Navigation – Plan du site
Articles

Camille Delaville (1838-1888), une journaliste féministe ?

Nelly Sanchez

Résumés

Cet article s’intéresse à l’existence, à la carrière littéraire et journalistique de cette femme de lettres aujourd’hui oubliée. Loin d’être purement biographique, cet article présente également sa conception de « la Femme ». Sans vraiment se prétendre féministe, Camille Delaville ne partagea pas moins les idées de ce mouvement. Elle consacra nombre d’articles à définir la nouvelle place de la Femme, instruite, indépendante…

Haut de page

Texte intégral

1Les Lettres de Camille Delaville à Georges de Peyrebrune (1884-1888) ont été éditées récemment par le laboratoire du CNRS « Correspondances et Journaux intimes des XIXe et XXe siècles »1. La centaine de courriers que constitue cet ouvrage, annoté et commenté par nos soins, retrace l’amitié paisible de ces femmes de lettres en même temps qu’elle témoigne de leur carrière respective2. Nous nous intéressons ici particulièrement à l’une d’elle, Camille Delaville qui, au cours des années 1870-1880, a joui d’un certain prestige dans la sphère littéraire parisienne.

2Si cette auteure est remarquable par l’existence anticonformiste qu’elle mena, elle l’est plus encore par son désir de modifier le regard que la société portait alors sur « la » femme. Prise dans le grand « débat » sur la nature de l’identité féminine qui a particulièrement animé les sphères intellectuelles à la fin du siècle, Camille Delaville, incarne l’image de la femme instruite, indépendante, émancipée. Elle collabora au lendemain de la Commune à plusieurs journaux, sous différents pseudonymes. Ses articles, ses chroniques et ses nombreux portraits, écrits d’une plume souvent virulente, lui valurent de connaître un grand succès mais également quelques procès pour diffamation dont elle fut acquittée. Pourtant, elle chercha aussi à justifier sa carrière de journaliste par la nécessité de gagner sa vie.

3L’anonymat dans lequel Camille Delaville est tombée oblige, avant toute chose, à esquisser ce que fut l’existence de cette grande bourgeoise avant de s’intéresser au personnage de la journaliste qu’elle fut. Enfin, en suivant des thèmes récurrents dans son œuvre, nous nous intéresserons à son travail pour défendre la place de « l’intellectuelle » dans la cité3.

I. Mme Françoise Couteau née Chartier, grande bourgeoise « déclassée »

4Avant de signer « Camille Delaville », cette femme de lettres s’appelait Françoise Adèle Chartier. Née le 21 mars 1838 à Paris, elle est la fille unique d’Hector Marc Alexandre Chartier, riche changeur « extra sérieux » établi rue Ménars, et d’Augustine Geneviève Defontaine Delaville, « artiste de grand talent élève d’Horace Vernet »4. Ses parents se sont mariés en 1836 : son père a alors 34 ans et sa mère 19 ans. Celle-ci décède à vingt-trois ans, laissant son époux élever seul leur petite fille. Est-ce pour ne pas avoir à se séparer de son enfant qu’il préféra confier son instruction à un précepteur plutôt qu’à une institution religieuse ? Ce choix lui permettait également de « personnaliser » l’enseignement prodigué ; ainsi, comme le raconte Camille dans « Mes contemporaines » :

5« lui fit infliger l’éducation qu’il aurait fait donner à son fils si il en avait eu un ; y compris l’escrime, ce qui n’amusait pas du tout la fillette ; toutes ses heures étaient prises par des leçons horriblement sérieuses ou artistiques. Dans tout cela une seule chose lui plaisait ; les devoirs de narration ; non que cela l’amusât à faire, mais cela lui était plus facile ; le papa, après quelques lectures de « composition de style », raya absolument ce numéro du programme »5.

6Les confidences faites au fil des lettres nous apprennent que, en plus de la broderie – art d’agrément dont elle était particulièrement fière – Camille Delaville apprit l’italien et acquit des connaissances en langue et cultures latines. A l’instar de nombreuses filles de la haute bourgeoisie, elle reçut une solide formation intellectuelle qui lui permit, par la suite, d’obtenir ses diplômes d’institutrice dont elle ne se servit jamais6.

7A l’image de sa mère, Camille Delaville s’est mariée jeune (18 ans). Le 15 janvier 1857, elle épousa Émile Couteau, qui avait un an de plus qu’elle. D’origine hollandaise, descendant du peintre Van Ostade7, ce futur avocat de renom était né en province, issu d’une famille « jadis riche, (qui) avait été ruinée en 1830. (Le) père avait obtenu une place de percepteur »8. De cette union allait naître deux filles : Marguerite et Rose. Bien qu’il s’agisse d’un mariage d’amour, le climat conjugal se détériora rapidement : « le mari qu’elle avait choisi, avec des qualités intellectuelles très brillantes, avait des défauts qui lui étaient particulièrement très pénibles. Il était d’un positivisme absolu, d’un entêtement extrême, d’une violence effrayante »9. À en croire La Loi qui tue (1875), roman d’inspiration autobiographique, la jeune femme s’enfuit, trois ans plus tard, du domicile conjugal après avoir été frappée par son époux. Elle se réfugia un temps à l’hôtel, puis partit à Arcachon jusqu’au terme de sa seconde grossesse. De retour à Paris, Camille Delaville fut convaincue d’adultère et se vit condamner à deux ans de prison qu’elle ne fit jamais. Son mari obtint la séparation. Désormais considérée comme mineure aux yeux de la loi, il lui était défendu « de plaider, de transiger, d’emprunter, de recevoir un capital mobilier et d’en donner décharge, d’aliéner ni de grever (ses) biens d’hypothèques sans l’assistance d’un conseil qui (lui) est nommé par le tribunal »10. D’autre part, les biens hérités de son père étaient placés sous le contrôle d’un conseil judiciaire : elle ne pouvait donc plus disposer d’une fortune qui s’élevait à « quinze millions »11 de francs : « une partie de la fortune était dotale. C’était des immeubles situés à Paris ; une autre [...] était représentée [...] par des titres au porteur »12. Elle divorça en 1885, un an après que la loi sur le divorce ait été votée en France13. Se retrouvant seule à élever ses enfants, l’ex-Madame Couteau se résolut à gagner sa vie. Selon ses confidences, elle « essaya de peindre des éventails, on lui donna un prix dérisoire ; alors elle mit ses pinceaux de côté »14 et c’est ainsi que, « tout en ayant une grande fortune, des complications d'affaires l'ont privée d'en jouir, et elle a dû écrire, afin de pouvoir bien élever et bien doter ses filles »15.

8La réalité semble cependant moins sombre que la version que se plaît à présenter Camille Delaville. Dans La Loi qui tue, elle fait même mourir de faim et de froid son héroïne pendant le Siège de Paris… Si ce conseil judiciaire ne lui permettait pas de disposer librement de ses biens, il ne l’empêchait pas non plus d’avoir une vie fort décente. Jusqu’à la fin de sa vie, elle semble même avoir conservé le train de vie de la grande bourgeoise qu’elle était. À l’instar des représentants de cette classe sociale, elle était philanthrope ; elle est présente aux « fêtes dites du Soleil en faveur des inondés du Midi »16, participe au bal annuel de l’Union des dames françaises pour les soldats du Tonkin et elle « fonde ou refonde l'utile Société : Les Abeilles, destinée à venir en aide aux personnes bien élevées qui n'ont rien et ne veulent pas le dire » selon l’hebdomadaire humoristique Le Zig Zag du 23 mai 1886. Elle paraît également avoir de nombreux débiteurs ; c’est, du moins, ce que suggère cette réflexion faite à Georges de Peyrebrune : « Si vous saviez tous ceux qui vivent de mon ombre... aussi lorsqu'il y a le moindre accroc dans mes petites affaires, je suis hors de moi »17. Lors du décès de la baronne Julie de Rothschild en 1886, elle rend hommage à « cette admirable créature, (...) [qui] a sur [sa] demande donné à tant de gens - non des pauvres - mais pis des gens bien élevés mourant de faim »18. Elle se pique également de mécénat, en devenant, en 1883, trésorière de l’Exposition des femmes artistes au Palais de l’Industrie, exposition qui offrait la première rétrospective de Marie Baschkirsteff19.

9Camille Delaville est également connue du Tout-Paris pour ses réceptions et ses nombreuses fêtes dont la presse se fait l’écho. En 1884, à la veille de Noël, elle organisa une fête villageoise. Le 24 décembre 1886, elle réunit près d‘une centaine d’enfants autour d’un arbre de Noël et, le 31 décembre de la même année, elle invita ses amies à une tombola. Ses bals masqués étaient surtout réputés. Dans Le Roman d’un bas bleu de Georges de Peyrebrune, où elle apparaît sous les traits d’Alix Deschamps, la narratrice relate une de ses soirées déguisées : « un peu du Tout-Paris défilait chez elle. [...] On s’y donnait rendez-vous comme à un bal public. On organisait des entrées, des surprises, des intermèdes »20. Camille Delaville tenait également salon, le vendredi après-midi, recevant des gens de lettres à la mode comme Catulle Mendès, Anaïs Ségalas, des jeunes auteurs – Rachilde, Jules Boissière, Albert Samain – ou de futurs politiciens tel que le général Boulanger qu’elle « avait connu simple capitaine dans une ville de garnison ; et il ne dédaignait pas, maintenant que la politique des mécontents avait fait de lui un leader […], venir encore parfois chez son ancienne amie ; mais, plus fréquemment, il y venait dîner, en un très petit comité »21. Malgré sa séparation d’avec son mari, l’aristocratie, représentée par Julie de Rothschild ou Mme de Rute, ne dédaigna pas la fréquenter22.

10Ses réjouissances et ses œuvres caritatives ne parvinrent pas à dissiper la réputation sulfureuse qui fut la sienne jusqu’à la fin de son existence. Sa condamnation pour adultère avait défrayé la chronique et lui avait fermé beaucoup de salons parisiens, sa liaison avec le poète Hippolyte Buffenoir dans les années 1880 avait achevé de faire d’elle une « amoureuse exaltée, généreuse et naïve »23. Dans son autobiographie romancée, Le Roman d’un bas bleu, Georges de Peyrebrune présente son amie entourée d’un « cercle intime (qui) se composait principalement de petits jeunes gens, de ceux qui suivent volontiers le sillage d'une femme un peu mûre, comme des papillons altérés accourent autour d'une rose très ouverte, dont le cœur est mal défendu »24. Elle ne cachait d’ailleurs pas ses nombreux flirts ; dans ses lettres elle parle notamment de l’avocat Isaure Toulouse qui lui « a offert son cœur il y a 10, 9 ; 8 et 7 ans, même 6 »25. À la fin de sa vie, elle confiait encore à G. de Peyrebrune que l’un de ses collaborateurs à La Revue Verte la poursuivait de ses assiduités et qu’elle était « obligée de (se) faire défendre par (ses) bonnes comme si (elle avait) 20 ans »26. Camille Delaville entendait même, dans son testament, « sous le couvert de legs quelconque, [laisser] des sommes à... son dernier amour »27. Aveu qui ne manqua pas de scandaliser ses proches, lesquels cherchèrent à deviner le nom de cet amant.

II. Camille Delaville, journaliste et chroniqueuse

11On comprend mal pourquoi cette femme, à la vie mondaine si intense, s’est lancée dans l’écriture. Celle-ci se plaisait à rappeler qu’elle n’écrivait pas « par goût, mais pour élever (ses) enfants »28, autrement dit pour subsister. Or, aussi populaire fût-elle, ses revenus littéraires n’auraient jamais pu lui assurer le train de vie qu’elle menait alors. Il est intéressant de constater qu’elle évoque, comme d’autres avant elles et notamment George Sand29, la nécessité d’écrire pour survivre : cet argument légitimait l’exercice de ce métier « d’homme » et la lavait ainsi, aux yeux du public, de tout soupçon d’ambition et d’émancipation. Faut-il rappeler que ces désirs étaient fort mal acceptés chez les femmes dont on attendait alors modestie et soumission ? Elle ne pouvait non plus parler de prédispositions, ainsi que le laissent supposer certaines de ses confidences car c’eût été supposer qu’elle était douée d’un talent « masculin ». Si le public pouvait être bien disposé envers une femme travaillant par nécessité, il l’aurait moins été envers une virago. Dans un de ses courriers, elle confie à Georges de Peyrebrune que c’est « la charmante Mme Rouvier (Claude Vignon) qui (lui) a mis la plume à la main pour un journal de femmes alors que (elle avait) environ 13 ou 14 ans », et que son talent littéraire fut confirmé par « le père Alexandre Dumas qui (avait) trouvé (qu’elle était) créée et mise au monde pour écrire des histoires »30. Elle demeura proche de l’illustre écrivain, puisque fraîchement séparée de son époux, elle l’accompagna dans le nord de la France pour une de ses conférences. Il partit donc, accompagné de « Mme Marie, sa fille, Édouard Guillemin, un aimable garçon d'une trentaine d'années, qui, riche et libre, faisait par goût l'office d'intendant, d'homme d'affaires et de maître des cérémonies, et (elle), remplissant les fonctions de secrétaire, également à titre de respectueuse amitié »31. La rumeur publique prétendait qu’elle avait été « un des derniers secrétaires d’Alexandre Dumas » père32… Bien qu’elle n’expliquât jamais son rôle auprès de l’écrivain, il est certain qu’elle a vécu dans son entourage. Ce n’est pas un hasard si elle collabora aux journaux fondés par des femmes qu’il avait fréquentées : Olympe Audouard, qui dirigea l’éphémère journal féministe. Le Papillon, fut une des maîtresses de l’écrivain, et Mme de Rute, la rédactrice en chef des Matinées espagnoles, une de ses amies. Dans un « Courrier de Paris », Camille Delaville lui rappelle d’ailleurs qu’elle l’a « accueilli et abrité pendant des mois entiers à Florence » alors que « le cher grand homme avait été délaissé de 1860 environ jusqu’à sa mort »33 .

12Malgré cet illustre parrainage qu’elle ne cessa d’évoquer tout au long de ses articles, Camille Delaville produisit peu d’œuvres de fiction. Il convient cependant de noter Les Trois criminelles (1876) où l’on retrouve l’image fantasmatique de la divorcée, Les Amours de Madame de Bois-Joly (sans date), La Tombe qui parle (sans date), Le Cas du Premier président (sans date), Les Bottes du vicaire (1884). Tous ces écrits ont d’abord paru en feuilleton dans les journaux auxquels elle collaborait, ainsi donna-t-elle en 1887 Le Passé du docteur au Gil Blas L’œuvre majeure de sa carrière demeure cependant La Loi qui tue (1875), son premier écrit qui la lança. Il s’agit du récit à peine romancé de sa bataille judiciaire contre son mari, de la perte irrémédiable de sa fortune et de son existence un temps misérable. Au-delà de la dimension autobiographique, ce roman est un fervent plaidoyer dénonçant l’iniquité des lois du divorce envers les femmes car « on voit mourir, mourir lentement, écrasée par une justice injuste, une femme adorable […]. C’est l’arrêt de la logique porté en dernier ressort contre l’arrêt des humains »34. C’est en tant que journaliste et chroniqueuse que Camille Delaville s’illustra. Sa fortune lui permit même de fonder par deux fois son propre périodique. Celle-ci finança quelque temps Le Constitutionnel, fonda et dirigea, en 1882, Le Passant pendant vingt numéros puis, en 1886, elle lança La Revue verte « Monde, littérature, beaux-arts et finance » qui ne vécut guère plus longtemps : seize numéros. La faillite de ces journaux successifs s’explique à chaque fois par une mauvaise gestion tant financière qu’éditoriale et ce, malgré le concours de prestigieuses signatures (Georges de Peyrebrune, Rachilde, Jules Boissière). L’absence de suivi dans les rubriques ne permet pas au public de se fidéliser. Sous divers pseudonymes – Pierre de Chatillon, Bisbille, Adèle de Chambry pour ne citer que les plus usités – elle donna au Grand Journal de Villemessant, également fondateur du Figaro, et au Soleil « des articles strictement anonymes qui firent quelque bruit… Depuis je ne me souviens distinctement que d’avoir collaboré au Gaulois […], à La Presse 6 ans, à L’Événement […], au Courrier du Soir, à L’École des femmes et à une foule d’autres […] dont le nom m’échappe j’ai énormément écrit et silhouetté. J’ai fait le plus bel ornement du Papillon de la bonne Audouard (le 2e) »35. À partir de 1883 et jusqu’à la fin de sa vie, elle participe aux Matinées espagnoles, une revue européenne dirigée par Mme de Rute.

13Dans cette liste, non exhaustive, de journaux, Camille Delaville s’est s’attachée à aborder tous les domaines, y compris la bourse dans L’École des femmes. Elle signe ainsi « des articles de science, des critiques littéraires, des chroniques mondaines qui ont paru dans l’ancien Grand Journal de Villemessant, dans Le Gaulois, dans L’Événement et dans La Presse »36. Dans Les Matinées espagnoles, sa rubrique « Courrier de Paris » est consacrée aux évènements mondains, culturels du moment : expositions, conférences, bals… elle paraît avoir accès à tous les univers parisiens. C’est au portrait que va cependant sa préférence, l’évocation en une centaine de lignes de la carrière et de l’actualité d’un personnage à la mode. Dans La Presse, elle publia « des silhouettesd’officiers ministériels qui ont eu un grand succès »37, pour L’École des femmes, elle tint la rubrique « Mes Contemporains » où elle présenta entre autres Zola, Claude Vignon ; dans Le Passant, elle s’intéressa aux avocats célèbres. En 1887, elle donna sa dernière série « Mes Contemporaines » au Constitutionnel. Elle s’attachait, deux fois par semaine, à évoquer des femmes hors du commun, comme la remuante Mme Astié de Valsayre, qui entendait ouvrir des salles d’escrime pour femmes, ou la doctoresse Madeleine Brès… On pourrait voir, dans ce goût pour les entretiens, une forme de snobisme qui pousserait Camille Delaville à côtoyer les personnalités en vogue ; or, point d’altesse au nombre de ses portraits, ni de comédienne à la réputation sulfureuse ou de dandy. Son intérêt allait à celles et à ceux dont la personnalité, la carrière sortait de l’ordinaire ou qui marquait durablement la société de leurs idées. Elle portraitura ainsi Louis Janvier, médecin d'origine créole, « venu en France vers l’âge de vingt ans et doué d’une merveilleuse aptitude aux sciences et aux lettres, tout en faisant sa médecine, il a passé, pour son agrément, les examens de droit et de lettres et publié deux volumes remarquables ; actuellement il est très occupé à soutenir des thèses à l’Académie des Sciences politiques »38. Elle présenta également des voyageuses comme Lydie Paschkoff39, des artistes - Élisa Bloch, Louise Abbéma- ou des musiciennes à l’instar Charlotte Dreyfus… Elle s’intéressait également aux hommes politiques ou aux gens de lettres même si elle ne partageait pas leur conception esthétique. Le portrait qu’elle fit de Zola ne l’empêcha pas de vertement critiquer le naturalisme dans les pages de L’École des femmes et de revenir à la charge, en 1887, quand celui-ci entendit adapter au théâtre La Curée.

14Camille Delaville ne fut d’ailleurs jamais complaisante dans ses chroniques, elle donna au contraire toujours libre cours à ses emportements comme à ses affections. Dans la préface d’À Mort (1886) où elle évoqua son souvenir, Rachilde la décrit comme « une femme au cœur constant, quoique dure dans ses critiques […], un journaliste très redresseur de tort en parole, mais très généreuse en action, comme toutes les femmes de race »40. C’est d’ailleurs ce qui semble avoir plu aux lecteurs. Son style « est clair, concis ; (elle) a le mot à l’emporte-pièce, et un esprit si souple qu’il aborde tous les sujets et les traite également bien »41, mais « parfois cette plume élégante tombe brusquement dans le ruisseau et cela avec une telle verve, une telle diablerie »42. Elle est entière dans ses aversions comme dans ses amitiés ; ainsi elle fut si mordante dans certains écrits qu’elle se retrouva, un jour, accusée « d’avoir attenté au respect dû à un huissier de Paris nommé Barriqand. […] La silhouette de ce monsieur, […] lui avait paru diffamatoire »43. Elle fut acquittée. Le Passant du 12 août 1882 fit paraître « Cynisme et mensonge », un article qui relatait ses démêlés avec Le Journal de Clamecy. En 1883 encore, deux pages de son « Courrier de Paris » furent supprimées par la rédaction. Camille Delaville y prenait partie pour Juliette Adam et son livre Païenne qu’un chroniqueur indélicat du Gil Blas avait littéralement « dépecé ». Une note nous apprend les raisons de cette censure : « Nous faisons toutes nos excuses à notre aimable et spirituelle collaboratrice, Mme Delaville, de la suppression de deux pages que nous faisons à son article. Si nous les avions laissées passer, tous nos collaborateurs nousarracheraient les yeux »44. Ces quelques faits montrent que Camille Delaville n’a jamais cherché à s’attirer les bonnes grâces de ses confrères ni même du public : en 1884, elle défendait, en effet, dans les colonnes du Gil Blas, la jeune romancière Rachilde qui avait scandalisé l’opinion en publiant Monsieur Vénus. Elle semble avoir considéré ses écrits comme un espace où exprimer librement ses sentiments et ses idées. Cette liberté de parole était d’autant plus grande que, contrairement à beaucoup d’autres journalistes, sa fonction de chroniqueuse ne constituait pas véritablement son gagne-pain.

III. Femmes de lettres et Femmes modernes

15Il ne faut cependant pas voir dans cette verve, parfois tonitruante, un simple goût de la provocation : ses écrits envisagés dans leur ensemble, paraissent avoir remplis une autre fonction. Tout au long de sa carrière, Camille Delaville s’est attachée à faire connaître des personnalités hors du commun, se focalisant particulièrement sur des contemporaines au parcours atypique et affirmant, par sa pratique, la capacité des femmes à embrasser tous les genres journalistiques. Une démarche que l’on retrouvera une dizaine d’année plus tard dans La Fronde, quotidien fondée par Marguerite Durand et entièrement rédigée et composée par des femmes45. Sa dernière série de portraits, Mes Contemporaines, d’abord parue au Constitutionnel de 1887 puis chez Sévin, la même année, explique à elle seule son intérêt pour ces femmes. Sont ainsi rassemblées trois littératrices, une comédienne, une doctoresse et une conférencière. La chroniqueuse met l’accent sur leur situation familiale, leur activité professionnelle n’apparaît, la plupart du temps, que comme un corollaire de celle-ci. La place importante qu’occupent les femmes de lettres dans ce volume ainsi que dans ceux qu’elle envisageait de faire paraître – Les Matinées espagnoles de juin 1887 présentent le sommaire des deux volumes suivants : ainsi sont entre autres mentionnées Claude Vignon, Mme Michelet, Mary Summer, Gyp, Princesse Brancovan…– permet d’envisager ces écrits comme un plaidoyer en faveur des littératrices. Celle-ci désamorce à chaque fois la dimension transgressive des femmes qui se piquent d’écrire et de publier. Elle avance l’idée que « jamais on ne blâme une femme qui fait de la peinture ou de la musique pour subvenir à ses besoins et à ceux des siens, ou simplement par goût ; la femme qui, dans les mêmes conditions, écrit des livres bons ou mauvais mais honnêtes, n’est pas plus coupable, et c’est sans sortir de chez elle qu’elle écrit »46. Camille Delaville met en avant, non pas l’activité proprement dite, mais le lieu où celle-ci s’exerce : en écrivant, la femme demeure à la maison et peut gagner sa vie sans connaître la promiscuité que favorise toute activité professionnelle. En faisant ainsi valoir la pratique de l’écriture, elle soutient les instances intellectuelles et morales qui, voulant préserver la vertu féminine, se battent « pour le retour au foyer », car « la femme devenue ouvrière n’est plus une femme »47. Elle va jusqu’à dénoncer l’extrême liberté des femmes aisées, elles aussi trop souvent absentes de leur foyer : « Quant à celles qui ont des rentes au soleil, peut-être vaut-il mieux qu’elles restent assises à leur bureau à noircir du papier, que de courir la ville en grande toilette toute la journée, de visite en visite, et de magasin en magasin »48.

16En plus de cette aura de respectabilité dont elle pare l’écriture féminine, elle lui assigne, suivant les personnalités portraiturées, une finalité particulière. Ainsi la production littéraire est présentée comme le passe-temps de mondaines, l’expression de l’instinct maternel ou un dérivatif à l’ennui. Ainsi les pages consacrées à Mme de Rute – romancière, éditorialiste, salonnière – et à Anaïs Ségalas – poétesse, dramaturge, romancière – s’intéressent ainsi davantage à leur vie familiale et sociale qu’à leur production littéraire. Les trois mariages de Mme de Rute, ses voyages à travers l’Europe, ses réceptions, font oublier au lecteur qu’elle fut bannie par Napoléon III pour son soutien aux républicains, que sa pièce L’Aventurière des colonies (1867) fit scandale et qu’elle dirige Les Matinées espagnoles, une des grandes revues européennes des années 1880. Quant à Anaïs Ségalas, ce sont ses toilettes et sa piété qui sont évoquées ainsi que son salon « cerise et or »49. Mais contrairement à Mme de Rute, qui fait figure de mondaine pratiquant l’écriture en dilettante, Anaïs Ségalas incarne la femme de lettres maternelle et altruiste car « ces compositions (sont) pleines de cœur et comme embaumées de l’amour des faibles et des petits. Beaucoup de ses vers sont faits pour les enfants ou à propos d’eux »50. Si l’écriture permet d’exprimer des sentiments tout féminins, elle sert également d’exutoire, de compensation à l’absence de maternité. La chroniqueuse évoque les désillusions de la vie conjugale et surtout le fait qu’aucun enfant « aux mutines tendresses n’était venu ramener aux lèvres avides de la mère, le sourire effacé à celles de la femme »51 pour expliquer que Mme Georges de Peyrebrune soit devenue romancière. Cette réhabilitation de la femme de lettres se manifesta sous une autre forme au cours de sa carrière. Elle est à l’origine de son association avec la chroniqueuse Jeanne Thilda - Mathilde Stevens - pour fonder et présider « le dîner des bas-bleus »52. Cette manifestation mensuelle réunissait, dans un restaurant parisien, des hommes et des femmes de lettres dont l’insigne était une chaussette de poupée en soie bleue. L’ambiance y était bon enfant, « le fils eût pu y conduire son père et la fille sa mère, [...] c’était chaste, sévère même, mais drôle au suprême degré, paraît-il, drôle et presque funambulesque »53. Barbey d’Aurevilly, l’auteur du virulent essai Les Bas bleus (1878), fut d’ailleurs convié à l’un de ces dîners…

17Par cette série d’exemples, la chroniqueuse amène insensiblement le public à reconsidérer l’image de la femme de lettres dans la Société. Il est cependant légitime de se demander si elle ne cherche pas, dans le même temps, à se réhabiliter. Convaincue d’adultère, vivant séparée de son mari, son statut de femme de lettres et ses nombreuses liaisons amoureuses font d’elle une figure singulière de la sphère parisienne. En évoquant des contemporaines à l’existence également atypique, elle s’inscrit dans un groupe d’individus et relativise ainsi sa réputation d’excentrique. Ce n’est pas un hasard si elle se portraitura elle-même dans Le Gil Blas : son nom figurait au milieu de « personnalités féminines intéressantes à des titres divers »54. Plaidoyer en faveur de la femme écrivain, ses chroniques s’intéressent aussi à ces femmes en sont venues à remplir des fonctions jusque-là réservées aux hommes. Mme Astié de Valsayre donne des conférences « en faveur de l’éducation physique et morale des femmes et surtout des nourrices, par l’escrime…», écrit « des lettres grotesques, (se bat) en duel, (se couvre) enfin de ridicule »55 pour obliger « le public, sinon à s’occuper d’elle, au moins à connaître son nom »56. C’est selon, Camille Delaville, le seul moyen trouvé par cette veuve de médecin de gagner sa vie, cette dernière ayant « deux fils à pourvoir »57. C’est également pour subvenir aux besoins de sa famille que Madeleine Brès s’est tournée vers la médecine. Mère de deux enfants, mariée à un homme qui, en se lançant dans des « entreprises plus malheureuses les unes que les autres », les mena à la ruine, celle-ci décida de gagner sa vie en devenant médecin, « après avoir un temps songé au théâtre. Mais elle n’avait aucune protection et la situation s’aggravait de mois en mois »58. Par le biais ces femmes médecins, c’est une version moderne et laïque de l’ange de la charité, de la femme compatissante et bienfaisante qui nous est présentée. D’autres poncifs liés à la féminité sont réactualisés dans ces portraits, comme celui de la martyre avec la comédienne Adeline Dudlay parée de toutes les vertus féminines : elle « n’aime pas le monde, […] ni se peint ni les lèvres, ni les joues, ni les yeux, ni les cheveux », « le soir elle ne reçoit pas, elle a un jour comme tout le monde ; on ne trouve guère chez elle que des mères de famille et des messieurs très sérieux »59. Si celle-ci est montée sur les planches, c’est qu’elle a dû rapidement gagner sa vie car « à dix-sept ans, elle eut le malheur de perdre sa mère »60 aussi se consacra-t-elle à la tragédie – genre noble par excellence – et fut engagée à dix-huit ans comme pensionnaire de la Comédie-Française. Malgré son talent, le comité du Théâtre pensa un temps la congédier étant donné que « Mlle Dudlay avait cessé de lui plaire et que la tragédie ne lui avait jamais plu »61. La presse s’empara de l’affaire, le public prit partie pour cette « Rachel blonde »62 et c’est le ministre qui décida de la maintenir à la Comédie-Française.

18Sans le formuler explicitement, Camille Delaville donne à lire le portrait de femmes qui ont tenté de concilier modernité et féminité : tout en occupant des activités professionnelles nouvelles, elles ont conservé les qualités propres à leur sexe : douceur, abnégation, générosité… Notre chroniqueuse participe à sa manière à la controverse républicaine sur les capacités des femmes et leur accès aux professions de prestige63. Notre chroniqueuse n’est cependant pas la seule à vouloir changer le regard que la Société porte sur le « sexe faible », aussi convient-il de replacer sa démarche dans le contexte de l’époque. La mutation économique que connaît, depuis le milieu du siècle, la France comme la féminisation progressive de nombreuses professions, notamment dans l’industrie, amènent la classe intellectuelle et politique à réaliser que la répartition séculaire des rôles est en passe d’être bouleversée. La Femme, jusque-là confiné à la sphère privée, va inéluctablement entrer dans la société pour y occuper de nouvelles fonctions. À partir des années 1880, alors que s’organisent les premiers mouvements féministes, de plus en plus de voix commencent à s’élever contre ce changement des rapports conventionnels entre les sexes. Sans jamais y faire explicitement référence, le discours de Camille Delaville renvoie à la pensée naturaliste du moment. Cette foi dans le déterminisme biologique explique qu’elle ne considère pas l’entrée de la Femme dans la Société comme une menace pour l’ordre établi : rien ne peut transformer la nature féminine, celle-ci demeurera toujours inférieure à l’Homme. Bien que mineure, « la » femme cependant n’est plus, pour elle, cette éternelle malade dont les menstruations sont « à l’origine de perturbations physiques et psychiques »64 et que l’on doit protéger. Elle peut évoluer si son éducation est amendée. La chroniqueuse promeut donc une féminité « éclairée », davantage consciente de ses devoirs de mère, d’épouse, et capable de tenir un rôle social, celui de seconder l’Homme. Les femmes qu’elle a portraiturées sont à considérer comme autant d’illustration de cette conception.

19On comprend dès lors qu’elle approuve, en 1884, du brevet des institutrices qu’elle-même avait obtenu. Ce diplôme était nécessaire, à ses yeux, pour former une nouvelle génération d’épouses et de mères instruites :

« Il est tout aussi raisonnable qu’une femme subisse des examens […], quand ce ne serait que pour pouvoir causer avec son mari si celui-ci est un homme instruit et intelligent, et s’il ne l’est pas, pour répondre aux incessantes questions de ses petits enfants […]. Cela commence le matin et finit le soir, avec les chers babies. Papa n’est pas là, ou lorsqu’il y est, il est fatigué, il est bon que maman puisse répondre […] quand ce ne serait, Messieurs, que pour vous éviter la peine »65.

20L’instruction féminine est non seulement un facteur d’émancipation mais également une institutionnalisation de la maternité et de ses devoirs. Dans Le Passant du 27 juillet 1882, elle milita également en faveur du nouveau programme d'étude adopté pour les femmes et de l'ouverture de lycées féminins.

« Le programme des examens en question, [...] est à peu près de la force de celui du baccalauréat, est-ce qu'il est jamais venu à l'idée d'un être sensé qu'un bachelier fût un savant ! [...] Les bacheliers font très-bien des fautes d'orthographe et sont généralement à 30 ans d'une ignorance profonde [...].

Ces demoiselles à diplômes ne seront pas plus gênantes que leurs frères ou leurs cousins, et si vous croyiez le contraire, ce serait affirmer qu'elles sont plus intelligentes et plus studieuses que le sexe fort, chose inadmissible par excellence.

[...] La pratique des principes de la Révolution française les a amenées là, et un jour viendra où elles seront ce qu'elles auraient toujours dû être : la moitié du genre humain. Elles n'en seront ni moins belles, ni moins bonnes, ni moins douces ; les qualités de l'âme comme celles du corps viennent de la nature, et pour cela elles ne prendront pas le rôle de l'espèce mâle, mais elles rempliront celui qui leur a été donné avec plus de dignité et de discernement, voilà tout !

Le niveau des études masculines monte beaucoup quant aux écoles spéciales, pourquoi le niveau des études féminines ne monterait-il pas aussi ? Il n'y a là de danger pour personne, c'est d'une logique parfaite ».

21A bien y regarder, on peut se demander si en défendant ainsi l’instruction des femmes, et en rejoignant ainsi les défenseurs de la laïcité66, elle ne cherchait pas avant tout à justifier ses propres choix existentiels. Elle a dénoncé les injustices faites aux femmes dont elle a été elle-même victime, comme le divorce, elle a défendu les femmes de lettres ainsi que toutes celles qui exerçaient une profession artistique, médicale, et surtout elle a milité en faveur de l’instruction féminine, instruction qu’elle avait elle-même reçue. Doit-on conclure que Camille Delaville se pose en parangon de la Femme moderne67 ?

Conclusion

22Tant par son existence que par les idées qu’elle développe, Camille Delaville pourrait être considérée comme une féministe, si l’on donne à ce terme le sens générique d’un combat pour faire bouger les lignes de genre. Elle n’embrasse pourtant pas l’ensemble des revendications du mouvement féministe qui s’organise au début de la IIIe République : si elle défend l’instruction féminine, elle considère, en revanche, comme une utopie l’idée d’accorder le droit de vote aux femmes, droit qui n’est d’ailleurs pas considéré comme une revendication prioritaire par toutes les militant-e-s des années 1880. Avec sa verve légendaire, elle s’emporta ainsi contre les revendications féministes qui s’élevaient alors. Dans un « Courrier de Paris » de 1885, elle apprenait à ses lecteurs que Le Droit des Femmes, le journal de Léon Richer, l’avait violemment attaquée. À l’origine de cette virulente diatribe, un de ses articles parus dans La Presse, dans lequel elle prenait position contre le vote des femmes. Elle engageait, en effet, « ces dames à se tenir tranquilles, au moins pour ne pas couvrir de ridicule toutes les femmes intelligentes qui se bornent à se servir de leurs talents et de leur esprit pour composer des œuvres agréables ou utiles, sans faire retentir les journaux et les tribunes de leurs clameurs comiques »68. Camille Delaville doit-elle être perçue comme une féministe modérée ou une femme qui a su tirer parti des discours tant politiques qu’intellectuels de son époque pour se faire accepter de ses contemporains ?

23Professeure certifiée de français, Nelly Sanchez l’auteure d'une thèse sur L'Image de l'Homme dans les romans de Rachilde et de Colette.

Haut de page

Notes

1  Je remercie Isabelle Ernot et Françoise Thébaud pour leurs conseils et leur aide apportés à la publication du présent article. L’ouvrage Lettres de Camille Delaville à Georges de Peyrebrune (1884-1888) peut être consulté : http://www.ccji.cnrs.fr/, (UMRS 6365, Brest, 2010).

2  Georges de Peyrebrune est le pseudonyme de la romancière Mathilde Georgina Élisabeth Judicis de Peyrebrune (1841-1917). Elle fut célèbre au cours des années 1880 avec Gatienne et Marco en 1882, Victoire la Rouge en 1883 ou encore Les Ensevelis en 1887 pour ne citer que ces titres de roman.

3  Sur  l’histoire des intellectuelles, voir : Nicole Racine, Michel Trebisch, (dir.), Intellectuelles. Du genre en histoire des intellectuelles, Bruxelles, Editions Complexe, 2004 ; voir également le n° 13/2001 de la revue Clio, HFS consacré aux intellectuelles.

4  Camille Delaville, « Mes Contemporaines », Le Constitutionnel, 30 avril 1887.

5  Ibid.

6  Sur l’éducation des jeunes filles, Rebecca Rogers, Les bourgeoises au pensionnat. L’éducation féminine au XIXe siècle. Rennes, PUR, 2007, « Histoire » et Françoise Mayeur, L’Éducation des filles en France au 19e siècle, Paris, Hachette, 1979.

7  Dans sa « Chronique mondaine » de La Presse du 24 décembre 1884, elle présente sa fille, « la jolie Mme Chaperon, [comme] l’arrière-petite fille de Van Ostade ».

8  Camille Delaville, La Loi qui tue, Paris, Aymot, 1875, p. 188.

9  Ibid., p. 18.

10  Ibid., p. 224.

11  Mme de Rute, « Courrier de Paris », Les Matinées espagnoles, 31 juillet 1888, p. 198.

12  Camille Delaville, La Loi qui tue, p. 193.

13  Voir Francis Ronsin, Les Divorciaires, Paris, « Collection historique », Aubier, 1992.

14  Camille Delaville, « Mes Contemporaines », Le Constitutionnel, 30 avril 1887,

15  Olympe Audouard, Silhouettes parisiennes, Paris, Marpon & Flammarion, 1883, p. 304.

16  Camille Delaville, « Courrier de Paris », Les Matinées espagnoles, 31 décembre 1886, p. 460.

17  Nelly Sanchez, Lettres de Camille Delaville, op. cit., lettre 36, p. 152.

18  Ibid., p. 150.

19  Mathilde Stevens, « Bavardages parisiens », Le Gil Blas, 19 février 1883.

20  Georges de Peyrebrune, Le Roman d’un bas bleu, Paris, Ollendorff, 1903, p. 181-182.

21  Ibid., p. 186.

22  Mme de Rute y Ginez (1831-1902), née princesse Marie Studholmine Letizia Bonaparte-Wyse, petite-nièce de Napoléon Ier. Exilée un temps en Savoie par Napoléon III, de retour en France, elle collabore au Constitutionnel et signe « Baron Stock » quelques feuilletons et des chroniques censurées par la rédaction même du journal car elle dévoile les secrets et les travers de ses proches, - pratique qui lui vaut bien des procès en diffamation et le surnom de « Princesse Brouhaha ». Elle dirigea de 1883 à 1889 Les Matinées espagnoles, une revue internationale et signa « Camille Bernard » dans de nombreux journaux. Elle fit également paraître La Petite Reine. Impressions et souvenirs de Hollande (1899). La plupart de ses romans d’Énigme sans clef (1894), à La Grand-mère (1896) en passant par Les Lettres d'une voyageuse (1897), sont souvent attribués à Tony Révillon, à Ferracques, Arsène Houssaye ou Alphonse Karr... Lire à ce propos, Martini, Magda, Une reine du Second Empire, Marie Laetitia Bonaparte-Wyse, Genève, Droz, 1957.

Catulle Mendès dans La Maison de la vieille (1894) trace son portrait à l'acide sulfurique sous le nom de Carla-Lola Hess Cadour ; elle fut également la baronne Dinati du Prince Zilah (1884) de Jules Claretie, et la princesse Badajoz de la Madame Meuriot (1890) de Paul Alexis.

23  Mme de Rute, « Courrier de Paris », Les Matinées espagnoles, 31 juillet 1888, p. 181.

24  Georges de Peyrebrune, Le Roman d’un bas-bleu, p. 181.

25  Nelly Sanchez, Lettres de Camille Delaville à Georges de Peyrebrune 1884-1888, Brest, Centre d’Etude des Correspondances et Journaux intimes, lettre 49, p. 174.

26  Nelly Sanchez, op. cit., lettre 52, p. 179.

27  Cette lettre, écrite par Rachilde, est conservée à la BM de Périgueux au Fonds Georges de Peyrebrune. Publiée avec l’aimable autorisation de Mme Romana Brunori.

28  Camille Delaville, «Une lettre », Le Zig Zag, 4 octobre 1885.

29  Christine Planté a exposé dans La Petite sœur de Balzac, Paris, Seuil, 1989, « Libre à elles », les stratégies imaginées par les femmes de lettres de cette époque pour se faire accepter du public.

30  Nelly Sanchez, op. cit., lettre 50, p. 175.

Claude Vignon (1828-1888), épouse d'Alphonse Louis Constant, célèbre sous le nom d'Eliphas Levi et auteur du Dogme et rituel de la haute Magie (1860-1865) ; elle se remarie avec le ministre Rouvier. Elle est connue dès 1865 sous le pseudonyme de Claude Vignon. Elle est sculpteur (Bacchus au Salon de 1853), critique littéraire au Temps, et romancière.

31  Camille Delaville, « Une conférence d’Alexandre Dumas », L’École des femmes, 30 octobre et 6 novembre 1879.

32  Alfred Vallette, Le Roman d'un homme sérieux, Paris, Mercure de France, 1994, p. 13

33  Camille Delaville, « Courrier de Paris », Les Matinées espagnoles, décembre 1883, p. 440-441.

34  Rachilde, «Ombres et Figures », L’Écho de la Dordogne, n°2, 2-3 janvier 1880.

35  Nelly Sanchez, Lettres de Camille Delaville, op. cit., lettre 50, p. 176. Olympe Audouard fonda Le Papillon, journal féministequi fut interdit en 1868 par le gouvernement. Elle le reprit en 1883.

36  Olympe Audouard, Silhouettes parisiennes, Paris, Marpon & Flammarion, 1883, p. 300.

37  Ibid.

38  Camille Delaville, « Courrier de Paris », Les Matinées espagnoles, juin 1883, p. 257.

39  Femme de lettres, membre de la Société de Géographie de Paris, elle effectua plusieurs voyages en Asie. On lui doit Voyage en Asie Mineure dans l’ancienne capitale de Mithridate : Sinope (1889) et Fleur de jade (1890).

40  Rachilde, préface d’À Mort, Paris, Monnier, 1886, p. XVIII.

41  Olympe Audouard, op. cit., p. 300.

42  Rachilde, « Ombres et Figures », art., cit.

43  Camille Delaville, « Courrier de Paris », Les Matinées espagnoles, 15 janvier 1887, p. 37-38.

44  La rédaction, « Courrier de Paris », Les Matinées espagnoles, juin 1883, p. 41.

45  Lire à ce propos Mary Louise Roberts, « Copie subversive : le journalisme féministe en France à la fin du siècle dernier », Clio. Histoire, femmes et sociétés, 6/1997.

46  Camille Delaville, Mes Contemporaines, Paris, Sévin, 1887, p. 68.

47  Christine Bard, « Les Antiféministes de la première vague » in Christine Bard dir. Un siècle d’antiféminisme, Paris, Fayard, 1999, p. 49.

48  Camille Delaville, Mes Contemporaines, op. cit., p. 69.

49  Ibid., p. 73.

50  Ibid., p. 72.

51  Ibid., p. 22.

52  Cette manifestation intellectuelle est à ce jour fort mal connue ; tous les membres participants ne sont pas encore identifiés.

53  Mme de Rute, « Courrier de Paris », Les Matinées espagnoles, 31 juillet 1888, p. 199.

54  Pérégrine, Les Matinées espagnoles, juin 1887, p. 147.

55  Camille Delaville, Mes Contemporaines, op. cit, respectivement p. 54 et p. 65.

56  Ibid., p. 54.

57  Ibid., p. 65.

58  Ibid., respectivement p. 77 et p. 78. Ce que Camille Delaville ne dit pas, c’est que Madeleine Brès obtint son inscription à la faculté de médecine grâce au soutien de l’impératrice Eugénie et du ministre de l’instruction publique Victor Duruy.

59  Ibid., respectivement p. 92 et p. 93.

60  Ibid., p. 87.

61  Ibid., p. 84.

62  Ibid., p. 90.

63  Voir Juliette Rennes, Le Mérite et la nature, Paris, Fayard, « L’espace politique », 2007.

64  Christine Bard, « Les Antiféministes de la première vague » in Christine Bard dir., Un siècle d’antiféminisme, op. cit, p. 43.

65  Camille Delaville, « Chronique mondaine », La Presse, 21 juillet 1884.

66  Nicole Hulin,  Femmes, l’enseignement et les sciences : un long cheminement, L’Harmattan, Paris, 2008.

67  Nicole Racine et Michel Trebitsch (dir.), Intellectuelles. Du genre en histoire des intellectuels, op. cit.

68  Camille Delaville, « Courrier de Paris », Les Matinées espagnoles, 23 février 1885.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nelly Sanchez, « Camille Delaville (1838-1888), une journaliste féministe ? », Genre & Histoire [En ligne], 7 | Automne 2010, mis en ligne le 10 janvier 2011, consulté le 24 juin 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1078

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page