mises en valeur ainsi que les premières féministes qui s’expriment à partir des années 1880, telle Emilia Pardo, une des plus célèbres écrivains des milieux libéraux et progressistes. Cependant, en Espagne, le féminisme était peu développé, au moins jusqu’aux années 1920 et 1930, où la dynamique politique devint plus favorable (Pardo Bazán, 1889). Le quatrième volume privilégie la recherche sur la participation des femmes aux mouvements sociaux et politiques du XXe siècle, le militantisme dans les partis politiques contemporains et le féminisme. Cette période, qui a été étudiée aussi pour l’Amérique latine, permet de voir les ressemblances et les différences entre les deux continents.

15La question de la religion et de son influence dans l’histoire des pays catholiques est un classique de notre historiographie. Il faut préciser à ce sujet que la forte réaction de l’Église catholique aux changements des mœurs et à ce qu’on considère comme une déchristianisation de la société espagnole contemporaine, semble avoir lancé les débats.  Dans notre Histoire des femmes, nous avons voulu approfondir ce sujet, en traitant aussi le  problème du pouvoir de l’Église catholique sur la sexualité et les mœurs des femmes, en Espagne et en Amérique latine.

16Ainsi, le volume II étudie l’effort intellectuel et politique déployé par le clergé catholique à partir du XIVe siècle pour favoriser la construction d’un nouveau discours sur la différence des sexes, la morale des femmes et les relations entre les sexes. Les prêtres se portaient garant de la formation morale des femmes, de leur rôle civilisateur et moralisateur. Ainsi, aux XVIe et XVIIe siècles, les moralistes catholiques ont insisté sur les qualités liées à la féminité : maîtrise du désir sexuel, capacité de dévouement, piété et obéissance à l’homme supérieur, c’est-à-dire le prêtre, l’époux ou le fils. Selon ce discours, les femmes, inférieures aux hommes, mais soumises aux théories morales et à l’autorité des hommes supérieurs – le curé ou le père – seraient capables de surmonter leur faiblesses pour construire une supériorité morale, qui les autoriserait à agir sur les hommes de leur environnement et à avoir une influence sur leurs mœurs (Isabel Morant 2004, p. 27-61).

17Luisa Accati a suivi de son côté la construction de l’imaginaire – ou de la psychologie – des catholiques femmes et hommes montrant, à travers de nombreux exemples, les rapports conjugaux et la maternité vécue. Elle étudie en particulier la création du culte à la Virginité de Marie à l’Époque Moderne. Pendant des siècles l’Église catholique – surtout en Espagne et en Italie – s’est servie de l’image et du culte marial, soutenus par le pouvoir, pour mettre en valeur la virginité et la maternité spirituelles dans les pays catholiques. La virulence du débat entre les théologiens et l’insistance, au XVIe siècle, du Pape, du roi d’Espagne (Phillippe II) et des Jésuites pour imposer une certaine image de Marie en tant que vierge et mère spirituelle des catholiques est ainsi soulignée. On a signalé aussi comment les efforts déployés par l’Église catholique pour former les femmes dans le mépris et la crainte de la sexualité, devaient jouer sur leurs relations avec les hommes. Selon Accati, les femmes, obligées de refouler leur sexe, comprenaient mal leurs propres désirs sexuels comme ceux des hommes, désirs, en plus, très mal considérés dans les manuels des confesseurs où la virilité était montrée négativement, comme une bassesse morale ou une faiblesse des hommes moins parfaits, soumis aux plus bas instincts et passions. Cette représentation de la sexualité serait responsable de beaucoup de conflits moraux auxquels étaient soumis les femmes et les hommes catholiques.

18La crainte de la sexualité et le pouvoir délégué aux femmes pour construire la morale de la famille seraient des caractéristiques partagées avec la religion islamique. Au Maghreb, selon les études de Lacoste Dujardin, on accorde une grande valeur à la pureté et à la chasteté des femmes ainsi qu’à la mère comme émettrice des valeurs patriarcales (Accati, 2005, p. 63-104). Dans d’autres études (vol. III) est abordée la permanence de cette image de la sexualité féminine parmi les hommes des Lumières et les membres du parti libéral espagnol. Bien connu est le cas de Cabarrus, homme des Lumières, rousseauiste, (il a vécu en France et en Angleterre, sa femme vivait en France où elle éleva sa fille Teresa Cabarrus, plus tard Mme Tallien). En 1776, Cabarrus se déclare opposé au fait que les femmes adhèrent aux Sociétés Économiques des Amis du Pays de Madrid, ce qu’il justifie par des raisons morales. À son avis, les mœurs s’abîment quand les femmes prétendent se mêler aux hommes et les fréquenter librement dans les mêmes espaces sociaux.

19Ces jugements de Cabarrus furent contestés par Josefa Amar, une femme des Lumières qui faisait partie de l’élite intellectuelle du pays. Elle réfuta les arguments de Cabarrus en disant que l’esprit n’a pas de sexe et que les femmes peuvent se conduire avec la même volonté et fermeté morale que les hommes. Elle reprocha également à Cabarrus sa tolérance envers la morale des hommes. Ceux-ci, d’après Cabarrus, seraient incapables de maîtriser leurs passions en présence des femmes. Cependant, Josefa Amar – comme beaucoup d’autres femmes des Lumières – était consciente du plus haut devoir des femmes en matière de morale et de mœurs. Ce qu’elle-même assume dans ses textes où elle souligne l’importance sociale, la défense de la vertu et l’honnêteté féminines. (Josefa Amar, 1776).

20Quelques années plus tard la fille de Cabarrus, la future Mme Tallien, souffrit les critiques des moralisateurs qui, comme son père, craignaient la liberté des femmes et ses conséquences sur les mœurs. Thérésa Cabarrus sera considérée par ses ennemis comme une femme inconvenante dont le manque de morale aurait entraîné le malheur des hommes avec lesquels elle avait eu des relations et auxquels elle aurait nui du point de vue politique.

21Un autre exemple significatif de la morale qui était exigée de toutes les femmes, de n’importe quelles classes et conditions sociales, fut celui de la reine Isabel II, premier monarque libéral de l’Espagne, dont la conduite morale n’était pas conforme à l’idéal d’honnêteté féminine dominant au XIXe siècle. Les libertés qu’elle prenait dans le domaine de la morale sexuelle étaient répandues parmi les hommes de sa cour, y compris parmi ceux de sa propre famille, mais elles n’étaient pas tolérables pour des femmes. En ce sens, dans les moments de crise ou de conflit, ses opposants n’hésitèrent pas à la discréditer en ébruitant ses adultères. Plus d’une fois, les chefs des rangs libéraux réussirent à vaincre la reine grâce à des campagnes de diffamation concernant sa vie privée (Isabel Morant, dir. 2005, vol. III, p. 86-116).

IV. Le débat sur le féminisme en Espagne

22On a toujours dit qu’en Espagne il n’y a pas eu, jusqu’aux années 1980, un féminisme comparable à celui existant dans le reste de l’Europe. En ce sens on a souligné la fragile participation des femmes espagnoles à la vie intellectuelle et politique des XIXe et XXe siècles. Ce qui s’explique dans certains cas par l’influence de la religion et, dans d’autres, par la force du conservatisme politique, la faiblesse de la bourgeoisie et par les régimes libéraux.

23Néanmoins, l’histoire des femmes (qui a révélé beaucoup de nouveaux noms d’hommes et de femmes du XVIIIe siècle ayant plaidé pour les droits des femmes) nous a permis de montrer l’action – dispersée – d’un premier féminisme éclairé. Au XIXe siècle, des hommes et des femmes progressistes épousent la cause d’une éducation plus égalitaire pour les femmes et combattent pour qu’elles soient acceptées dans les lycées et les universités. Les femmes s’y inscrivent pour devenir institutrices ou infirmières.

24La seconde vague du féminisme, qui se développa au début du XXe siècle, eut peu d’adhérentes et un programme suffragiste très modéré. Mais, pendant la Deuxième République (1930-1939) les femmes obtinrent le droit de vote en 1931 et de nombreux progrès concernant l’éducation, la santé et les conditions de vie des travailleuses furent obtenus. La guerre civile rendit les femmes plus visibles, tant au front que dans les travaux d’arrière-garde.

25L’histoire mise en valeur dans notre Histoire des femmes nous permet aujourd’hui de penser les choses d’une manière nouvelle. Cette histoire nous montre que, bien qu’il y ait eu des différences dans les vies espagnoles et américaines par rapport à l’Europe, il y a eu aussi beaucoup de contacts avec les mouvements sociaux et d’émancipation féminine en provenance d’autres pays, comme la France, par exemple (Morant, dir  Vol. III, IV).

26Cependant, les liens avec l’Europe furent interrompus dans les années 1940 avec le triomphe de la rébellion militaire en Espagne qui allait signifier une rupture avec les idéaux de la modernité sociale et démocratique encouragés pendant la IIe République. Le féminisme disparut avec les mouvements progressistes des années 1930, dont beaucoup de leaders – hommes et femmes – moururent ou cherchèrent à survivre dans l’exil européen et américain, au Mexique, au Chili ou en Argentine (Barranco, Vol IV, p. 497-508).

27En Espagne le triomphe du fascisme s’est accompagné de la relégation des femmes à leurs qualités « naturelles » et à leur essence maternelle, confiant leur éducation aux prêtres et aux organisations catholiques féminines, parmi lesquelles se trouvent les écoles religieuses où étaient élevées les jeunes filles des familles des classes moyennes, qui n’aspiraient pas à être bachelières et encore moins à aller à l’Université comme le faisaient leurs frères (Valcárcel, 2006).

28Pourtant, les choses commencèrent à changer dans les années 1960 et 1970. À cette époque, l’école primaire payée par l’État se met en place en Espagne. Ceci suppose un important changement par rapport au nombre des femmes atteignant le niveau du baccalauréat, et beaucoup d’entre elles continuent alors leurs études à l’Université. En parallèle, il y eut une transformation des modes de vie et des mœurs sexuelles des jeunes, qui commencèrent à se fréquenter avec une plus grande liberté.

29Dans les années 1970, des jeunes femmes, la plupart universitaires, furent les protagonistes d’une nouvelle vague du féminisme qui se développa en lien avec la démocratie politique, et dont la permanence fut de la plus haute importance pour la cause des femmes. Nous les femmes, il n’y a pas de doute, avons gagné avec le changement politique qui a instauré le renouvellement des vieilles élites et le changement social qui favorisa le travail et une plus grande liberté de vie pour les femmes et les hommes. En ce qui concerne la sexualité et les relations dans la famille, le revirement des mœurs a été spectaculaire. En même temps, les gouvernements démocratiques ont facilité des changements légaux nécessaires à la construction de l’égalité des sexes. Avec le triomphe du parti socialiste, en 1982, les changements se sont accélérés et accompagnés de la création des institutions politiques en charge d’assurer l’égalité (en 1984 est fondé un Institut de la femme et, en 2004, le Secrétariat Général pour l’Égalité, qui est devenu ministère en 2008).

30La rapidité et l’intensité des changements des mœurs de la société espagnole en général, et en particulier des femmes, surprend aujourd’hui : comment cette transformation qui a nous fait ressembler aux pays d’Europe occidentale a t-elle été possible ? Beaucoup de féministes européennes et américaines prêtent attention aux lois adoptées entre 2005 et 2007 pour protéger la liberté sexuelle, celle des mœurs et l’égalité des sexes. La réponse semble simple : nous sommes une démocratie jeune, les femmes ont participé activement à sa construction et profitent de l’égalité et de la liberté.

31Actuellement, cependant, la bataille politique et idéologique entre le parti populaire et les socialistes, maintenant au pouvoir, peut avoir des conséquences sur quelques-uns des droits  mentionnés. La droite catholique a obtenu le soutien de la droite politique (représentée par le parti populaire) pour s’opposer aux lois du gouvernement de Zapatero. En particulier ils désavouent les propositions sur une Éducation Civique (Educación para la Ciudadanía en Espagne) qui transmettrait aux jeunes les valeurs de l’égalité et de tolérance enmatière de sexualité et leur donnerait des informations sur le mariage et les nouvelles familles qui se constituent entre personnes du même sexe, etc. Le cheval de bataille est maintenant la loi autorisant le mariage homosexuel et la nouvelle loi de santé sexuelle et reproductive, sensée régler l’interruption de grossesse et prolonger les garanties, physiques et morales, pour les femmes femmes.

32Le refus de la nouvelle loi sur l’avortement (contre laquelle le parti populaire a fait appel au Tribunal Constitutionnel) met en évidence la dépendance du féminisme espagnol à l’égard des avatars de la politique et des luttes entre les partis. Par les temps qui courent, le féminisme devra étudier quel est le soutien de la société à ses revendications et comment construire les alliances qui permettent de consolider le programme féministe.

33Isabel Morant, Universidad de Valencia

Haut de page

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Actas de las Jornadas de Investigación Interdisciplinaria, organizadas por el Seminario de Estudios de la Mujer de la Universidad Autónoma de Madrid .

- I Jornadas : Nuevas perspectivas sobre la Mujer, Pilar Folguera ed., Madrid, 1982

- II Jornadas : Las Mujeres en la Historia de España, Cristina Segura ed, Madrid, 1982-1984

- IV Jornadas : Ordenamiento jurídico y realidad social de las mujeres, Mª Carmen García Nieto ed, El uso del espacio en la vida cotidiana, Aurora García Ballesteros, ed., Literatura y vida cotidiana, Mª Angeles Durán ed., Madrid, 1986-87

Accati, Luisa, “Hijos omnipotentes y madres peligrosas. El modelo católico y mediterráneo”, en Isabel Morant ed., Historia de las mujeres en España y América Latina, Madrid, 2004, vol. II, pp. 63-104.

Alcalde, Carmen: La mujer en la Guerra civil española, Madrid, 1976

Josefa, Amar, Discurso en defensa del talento de las mujeres y para mostrar que estas pueden desempeñarse en los mismos oficios en que se emplean los hombres, Madrid, 1776

Amorós, Celia, Hacia una crítica de la  Razón Patriarcal, Barcelona, 1985

Durán, Mª Angeles ( ed. ), Liberación y utopía, Madrid, 1982

Gallego, Mª Teresa, Mujer, falange y franquismo, Madrid, 1983

Moreno, Amparo, Mujeres en lucha. El movimiento Feminista en España. Barcelona 1977

Morant, Isabel,“ Mujeres e Historia. Los años de la experiencia” en Pilar Pérez Cantó, Democracia, Feminismo y Universidad en el siglo XXI, Publicaciones de la Universidad Autónoma de Madrid, 2004, pp.507-527.

*Historia de las Mujeres en España y América Latina, dir., Madrid, 2004- 2005, 4 Vols.

* “ Hombres y mujeres en el discurso de los moralistas”, en Isabel Morant dir, Historia de las mujeres en España y América Latina, Madrid  2004, vol. II, pp. 25-62

* “Hombres y mujeres en el espacio público” en Irene Castell sed., De la  ilustración al liberalismo, en Orígenes del liberalismo ; España, Europa, América Latina, Salamanca, 2004

Nash, Mary, Mujeres libres, Barcelona, 1976

Pardo Bazán, Emilia, La mujer española y otros escritos, Madrid, 1889, (ed.de Guadalupr Gómez-Ferrer, Madrid, 1999)

Scanlon, Geraldine M., La polémica feminista en la España Contemporánea (1868 -1974), Madrid, 1976

Yusta, Mercedes, “La segunda republica. Significado para las mujeres”, en Isabel Morant (dir), Historia de las Mujeres en España y América Latina, dir., Madrid, 2005, Vol IV, pp.  110-122.

Valcárcel, Amelia, “Treinta años de feminismos en España”, en Isabel Morant (dir), Historia de las Mujeres en España y América Latina, dir., Madrid, 2005, Vol IV, pp. 414-432.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabel Morant, « Histoire des femmes en Espagne et en Amérique latine », Genre & Histoire [En ligne], 7 | Automne 2010, mis en ligne le 12 janvier 2011, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1100

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page