Navigation – Plan du site
Articles

Usages du « genre » à l’Université : sur l’institutionnalisation des études féministes en Roumanie

Ioana Cîrstocea

Résumés

Fournissant un aperçu rapide de l’institutionnalisation des études féministes en Roumanie dans les années 1990, cet article s’interroge sur le contexte de ce processus, mis en relation avec des opportunités fournies par l’action au sein des ONG, plus largement par les programmes transnationaux de promotion des droits des femmes dans le contexte de la démocratisation des pays ex-communistes. Plusieurs usages du genre sont tour à tour mis en lumière. Il s’agit d’abord des usages de la notion même, qui s’installe peu à peu dans le discours public roumain pour faire référence aux femmes et aux questions liées à l’égalité entre les sexes. Des usages proprement dit sociaux de la thématique du « genre » sont abordés dans un second temps, pour montrer son appropriation par des acteurs en voie d’affirmation dans un espace académique en mutation et sa conversion en ressource utile au sein des luttes de positionnement entre professionnels des sciences sociales.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  C’est l’étiquette dont ce milieu se sert pour se délimiter par rapport à d’autres formes d’action (...)

1A travers une réflexion inspirée de la sociologie des espaces de production intellectuelle, il s’agit de présenter ici un bref aperçu de l’émergence du domaine de recherche et d’enseignement labellisé « études sur le genre »/ « études féministes » en Roumanie durant les années 1990.Le questionnement que nous proposons porte autant sur la demande sociale se trouvant à l’origine de l’institutionnalisation de telles préoccupations scientifiques, que sur l’identité et les ressources des acteurs qui en sont porteurs. Nous appuyons notre réflexion sur une revue rendant compte de travaux de recherche circonscrits au « féminisme académique1 » et publiée durant les années 1990-2000, à savoir : les publications de la Société d’analyses féministes AnA de Bucarest (il s’agit d’une série d’ouvrages et de rapports, ainsi que d’une revue trimestrielle, Analize, revistă de studii feministe, éditée à partir de 1998), la collection « Etudes sur le genre » lancée au début des années 2000 par les éditions Polirom de Iaşi, ainsi que plusieurs mémoires de fin d’études soutenus dans le cadre du mastère spécialisé fonctionnant à Bucarest depuis 1998.

Parcours du féminisme en Roumanie postcommuniste

2Après s’être affirmées durant la décennie 1990 en abordant des problématiques jusqu’alors ignorées par les membres de la communauté scientifique roumaine, les chercheuses engagées sont devenues une présence bien visible dans l’espace intellectuel des années 2000.  Elles prennent dès lors la parole dans les revues culturelles et, depuis très récemment, dans les magazines féminins. Elles s’expriment par l’intermédiaire de publications spécialisées : brochures de vulgarisation du féminisme, une revue et une collection de recherches hébergées par une des plus importantes maisons d’édition du pays. Elles sont actives dans les milieux associatifs et ont été reconnues par les cercles politiques comme « expertes sur le genre ». Ces personnes se trouvent également à l’origine de la création, en 1998 à Bucarest, du premier mastère proposant une formation en études sur le genre.

  • 2  Pour un aperçu plus détaillé, voir I. CIRSTOCEA, « L’enjeu du genre sur le marché intellectuel rou (...)
  • 3  Selon ses propres témoignages, recueillis dans plusieurs textes autobiographiques, ainsi que dans (...)
  • 4  Fondée pendant la décennie 1990, cette école hérite des structures institutionnelles de l’ancienne (...)
  • 5  Ses plus récentes dénominations sont respectivement « Genre et politiques publiques », « Genre et (...)
  • 6  Des témoignages à ce propos dans I. BALUTA, I. CIRSTOCEA (éds.), Direcţii şi teme de cercetare în (...)

3Plusieurs moments jalonnent le processus d’affirmation des études féministes dans l’enseignement supérieur de Roumanie, qui seront ici exposés brièvement2 et illustrés par des éléments provenant de la trajectoire sociale de Mihaela Miroiu (née en 1955), la principale porte-parole du courant et, au tournant des années 1990-2000, doyenne de la faculté ayant abrité le premier diplôme d’études approfondies spécialisées de ce type. Au début des années 1990, elle enseignait les sciences sociales dans un lycée de Bucarest. A côté de son époux et de plusieurs amis et collègues de longue date, elle s’était engagée dans la mise en œuvre de programmes de réforme des manuels du secondaire. Son contact avec les « gender studies » a été occasionné par des rencontres professionnelles avec des enseignants occidentaux et un voyage aux Etats-Unis, après quoi elle tenta d’importer la philosophie féministe dans l’université roumaine, à travers une thèse de doctorat soutenue à la Faculté de Philosophie de l’Université de Bucarest - sous la direction du père de sa meilleure amie3. Consolidée par des séjours dans plusieurs universités occidentales, cette formation déboucha sur la publication, à partir de 1995, de plusieurs ouvrages sous sa signature et sur l’inscription, dans les années 1996-1997, d’un cours optionnel portant sur les éthiques politiques féministes dans le programme d’enseignement de la même faculté. En 1998, le cours et sa titulaire changèrent d’insertion institutionnelle, quittant la Faculté de Philosophie pour une institution publique d’enseignement supérieur indépendante de l’université traditionnelle : l’Ecole nationale d’études politiques et administratives – ENEPA - de Bucarest4, dont la Faculté de Sciences politiques abrite jusqu’à présent un mastère spécialisé en études sur le genre. Cette formation, qui a changé plusieurs fois d’intitulé depuis sa fondation, à la fin de la décennie 19905, a été suivie par la création d’autres modules similaires dans quelques universités de province6.

4En l’espace de moins d’une décennie, les préoccupations pour le féminisme, tolérées et exceptionnelles en quelque sorte au sein de l’espace universitaire roumain, changent donc, passant d’un statut marginal à une implantation institutionnelle solide. Cette évolution spectaculaire pour le moins ne peut être comprise sans une reconstitution de l’expérience militante extra-académique des acteurs qui y sont engagés, ainsi que du contexte plus large où les préoccupations pour la recherche féministe s’inscrivent dans les années 1990.

  • 7  La plupart des informations, des documents, des contacts à la base de cette recherche m’ont été ac (...)

5Tout d’abord, il importe de souligner le rôle décisif de la pratique associative, structurée à partir de 1993 au sein de l’espace des ONG : la Société d’analyses féministes  AnA7, sise à Bucarest, est une organisation non gouvernementale centrée sur la recherche, la seule en Roumanie à endosser une identité féministe dans son intitulé et ses programmes (sur quelques dizaines d’associations centrées sur la défense, sous une forme ou une autre, des droits des femmes). Créée sur la base d’un groupe informel de sociabilité structuré pendant les dernières années communistes, l’association compte parmi ses fondatrices les membres du noyau dur du corps enseignant du mastère en études genre à l’ENEPA, qui sont d’ailleurs, en même temps, les principales productrices du discours féministe en Roumanie.

  • 8  Fondation Soros, Programme des Nations unies pour le développement, programme PHARE de l’Union eur (...)
  • 9  Quelques exemples: Rapport national concernant les mécanismes nationaux de promotion des femmes, e (...)

6Dans le cadre de l’association, qui a obtenu le soutien de plusieurs programmes internationaux œuvrant à la consolidation de la « société civile » en Europe centrale et orientale8, les publications de vulgarisation du féminisme se sont démultipliées pendant la seconde moitié des années 1990. C’est dans ce cadre-là que la notion de « genre » a été  adoptée, traduite en roumain (« gen ») et adaptée, tout comme le syntagme « études de/sur le genre », tandis que les chercheuses féministes ont acquis le statut d’expertes pour les questions relatives aux femmes, contribuant à l’élaboration de plusieurs rapports présentés aux réunions internationales d’organisations militant pour les droits des femmes9. L’activité des chercheures dans les milieux associatifs a continué après la fondation du mastère et elle s’est même diversifiée : depuis le début des années 2000, une autre association, Filia, fonctionne auprès de l’ENEPA de Bucarest, qui mène des programmes de recherche et fait publier, avec l’appui de divers organismes nationaux et internationaux (Ministère de la Recherche, Open Society Institute, Banque mondiale), des ouvrages, (originaux et traductions, notamment de l’américain), voués à alimenter les bibliographies des cours et séminaires.

  • 10 Les spécialistes en sciences sociales critiquent l’imposition au monde postsocialiste d’une notion (...)
  • 11  « Les femmes et la pauvreté, l’éducation et l’instruction des femmes, les femmes et la santé, la v (...)
  • 12  Le principe du « gender mainstreaming » consiste à considérer l’ensemble des domaines d’interventi (...)
  • 13  Pour le cas roumain, on peut se référer à G. GHEBREA et alii, Politici de gen în România. Două stu (...)

7Autre élément fondamental : l’important soutien accordé par les institutions transnationales au secteur associatif dans les pays de l’Europe centrale et orientale, considéré, de façon unanime, comme moteur de la démocratisation dans la région10. Il faut également souligner – notamment, à la suite de la Conférence mondiale des femmes organisée par les Nations Unies à Pékin en 1995 - l’attention particulière accordée aux femmes par les institutions transnationales (ONU, BM, FMI, UE) après l’identification de plusieurs « domaines critiques » relatifs à leur condition, sur lesquels une intervention concertée au niveau mondial serait nécessaire11. Dans le sillage de cette conférence et des conventions signées à l’occasion, le principe du « gender mainstreaming » a été inscrit sur la majorité des agendas politiques12. La Roumanie n’y fait pas exception, qui a vu le gender mainstreaming entrer dans les programmes de réforme postcommunistes : les autorités de ce pays, en quête de reconnaissance par les partenaires étrangers et s’étant donné pour but de se faire admettre dans l’Union européenne, peinent toutefois à intégrer l’« acquis » relatif au statut des femmes, pour témoigner de leur bonne volonté démocratique. A ce titre, il faut mentionner la création, vers la fin des années 1990, d’institutions administratives se donnant pour tâche de veiller à ce qu’une préoccupation pour la condition des femmes soit introduite dans les réformes à l’œuvre, de même que l’adoption de plusieurs mesures juridiques (loi pour le congé parental, loi contre le harcèlement sexuel, loi contre la violence domestique, loi pour l’égalité des chances entre hommes et femmes). En Roumanie mais aussi ailleurs, ce qui semble caractériser autant les lois en question que le fonctionnement des départements administratifs chargés de mettre en pratique l’égalité entre hommes et femmes, ce sont leur caractère formel et non intériorisé, leur faible emprise sociale ainsi que leur manque d’efficacité13.

  • 14 G. GRIFFIN, R. BRAIDOTTI, « Introduction : Configuring European Women’s Studies », in R. BRAIDOTTI, (...)

8Le contexte général de l’institutionnalisation des études sur le genre en Roumanie ne serait pas complet sans une référence aux programmes européens de réforme de l’enseignement supérieur, qui se proposent entre autres la création de départements spécialisés d’études sur les femmes/sur le genre dans les universités : partant du principe que ces études constitueraient un élément important dans la consolidation d’une identité commune européenne14, l’élaboration d’une « dimension européenne » du domaine est envisagée, en réponse à l’investissement essentiellement anglo-américain dont il était jusqu’alors l’objet.

  • 15  Pour des témoignages dans ce sens, voir L. GRÜNBERG, « ONGizarea feminismului în România. Eşecul u (...)
  • 16  Des critiques se sont récemment fait entendre à l’adresse de ce « topos » de la littérature sur le (...)

9Mis en relation, ces repères permettent de formuler l’hypothèse que l’institutionnalisation récente et rapide des études féministes en Roumanie (plus largement dans les pays ex-communistes de l’Europe centrale et orientale) relève d’un phénomène d’interpénétration, de perméabilité, voire de confusion, entre espaces scientifique, associatif et politique, que les thématiques relatives à la condition des femmes ont été importées dans le champ scientifique national sous forme d’internalisation de préoccupations exogènes. A part les aspects déjà évoqués, quelques autres éléments viennent soutenir cette idée. Signalons d’abord le fait que les nouvelles thématiques ne sont pas accueillies avec intérêt par les membres de la communauté universitaire. Lorsqu’ils ne les ignorent pas tout simplement, ceux-là accusent les chercheuses féministes de véhiculer des problématiques inappropriées au contexte roumain et de manquer à la rigueur professionnelle, sacrifiée au militantisme. Leurs productions ne sont pas intégrées dans le débat scientifique général, elles ne sont ni lues ni citées, mais restent cantonnées dans l’espace spécialisé de leur création. D’un autre côté, les réflexions autocritiques élaborées par les chercheuses féministes ne manquent pas de noter la déconnexion des problématiques abordées de façon théorique par rapport aux expériences sociales proprement dites des femmes roumaines et aux réalités sociales indigènes. Les féministes se plaignent de devoir adapter leurs thématiques afin de « convaincre » les bailleurs de fonds et de faire entrer leurs projets dans les aires de problématiques formulées de l’extérieur15. Sacrifiées au profit d’une production à prétention théorique et généralisante et faute de recherches de terrain, les réalités empiriques sont d’ailleurs longtemps restées quasiment inconnues. Exception faite de la représentation politique, les données statistiques ventilées selon le sexe, qui n’ont été produites de façon systématique que vers la fin des années 1990, infirment d’ailleurs l’idée d’une dégradation spécifique de la condition des femmes, mais cela n’a pas empêché la prolifération des discours sur les « femmes perdantes de la transition »16.

Quels usages du « genre » ?

  • 17  L. GRÜNBERG, M. MIROIU (éds.), Gen şi societate. Ghid de iniţiere (Genre et société. Guide d’initi (...)
  • 18 L. POPESCU (éd.), Gen şi politică. Femeile din România în viaţa publică, déjà cité.
  • 19  Analize, revistă de studii feministe, 7, mars 2000, dossier « Genre et transition : l’expérience d (...)
  • 20  Cf. la table des matières de O. DRAGOMIR, M. MIROIU (éds.), Lexicon feminist, déjà cité.
  • 21  M. MIROIU, «Studii de gen », IN L. GRÜNBERG, M. MIROIU (éds.), Gen şi societate. Ghid de iniţiere, (...)
  • 22  En ce sens, on peut aussi faire référence au témoignage d’une enseignante qui faisait état de la d (...)
  • 23  N. FUNK, M. MUELLER, Gender Politics and Post-Communism. Reflections from Eastern Europe and the F (...)
  • 24  E. MAGYARI-VINCZE, « Despre femei şi nu numai. O introducere necesară la studiile despre femei în (...)
  • 25  R. BRAIDOTTI, « Uneasy Transitions », in J. W. Scott et alii (éds.), Transitions, Environments, Tr (...)

10Pour  rendre compte des usages du terme même de « genre » par ces milieux, commençons par observer que les titres des travaux signés par les chercheuses féministes en font un passage obligatoire : « genre et société », « genre et éducation », d’abord17 ; plus tard : « genre et politique18 », « genre et transition19 », sont des titres de publications éditées par la société AnA à partir de 1997 ; et, « genre et médias », genre et globalisation », « genre et pouvoir », sont quelques intitulés des enseignements offerts dans le cadre du mastère créé en 1998, mais aussi des syntagmes figurant dans les titres des ouvrages publiés dans la collection « Etudes sur le genre ». Certains titres de chapitres du dictionnaire du féminisme publié par le même groupe de chercheuses l’attestent également20 : « genre et communication non verbale », « genre et langage », « genre et médias », « genre et sécurité », « genre et télévision », « genre et pouvoir ». Bien que, théoriquement du moins, la notion de « genre » utilisée par les chercheuses roumaines fasse référence aux « relations socioculturelles entre hommes et femmes »21, il n’est pas moins vrai que les syntagmes « études sur les femmes »/ « études féministes » / « études sur le genre » sont utilisées indistinctement et que « genre » se confond le plus souvent avec « femmes »22. Cette logique peut être mise en relation avec celle qui fait que, dans le discours public tenu à l’heure actuelle en Roumanie, l’expression « égalité des opportunités/des chances » a été préférée à « l’égalité des femmes » ou à « droits des femmes », comme un euphémisme : les militantes des ONG affirment qu’elle est moins susceptible de rappeler les résonances de la propagande communiste et plus à même de ménager les susceptibilités envers le féminisme, qui, exception faite des milieux de jeunes intellectuelles en contact avec des collègues occidentaux, est repoussé presque partout en Europe ex-communiste23. Le syntagme « études sur le genre » a été préféré en Roumanie et cette préférence sous-entend, selon les chercheuses, une stratégie de contournement de la revendication ouvertement féministe: se référant aux « politiques de la dénomination », Eniko Magyari-Vincze, une anthropologue féministe de l’université de Cluj, opère des distinctions entre « études sur les femmes/sur le genre/ féministes » et considère que l’option pour la formule « études genre » relève d’une stratégie d’autolégitimation dans un contexte hostile au féminisme24. La distinction des trois dénominations a été aussi posée en 1997 par Rosi Braidotti, qui insistait sur les différences des « positions politiques et épistémologiques » affirmées par chacune d’entre elles et qualifiait le syntagme de « gender studies » d’option de compromis, préférable en raison de ses « résonances plus scientifiques », qui susciteraient moins de susceptibilités dans les milieux académiques conservateurs25.

  • 26  La conversion du thème « femmes et développement » en « genre et développement » sur les plateform (...)
  • 27  Pour ne citer que deux références classiques, voir J. W. SCOTT, Gender and  the Politics of Histor (...)
  • 28  Voir entre autres T. BALLMER-CAO et alii (éds.), Genre et politique. Débats et perspectives, Paris (...)

11Mais, au-delà de toute « politique de la dénomination », on pourrait affirmer que l’acception du « genre » qui se laisse déchiffrer à travers les productions des chercheuses féministes qui m’intéressent ici, est très proche de l’acception bureaucratique de la notion, qui fait que le terme « genre » tend à être à assimilé à tout ce qui a trait aux problèmes des femmes. Renvoyant, parfois indistinctement, à la « condition des femmes », à l’« égalité entre hommes et femmes », aux « politiques affirmatives à l’égard des femmes », le « genre » est devenu thème ou mot-clé sur des programmes de soutien aux pays du tiers monde, des appels d’offres, des listes d’activités dressées par des institutions et des organisations politiques mettant en œuvre la promotion des droits des femmes, la parité, l’égalité des opportunités et s’adressant à la fois aux acteurs politiques, au monde associatif et à l’espace de production scientifique26. Cela relève d’un processus subtil, que l’on pourrait désigner comme normalisation et instrumentalisation d’un concept critique forgé par la réflexion féministe et se trouvant à l’origine d’avancées épistémologiques considérables dans les sciences sociales des dernières décennies. Fruit de longues réflexions, l’acception du genre comme « sexe social » ambitionne de déconstruire les rapports de pouvoir enracinés dans les rapports masculin/féminin et d’interroger la production de savoirs pour faire éclater les impensés, à travers des approches interdisciplinaires visant à englober l’historicité des phénomènes sociaux et à éviter la réification des catégories de lecture du monde social27. Or, c’est justement le contraire de cette acception que l’on peut voir proliférer dernièrement en Roumanie – et aussi ailleurs -, jusque et y compris dans les discours véhiculés par les universitaires féministes. Loin de questionner l’appropriation du concept par les milieux administratifs, le choix qu’elles font – et qui est en quelque sorte consubstantiel à l’émergence des études féministes dans cet espace géographique – consiste à s’enrôler au service des bureaucrates, fonctionnant par là comme des colportrices, voire des productrices d’un « prêt-à-penser » rapidement mobilisable pour une application immédiate dans les institutions publiques, mais difficilement conciliable avec la vocation critique des sciences sociales. Des voix critiques à l’égard des usages de la notion et des effets pervers de son appropriation par les bureaucrates se font entendre depuis le tournant des années 2000. Elles montrent que, dans la mesure où les conventions internationales se proposent de protéger les femmes contre la discrimination et la violence tout en agissant au nom d’une norme projetée comme universelle et en prescrivant des comportements, le risque existe que soient masquées les revendications spécifiques de groupes issus de cultures périphériques et dominées ; et, également, que les spécificités mêmes de l’expression de la différence des sexes propres à chaque culture soient effacées dans les travaux faisant appel à des grilles d’interprétation standardisées28.

  • 29  Témoignage enregistré par M. L. VASILESCU et cité dans  « Evoluţia publică şi privată a feminismul (...)
  • 30  M. MIROIU, « Cum am devenit Mihaela Mirana » (Comment je suis devenue Mihaela Mirana), in AnAlize, (...)
  • 31  Ibidem.

12Au-delà des questions épistémologiques, l’interrogation sur les usages du « genre » pourrait être élargie pour englober la question des enjeux proprement sociaux dont relève l’implantation des études féministes/sur le genre dans les pays de l’Europe centrale et orientale. De façon fort synthétique, bien qu’en quelque sorte caricaturale, l’affirmation d’une jeune universitaire de Cluj-Napoca fournit une première réponse à ce questionnement : cette personne avoue en toute sérénité être devenue féministe sur la suggestion de son mari, professeur d’université, qui s’était rendu compte avant elle que le domaine était porteur et dans le vent29… La même idée, moins abruptement formulée, revient sous la plume de  Mihaela Miroiu, l’autorité incontestée du féminisme roumain postcommuniste, présentée au début de cet article. Elle affirme avoir trouvé, grâce à l’option intellectuelle pour le féminisme, une voie pour dépasser un statut professionnel « ancillaire30 » et, elle doit elle-même au fait d’avoir investi le domaine des études féministes, une transformation radicale de son statut social. En témoigne le changement d’une condition qu’elle apprécie comme « triplement minoritaire » (à savoir être provinciale, femme et philosophe exerçant sa profession sous un régime totalitaire31) contre une position d’autorité dans un espace académique en voie de reconfiguration (elle détient pendant quelques années la fonction de doyenne de la Faculté de sciences politiques abritant le mastère bucarestois), auteure de nombreux ouvrages, spécialiste reconnue d’un domaine de compétences scientifiques nouveau, experte sollicitée pour l’élaboration de politiques publiques dans le domaine de l’éducation, et représentante de la Roumanie dans des programmes internationaux consacrés aux questions relatives au genre, autant au niveau scientifique que politique.

En guise de conclusions

13Afin de dépasser le niveau des simples observations, une sociographie fine de ces milieux devrait être entreprise. Le répertoire des personnes ayant investi le domaine des études féministes et la reconstitution de leurs trajectoires, permettraient une étude des transformations auxquelles les espaces professionnels universitaires sont soumis en raison des interactions avec des agents internationaux (individuels et institutionnels). Ce travail mettrait aussi en valeur les conversions et les usages des divers types de capital acquis par la fréquentation d’espaces autres que les espaces académiques nationaux et leurs instances de consécration.

14Mes observations provisoires permettent cependant d’ébaucher quelques conclusions. Dans un premier temps, le nouveau domaine des études sur le genre est investi par des individus qui entament, après l’effondrement du régime communiste, des trajectoires de mobilité ascendante, qui mettent à profit et reconvertissent des ressources antérieurement acquises, notamment leur capital culturel et social, voire politique. C’est le contact avec les milieux professionnels occidentaux qui est décisif dans leurs parcours, à savoir le capital international et la légitimité bâtie à travers des instances de consécration extérieures à l’espace académique indigène. Il s’agit là : des séjours de formation à l’étranger, parfois sanctionnés par des diplômes, du « parrainage » par la communauté internationale des spécialistes dans un domaine encore non consolidé en Roumanie, des connexions avec les cercles politiques et plus encore de l’accès aux ressources internationales destinées aux associations (c’est le cas des programmes de soutien à la démocratisation des pays d’Europe centrale et orientale gérés par les institutions transnationales).

15Plus tard, un deuxième échelon de professionnelles du féminisme apparaît, composé des disciples des « pionnières », qui investissent à leur tour l’espace universitaire pour le consolider, contribuant à la diffusion des thématiques de recherche, à la démultiplication des publications, à la constitution de réseaux et de projets communs. Pour les plus jeunes, la fréquentation du féminisme et des thématiques relatives au « genre » apparaît comme une opportunité de formation et d’affirmation professionnelle, tout en constituant une possibilité d’établir des contacts à l’extérieur du pays : par exemple, parmi les étudiantes qui fréquentent la société AnA, à peu près toutes ont bénéficié de bourses et de séjours professionnels plus ou moins longs en Occident. La présidente de « Gender », un centre de recherches sur l’identité féminine qui fonctionne en tant qu’association professionnelle auprès de la Faculté de langues et littératures étrangères de l’Université de Bucarest, parlait dans l’entretien qu’elle m’a accordé d’un « travail pour l’exportation », puisque, tour à tour, les étudiantes ayant fréquenté le centre ont obtenu des bourses aux Etats-Unis ou en Grande Bretagne et y sont parties pour de longues périodes, ce qui a rendu difficile une continuité des activités à Bucarest.

  • 32  L’annonce communiquant l’ouverture d’un concours de recrutement publiée en 2002 décompte les spéci (...)
  • 33  Là non plus, il ne s’agit pas d’une spécificité roumaine : un spécialiste du cas tchèque, par exem (...)

16Quant au profil des étudiants, la formation postuniversitaire sur le genre de l’ENEPA, s’adresse aux membres d’organisations non gouvernementales et d’institutions administratives, tout aussi bien qu’aux personnels de partis politiques en quête d’une spécialisation de plus en plus nécessaire dans leurs milieux professionnels fonctionnant d’après des exigences démocratiques nouvelles et tentant donc de mettre en pratique le « gender mainstreaming ». Se donnant une visée pragmatique, le mastère cultive la dissidence par rapport au milieu académique traditionnel et, la perméabilité des frontières avec les milieux extérieurs reste une caractéristique constante de ces études qui se veulent d’abord une formation à utilité immédiate32, avant d’être l’apprentissage d’une façon critique de produire du savoir33.

17Illustrant de façon paradigmatique l’internalisation d’une logique exogène et sa mise à profit dans l’espace national, l’implantation de la recherche féministe dans l’espace académique de Roumanie témoigne du rôle des intellectuels dans l’assimilation et la diffusion de la doxa de la « démocratisation », tout en rendant compte du fait que les réformes politiques en cours, ouvrent des possibilités de légitimation intellectuelle complémentaires de celles offertes par les instances classiques du monde universitaire et contribuent, de la sorte, à modifier la configuration de cet espace professionnel.

Haut de page

Notes

1  C’est l’étiquette dont ce milieu se sert pour se délimiter par rapport à d’autres formes d’action en faveur des femmes, qualifiées de féminisme « pratique » ou « social ». Les activités des organisations et associations féminines centrées sur les œuvres sociales ou les activités professionnelles relèveraient de cette dernière catégorie (cf. M. MIROIU, « Feminismul academic », in O. DRAGOMIR, M. MIROIU (éds.), Lexicon feminist (Dictionnaire féministe), Iaşi, Polirom, 2002, pp. 123-124).

2  Pour un aperçu plus détaillé, voir I. CIRSTOCEA, « L’enjeu du genre sur le marché intellectuel roumain postcommuniste », in « L’égalité des sexes en Europe centrale et orientale : entre espoir et déconvenues »), Transitions, XLIV, 1, 2004, pp.165-177 ; Idem, Faire et vivre le postcommunisme. Les femmes roumaines face à la « transition », Bruxelles, Editions de l’Université de Bruxelles, 2006, surtout le chapitre II, « Le mouvement des femmes nouvelle formule », pp. 51-77, dont la présente contribution reprend les idées principales.

3  Selon ses propres témoignages, recueillis dans plusieurs textes autobiographiques, ainsi que dans les entretiens accordés à la presse et aux disciples tentant de reconstituer l’histoire de l’émergence du féminisme en Roumanie, le détail n’est pas anodin, puisque c’est précisément cela qui aurait amorti le caractère « hérétique » du thème proposé.

4  Fondée pendant la décennie 1990, cette école hérite des structures institutionnelles de l’ancienne Académie des sciences sociales et politiques du Parti communiste roumain.

5  Ses plus récentes dénominations sont respectivement « Genre et politiques publiques », « Genre et politiques européennes ».

6  Des témoignages à ce propos dans I. BALUTA, I. CIRSTOCEA (éds.), Direcţii şi teme de cercetare în studiile de gen în România, Bucarest, Colegiul Noua Europă - Ecole Doctorale Régionale en Sciences Sociales, 2003. Voir aussi I. CIRSTOCEA, « Présences du passé dans les engagements contemporains pour la cause des femmes en Roumanie », inS. KOTT, M. MESPOULET, A. ROGER (éds.), Le postcommunisme dans l’histoire, Bruxelles, Editions de l’université de Bruxelles, 2006, pp. 151-162 (surtout note 1, p. 151).

7  La plupart des informations, des documents, des contacts à la base de cette recherche m’ont été accessibles grâce au soutien de la société AnA, que je tiens à remercier ici.

8  Fondation Soros, Programme des Nations unies pour le développement, programme PHARE de l’Union européenne, divers réseaux internationaux d’organisations gouvernementales et non gouvernementales, etc.

9  Quelques exemples: Rapport national concernant les mécanismes nationaux de promotion des femmes, en 1998 ; Rapport sur la santé de la reproduction en Roumanie, en 1999-2000 ; Monitorage de la discrimination des femmes dans la famille et sur le marché du travail en 1999 - 2000 ; Rapport alternatif sur le statut des femmes en Roumanie présenté à la 23e session de la CEDAW, en 2000.

10 Les spécialistes en sciences sociales critiquent l’imposition au monde postsocialiste d’une notion de « société civile » réifiée et mal conceptualisée, traduite par le consensus des bailleurs internationaux de fonds quant à la nécessité d’appuyer les organisations non gouvernementales, ces « enfants chéris » de la démocratisation (cf. R. MANDEL, « Seeding Civil Society », in C. M. HANN (éd.), Postsocialism. Ideals, Ideologies and Practices in Eurasia, Londres, New York, Routledge, 2002, pp. 279-296, p. 281 pour la citation). Pour plus de détails au sujet des phénomènes de recomposition sociale engendrés par les initiatives internationales d’aide à la démocratisation, on peut se référer àN. RAGARU, « Les avatars de l’aide internationale dans les Balkans », in Revue internationale et stratégique, 40, hiver 2000-2001, pp. 49-66.

11  « Les femmes et la pauvreté, l’éducation et l’instruction des femmes, les femmes et la santé, la violence contre les femmes, les femmes et les conflits armés, les femmes et l’économie, les femmes occupant des fonctions de décision et de responsabilité politique, les mécanismes institutionnels en faveur de l’émancipation des femmes, les droits de l’homme, les femmes et les médias, les femmes et l’environnement, les femmes à l’âge de l’enfance et de l’adolescence », cf. M.Z. POENARU, « Beijing +5. Marginalii la documentul final » (Pékin+5. Notes en marge du document final), in AnAlize, revistă de studii feministe, 9, 2000, pp. 6-10, notamment p. 6 pour la citation.

12  Le principe du « gender mainstreaming » consiste à considérer l’ensemble des domaines d’intervention politique en prenant en compte les différences entre hommes et femmes. Pour des synthèses utiles à ce sujet, voir J. TRUE, M. MINTROM, « Transnational Networks and Policy Diffusion : the Case of Gender Mainstreaming », in International Studies Quarterly, 45, 1, 2001, pp. 27-57 ; Politique européenne (« Genre et action publique en Europe »), 20, 2006.

13  Pour le cas roumain, on peut se référer à G. GHEBREA et alii, Politici de gen în România. Două studii de caz (Politiques relatives au genre en Roumanie. Deux études de cas), Bucarest, Nemira, 2005; Idem, Mapping Romanian Women’s Campaign for Change, Bucarest, Nemira, 2005. Jacqueline HEINEN et Stéphane PORTET font des observations similaires sur le cas polonais (cf. J. HEINEN, S. PORTET, « Introduction », in « L’égalité des sexes en Europe centrale et orientale: entre espoir et déconvenues »), Transitions, XLIV, 1, pp. 5-14, (p. 6 pour la référence).

14 G. GRIFFIN, R. BRAIDOTTI, « Introduction : Configuring European Women’s Studies », in R. BRAIDOTTI, G. GRIFFIN (éds.), Thinking Differently. A Reader in European Women’s Studies, Londres, Zed Books, 2002, pp. 1-28. Sur les réseaux européens d’études sur le genre et le rôle dévolu à la nouvelle « discipline » dans le cadre de la mise en place d’une « aire scientifique européenne » (Processus de Bologne), voir la série intitulée The Making of European Women’s Studies publiée depuis 2000 par l’Université d’Utrecht et le réseau ATHENA (Advanced Thematic Network in Activities in Women’s Studies in Europe, Socrates Programme, European Commission).

15  Pour des témoignages dans ce sens, voir L. GRÜNBERG, « ONGizarea feminismului în România. Eşecul unui succes » (L’ONGisation du féminisme en Roumanie. L’échec d’un succès), in AnAlize, revistă de studii feministe, 7, 2000, pp. 14-19 ; Idem, « Între Buteni şi Bucureşti sau lungul drum al politicilor sociale către femei » (De Buteni à Bucarest, le long chemin des politiques sociales vers les femmes), in L. POPESCU (éd.), Gen şi politică. Femeile din România în viaţa publică, (Genre et politique. Les femmes roumaines dans la vie publique), Bucarest, AnA, UNDP, 1998, pp. 27-41.

16  Des critiques se sont récemment fait entendre à l’adresse de ce « topos » de la littérature sur le postcommunisme : A. SPEHAR, « Eastern European Women : Winners or Losers of the Post-communist Transitions ? », 2005, http://hdl.handle.net/2077/517; Idem, « Research on Contemporary Women’s Movements and Gender Policy in Post-Communist Countries – Shortcomings and Opportunities », in, D. KNEZEVIC. et alii, Women and Politics : Contemporary Women’s/Feminist Movements in Post-Communist Countries – 10 Years After, Zenska Infoteka, Zagreb, 2004, pp. 145-154; E. Weiner, « Imperfect Vision : Failing to See the ‘Difference’ of Central and East European Women », 2004, http://www.feminism.ro/book_gender_post/part1/ElaineWeiner.pdf. Pour la Roumanie, voir V. PASTI, Ultima inegalitate. Relaţiile de gen în România (La dernière inégalité. Les rapports de genre en Roumanie), Iaşi, Polirom, 2003.

17  L. GRÜNBERG, M. MIROIU (éds.), Gen şi societate. Ghid de iniţiere (Genre et société. Guide d’initiation), Bucarest, Alternative, 1997 ; Idem (éds.), Gen şi educaţie (Genre et éducation), Egalité par la différence, programme d’éducation non sexiste, Bucarest, Société d’analyses féministes AnA, Union européenne, 1996-1997 ; M. MIROIU, D. O. ŞTEFANESCU (éds.), Gen şi politici educaţionale (Genre et politiques de l’éducation), Bucarest, AnA, 2001.

18 L. POPESCU (éd.), Gen şi politică. Femeile din România în viaţa publică, déjà cité.

19  Analize, revistă de studii feministe, 7, mars 2000, dossier « Genre et transition : l’expérience d’une décennie de féminisme ».

20  Cf. la table des matières de O. DRAGOMIR, M. MIROIU (éds.), Lexicon feminist, déjà cité.

21  M. MIROIU, «Studii de gen », IN L. GRÜNBERG, M. MIROIU (éds.), Gen şi societate. Ghid de iniţiere, déjà cité, p. 19.

22  En ce sens, on peut aussi faire référence au témoignage d’une enseignante qui faisait état de la difficulté à admettre un jeune homme parmi les étudiants du mastère sur le genre organisé à l’ENEPA (cf. intervention de L. Grünberg au colloque « Directions et thèmes de recherche dans les études genre en Roumanie », New Europe College et Ecole Doctorale Régionale en Sciences Sociales, Bucarest, juillet 2002).

23  N. FUNK, M. MUELLER, Gender Politics and Post-Communism. Reflections from Eastern Europe and the Former Soviet Union, New York, Londres, Routledge, 1993 ; B. EINHORN, Cinderella Goes to Market. Citizenship, Gender and Women’s Movements in East Central Europe, Londres, New York, Verso, 1993 (2003); G. WAYLEN, « Women and Democratization : Conceptualizing Gender Relations in Transition Politics », in World Politics, 46, 3, 1994, pp. 327-354, 1994 ; L. OCCHIPINTI, « Two Steps Back? : Anti-Feminism in Eastern Europe », in Anthropology Today, 12, 6, 1996, pp. 13-18 ; J. W. SCOTT et alii, Transitions, Environments, Translations. Feminism in International Politics, New York, Londres, Routledge, 1997; T. RENNE (éd.), Ana’s Land. Sisterhood in Eastern Europe, Boulder, Co., Westview Press, 1997 ; S. GAL, G. KLIGMAN, The Politics of Gender after Socialism, Princeton University Press, 2000 ; IdemReproducing Gender. Politics, Publics and Everyday Life after the Socialism, Princeton, New Jersey, Princeton University Press, 2000; S. LA FONT, « One Step Forward, Two Steps Back : Women in the Post-Communist Countries », in Communist and Post-Communist Studies, 34, 2001, pp. 203-220 ; Nouvelles Questions Féministes (« Postcommunisme : genre et Etats en transition »), 23, 2, 2004 ; S. ROTH, « One Step Forwards, One Step Back, One Step Forwards. The Impact of EU Policy on Gender Relations in Central and Eastern Europe », in « L’égalité des sexes en Europe centrale et orientale : entre espoir et déconvenues », Transitions, XLIV, 1, 2004, pp. 15-27.

24  E. MAGYARI-VINCZE, « Despre femei şi nu numai. O introducere necesară la studiile despre femei în România » (Des femmes et non seulement. Une introduction nécessaire aux études sur les femmes en Roumanie », in G. COSMA et alii (éds.), Prezenţe feminine. Studii despre femei în România (Présences féminines. Etudes sur les femmes en Roumanie), Cluj, Editions Fundaţiei Desire, 2002, pp. 7-27, surtout pp. 21-22 pour la référence.

25  R. BRAIDOTTI, « Uneasy Transitions », in J. W. Scott et alii (éds.), Transitions, Environments, Translations. Feminism in International Politics, New York Londres, Routledge, 1997, pp. 355-372, surtout p. 363 pour la citation. Voir aussi M. MIROIU, Guidelines for Promoting Gender Equity in Higher Eductaion in Central and Eastern Europe, Bucharest, UNESCO-CEPES, 2003, pp. 95-96.

26  La conversion du thème « femmes et développement » en « genre et développement » sur les plateformes politiques internationales en témoigne. Voir, par exemple, T. LOCOH et alii (éd.), Genre et développement: des pistes à suivre, Paris, 1996 (Documents et manuels du CEPED no. 5); Femmes et changement, Conférences de la Chaire UNESCO « Femmes et changement », 1997-1998. Plus récemment, Cahiers genre et développement, 1, 2000.

27  Pour ne citer que deux références classiques, voir J. W. SCOTT, Gender and  the Politics of History, New York, Columbia University Press, 1988 ; N.-C. MATHIEU, L’anatomie politique. Catégorisations et idéologies du sexe, Paris, Côté-femmes éditions, 1991.

28  Voir entre autres T. BALLMER-CAO et alii (éds.), Genre et politique. Débats et perspectives, Paris, Gallimard, 2000 ; J. BISILLIAT (dir.), Regards de femmes sur la globalisation. Approches critiques, Paris, Karthala, 2003 ; H. HIRATA et alii (éds.), Dictionnaire critique du féminisme, Paris, PUF., 2000 (surtout D. FOUGEYROLLAS SCHWEBEL, « Mouvements féministes », pp. 125-130 ; F. TALAHITE, « Mondialisation », pp. 120-125) ; Nouvelles Questions Féministes (« Féminismes dissidents en Amérique Latine et aux Caraibes »), 24, 2, 2005. Pour un exemple roumain d’inadéquation entre offre politique adressée aux femmes « par le haut » et une demande formulée « par le bas », voir I. CIRSTOCEA, Faire et vivre le postcommunisme…, déjà cité, le chapitre V, « Du magazine (féminin) à la parole politique des sans-voix », pp. 143-170.

29  Témoignage enregistré par M. L. VASILESCU et cité dans  « Evoluţia publică şi privată a feminismului românesc actual » (Evolution publique et privée du féminisme roumain actuel, mémoire sous la direction de L. Grünberg, soutenu en mars 2002 au mastère « Etudes sur le genre » à l’ENEPA de Bucarest), p. 13. Je remercie Cristina ILINCA, présidente de la société AnA, pour m’avoir aidée à consulter ce texte inédit.

30  M. MIROIU, « Cum am devenit Mihaela Mirana » (Comment je suis devenue Mihaela Mirana), in AnAlize, revistă de studii feministe, 1-2, 1998, p. 41.

31  Ibidem.

32  L’annonce communiquant l’ouverture d’un concours de recrutement publiée en 2002 décompte les spécialisations offertes comme il suit : chercheurs dans les domaines des théories féministes, sociologie du genre, genre et assistance sociale, politiques relatives au genre, droits des femmes ; formateurs (« trainers » dans le texte) pour les experts gouvernementaux, les campagnes électorales, les programmes contre la discrimination, les organisations non gouvernementales, les femmes et les droits de l’homme ; spécialistes dans la réforme des curricula sur la dimension du genre, des politiques publiques pour les femmes et des politiques affirmatives ; journalistes spécialistes de stratégies contre la discrimination et de l’affirmation des femmes et des politiques de genre dans la vie publique » (cf. publication électronique Buletinul AnAinfo édité par la Société d’analyses féministes AnA, juin 2002, p. 6).

33  Là non plus, il ne s’agit pas d’une spécificité roumaine : un spécialiste du cas tchèque, par exemple,  fait observer la « porosité » de l’espace académique et met en lumière le « syncrétisme » entre les préoccupations des bailleurs de fonds et les paradigmes privilégiées par les sociologues du genre (M. FOREST, « La prise en compte du genre dans l’analyse des transformations politiques est-européennes », in M. FOREST, G. MINK (éds.), Postcommunisme: les sciences sociales à l’épreuve, Paris, L’Harmattan, 2004, pp. 85-106).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ioana Cîrstocea, « Usages du « genre » à l’Université : sur l’institutionnalisation des études féministes en Roumanie », Genre & Histoire [En ligne], 1 | Automne 2007, mis en ligne le 19 novembre 2007, consulté le 29 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/107

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page