Navigation – Plan du site
Articles

Quand l’intime défie l’ordre colonial - Les couples de Malgaches et d'Européennes en Imerina (Hautes Terres centrales de Madagascar) de 1896 à 1960.

Violaine Tisseau

Résumés

En 1896, Madagascar devient colonie française. Les couples mixtes et leur descendance ainsi que les situations de métissage sont alors perçus comme facteur potentiel de désordre. Cet article s’intéresse aux unions entre hommes malgaches et femmes européennes. Ces couples sont rares et unissent principalement des Malgaches et des femmes métisses, au sein d’unions légitimes. Malgré leur faible nombre, les autorités coloniales seront tentées de les interdire avant de faire de l’union d’un homme malgache avec une femme européenne une condition d’obtention de la citoyenneté française. Ce qui se joue en filigrane dans cette hésitation est la crainte de la perte de prestige du colonisateur et d’une trop grande proximité entre colonisateurs et colonisés. De telles unions révèlent en effet l’existence de relations intimes et durables entre Malgaches et Européens. L’intime devient alors menace en remettant en cause la cohérence de l’ordre colonial.

Haut de page

Texte intégral

1En 1880, alors que l’île de Madagascar n’est pas encore formellement colonisée par les Français, un des fils du Premier ministre malgache épouse une Mauricienne1 : aucune réaction, ni de la part des Européens, ni des Malgaches ; aucune trace dans les archives. Un peu plus de trente ans plus tard, en 1912, à son arrivée à Tananarive, la femme française d’un notable malgache est accueillie avec les plus grands honneurs par la population2. Qu’est-ce qui a changé pour que des unions mixtes similaires, en l’occurrence entre hommes malgaches et femmes européennes passent inaperçues un temps puis quelques décennies plus tard, suscitent la curiosité ? Entre les deux moments, en 1896, Madagascar est devenue colonie française : la France impose sa domination et ce qui relevait de l’anecdotique revêt une autre signification. La société coloniale se met en place, structurée et hiérarchisée autour des notions de « race », de nationalité (Français/étrangers) et de statut juridique des individus (citoyens/sujets ou « indigènes ») : ces différentes catégories classificatoires s’entrecroisent et ne coïncident pas parfaitement, ce qui nourrit les anxiétés coloniales. En effet, le cloisonnement entre les groupes est en partie condition de la pérennité de cette organisation. Or, les unions interraciales perturbent cette organisation sociale théorique. Depuis quelques années, l’étude de ces unions ainsi que des populations métisses bénéficie d’un renouveau historiographique. Soulevant la question des relations entre hommes et femmes comme entre Européens et « indigènes », l’approche par le genre en est difficilement dissociable3.

2L’existence de couples mixtes et de métis ébranle les fondations de l’ordre colonial. Dans le registre de l’intime et de la famille, la formation des couples unissant des hommes malgaches et des femmes européennes est le plus dérangeant. Bien que rares, et partant bien moins étudiés que les unions entre Européens et femmes autochtones, ces alliances sont toutefois révélatrices des lignes de faille de la société coloniale et des enjeux qui la structurent. En effet, au sein de ces couples sont questionnés les rapports de sexe, de « race » et de classe. Deux faisceaux d’interrogation coexistent : d’un côté, le pouvoir, dont l’outil est la législation, s’interroge sur la transmission de la citoyenneté et de l’autre, la société a, en termes de statut, des attentes qu’elle règle en jouant de l’exclusion ou de l’inclusion des individus. Cet article s’attache à montrer de quelle manière la question des couples mixtes pose celle de la citoyenneté et du statut des individus dans les Hautes Terres centrales de Madagascar4. Outre des registres d’état civil européen, des témoignages et quelques romans, les dossiers de candidature à la citoyenneté française constituent l’essentiel de nos sources. Ces derniers documents, plus ou moins fournis, consignent de très rares informations sur les femmes épouses de Malgaches. Peu nombreuses sont les études consacrées aux femmes européennes à Madagascar5. Les informations, parcellaires, ne permettent donc pas de dessiner une sociologie générale de ces couples mais d’esquisser des itinéraires partagés et de dégager des interrogations sur le pouvoir et la société coloniale.

I. De quelles unions parle-t-on ?

3En raison notamment de l’installation ancienne sur les côtes de Madagascar de traitants européens se mettant en ménage avec des femmes autochtones, l’île est perçue depuis longtemps comme une terre de métissage6. Si la colonisation formelle modifie les modalités d’insertion des étrangers dans la société malgache, les unions mixtes restent relativement fréquentes.

1. La relative banalité des unions mixtes dans les Hautes Terres centrales

4Dans un premier temps, constituée essentiellement de militaires, la population européenne à Madagascar se diversifie progressivement et croît pour atteindre des chiffres relativement élevés. L'île devient dans l’empire français la colonie d’Afrique où les Français sont les plus nombreux. Ainsi, on compte 9 773 Européens en 1905, puis environ 25 000 au début des années 1930 et, à la veille de l'Indépendance, en 1960, plus de 57 0007. À titre de comparaison, pour l’ensemble de l’AOF dont la superficie représente huit fois celle de la France, on recense 24 798 « Européens et assimilés »  en 1936 et 62 236 en 19518. L’Imerina, qui nous intéresse ici, concentre l'essentiel de la population européenne, en particulier dans la capitale : en 1951, près de 50 % des Français vivent ainsi dans le district de Tananarive9.

5En outre, la population « européenne » de Madagascar compte de nombreux créoles. Ces derniers sont originaires des îles voisines de Maurice et surtout de La Réunion. Ils occupent une place singulière dans la hiérarchisation de la population inhérente à la situation coloniale, entre les métropolitains et les Malgaches, et participent eux aussi du brouillage des catégories. Parfois d’ascendance métissée, ils ne sont pas nécessairement blancs, ce qui remet en cause l’identité implicite entre « colonisateur » et « blanc »10. Bien que les Hautes Terres centrales ne constituent pas leur lieu privilégié d’implantation, ils entretiennent des relations complexes avec les Merina, teintées de concurrence et du souvenir de l’esclavage.

6Par ailleurs, l'arrivée des Européennes est relativement précoce. Les données sont imprécises et incomplètes mais, dès 1915, on en compte un peu plus de cinq cent pour mille hommes, dans les Hautes Terres centrales, soit un tiers de la population européenne11. Leur nombre se rapproche de celui des hommes au début des années 1930 ; en 1937, les femmes représentent 46 % de la population européenne12. Ce dernier fait n’empêche pas Madagascar d’être une colonie où les unions entre femmes malgaches et hommes européens sont relativement courantes. En témoigne le nombre de métis : en 1938, sur un total de 5558 métis à Madagascar, 1330 sont recensés dans la région centrale dont 912 à Tananarive13. Un autre indice est le nombre et la proportion de mariages mixtes. Entre 1905 et 1933, si l’on se réfère à l’état civil européen de la capitale (Antananarivo), d’un centre secondaire (Antsirabe) et de deux gros bourgs (Manjakandriana et Ambatolampy), la proportion des mariages mixtes sur l’ensemble des unions enregistrées varie de 12,5 % à 35,7 % ; elle est la plupart du temps supérieure à 20 %14. Cela traduit la vivacité et la relative banalité des mariages mixtes au sens où non seulement leur proportion reste relativement élevée par rapport à l’ensemble des mariages dans la population européenne mais le nombre d’unions mixtes officielles est aussi important. La légitimité de ces unions entre sans doute en résonance avec la pratique ancienne de l’enregistrement de l’état civil en Imerina15.

7La particularité de Madagascar et plus précisément des Hautes Terres centrales réside d’ailleurs sans doute dans cette relative légitimité des unions mixtes. Ainsi, les naissances légitimes représentent les trois quarts des naissances de métis en 193116. Les unions entre Malgaches et Européens prennent en effet des formes diverses plus ou moins tolérées qui sont, par ordre d’acceptation et en fréquence décroissante, l’union passagère d’un Européen avec une femme malgache, l’union stable avec la reconnaissance des enfants, le mariage régulier entre Européen et femme malgache, et enfin le mariage régulier entre un Malgache et une Européenne. Ces derniers, en dépit de leur rareté, apportent un éclairage intéressant sur la société coloniale.

2. L’exceptionnel du couple homme malgache – femme « européenne »

8La première des caractéristiques de telles unions est leur faible nombre, que nous pouvons évaluer à partir notamment de deux sources : les registres de l’état civil européen et les dossiers de candidature à la citoyenneté. Sur les 257 actes de mariages mixtes enregistrés à l’état civil européen de Tananarive entre 1896 et 1933, nous avons recensé quarante-deux mariages entre un Malgache et une « Européenne », le premier ayant lieu en 191517. Nos relevés s’arrêtent au début des années trente. Or, ces unions sont vraisemblablement plus nombreuses à partir de ce moment et notamment au lendemain de la Seconde Guerre mondiale18. En effet, selon les statistiques officielles, à considérer avec précaution, il y aurait eu dans la capitale un maximum de vingt-deux mariages entre « Européennes » et Malgaches en 1937. Tananarive concentre d’ailleurs l’essentiel de ces mariages. Les relevés d’autres centres d’état civil, sur un temps plus long, affichent la même tendance. Ainsi, dans une ville secondaire comme Antsirabe, au sud de la capitale, seulement cinq mariages entre « Européennes » et Malgaches ont été célébrés entre 1896 et 1960, le premier en 1934 et les quatre autres entre 1950 et 1953. On peut y adjoindre trente-et-un couples supplémentaires, absents des actes de mariage mais apparaissant dans les actes de naissance, tout en ne perdant pas de vue que les informations pour la capitale ne vont pas au-delà de 1934. À ces chiffres, on peut ajouter ceux des Malgaches qui obtiennent la citoyenneté française. À partir de 1909, sur dossier, après enquête et sur avis du gouverneur général, l’acquisition de la citoyenneté est désormais possible19. Elle fut parcimonieusement accordée20. Entre 1909 et 1940, trente-sept Malgaches mariés à des Européennes obtiennent la citoyenneté, dont vingt-cinq entre 1909 et 1938 et douze entre 1938 et 1940 : ce dernier élément confirme timidement l’hypothèse d’une croissance du nombre de telles unions autour de la Seconde Guerre mondiale. Cette accélération coïncide certes avec une ouverture dans l’accès à la citoyenneté des Malgaches, mais elle est aussi à mettre en relation avec la croissance du nombre d’étudiants et la multiplication des circulations entre Madagascar et la métropole.

9Par ailleurs, le statut juridique d’ « Européenne » recouvre en réalité des origines diverses. Une « Européenne » peut en effet être ici, soit une femme originaire du continent européen ou bien née à Madagascar mais d’ascendance européenne, soit une créole de la Réunion ou bien encore une métisse ayant le statut de citoyenne. En toute rigueur, nous devrions aussi y inclure les Malgaches devenues citoyennes, de même que sous la catégorie « Malgaches », nous devrions prendre en compte les métis ayant le statut de sujets. Le statut juridique des individus ne préjuge pas nécessairement de l’origine géographique, ou biologique, de ces derniers. C’est pourquoi les autorités coloniales multiplient les distinctions au sein des rubriques générales des recensements (Européens, Malgaches, métis). Toutes ces catégories sont des constructions dont l’usage est ambigu, que ce soit pour l’administration coloniale, les acteurs de cette société ou le chercheur. Nous avons privilégié ici les unions entre hommes malgaches dans un sens restrictif et femmes « européennes » dans un sens large car elles soulèvent des enjeux spécifiques et particulièrement intéressants.

10Dans de telles unions, les femmes « européennes » sont en réalité pour la majorité des métisses ou des créoles réunionnaises. Si l’on reprend par exemple les quarante-deux mariages relevés à l’état civil européen à Tananarive, sur la période 1896-1933, on constate, en se fondant sur l’ascendance des épouses, que tous les mariages ont uni des Malgaches à des métisses, à l’exception de trois dont la femme était métropolitaine et trois autres, créoles. Le mariage avec une Française ne semble finalement possible qu’en métropole. L’acceptation des couples mixtes n’est donc pas la même selon que l’on se trouve en métropole ou à Madagascar. Cela est sans doute à nuancer par le fait qu’un certain nombre de femmes françaises sont déjà mariées et accompagnent leur mari à Madagascar. Les migrations de femmes célibataires sont vraisemblablement rares. Le simple fait démographique ne suffit cependant pas à expliquer cette différence : une telle union remet en effet en cause la stricte hiérarchie établie par les autorités dans la colonie.

11Enfin, ces unions existent avant tout dans un cadre légal : les naissances illégitimes de métis nés d’un père malgache et d’une mère « européenne » sont rares. Alors que le concubinage avec une femme malgache est toléré, le mariage étant même redouté, les hommes malgaches, en revanche, n’ont guère le choix et doivent se marier pour sceller leur union avec une Européenne. Les possibilités de mobilité pour les hommes et les femmes malgaches ne sont donc pas les mêmes. Toutefois, il semble que quelques cas de concubinage aient existé. En effet, parmi les dossiers des Malgaches devenus citoyens et mariés à des Européennes, huit couples ont donné naissance à des enfants avant que leur union ne soit célébrée : ainsi, Emile Maurice naît en mars 1931 mais ses parents, un Malgache et une métisse, ne se marient officiellement qu’un an plus tard21. Si le nombre de couples ayant vécu maritalement avant une officialisation de leur union est faible, cela représente tout de même environ 20 %  des couples évoqués, ce qui n’est pas anecdotique. Néanmoins, contrairement aux relations entre Européens et femmes malgaches, une officialisation semble toujours sanctionner, in fine, les unions entre Européennes et Malgaches.

II. La possibilité du couple homme malgache – femme « européenne »

12Rares, légales, et principalement conclues avec des métisses, les unions entre Malgaches et « Européennes » sont rendues difficiles en raison des structures de la société coloniale.

1. Se croiser, se rencontrer

13Les lieux où hommes malgaches et femmes européennes peuvent avoir de réelles interactions, d’égal à égal, c’est-à-dire en-dehors du rôle de subordination dans lequel les Malgaches sont pour la plupart du temps placés, sont rares. Plus absentes de l’espace public que les hommes, les femmes européennes circulent avant tout dans un espace privé et domestique. La sociabilité des jeunes filles et leurs fréquentations sont aussi plus contrôlées que celles des jeunes hommes22. Les femmes européennes sont sans doute celles qui ont le moins de contact avec la population malgache. C’est aussi pour cette raison que les Malgaches qui épousent des Françaises les ont rencontrées en métropole. En effet, à partir de la Première Guerre mondiale, deux nouveaux protagonistes entrent en jeu : le soldat libéré en France et l’étudiant venu y accomplir ses études. Les sept Malgaches devenus citoyens et mariés à des Françaises en France sont tous d’anciens soldats libérés sur place ou bien des militaires toujours en fonction23. Le phénomène s’amplifie après la Seconde Guerre mondiale avec le nombre croissant de Malgaches venant travailler ou plus encore faire leurs études en France24. Un certain nombre d’hommes politiques de la Première République y rencontrèrent ainsi leur future épouse.

14À Madagascar, pour que la rencontre soit possible, il faut des lieux autorisant une relative mixité entre Européens et Malgaches, et éventuellement entre les sexes. Le lycée français en est un exemple privilégié. En 1914, l’accès aux écoles françaises est permis aux enfants de Malgaches devenus citoyens ainsi qu’aux enfants de notables sur dossier. Si à Tananarive, il y a un lycée de filles et un de garçons, les deux établissements sont presque voisins : la sortie des cours peut alors devenir occasion de rencontre. Dans Le Goût de la Mangue, roman dont l’intrigue se déroule en 1956, Anna, l’héroïne, fréquente le lycée de filles de la capitale. Elle y devient amie d’une condisciple malgache ; c’est par son entremise qu’elle rencontre son frère dont elle tombe amoureuse25. Certains notables et bourgeois malgaches ont aussi accès à des endroits privilégiés tels que les réceptions à la Résidence générale, l’Académie malgache, le club hippique ou le Sport-Club de Tananarive ou bien encore le cercle franco-malgache, créé en 195526. En outre, les villes malgaches ne sont pas des espaces ségrégués : Malgaches et Européens y sont voisins, se fréquentent au quotidien. Dans un roman inspiré de sa vie, Georges Lejamble décrit ainsi une sociabilité où Malgaches et Européens se rencontrent dès les années 192027 tout ce que confirme le roman de Christian Dumoux, écrit à la veille de l’Indépendance28.

15La proximité entre Malgaches et Européens peut s’avérer encore plus forte en brousse où le contrôle social est plus faible. Toutes les filles métisses de C., installé comme agriculteur dans la région de Manjakandriana ont ainsi épousé ou eu des enfants hors mariage avec des Malgaches29. Ces unions légitimes ou simplement maritales sont la manifestation d’un réel ancrage à Madagascar. Toutefois, la  proximité au quotidien ne permet pas nécessairement l’éclosion de couples.

2. Un couple impensé et impensable

16Le couple homme européen – femme malgache est amplement décrit, que ce soit dans la littérature coloniale ou les témoignages d’Européens. La femme malgache y est érotisée, dépeinte seulement en relation avec des hommes européens30. Elle agit sur ces derniers en jouant de ses sentiments et de son corps. Dans les documents produits par l’administration coloniale, ces couples apparaissent d’abord dans la rubrique concernant la santé, en relation avec les maladies vénériennes ou avec l’accroissement de la population31. Gallieni, premier gouverneur général de Madagascar, est même favorable à ces alliances, notamment dans le cadre de son plan de colonisation militaire32. Puis rapidement, la question des enfants métis nés de ces unions supplante ces préoccupations hygiénistes. La situation de ces derniers est anxiogène pour les autorités coloniales qui craignent leur déclassement, comme elles redoutent la perte du prestige des Européens, leur « décivilisation », sous l’action et l’influence des femmes malgaches.

17Le couple homme malgache - femme européenne, lui, est largement impensé. Il est quasiment absent de la production littéraire coloniale. Il n’est jamais perçu comme un outil de colonisation et le destin des enfants est scellé : de mère française, ils sont français. Les traces archivistiques sont rares et l’idée même de leur existence semble avoir été difficile à concevoir. Le regard européen sur l’homme malgache, merina du moins, n’est pas érotisé contrairement à celui posé sur les femmes malgaches. Le portrait en est souvent dépréciateur : fourbe, hypocrite mais néanmoins intelligent, l’homme merina ne présenterait qu’un vernis de civilisation.

18Pour les colonisateurs, il s’agit de préserver les frontières entre colonisateurs et colonisés et de protéger la femme du vainqueur des assauts des vaincus. Dès lors, ce couple est considéré comme une mésalliance. La quasi-totalité des romans coloniaux sur le sujet s’achèvent sur l’échec de l’union car la femme européenne est incapable de se plier au mode de vie de son mari et ce dernier n’a pas su quitter ses « coutumes ancestrales » décrites comme archaïques33. On assiste alors à la déchéance morale de la Française qui épouse un indigène, tout comme l’homme européen vivant avec une Malgache : il n’y a que très peu de représentation positive et heureuse de l’union interraciale.

19L’acceptation du  couple homme malgache – femme « européenne » n’est pas nécessairement plus aisée pour les Malgaches. La population est structurée en groupes statutaires plus ou moins endogames que la colonisation a figés : une telle union ne respecte pas les règles matrimoniales et peut susciter la désapprobation de la famille, voire la mise à l’écart du couple en question. Anna et Léon, les deux protagonistes du Goût de la Mangue, sont ainsi malmenés tant par les Européens que par les Malgaches. Les voisins français n’ont pour la jeune Anna que mépris quand la famille malgache de Léon fait tout pour l’éloigner de son amie en lui rappelant ses obligations familiales34. Ce roman a certes été rédigé par une Française mais la description de la réaction de la famille malgache est tout à fait vraisemblable. La mise à distance ne se manifeste pas nécessairement au quotidien mais le signe le plus évident et significatif en est l’éviction du tombeau familial, élément central et essentiel d’appartenance à la société merina : dans certaines familles, épouser une Française implique de renoncer à une partie de son identité malgache35. Si le couple Malgache – Européenne est largement impensé et craint dans l’imaginaire colonial, il remet aussi en cause l’organisation juridique de la colonie.

III. Organiser les flux matrimoniaux, maintenir l’ordre colonial

1. Interdire les unions mixtes ?

20La détermination du statut juridique de deux époux repose sur un principe simple : l’usage veut que la femme suive le statut de son époux. Une étrangère se mariant avec un Français obtient la nationalité française. Cette pratique a été transposée aux colonies, non pas en ce qui concerne la nationalité mais le statut juridique des individus. Ainsi, les femmes malgaches mariées à des Européens acquièrent la citoyenneté française36. Cela ne pose aucun problème au législateur colonial. En revanche, le cas des Européennes épouses de Malgaches soulève des interrogations. La question se pose d’ailleurs dans tout l’empire français, en particulier en Indochine. En principe, ces femmes devraient perdre la citoyenneté française pour devenir sujette indigène : cela constitue un contresens colonial qui n’est d’ailleurs nulle part envisagé. Alors que le code civil confère normalement à la femme un statut inférieur à celui de son époux37, par de telles unions, elle se retrouve à occuper un statut juridique supérieur (citoyenne) à celui de son époux resté « sujet indigène ». Aussi, deux solutions se présentent aux autorités coloniales : prévenir, en interdisant de telles unions, ou guérir, en accordant la citoyenneté française à l’époux malgache38.

21A Madagascar, jamais le législateur colonial n’a envisagé d’interdire les mariages entre les Européens et les femmes malgaches ou même d’encadrer les relations de concubinage. Certaines métropoles le feront pour leurs colonies, ainsi par exemple des Britanniques pour dès 1909, de la Belgique pour le Congo39 ou bien encore de l’Italie pour l’Ethiopie en 193740. La seule question juridique qui est discutée, concernant ces couples, est celle du statut des enfants métis non reconnus par leur père européen. En revanche, les autorités seront tentées de légiférer afin d’interdire les unions entre Malgaches et Européennes. Au début des années 1930, un projet de loi pour régler la question est  élaboré41 mais aucune suite n’est donnée. L’idée de légiférer pour interdire les unions mixtes est finalement abandonnée afin d’éviter de durcir des situations qui se règlent par d’autres moyens.

22Le pouvoir garde tout de même un œil vigilant sur les mariages entre Malgaches et Européennes : en 1917, la direction des Troupes coloniales encourage les autorités métropolitaines à tout faire pour éviter de telles unions42. En 1929, le Ministre des Colonies s’adresse au gouverneur général de Madagascar, au sujet de deux militaires malgaches qui souhaitent épouser des Européennes :

« En raison des inconvénients de divers ordres qu’elles présentent, ces sortes d’unions ne doivent pas être encouragées, mais [que] toutefois, lorsqu’il existe des enfants légalement reconnus par le père, il préférable d’accorder l’autorisation afin de ne pas priver les enfants de leur père légal »43 .

23La Première Guerre mondiale a en effet mobilisé les soldats coloniaux dont certains ont été libérés en France où ils ont épousé une française. En 1947, le même principe est réitéré44.

24En somme, ce qui gêne les autorités coloniales est la disparité des statuts au sein d’une même famille. En 1922, le beau-père français d’un candidat à la citoyenneté époux d’une métisse appuie la demande de son gendre au motif que : « par cette circonstance, je me trouve moi-même grand-père de petits malgaches45 ». Puisque la question de la disparité des statuts dans une même famille demeure, les autorités coloniales, après avoir écarté l’interdiction des mariages mixtes, choisissent une autre solution.

2. Protéger les femmes françaises

25Renonçant à l’interdiction, le pouvoir opte finalement pour une certaine libéralité. La citoyenneté est une faveur bien gardée, parcimonieusement accordée, mais le mariage à une Française est un argument pour en faciliter l’obtention. Ainsi, à défaut d’autres titres, être marié à une femme ayant le statut de citoyenne est une raison suffisante pour obtenir la citoyenneté française. En 1926, R. J. dit Daniel, fabricant d’harmoniums, dépose une demande d’accession à la citoyenneté française. Dans une lettre adressée au gouverneur général, l’administrateur-maire de Tananarive estime que les titres dudit Daniel sont insuffisants mais il émet un avis favorable car le postulant a épousé une métisse reconnue et : « il serait paradoxal de voir dans une famille la femme et les enfants jouissant du statut français, le père restant soumis au statut indigène46 ».En 1929, la demande est donc acceptée. Vingt-cinq demandes similaires sont accordées pour les Hautes Terres centrales entre 1909 et 1938. Parmi les vingt-cinq candidats qui obtiennent la citoyenneté, la majorité est issue du groupe des grands hova, notamment des Andafiavaratra : ces derniers sont en ascension depuis le XIXe siècle et ont su se rendre indispensables auprès du souverain et dans la gestion des relations avec l’étranger47. Ayant su investir l’institution scolaire dès avant la colonisation, ils occupent, pendant celle-ci, des positions dans le commerce, la médecine ou encore le fonctionnariat48.

26En 1938, le décret de 1909 est assoupli. Avoir une épouse française est alors explicitement reconnu comme un moyen d’accéder de plein droit à la citoyenneté française, tout en précisant qu’il faut que des enfants soient nés de cette union ou bien que cette dernière dure depuis au moins vingt ans49. Cet aménagement signe finalement la reconnaissance de l’existence de tels couples, pourvus qu’ils soient durables. Douze Malgaches vont en bénéficier. Toutefois, à l’exception d’un dossier qui a nécessité une procédure plus longue, tous ont été traités entre 1938 et 1940. Aussi, nous pouvons douter que toutes les archives aient bien été conservées. Et, malgré cette relative ouverture, le pouvoir colonial reste suspicieux. Ainsi, en 1955, le juge suppléant à la cour de Madagascar note :

« La plupart des personnes de statut métropolitain qui épousent des autochtones sont elles-mêmes soit des métis, soit des autochtones admis au statut métropolitain. Il s’en faut que leur façon de vivre soit comparable à celle des Européens. Leur mariage avec un autochtone a pour effet de les rapprocher d’une société dont elles n’étaient sorties souvent que d’une façon nominale»50 .

27Comme le souligne Ann Stoler, la catégorie « européen » est une fiction légale51. Cela est d’autant plus vrai qu’à partir de 1931, les métis non reconnus peuvent acquérir la citoyenneté française par simple jugement52. Cela augmente donc le nombre de femmes de statut français : treize des trente-sept bénéficiaires de la citoyenneté sont ainsi les époux de métisses non reconnues ayant acquis la citoyenneté grâce à ce décret. Parmi celles-ci, lorsque l’information est renseignée, il en est qui parlent peu le français et vivent selon les coutumes malgaches. Ainsi de l’épouse d’un agent de police dont les ressources ont par ailleurs été jugées modestes53.

28Tentées un temps d’interdire les unions entre Malgaches et femmes de statut européen, les autorités coloniales choisissent finalement d’en faire un des critères pour obtenir la citoyenneté. Mais ces mariages incarnent l’écart pouvant exister entre statut juridique et position socio-économique ainsi que l’égalité possible entre Malgaches et Français quand la société coloniale est fondamentalement inégalitaire.

IV. Une trop grande proximité ?

1. Être français, plus qu’un statut juridique

29Dans les colonies, tout autant qu’en métropole54, être français ne se règle pas par une simple question de droit. C’est aussi un rang à tenir : les dossiers des postulants vivant en France consignent ainsi moins d’informations que ceux des Malgaches résidant à Madagascar, en particulier sur leur niveau de vie et leurs ressources financières. R. R., né en 1890, est employé dans une usine Citroën en France lorsqu’il postule à la citoyenneté. Ex-tirailleur libéré en métropole, il a épousé en 1920 une Française, employée des télécommunications. Dans la note de présentation incluse dans son dossier, les arguments se confrontent : le chef de la province de Tananarive est opposé à sa demande car il appartient à la « classe inférieure de la population indigène » et, avant son engagement, il n’était qu’un simple manœuvre. Il est décrit comme sans instruction, de « valeur intellectuelle nulle », sans aucun bien et l’avis tombe, implacable : « demande sans aucun fondement, à rejeter purement et simplement ». Le candidat obtient finalement la citoyenneté car il vit en France, est marié à une Française, ce qui le place dans une « situation spéciale55 », à savoir hors de la société coloniale.

30En réalité, derrière la question juridique soulevée par ces unions, se cache un problème plus social et fondamental sur ce que signifie « être français ». Comme le remarque Emmanuelle Saada, « pour être réputé français en situation coloniale, il faut exhiber la dignité du blanc et acquérir son prestige dans une société coloniale qui est marquée par l’impératif de l’exhibition permanente des statuts de dominants et de dominés »56.

31Ainsi, dans l’examen des demandes d’accession à la citoyenneté à Madagascar, les modes et niveaux de vie sont déterminants pour devenir et surtout être considéré comme citoyen. Le pouvoir, mais aussi l’ensemble de la société, sont attentifs aux signes extérieurs de francisation : savoir lire et écrire en français, porter le costume européen, adopter les habitudes alimentaires françaises, aménager et utiliser son logement « à l’européenne » sont des critères déterminants. Pierre R. dépose deux demandes de citoyenneté, en 1930 puis en 1934. Il a fréquenté pendant sept ans des écoles catholiques et est ouvrier au chemin de fer. En 1930, il s’est marié à une métisse non reconnue et selon la note de présentation, la famille « vit et se nourrit suivant la coutume du pays », dans une petite maison de deux pièces modestement meublées. Le postulant est « le seul à s’habiller à la mode européenne ». La modicité de ses revenus lui coûtera la citoyenneté. Quatre ans plus tard, il postule à nouveau. Il s’est depuis remarié avec une Mauricienne « vêtue à l’européenne » et qui « parle et écrit correctement le français ». Les enfants, quant à eux, sont vêtus à la « mode malgache », ne sont pas encore scolarisés et ne parlent pas le français. Sa demande est une nouvelle fois rejetée57. En filigrane, c’est le spectacle de la paupérisation des Européens qui est redouté.

32Les acteurs en sont d’ailleurs conscients. Ainsi, un ex-comptable à la Voierie de Tananarive marié à une Réunionnaise sollicite une réintégration dans l’administration et ensuite une mutation hors de la capitale. Son argument est qu’il doit prendre soin de « quatre petits Français orphelins »58 et, selon lui, l’Etat doit l’aider dans cette tâche. Sans ça, il ne peut certifier qu’il aura les moyens suffisants pour permettre à ses enfants de vivre comme des Français. L’union avec une Française témoigne ici de la modestie du train de vie de cette dernière plus que de l’ascension de son époux. Dans une certaine mesure, elle signifie la perte d’une partie de son statut social de Française dans la colonie.

33À l’inverse, une telle alliance peut offrir une meilleure situation à une Française : l’épouse du notable dont nous parlions en introduction avait reçu une formation pour être institutrice en métropole. À la place, elle a mené une vie de riche bourgeoise à Madagascar, sans doute bien plus confortable59. Ce mariage affiche aux yeux des Européens la capacité d’un Malgache à assurer à sa famille un train de vie égal sinon supérieur à celui d’un certain nombre d’Européens installés à Madagascar. Dans un cas comme dans l’autre, le prestige de l’Homme européen est menacé.

2. Entre isolement individuel et liens intimes entre colonisateurs et colonisés

34L’ordre politique de la colonie est aussi potentiellement remis en cause. En effet, de telles unions isolent en partie les individus, en les extrayant de leur réseau de relations. Dans une lettre au gouverneur général pour motiver sa demande de citoyenneté, un Malgache fait ainsi remarquer que sa famille le met à l’écart car il est marié à une créole. Cette dernière avait elle-même subi l’ostracisme de sa famille à La Réunion, lieu où les époux se sont rencontrés. Le couple entretient par ailleurs des relations très conflictuelles avec son voisinage et semble vraiment isolé60. Le pouvoir colonial procède à un contrôle strict des individus pour assurer sa pérennité : les réactions de l’environnement social, l’isolement et la marginalisation des individus alimentent alors ses anxiétés.

35À l’inverse, les mariages entre Européennes et Malgaches peuvent être le signe d’une trop grande proximité entre colonisateurs et colonisés. Le pouvoir cherche certes l’assimilation de certains Malgaches mais tout en voulant maintenir une distance ; de même, pour les Malgaches qui entretiennent depuis le XIXe siècle une relation ambigüe avec l’étranger faite tout à la fois d’attraction et de répulsion. Il s’agit d’adopter certains éléments de la culture européenne sans pour autant renoncer à son identité malgache : dans un dossier de candidature à la citoyenneté, un Malgache sollicite ainsi le gouverneur général pour devenir andriana (noble) plutôt que citoyen français61. Une intimité trop forte entre colonisateurs et colonisés est alors suspecte. Cette épouse d’un commerçant malgache raconte : « Nous étions de toutes les fêtes » avec les Européens, à la résidence62. En 1947, au moment où une terrible insurrection secoue Madagascar, la loyauté d’un de ses fils engagé dans l’armée sera questionnée et il devra se positionner en faveur de l’un ou l’autre des deux camps63.

36Enfin, ce type d’unions peut témoigner d’une trop grande insertion de certains Européens dans les réseaux malgaches. Alors qu’au début de la colonisation, cette proximité entre Européens et Malgaches était tolérée, voire encouragée, celle-ci est vue de manière plus suspecte avec le temps. Rakotovao est un notable malgache, appartenant à un des groupes en pleine ascension sociale depuis le XIXe siècle. Les membres de ce groupe ont su se rendre indispensables à la monarchie merina, notamment dans la construction de l’Etat et la gestion des relations avec les Européens. Parmi la descendance de ce dernier, les unions entre hommes malgaches et femmes « européennes » sont nombreuses. Un de ses fils se rend ainsi en France pour y trouver une épouse française. S’il va chercher sa femme en France dans une institution religieuse, c’est parce qu’une jeune métisse de sa famille y suit sa scolarité. De son premier mariage avec une Malgache, est née une fille qui épousera un Français. Deux de ses neveux vont s’unir à des métisses à Tananarive, métisses dont les pères ont fait partie des premiers colons installés à Madagascar. On dénombre d’autres unions similaires dans la famille élargie. Ainsi, un grand nombre des métisses épousant des Malgaches sont issues de mariages ou d’un concubinage durable entre des femmes malgaches et des Européens établis depuis les premiers temps de la colonisation à Madagascar. M. R., militaire malgache appelé à occuper de très hautes fonctions politiques après l’Indépendance, épouse ainsi la fille d’un colon français et d’une Malgache car la famille de cette dernière et la sienne sont en réalité affiliées64. N’est-ce pas là le signe manifeste d’une intrication profonde, intime et personnelle entre le monde des colonisateurs et celui des colonisés ?

Conclusion 

37Si le métissage est relativement courant à Madagascar, les unions entre Malgaches et Européennes sont peu fréquentes et considérées avec vigilance, circonspection et suspicion tant par la société que par les autorités coloniales. En Imerina, on peut distinguer essentiellement trois types d’unions qui, toutes, interrogent la catégorisation inhérente à la situation coloniale, ainsi que son inégalité. D’une part, on trouve des unions scellées en France, partiellement libérées des enjeux de hiérarchie de la colonie. Existent aussi des mariages entre Malgaches et « Européennes » qui attestent d’une certaine réussite sociale de ces hommes. Enfin, certaines unions sont le signe de la paupérisation d’Européens. Les deux derniers types d’unions, de loin les plus nombreux, témoignent de l’ancrage à Madagascar de certains Européens, tout autant que de stratégies plus ou moins volontaires d’utilisation de « l’étranger » dans des trajectoires sociales ascendantes de Malgaches.

38La constitution de liens intimes entre colonisateurs et colonisés ébranle l’ordre colonial, en interrogeant ce que signifie être français dans une colonie mais aussi les rapports entre les sexes. Les femmes, qu’elles soient européennes, créoles, malgaches, métisses, se trouvent alors au cœur des processus et stratégies de préservation des groupes, du maintien de l’ordre colonial. Elles sont pourtant peu visibles dans les sources. En particulier, dans les dossiers de citoyenneté, bien peu de renseignements sont consignés sur les Européennes, épouses de Malgaches, alors que c’est par elles que se transmet la citoyenneté, que ce soit à l’époux ou aux enfants nés de telles unions. Paradoxalement, alors que pour le législateur colonial, il ne fait aucun doute que les enfants métis nés d’un père malgache et d’une mère française sont citoyens français, la société, malgache tout autant qu’européenne, considère ces derniers comme malgaches65. Lorsque c’est le père qui est européen et la mère malgache, les trajectoires des enfants intègrent plus de variables et sont de fait plus diversifiées. Le sexe du parent européen s’avère ainsi déterminant dans les destins des enfants métis.

39Violaine Tisseau achève actuellement à l’Université Paris Diderot un doctorat d’histoire sur : « Métis et métissage, entre « Européens » et Malgaches, dans les Hautes Terres centrales de Madagascar, 19e – 20e siècles ». Elle est membre du Groupe de Recherche « Afrique Noire et Océan Indien » du laboratoire Sociétés en développement études transdisciplinaires (SEDET). Elle a publié « Les femmes métisses dans les Hautes Terres centrales de Madagascar, pendant la période coloniale », Cahiers du groupe Afrique Noire, Paris, Karthala - Laboratoire SEDET, n° 23, 2007, p. 97-117) et « Faire dialoguer les cultures à Madagascar aux 19ème et 20ème siècles. Couples mixtes et métis en Imerina. Le tombeau : enjeux et usages », Revue historique de l’Océan Indien, Saint-Denis de La Réunion, n° 5, 2009, pp 231-241.

Haut de page

Notes

1  Georges-Sully Chapus et Gustave Mondain, Rainilaiarivony, Un homme d’État malgache, Paris, Editions Diloutremer, 1953, p. 302.

2  Entretien avec Mme A. P.-R, 2003, Antananarivo et Le courrier de Madagascar, 26 octobre 1962.

3  Entretien avec Mme A. P.-R, 2003, Antananarivo et Le courrier de Madagascar, 26 octobre 1962.

4  Les Hautes Terres centrales de Madagascar correspondent grossièrement à l’ancienne région historique appelée l’Imerina. Ses habitants y sont principalement des Merina et s’y organisent statutairement entre Andriana (nobles), Hova (hommes libres) et Andevo (esclaves).

5  On a relevé très peu de travaux sur les Européens à Madagascar pendant la période coloniale : Noëlle Pasqualini, Etude démographique de la population française de Madagascar de 1915 à 1960, maîtrise, Aix-en-Provence, 1990 ; Sophie Romeuf-Salomone, Le pouvoir colonial et les communautés étrangères à Madagascar, 1896-1939, thèse de 3ème cycle, Aix-en-Provence, 1990 ; Sylviane Valvidia, La population française de Tananarive, 1896-1936, DEA, Paris I, 1992 ; Claude Bavoux, Les Réunionnais de Madagascar de 1880 à 1925, thèse nouveau régime, Paris VII-Denis Diderot, 1997 ; Simon Duteil, Enseignants coloniaux, Madagascar 1860-1960, thèse d’histoire, Le Havre, 2009 et « Partir et travailler dans le domaine colonial français. Enseignantes métropolitaines et réunionnaises à Madagascar (1896-1920) », Sextant, n° 25, 2008, p. 141-155.

6  Dominique Bois, Vazaha et autochtones sur la côte est de Madagascar. Médiations et métissages entre 1854 et 1885, thèse nouveau régime, Paris VII-Denis Diderot, 1996.

7  Statistiques générales, Gouvernement général de Madagascar et Dépendances, 1905 ; Archives de la République de Madagascar (ARM), Statistiques démographiques, n° 93, 1932 et Population de Madagascar au 1er janvier 1960, p. 7.

8  Simonis Francis, Des Français en Afrique : des « Européens » de la région de Segou : 1890-1962, thèse d’histoire, Université Paris VII-Denis Diderot, 1993, p. 449.

9  Pasqualini, ibid, tableau 33 (sans page).

10  Bavoux, Les Réunionnais de Madagascar de 1880 à 1925, op. cit.

11  ARM, Statistiques démographiques, n° 7, 1915.

12  ARM, Statistiques démographiques, n° 134, 1937.

13  ARM, DAP 752, Enquête sur les métis, 1938.

14  Ministère des Affaires Etrangères (MAE), Registres de l’Etat civil européen d’Antananarivo (1896-1933), Antsirabe, Ambatolampy et Manjakandriana (1896-1960).

15  Dès 1881, un état civil est mis en place ; cf. Eugène Thebault, Code des 305 Articles, Tananarive, Imprimerie officielle malgache, 1960.

16  ARM, Statistiques démographiques. A titre de comparaison, au Tonkin, dans les années 1930, elles représentent moins de 50 % des naissances de métis.

17  Si l’on compare avec la situation à Hanoï : entre 1900 et 1938, 228 mariages entre un homme de statut européen et une femme de statut indigène contre 9 mariages entre un homme de statut indigène et une femme européenne, in Pierre-Jean Simon, Rapatriés d’Indochine. Un village franco-indochinois en Bourbonnais, Paris, L’Harmattan, 1981, p. 74.

18  ARM, Statistiques démographiques. Les données disponibles ne concernent que la période 1904-1941 et connaissent parfois des écarts importants d’un dénombrement à l’autre, sans qu’il soit toujours possible de les expliquer. De plus, après la Seconde Guerre mondiale, les catégories des statistiques sont modifiées.

19  Journal Officiel de Madagascar (JOM) du 1er mai 1909, p. 278, décret du 3 mars 1909 fixant les conditions d’accession des indigènes de Madagascar aux droits de citoyen. Des décrets similaires sont promulgués dans les autres colonies françaises : en 1881 pour la Cochinchine, en 1887 pour l’Annam et le Tonkin, en 1912 en AOF et en AEF, en 1913, pour l’ensemble de l’Indochine, en 1921 en Océanie et enfin, en 1932 en Nouvelle-Calédonie. Cf. Charles Poirier, Manuel-formulaire théorique et pratique sur l’état-civil et la nationalité, Tananarive, Imprimerie Officielle, 1936.

20  cf. Francis Koerner, Madagascar : colonisation française et nationalisme malgache au XXe siècle, Paris, L’Harmattan, 1994, p.177-204 et Faranirina V. Rajaonah, Elites et notables malgaches à Antananarivo dans la première moitié du XXe siècle, thèse pour le doctorat, Université Lumière-Lyon 2, 1997.

21  Centre des Archives d’Outre-mer (CAOM), 6(10) D73, 1939. 

22  Entretien avec Mme T.R., née en 1928, en France, 2002.

23  CAOM, 6(10) D26, 1923; 6(10) D33, 1929; 6(10) D34, 1929; 6(10) D38, 1932; 6(10) D39, 1932; 6(10) D41, 1933.

24  Solofo Randrianja, Sociétés et luttes coloniales à Madagascar (1896-1946), Paris, Karthala, 2001, p. 190 ; Faranirina Rajaonah, « Etre étudiant en métropole à l’avènement de l’indépendance : l’Association des Etudiants d’origine malgache de 1947 à 1960 », Afrika Zamani, n°13-14, 2005-2006, p. 1-22 ; Chantal Valensky, Le soldat occulté. Les Malgaches de l’Armée française, 1884-1920, Paris, L’Harmattan, 1995.

25  Catherine Missonier, Le Goût de la Mangue, Paris, Editions Thierry Magnier, 2006. On retrouve des éléments similaires dans Christiane Fournier, Homme jaune et femme blanche, Paris, L’Harmattan, 2008 (1933) ou encore, au Sénégal,  Mariama Bâ, Un chant écarlate, Dakar, Les Nouvelles Editions Africaines, 1981.

26  Rajaonah, Elites et notables malgaches… op. cit. p.882-893 et p. 919-939.

27  Georges Lejamble, Les coloniaux, Tananarive, Imprimerie de Madagascar, 1990 suivi de Les chênes de la place Colbert, Tananarive, Imprimerie de Madagascar, 1991.

28  Christian Dumoux, Une enfance malgache, Paris, L’Harmattan, 2005.

29  MAE, Registres de l’état civil européen de Manjakandriana, 1896-1960.

30  Nivoelisoa Galibert Ratsiorimihamina, Madagascar dans la littérature française de 1558 à 1990, Contribution à l'étude de l'exotisme, tome 1 de sa thèse soutenue à l'Université Paris Nord, 1995, Septentrion, Presses de l'ANRT, 1997 ;  Alain Tirefort, « Femmes et métisses malgaches dans la trilogie de Charles Renel. Le Décivilisé (1923), La Fille de l’île rouge (1924), L’Oncle d’Afrique (1926) », in Jacques Weber, Littérature et histoire coloniale, Paris, Les Indes Savantes, 2005, p. 233-252.

31  ARM, série H, Service de santé ; CAOM, Série Santé, 5(5) D1 à 5(5) 56, 1896-1947.

32  Yvan-Georges Paillard, Jean Boutonne, « Espoirs et déboires de l’immigration européenne à Madagascar sous Galliéni : l’expérience de la colonisation militaire », Revue Française d’Histoire d’Outre-Mer, n° 240, 3e trimestre, 1978, p. 333-351.

33  Nous n’avons trouvé que deux romans traitant de cette question à Madagascar : Eugène Duliscouet, A la Belle Flore. Amours malgaches, Bordeaux, Editions Delmas, 1935 et Catherine Missonnier, Le Goût de la Mangue, op. cit. Les thèmes qui y sont soulevés sont ceux que l’on retrouve pour d’autres espaces coloniaux. Voir par exemple Mariama Ba, Un chant écarlate, op. cit. ou Christiane Fournier, Homme jaune, Femme blanche, op. cit.

34  Missonier, op. cit.

35  Entretiens avec Mme A. P.-R, 2003,  Antananarivo, M. C. Rana, Antananarivo, 2000 et 2003, et Mme C.V., Antananarivo, 2003.

36  Charles Poirier, Manuel, op. cit., chapitre IX.

37  Patrick Weil, Qu’est-ce qu’un Français ?, Paris, Gallimard, 2004, p. 316-320.

38  Florence Renucci, « Le juge et les unions mixtes (colonies françaises et italiennes, fin du XIXe siècle-1945) » Le Juge et l’outre-mer, tome III : Médée ou les impératifs du choix, 2007, p. 89-106.

39  Lauro, Coloniaux, Ménagères et prostituées… op. cit. p. 120-140.

40  Renucci, « Le juge…. », art. cit., p. 99-106.

41  CAOM, 6(10) D6

42  CAOM, fm, sg, mad, c325, d843 et CAOM, 6(10) D4, circulaire ministérielle en date du 26 juillet 1917.

43  CAOM, fm, sg, mad, c325, d843, Lettre du Ministre des colonies à M. le gouverneur général de Madagascar, 8 janvier 1929, objet : unions de militaires malgaches avec des femmes européennes.

44  CAOM, PT 161, 1947.

45  CAOM, 6(10) D71, 1939.

46  CAOM, 6(10) D 33, 1929, Dossier de naturalisation de R. J. dit Daniel : lettre de l’administrateur-maire de Tananarive au gouverneur général, le 28.12.1926.

47  Françoise Raison-Jourde, Bible et pouvoir à Madagascar, Paris, Karthala, 1991.

48  Rajaonah, Elites et notables malgaches…, op. cit.

49  JOM, 30.04.1938, p. 447-448 : décret du 7.04.1938 déterminant les conditions dans lesquelles les indigènes de Madagascar et Dépendances, sujets français, peuvent obtenir ou obtiennent de plein droit, sur leur demande, la qualité de citoyen français.

50  CAOM, 6(10) D2, Penant, mai-juin n° 630-631, 1955, p. 170.

51  Ann Laura Stoler, « Sexual affronts and racial frontiers: European identities and the cultural politics of exclusion in Colonial Southeast Asia », in Cooper et Stoler, Tensions of Empire, op. cit., p. 219.

52  JOM du 19 septembre 1931, p. 901, Décret du 21 juillet 1931 réglementant dans la colonie de Madagascar et dépendances les conditions d’accession des métis à la qualité de citoyen français. Des décrets similaires ont été promulgués dans les autres colonies françaises, en 1928 en Indochine, en 1930 en AOF, en 1933 en Nouvelle-Calédonie et dans les Terres Françaises de l’Océanie. Pour plus de détails sur ces textes, cf. Saada, Les Enfants de la colonie, op. cit.

53  CAM, 6(10) D43, 1935.

54  Cf. par exemple, Weil, Qu’est-ce qu’un Français ?… op. cit.

55  CAOM, 6(10) D33, 1929

56  Emmanuelle Saada, La « Question des métis » dans les colonies françaises. Socio-histoire d’une catégorie juridique (Indochine et autres territoires de l’Empire français ; années 1890-années 1950), thèse pour le doctorat en sociologie, EHESS, Paris, 2001, p. 595.

57  CAOM, 6(10) D61, 1930 et 6(10) D65, 1935.

58  CAOM, 3D 251, Lettre de R. à Monsieur L. Réallon, gouverneur des colonies, secrétaire général, sous couvert de son chef de cabinet, 15 juillet 1937, Tananarive.

59  Le Courrier de Madagascar, 1962 et entretiens avec M. C. Rana, un de ses fils, en 2000 et 2003 à Antananarivo et avec Mme A. P-R, une de ses petites-filles, en 2004 à Antananarivo.

60  CAOM, 3D 251.

61  Rajaonah, Elites et notables malgaches, op.cit., p. 762.

62  Le Courrier de Madagascar, 1962.

63  Entretien avec M. C. Rana., Antananarivo, 2000 et 2003. 

64  Entretien avec M. Raman., en France, 2002.

65  Enquêtes à Ambodifahitra, 2003. Alors que je savais que plusieurs hommes de ce village avaient épousé des Européennes, on ne m’a désigné aucun de leurs descendants comme métis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Violaine Tisseau, « Quand l’intime défie l’ordre colonial - Les couples de Malgaches et d'Européennes en Imerina (Hautes Terres centrales de Madagascar) de 1896 à 1960. », Genre & Histoire [En ligne], 7 | Automne 2010, mis en ligne le 13 janvier 2011, consulté le 25 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1063

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page