Navigation – Plan du site
Articles

Du féminin dans les discours militaires au XVIIIe siècle

Naoko Seriu

Résumés

Inventer une nouvelle figure du soldat est un enjeu des réformes militaires dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Répondant à la volonté réformatrice des ministres, les officiers rédigent des mémoires sur ce que doit être l'homme de troupe. En marge de ces écrits, apparaissent des propos qui condamnent sévèrement les femmes, considérées comme ennemies de la discipline. La figure féminine peut également servir à stigmatiser les soldats indignes qu'il conviendrait d'habiller en femme. En faisant écho au débat sur le luxe, les officiers produisent un discours qui dévalorise les femmes, séparées d'emblée du reste de l'humanité. Si telle est la configuration qui ressort du discours, qu'en est-il des pratiques ? A travers l'analyse de quelques récits de vie militaire - émanant d'officiers et soldats - il est question de montrer comment cette catégorisation fonctionne d'une manière opératoire, l'évocation seule des femmes pouvant assurer la cohésion de cette société d'hommes.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIIIe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cynthia ENLOE, The International Politics of Militarizing Women’s Lives, Berkeley, University of C (...)
  • 2  Les questions abordées dans cet article ont fait l’objet d’une communication dans le cadre des jou (...)
  • 3  Claudia OPITZ-BELAKHAL, Militärreformen zwischen Bürokratisierung und Adelsreaktion, Sigmaringen, (...)
  • 4  A propos de l’armée de l’Ancien Régime, les chiffres demeurent sujets à caution, un écart existant (...)
  • 5  André CORVISIER, L’armée française de la fin du XVIIe siècle au ministère de Choiseul. Le soldat, (...)

1Il est arrivé que l’armée produise des discours sur la différence des sexes : ce constat peut inciter à conduire de nouvelles recherches, tant il est vrai que celles-ci sont encore peu nombreuses sur ce sujet1. S’inscrivant dans cette perspective, cet article s’attache à un temps et à un objet précis : l’armée française dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, en particulier, dans le contexte de la crise qui suit la défaite de la guerre de Sept Ans (1756-1763)2. Confrontée alors à la supériorité prussienne, l’institution se lance dans un mouvement de réformes sous l’impulsion de ministres éclairés3 ; à l’intention de ces derniers, les officiers écrivent mémoires et projets, manifestent à leur tour des désirs de changement et de progrès. La tâche n’est pas aisée : la désertion, le recrutement forcé, l’indiscipline sont constitutifs de cette société militaire, dont les effectifs au XVIIIe siècle oscillent, en théorie, entre 130.000 et 390.000 personnes4, qui sont issues majoritairement des milieux populaires5.

2Que faire de cette masse disparate d’individus qui sont devenus soldats souvent sans avoir de vocation militaire, forcés qu’ils étaient par la misère ou par la ruse des recruteurs ? La discipline paraît être au centre des préoccupations des élites militaires, qui sont convaincues qu’elles doivent transformer des « paysans » en soldats. Au-delà de la question technique, leur réflexion envisage une révision radicale de ce que doit être un guerrier : ses mœurs, ses vertus, ses attributs physiques sont discutés par les officiers qui cherchent à le définir.

  • 6  John LYNN, op. cit., pp. 337-346. Sur les femmes-soldats, voir Sylvie STEINBERG, La confusion des (...)
  • 7  Cette problématique est développée par Sabina LORIGA, Soldats. Un laboratoire disciplinaire : l'ar (...)

3En marge de ces écrits, les propos à l’encontre des femmes font une soudaine et curieuse apparition. Comment ces évocations trouvent-elles leur place dans les discours des militaires ? L’interrogation mérite d’autant plus d’être posée qu’il est courant de souligner la présence des femmes au sein de l’armée de l’Ancien Régime où femmes-soldats, vivandières, épouses de soldats, prostituées se mêlent aux combattants-hommes6. Si ces pratiques illustrent l’impossible séparation des sexes, et si les hommes et les femmes, s’accommodant des contraintes, arrivent à aménager un espace de vie dans cette institution "poreuse"7, l’armée est également un lieu où se développe un système de valeurs et de catégorisation fondé sur la différence des sexes.

  • 8  Nombre de ces mémoires, dont le nom de l’auteur ainsi que la date peuvent être perdus, sont conser (...)
  • 9  C’est dans les interrogatoires de déserteurs par la maréchaussée que l’on peut retrouver les mots (...)

4Sources exceptionnelles, les mémoires d’officiers nous renseignent sur le mouvement d’opinion au sein de l’institution militaire dans la seconde moitié du XVIIIe siècle8. En envoyant ces écrits, les officiers répondent à la volonté réformatrice de l’autorité qui souhaite recueillir avis et informations de la part de ses cadres. Pour certains d’entre eux, disserter sur les problèmes de l’armée nécessitait d’évoquer les « femmes ». Ces énoncés qui ne sont ni anodins, ni dus au hasard, relèvent d’un consensus que ces officiers pouvaient évoquer face au ministre dont ils espèrent obtenir une écoute favorable, voire une récompense. Ainsi dans ces textes, il convient tout d’abord de discerner le regard que porte l’institution sur les femmes, sujet apparemment éloigné des préoccupations militaires. Puis, l’analyse s’élargira à un contexte culturel plus large dans lequel sont inscrits ces militaires, souvent de noblesse d’épée, qui traversent à leur manière l’effervescence de l’esprit des Lumières. Enfin, des témoignages d’officiers mais aussi de soldats permettront d’aborder quelques moments où le discours sur les femmes se distingue particulièrement, donnant forme à des expériences concrètes9. Ecrire un récit de vie, fixer des souvenirs sur le papier est courant chez les élites militaires. Cela n’est pas le cas pour les hommes de troupe. Ce sont les archives judiciaires, en l’occurrence les interrogatoires de déserteurs par la maréchaussée, qui nous donnent accès à leurs paroles. En combinant ces différentes sources, et en intégrant ces rares et précieuses traces orales provenant des simples soldats, nous avons voulu sortir de l’ordre du discours et de la représentation dont l’analyse ne peut se substituer à l’étude des pratiques.

Comment dans leurs écrits, les élites militaires utilisent-elles la figure du féminin ?

  • 10  SHD, 1M 1711 : Notes sur l’infanterie, 1769, p. 15 sq.
  • 11  Cf. Yves-Marie BERCE, Fête et Révolte. Des mentalités populaires du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, (...)
  • 12  SHD, 1M 1709 : Réflexions militaires, p. 48.

5Le discours sur les femmes est mobilisé dans deux directions. La première consiste à disqualifier une partie des soldats en les assimilant aux femmes. On relève, par exemple, quelques propositions de punitions, qui recommandent que les soldats fautifs soient revêtus d’un habit de femme. Un officier qui se veut fidèle à l’esprit de Beccaria en préconisant  des punitions légères mais efficaces, écrit : « Le négligeant sous les armes sera exercé matin et soir ; le parleur aura un bâillon à la bouche (…) le lâche sera couvert d’une jupe de femme »10. Ici, le travestissement est investi d’une signification précise : la lâcheté dont un homme peut faire preuve est identifiée comme un trait proprement féminin. Alors que dans la culture populaire le travestissement – lors d’un carnaval ou d’une révolte – permet aux hommes et à la communauté de sortir de l’ordre quotidien11, la jupe utilisée pour couvrir l’homme qui serait puni est conçue comme un moyen de l’exclure du groupe des hommes que sont les soldats. Dans la même optique, l’auteur des Réflexions militaires retient, parmi les usages de l’Antiquité, celui d’exposer « les poltrons » « dans la rue du camp appelée principia, avec leur ceinture détachée et dans une posture molle et efféminée », ou encore celui de mettre en vue les déserteurs sur la place publique « vêtus de robe de femme »12. Le but affiché est de « faire revenir le courage par cette honte », et l’auteur fait un double parallèle entre la honte, la mollesse et « la femme » d’un côté, et le « courage », la fermeté, et l’homme, de l’autre.

  • 13  SHD, 1M 1703 : Montaut, Réflexions sur la manière de former de bons soldats d’infanterie, 1747, p. (...)

6Intéressante également est l’utilisation de l’adjectif « efféminé » qui apparaît sans explication dans ce schéma binaire. Le même auteur méditant sur la défaite finale d’Hannibal  affirme : « Son armée invincible oublie dans l’oisiveté l’art de vaincre. La discipline la plus rigide fait place à la volupté et l’intempérance. Ses soldats vainqueurs des Romains accoutumés à une vie dure et pénible, capable des plus grandes entreprises ne sont plus que des hommes efféminés par la débauche ». Une série de vices qui auraient touché la troupe sont imputés aux femmes dont la fréquentation transforme les hommes en femmes. La même association d’idées se fait jour sous la plume de Montaut, capitaine aide-major, dissertant sur le choix des hommes à recruter. S’il faut, selon ses propos, avant tout chercher des hommes « robustes et courageux », ces qualités se repèrent, entre autres, par la profession exercée avant le recrutement : « Ceux qui par leur état sont obligés à une vie dure et pénible sont ordinairement d’une complexion plus vigoureuse que ceux qui font des métiers mous et efféminés, où le corps ne fait point d’exercice. C’est pour cette raison qu’il faut préférer les chasseurs, les forgerons, les bouchers, les colporteurs, les maçons, les couvreurs (…) »13. Le corps qui n’est pas sollicité par un travail physique est renvoyé du côté de la mollesse et du féminin. Le corps de l’homme du peuple, à la condition qu’il soit formé par la dureté de son travail, se trouve valorisé par les élites, qui y voient la marque de la vigueur masculine.

7Tout en restant à l’intérieur de ce postulat, l’auteur note : « Il est bon cependant d’avoir par compagnie un frater, un tailleur, et jamais plus d’un homme marié dont la femme blanchisse et raccommode le linge des soldats, et leur vende de l’eau-de-vie et des légumes ». Les métiers peu physiques mais indispensables, comme ceux de frater, c’est-à-dire de barbier, ou de tailleur, méritent une dérogation qu’il convient de signaler. Encore plus problématique, la présence des épouses de soldats fait l’objet de restrictions, et cela va de pair avec la définition du rôle des femmes au sein de l’armée.

  • 14  SHD, 1M 1708 : Barisien de Marne, Différentes réflexions morales et militaires, 1756, p. 13.

8A côté de ces propositions qui cherchent à stigmatiser une partie des hommes en les renvoyant du côté des femmes, il est des propos sur les femmes elles-mêmes, deuxième thème abordé dans ces mémoires. Sous la plume des officiers on aperçoit alors la volonté de définir cet objet, et leur discours s’énonce comme vérités d’ordre général. Barisien de Marne, capitaine, affirme : « La société des femmes, quoique désirable, est d’un commerce dangereux il faut pour la rendre agréable et profiter de tout l’avantage qu’on peut en tirer ne s’y livrer qu’avec beaucoup de ménagement, c’est un sexe, dont la pénétration vive, et traîtreuse, est redoutable »14. A la fois indispensables et dangereuses, les femmes sont considérées sous deux angles, un côté positif du fait des plaisirs qu’elles peuvent procurer et dont on se doit de profiter, et un côté dangereux qu’il faut rejeter. Réduites à un « sexe », « les femmes » sont désignées comme une catégorie spécifique, séparée de la totalité que représentent implicitement les hommes ; pour eux, elles constituent une matière dangereuse, susceptible de pénétrer à l’intérieur de l’individu masculin. De ce constat, s’ensuit la dénonciation : « C’est souvent par son indiscrétion que sa réputation est ternie, et souvent celle des hommes, endommagée, ils ne peuvent donc être trop circonspects dans leur conduite vis-à-vis des femmes, et ne doivent jamais cesser d’être en garde, contre les différents écueils, qui sont ordinairement la suite de l’ivresse, dans laquelle elles sont particulièrement occupées de les plonger ; leur cœur est semblable à un vaisseau agité par l’impétuosité d’une mer orageuse, la vanité et l’intérêt sont les pilotes qui le gouvernent ». Dans cette représentation, les femmes sont habiles et puissantes : parole, ruse, passion, calculs apparaissent comme des traits attribués collectivement. Face à elles, les hommes sont censés ne pas avoir d’autre choix que d’être victimes, à défaut d’être vigilants.

  • 15  SHAT 1M 1786 : Discipline, p. 29.  
  • 16  Sur l’absorption des maigres ressources du soldat par les dépenses de première nécessité et d’entr (...)

9Débordant elles-mêmes d’émotion, les femmes capables de transmettre ce vice aux hommes deviennent dès lors les ennemies de l’ordre militaire. « La passion effrénée des femmes » intéresse l’institution parce qu’elle entraîne « l’oubli du devoir ». La condamnation est également péremptoire de la part de l’officier écrivant en 1776, un mémoire intitulé Discipline15. Selon cet auteur aujourd’hui anonyme, la cause de la corruption des mœurs est double « 1°) l’introduction du luxe qui divise bientôt toutes nos affections aiguise nos désirs, accroît nos besoins et multiplie nos intérêts personnels, ce sentiment toujours exclusif ouvre la porte à la mollesse et dégoûte conséquemment d’un métier absolument incompatible avec elle (…) ; 2°) la corruption des femmes à qui quelques étourdis donnent un ton de séduction et de coquetterie, fléau inévitable des bonnes mœurs ». Du luxe, en passant par la mollesse, à la séduction, et aux femmes, l’association, qui coule de source, ne renvoie pas à la réalité de la vie des soldats qui est marquée par toutes sortes de carences16.

De la théorie du luxe à celle de « la nation efféminée »

  • 17  Renato GALLIANI, Rousseau, le luxe et l’idéologie nobiliaire, Oxford, Voltaire Foundation, 1989.
  • 18  John SHOVLIN, « The cultural politics of Luxury in Eighteenth-Century France », French Historical (...)
  • 19  Ibid., p. 579. Diffusé dans la société, le débat sur le luxe trouve bien d’autres opposants. En té (...)

10Le discours que déploie ce défenseur de la discipline se rapporte ici à une question qui a divisé la noblesse, à savoir le luxe17. Concernant ce débat qui a également une portée philosophique, une reconfiguration s’opère au siècle des Lumières : alors qu’au XVIIe siècle, sa condamnation est dirigée contre l’imitation et l’usurpation de l’apparat et du faste par les non nobles, au XVIIIe siècle la nouvelle critique du luxe se mobilise contre toute forme de consommation spectaculaire18. La richesse opérant un partage dans le second ordre, la noblesse désargentée s’oppose à la noblesse de cour et à la haute bourgeoisie financière, dont l’anoblissement rajoute un surcroît de division à l’intérieur des élites. La noblesse provinciale, pauvre et militaire, apparaît alors comme un des principaux vecteurs de la propagation du discours contre le luxe19, qui porte tour à tour l’accusation contre la frivolité, le plaisir, la débauche, et enfin « les femmes ».

  • 20  Cf. Giuseppe BARBINI, « "Le luxe détruit-il les mœurs et les empires ?" Concorso indetto nel 1782 (...)
  • 21  Louis GENTY, Discours sur le luxe, qui a remporté le prix d’éloquence à l’Académie des sciences, b (...)
  • 22  Ibid., p. 47.
  • 23  Ibid., p. 48.
  • 24  Arlette FARGE, La vie fragile, Paris, Hachette, 1986, pp. 218-223.

11Sur ce dernier sujet, citons l’abbé Louis Genty, adversaire du luxe, qui a gagné le prix d’éloquence de l’Académie des Sciences de Besançon en 178220 avec ce sujet évocateur : « Le luxe détruit-il les mœurs et les empires ? ». Sous la plume de Genty, la femme est l’incarnation de la corruption du luxe, lequel aurait tant transformé « cette douce & aimable compagne de la vertu » en lui inspirant « une pudeur fausse et mensongère, qui n’est en effet que le raffinement du vice & de la volupté »21. Mais ce malheur de la chute féminine ne se retourne pas seulement contre les femmes. Dans la continuité de l’image biblique de la faute d’Eve, l’abbé se lamente : « Plût à Dieu cependant que les femmes, en perdant l’honneur, ne conservassent plus aucun ascendant sur le cœur de l’homme ! mais elles nous enivreront de plaisirs pour nous faire oublier nos devoirs ; elles nous dégraderont & nous rendront semblables à elles-mêmes pour triompher encore & nous retenir dans leurs chaînes. Voilà sans doute le dernier degré d’avilissement où l’homme puisse être réduit »22. La fréquentation des femmes tournerait les hommes en femmes : si le mot n’est pas dit, la crainte de l’effémination est exprimée comme ultime méfait du luxe. Du reste, l’évocation sombre du devenir de l’humanité va de pair avec la condamnation de la cruauté féminine : « On épuisera toutes les formes pour faire naître des sensations nouvelles, & les femmes, uniquement tourmentées du besoin d’éprouver des émotions fortes deviendront avides des spectacles les plus atroces et les plus révoltants23 ». Force est alors de parler de l’engouement féminin pour les combats mortels de l’Antiquité et de leur goût, contemporain, pour les exécutions capitales ; ce lieu commun que bien des hommes se plaisent à évoquer24, trouve sa place dans la critique du luxe, phénomène socio-économique qui touche à la fois hommes et femmes.

  • 25  Pierre RETAT, « Luxe », Dix-huitième siècle, n° 26, 1994, pp. 79-88.
  • 26  Arlette FARGE, Le miroir des femmes, textes de la Bibliothèque bleue, Paris, Montalba, 1982.
  • 27  Carolyne LOUGEE, Le Paradis des Femmes. Women, salons, and social stratification in seventeenth-ce (...)
  • 28  Sarah Maza, Vies privées, affaires publiques. Les causes célèbres de la France prérévolutionnaire, (...)

12Alors qu’on voit se multiplier les opinions en faveur du luxe, fondées soit sur la légitimation du bonheur terrestre,  soit  sur l’évacuation de la question morale25, pour ceux qui mènent toujours une guerre morale, « les femmes » s’offrent d’autant plus à la condamnation que bien des lieux communs sont largement véhiculés26. Le monde aristocratique, notamment, s’illustre par sa production active, s’agissant, par exemple, de la condamnation des salons qui au XVIIe siècle avait pris pour cible la domination des femmes, censées rendre la nation efféminée, et causer la corruption de la société d’en-haut27. En faisant écho à ces discours misogynes, dans les années 1780, les pamphlétaires, le regard fixé sur la haute société, développeront rétrospectivement les mêmes thématiques contre le pouvoir des femmes, qu’auraient alors incarné les maîtresses du défunt roi, Louis XV28. La réflexion des officiers peut donc s’élaborer non à partir de l’observation de la vie des soldats, mais à partir d’une opinion formée par rapport au monde du pouvoir.

  • 29  Renato GALLIANI souligne l’importance de la vigueur du corps comme vertu nobiliaire (op. cit., p. (...)
  • 30  Arlette FARGE, Effusion et tourment, le récit des corps : Histoire du peuple au XVIIIe siècle, Par (...)
  • 31  SHD, 1M 1786 : Baron d’AIGALLIERS, Discours aux soldats François, 1773, p. 21.
  • 32  D’après l’analyse de 900 interrogatoires de déserteurs arrêtés  par la maréchaussée au XVIIIe sièc (...)

13A la lumière des propos sur le luxe, l’apparence féminine imposée à l’homme lâche évoquée plus haut semble refléter ce souci nobiliaire de s’affirmer comme « mâle », non « efféminé ». C’est davantage la valeur élitaire qui motive cette suggestion de punir en recourant au travestissement, et, surtout, qui impose une signification négative au corps languissant, qui n’a pas été fortifié par un entraînement physique29. La question de la déliquescence physique ne se pose pas pour les gens des milieux populaires où le corps est obligatoirement mobilisé pour la survie30. A travers ce discours contre « les femmes », les officiers appliquent leur vision du monde à leurs subordonnés, alors qu’il leur est difficile de la faire respecter par les acteurs des plaisirs mondains, riches et puissants. Le baron d’Aigallier, capitaine aide-major au régiment de Forez rédige dans cette optique le Discours aux soldats François31 qu’il dit avoir lu devant les hommes de troupe rassemblés, et dont il recommande, auprès du ministre, l’usage dans d’autres régiments. Son but est de persuader les soldats « qu’on se prépare un avenir heureux, en servant avec fidélité », et de les dissuader de déserter. Après avoir énuméré les avantages de la vie militaire, il en vient au conseil suivant : « Il est encore quelques vices presque aussi haïssables en eux-mêmes, qui si vous ne prenniez le plus grand soin de vous en garantir, pourroient malgré vos bonnes résolutions vous conduire à la désertion, les trois principaux sont les jeux, le vin, et les femmes ». Parmi ces vices tenus pour des causes de désertion, la fréquentation des femmes est le plus redoutable : « L’amour des femmes qui ruine bien plus sûrement que le jeu et le vin, expose encore la santé et peut également engager à déserter, parce que les passions aveuglent l’esprit et troublent la raison comme le vin, avec cette différence que l’yvresse se dissipe du moins en dormant au lieu qu’un amour déraisonné nous suit partout et prend de nouvelles forces d’un jour à l’autre. Un homme qui a donné ses affections à une femme, n’a plus d’empire sur lui-même. Quoi qu’elle exige de lui, il est prêt à l’entreprendre, et pour la suivre il ne craindrait pas de se livrer aux plus grands dangers ». Boire et jouer : ces formes de sociabilités, banales pour les soldats, sont présentées par l’officier comme s’il s’agissait d’un luxe excessif. Le discours contre les femmes, qui constituent la tentation suprême, est adopté également pour décrire la conduite des soldats et pour expliquer la désertion : alors qu’elle est en fait une expression de la mauvaise condition des soldats, la désertion est imputée à la « passion » individuelle du soldat, qui est sollicité extérieurement par les femmes32.

  • 33  Encyclopédie méthodique. Art militaire, Paris, Panckoucke, t. 4, 1797, pp. 333-335.

14Qu’il y ait un article « femmes » dans l’Encyclopédie méthodique sur l’art militaire témoigne en soi du regard spécifique que l’institution leur porte33. S’interrogeant sur « les effets actuels de l’amour des femmes sur nos guerriers », l’article, divisé en quatre parties, commence par le sommet de l’armée, par les généraux, qui deviennent esclaves de l’amour pour le plus grand malheur du peuple. Concernant « l’empire de l’amour » sur les officiers subalternes, on lit – à l’instar du discours destiné au soldat – qu’« il ruine les forces & la santé de celui qu’il domine, il lui fait oublier ou négliger ses devoirs ; il lui ravit sa liberté, altère sa fortune, flétrit sa réputation, corrompt presque toujours, par la force de l’exemple, les subordonnés de celui qui y est en proie ». Arrivent ensuite les gouverneurs et les généraux romains qui emmenaient leurs femmes en campagne. La sagesse du Sénat romain le conduisait à proscrire cette présence des femmes à leur côté : « Elles nuisent par leur luxe pendant la paix, & par leurs frayeurs pendant la guerre (…) ce sexe, par son ambition, sa cruauté, sa faiblesse est toujours la cause de l’indiscipline & des concussions ». Sur un ton de dénonciation radicale, une parenthèse s’ouvre pourtant sur l’utilité des femmes dans les villes assiégées : « Elles peuvent, fussent-elles dénuées de courage, soigner les malades & les blessés, porter aux brêches des vivres des rafraîssements & des munitions de guerre ; tel est l’emploi auquel on peut les destiner, & auquel on les a employées toujours avec succès ». Enfin, on évoque les « femmes débauchées à l’usage du soldat » ; si pour les généraux et les officiers, les femmes doivent être écartées, la présence des « femmes débauchées » est considérée comme un mal nécessaire qu’il est inutile d’éradiquer par des mesures répressives. Le problème n’est plus posé en termes d’amour mais de « mal vénérien ». Proposition est faite en conclusion de ce long article que l’on puisse enfermer et soigner les femmes atteintes, ce qui reviendrait à canaliser, plus qu’à exclure, la présence des femmes au sein de l’armée. Sous cette dénomination sont regroupées des personnes d’horizons sociaux et de statuts différents, des maîtresses des généraux aux cantinières. Face à cet élément, les hommes forment d’emblée une unité évidente, permettant un rapprochement artificiel des expériences des soldats et des généraux, tous victimes des femmes. La pensée militaire est un moment où s’impose la division entre l’homme et la femme, donnant le pas à cette classification.

Une société d’hommes traversée par les symboles féminins

15Après avoir examiné des discours provenant des élites sur les femmes, il est intéressant d’interroger leurs effets sur le réel. Pour cela, il convient d’introduire des témoignages qui cherchent à décrire des événements concrets de la vie militaire. Comment la vision des femmes présente dans ces écrits fait-elle écho aux mots de ceux qui cherchent à faire comprendre leur expérience ? Les propos d’officiers qui décrivent leur vie d’une part, et de soldats s’exprimant devant la justice d’autre part, sont des sources qui permettent d’apporter des éléments de réponse.

Formation d’un consensus masculin autour d’un châtiment destiné aux soldats : les coups de plat de sabre

  • 34  Cela n’a rien d’étonnant : quelques mois après l’abolition de la peine de mort contre les déserteu (...)
  • 35  Louis-Philippe SEGUR (comte de), Mémoires ou souvenirs et anecdotes, Paris, Eymery, 1825, t. I, p. (...)

16C’est l’ordonnance royale du 25 mars 1776 qui institue ce châtiment corporel pour les fautes légères, qui précédemment étaient punies de peines d’emprisonnement, jugées nuisibles pour la santé des soldats. Pourtant, flagrante est la brutalité de cette nouvelle mesure qui consiste à frapper un homme avec le côté plat d’un sabre, avec force, jusqu’à 25 voire 50 fois : le corps est à coup sûr humilié, et surtout meurtri. Présentée comme une mode prussienne, l’innovation du comte de Saint-Germain, alors ministre de la Guerre, suscite des remous au sein de l’armée, mais aussi de vives réactions en dehors34. Le célèbre passage des Mémoires du comte de Ségur rend compte de cette atmosphère singulière : « Lorsque parut une ordonnance de M. de Saint-Germain, qui changeait la discipline et infligeait aux soldats français le châtiment des coups de plat de sabre, la Cour, la ville et l’armée disputaient avec acharnement pour et contre cette innovation : les uns la vantaient, les autres la blâmaient avec emportement : le bourgeois, le militaire, les abbés, les femmes mêmes, chacun dissertait et controversait sur cet objet »35. Parlant de l’agitation de l’opinion, Ségur porte son regard sur la haute société parisienne, et fait ressortir ce groupe qu’il nomme « les femmes mêmes ». Ajouté à la fin de la phrase pour souligner l’ampleur du mouvement d’opinion, ce dernier mot exprime le point de vue de Ségur qui veut nier l’importance et la légitimité de l’opinion des « femmes » qui sont présentes dans les milieux éclairés, et dominent même en maîtresses les salons.  

  • 36  Mémoires du duc Des Cars, Paris, Plon, 1890, t. I, p. 144.

17Prenant parole et position sur un sujet politique, « les femmes » qui se détachent de la scène ne laissent pas indifférents bien des hommes : comme pour neutraliser leur avis, il faut les enfermer dans un réseau de commentaires et de significations. Les “observateurs” masculins, militaires, excellent dans ce jeu, alors que, par leur fonction, ce sont eux qui ont affaire avec l’exécution de cette mesure disciplinaire si polémique et dont l’application généralisée n’allait pas de soi. Citons un passage des Mémoires du duc des Cars concernant cette punition attribuée à Saint-Germain : « Son ordonnance de discipline excita de nombreux murmures dans l’armée, comme elle en avait excité dans les sociétés de Paris. Les femmes montèrent la tête des jeunes gens et de beaucoup de colonels contre la punition des coups de plat de sabre prescrite par cette ordonnance ; il en résulta de nombreux actes d’insubordination et deux disciplines au lieu d’une »36. Dans ce discours, les réactions contre la loi sont d’emblée sous-estimées, car elles sont ramenées à des « murmures », ou à des coups de tête des jeunes militaires influencés par « les femmes ». Ces dernières sont également tenues pour responsables de l’« insubordination » des officiers et colonels, fréquentant les salons, qui servent de passerelle entre les milieux éclairés et l’armée. Que les femmes aient du pouvoir sur les hommes, leur faisant oublier leur devoir est une idée ici sous-jacente et qui correspond au discours militaire étudié plus haut.

  • 37  Il lui aurait répondu par écrit : « Obéissons donc, mon cher chevalier, puisqu’il le faut (…) », ((...)
  • 38  Ibid., p. 150.

18Rejeter la responsabilité des individus masculins sur les « femmes » : cette stratégie se confirme dans la suite des Mémoires laissées par cet officier, alors mestre du camp lieutenant qui exerçait le commandement du régiment d’Artois en l’absence du comte d’Artois, qui demeure au loin, près de la Cour. En rapportant le désaccord survenu avec ce dernier qui, dès la publication de l’ordonnance, lui avait envoyé une lettre interdisant le nouveau châtiment dans son régiment, l’ancien mestre de camp lieutenant affirme ne pas en avoir tenu compte. Il écartera la réticence du comte comme venant de « la société qui l’avait conseillée à un jeune prince vif », et répondra simplement ne pas pouvoir « éluder une ordonnance du roi ». Le comte d’Artois, qui s’était pourtant félicité de sa décision face « aux femmes de sa société », acquiescera sur le champ37, et plus tard le remerciera de l’avoir ramené à la raison : alors que « les femmes » peuvent l’égarer, un autre homme peut renverser le mouvement. Lorsque les deux hommes se retrouvèrent après cette péripétie, se souvient le duc des Cars : « Je fus reçu avec toutes les grâces de la plus tendre amitié. Le prince m’avoua, sans déguisement et sans peine, sa faute d’avoir cédé à une impulsion de société, et surtout de société des femmes »38. Les deux hommes disposent d’un moyen efficace de canaliser une réalité dérangeante. L’évocation des femmes permet au comte de ne pas assumer son comportement d’insubordination et de renouer avec son interlocuteur, masculin : le consensus et « l’amitié » entre hommes se construisent à partir de la stigmatisation verbale de l’autre sexe. Ces hommes parviennent à évacuer un épisode conflictuel en l’imputant aux femmes, lesquelles, absentes, sont indispensables à la société des hommes.

Conséquences de la vie militaire sur les hommes de troupe

  • 39  Sur l’éducation des filles dans les milieux populaires, cf. Olwen HUFTON, « Le travail et la famil (...)
  • 40  Cf. Naoko SERIU, op. cit., pp. 183-192.

19Concernant la vie des soldats, on peut d’emblée constater que leur condition implique un brouillage important dans la répartition des rôles entre hommes et femmes. Dans l’armée, les hommes sont tenus d’exécuter des gestes qui sont d’habitude réservés aux femmes qui apprennent dès leur plus jeune âge à s’acquitter des tâches ménagères au sein de la famille39. Or, la cuisine, le balayage, le soin vestimentaire sont des activités qui ne sont pas épargnées aux hommes de troupe. Exemplaires sont les travaux qui ont trait à la propreté dont l’institution exalte la valeur dans les années 1760. Un foisonnement de règlements précise l’obligation de s’habiller bien « depuis la tête jusqu’au pied », « de se peigner, de se laver le visage, les mains & les oreilles », de se poudrer même, de nettoyer les boutons, d’enlever les taches, de réparer les trous des vêtements40.

  • 41  Selon le Littré le blanc d’Espagne ou blanc de Meudon est du sous-carbonate de chaux pulvérisé, ré (...)
  • 42  B.N., Imp., F 4764 (27): Règlement arrêté par le Roi, Pour l’Habillement & l’Equipement de l’Infan (...)

20Mais ce que la vie militaire implique va bien au-delà de la nécessité, et les gestes qui incombent à ces hommes vont au-delà de ceux que les femmes reproduisent au quotidien. Parmi les nombreuses précisions que donne le règlement arrêté par le Roi du 2 septembre 1775, on peut citer par exemple celles-ci : « Toutes les parties en métal d’étain, de cuivre, boutons, boucle, plaques de gibernes & de ceinturrons, seront nettoyées & entretenues avec du blanc d’Espagne41 délayé, dont il sera formé une pâte liquide avec laquelle on brossera les objets qui auront besoin d’être éclaircis, & pour que cet entretien ne nuise pas aux habits & aux vestes, on enchâssera les boutons dans un morceau de bois fait exprès, qui couvrira l’étoffe d’environ trois pouces, & donnera le moyen de les frotter sans inconvénient »42. La minutie, le souci du détail et le sérieux du ton peuvent étonner. Pourtant, ces normes visent à moduler à travers ces détails les attitudes de chacun.

  • 43  SHD, 1M 1711 : De FAUVILLE, Réflexions militaires, p. 19.
  • 44  Louis Sébastien MERCIER écrit à leur propos :  « On ne diroit pas, d’un officier si leste, si pimp (...)

21Etrangère à la sensibilité des gens du peuple, la propreté est une obligation imposée par la hiérarchie aux individus qui s’engagent dans l’armée. Les officiers, tout en insistant sur l’importance de les élever au-dessus de leur origine populaire, transmettent cette valeur élitaire, qui n’est pas sans une équivoque sexuelle. Citons, par exemple, Fauville, capitaine aide-major du régiment Royal Cravates, qui, parlant des troupes du maréchal de Saxe, loue « une tennüe nette, propre, et militaire, point de placard de poudre ny de puante gresse sur la tette : mais toujours bien paigné, le chapeau bien rétapé, marchant avec une male assurence »43. Affirmer simplement une vision idéale est ici loin d’être évident. Dès le début, parler de « la tenue » nécessite de condamner les excès qui portent par exemple sur le surplus de poudre. Cette condamnation est pourtant nuancée car il importe « toujours » de soigner la coiffe. Nuance encore contrebalancée par cette ultime référence concernant « une male assurance ». Cette précision est d’autant plus nécessaire qu’il y a crainte de confusion. Comme pour dissiper l’ambiguïté, se poser comme « male » s’impose à ceux qui s’aventurent dans le souci de l’apparence. Rappelons que le soupçon de féminisation pèse lourdement sur les officiers eux-mêmes44. Eviter ce risque tout en se conformant aux exigences de la tenue constitue, à l’évidence, un dilemme. La question de la différence sexuelle devient ainsi un critère privilégié de classification sociale que le soldat est encouragé à incorporer.

  • 45  Qu’il s’agisse « des taches de rouilles sur ses armes et autres taches sur ses habillements » ou d (...)
  • 46  A. D. Ille-et-Vilaine, 8B 558, 4 avril 1778.  

22Et cela laisse des traces dans les mots-mêmes des soldats, que l’on peut retrouver dans les interrogatoires de déserteurs qui sont nombreux à parler des sanctions brutales dues à une négligence en matière de propreté45. Jean Panay dit Vivarais, 18 ans, laboureur, déserteur du régiment de Lorraine s’explique en 1778 : « Le nommé Courtemine, sergent de la compagnie Bruné où l’interrogé était soldat faisant l’inspection des habits et apercevant des taches sur celui de l’interrogé le maltraita à coups de cannes et le fit mettre en prison, d’où il fut retiré le soir pour aller à l’exercice, se voyant libre et affligé des coups de cannes qu’il avait reçus, il se détermina à déserter, fut en conséquence se cacher dans des herbes & la nuit suivante il s’enfui, éprouvant les mêmes maltraitances tous les jours de la part de son sergent, lesquels il ne pouvait plus souffrir46. » Les taches sur l’habit le mènent loin : les normes s’appliquent avec violence à travers la prison et les coups assénés par le sergent.

  • 47  SHAT, 1M 1786 : Règlement concernant les devoirs les plus essentiels de MM les Lieutenants et sous (...)
  • 48  Rossignol rapporte également cette pratique de changement d’habit, qu’il soit « costumé pour aller (...)
  • 49  En analysant les conseils donnés dans les ouvrages de la Bibliothèque bleue au sujet des relations (...)

23Si ces mots décrivent une situation fréquemment vécue dans la vie militaire, l’interrogatoire de ce soldat fait ressortir un détail intéressant. Répondant à la question posée par le lieutenant, à savoir s’il a « pris » quelque chose au régiment, il déclare : « Il n’a rien pris au régiment, sinon un mauvais habit qu’on nomme au régiment habit de Cuissinne, duquel on l’avoit fait vêtir lorsqu’il fut conduit en prison. » Ce passage atteste de l’existence d’habits spéciaux pour le prisonnier, comme le dicte, d’ailleurs, le document relevant du règlement intérieur : « Qu’il y ait un ou deux vieux habits ou sarrots par chambrée pour les prisonniers, ceux qui font la soupe, font de petits tours de corvées & 47 ». La description du déserteur, le nom donné à l’« habit de Cuissinne » coïncident avec la préconisation de ce règlement qui réserve le même genre de hardes à la fois pour la cuisine et pour la prison48. Mais le nom attribué à cet habit génère en soi une association d’idées ; habillé de la sorte, l’individu est d’emblée ridiculisé, et en particulier féminisé49. Cela fait écho à cette idée proposée par les officiers et qu’on a vu plus haut de donner une apparence féminine aux soldats pour les punir. Sur le corps d’homme puni, s’effectue la dévalorisation des femmes assignées à l’activité domestique, alimentaire. L’« habit de Cuissinne » qu’il endossait lorsqu’il quitte l’armée est la trace matérielle de la punition infligée.

  • 50  Archives Municipales de Lille, 14113, 26 décembre 1730.

24Le cas de Nicolas Loquet, 35 ans, mérite également de s’y arrêter. Il  déserte en 1729 le régiment du prince de Ligne en garnison à Luxembourg car ses camarades « le chagrinoient toujours sur ce qu’il aurait fait quelque tort à la chambrée lorsqu’il faisait les emplettes pour les vivres, et aussy sur ce qu’ils vouloient quelquefois jouir de l’interrogé comme d’une femme ou fille, quoique cependant il est actuellement homme ne l’étant point dans le temps qu’il était au régiment50 ». La chambrée apparaît comme le cadre de ses souffrances qui légitime l’exclusion sur ce tort qu’aurait fait la victime aux ressources communes. Mais il y a plus : le fait de « chagriner » se justifie par le fait même des sévices qu’il a subis ; la violence sexuelle met les auteurs en dehors de toute idée de responsabilité alors que la victime est stigmatisée par ces derniers. Par ailleurs, l’acte a pour effet d’assigner une identité féminine à la victime. A tel point que celui-ci se montre lui-même divisé entre deux moments de sa vie. Si l’idée d’être femme a gagné cet homme, les violeurs sont eux confortés dans leur identité masculine. Etre un soldat, être un homme : le glissement s’opère avec la séparation entre les sexes, et la constitution des femmes comme figure de l’autre.

Conclusion

  • 51  Dominique GODINEAU, « De la Guerrière à la citoyenne. Porter les armes pendant l’Ancien Régime et (...)
  • 52  Cécile DAUPHIN et Arlette FARGE, dir., De la violence et des femmes, Paris, Albin Michel, 1997.

25Etre homme ou être femme : l’armée donne des réponses à cette question de façon à donner un contour idéal à la figure du soldat. Dans les discours produits, s’organise une association qui renvoie du côté des femmes une série de notions, par moments contradictoires : la mollesse, le luxe, la passion, le préjugé, la lâcheté, l’indiscrétion, la faiblesse, mais aussi la cruauté, la barbarie sont autant d’éléments qui permettent de conforter une communauté d’hommes. De plus, l’évocation de ces traits de caractère est susceptible de justifier soit l’expulsion des femmes de l’armée51, soit la violence exercée contre les femmes52. A propos des conditions de production de ces idées, nous suivons la piste d’une généalogie qui se rattache à l’idéologie nobiliaire qui condamne le luxe, plutôt que celle d’un “machisme” supposé qui viendrait naturellement des hommes de troupes. Cette marque nobiliaire d’origine s’effacera ensuite dans le flot des discours, démultipliés par d’autres acteurs. Par ailleurs, la dévalorisation artificielle des femmes introduit une division au sein même de la catégorie des hommes, qui, dès lors, sont sous la menace constante de recevoir ce stigmate. L’assignation au féminin et au masculin traverse en effet la différence des sexes, l’assimilation symbolique au féminin pouvant provoquer une souffrance chez les hommes.

Haut de page

Notes

1  Cynthia ENLOE, The International Politics of Militarizing Women’s Lives, Berkeley, University of California Press, 2000.

2  Les questions abordées dans cet article ont fait l’objet d’une communication dans le cadre des journées « Le genre – à quoi ça sert ? Usages potentiels et limites des concepts " masculin/féminin ", "différences des sexes", "genre" dans les sciences sociales », Ecole doctorale de l’EHESS (organisées par A.Asgharzadeh, R.Cusso et U.Krampl, 17 et 18 janvier 2005).

3  Claudia OPITZ-BELAKHAL, Militärreformen zwischen Bürokratisierung und Adelsreaktion, Sigmaringen, Thorbecke, 1994. Voir également Léon MENTION, Le comte de Saint-Germain et ses réformes, Paris, L. Baudoin, 1884.

4  A propos de l’armée de l’Ancien Régime, les chiffres demeurent sujets à caution, un écart existant toujours entre effectifs théoriques, et décompte réel. Voir, par exemple, John LYNN, Giant of the Grand Siècle, the French Army, Cambridge University Press, 1997.

5  André CORVISIER, L’armée française de la fin du XVIIe siècle au ministère de Choiseul. Le soldat, 2 vol., Paris, PUF, 1964, t. I, pp. 449-506.

6  John LYNN, op. cit., pp. 337-346. Sur les femmes-soldats, voir Sylvie STEINBERG, La confusion des sexes. Le travestissement de la Renaissance à la Révolution, Fayard, 2001, pp. 55-90.

7  Cette problématique est développée par Sabina LORIGA, Soldats. Un laboratoire disciplinaire : l'armée piémontaise au XVIIIe siècle, Paris, Mentha, 1992.

8  Nombre de ces mémoires, dont le nom de l’auteur ainsi que la date peuvent être perdus, sont conservés au Service Historique de la Défense, 1M : mémoires et reconnaissances.

9  C’est dans les interrogatoires de déserteurs par la maréchaussée que l’on peut retrouver les mots de simples soldats.

10  SHD, 1M 1711 : Notes sur l’infanterie, 1769, p. 15 sq.

11  Cf. Yves-Marie BERCE, Fête et Révolte. Des mentalités populaires du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1976. Cf. « Les révoltés travestis en femmes » (pp. 83-86).

12  SHD, 1M 1709 : Réflexions militaires, p. 48.

13  SHD, 1M 1703 : Montaut, Réflexions sur la manière de former de bons soldats d’infanterie, 1747, p. 3.

14  SHD, 1M 1708 : Barisien de Marne, Différentes réflexions morales et militaires, 1756, p. 13.

15  SHAT 1M 1786 : Discipline, p. 29.  

16  Sur l’absorption des maigres ressources du soldat par les dépenses de première nécessité et d’entretien, voir Henry de BUTTET (colonel), « La dépense du soldat en 1772 », Actes du 90ème Congrès national des sociétés savantes, 1962, t. I, pp. 141-149.

17  Renato GALLIANI, Rousseau, le luxe et l’idéologie nobiliaire, Oxford, Voltaire Foundation, 1989.

18  John SHOVLIN, « The cultural politics of Luxury in Eighteenth-Century France », French Historical Studies, vol. 23, No. 4, 2000, pp. 577-596.

19  Ibid., p. 579. Diffusé dans la société, le débat sur le luxe trouve bien d’autres opposants. En témoigne le texte de Louis Sébastien Mercier (Tableau de Paris, Amsterdam, vol. VII, 1783, pp. 162-175 : « Luxe, bourreau des riches »).

20  Cf. Giuseppe BARBINI, « "Le luxe détruit-il les mœurs et les empires ?" Concorso indetto nel 1782 dall’accademia di Besançon », Studi Francesi, 1996, 40 (2), pp. 319-326.

21  Louis GENTY, Discours sur le luxe, qui a remporté le prix d’éloquence à l’Académie des sciences, belles-lettres et art de Besançon, Orléans, Impr. de Couret de Villeneuve, 1783, p. 46.

22  Ibid., p. 47.

23  Ibid., p. 48.

24  Arlette FARGE, La vie fragile, Paris, Hachette, 1986, pp. 218-223.

25  Pierre RETAT, « Luxe », Dix-huitième siècle, n° 26, 1994, pp. 79-88.

26  Arlette FARGE, Le miroir des femmes, textes de la Bibliothèque bleue, Paris, Montalba, 1982.

27  Carolyne LOUGEE, Le Paradis des Femmes. Women, salons, and social stratification in seventeenth-century France, Princeton, New Jersey, Princeton U. P., 1976, p. 84. En ce qui concerne le siècle des Lumières, le récent travail d’Antoine LILTI rend compte d’une atmosphère de misogynie qui transparaît dans la vie quotidienne des salons (Le monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 2005).

28  Sarah Maza, Vies privées, affaires publiques. Les causes célèbres de la France prérévolutionnaire, Paris, Fayard, 1997, pp. 155-195.

29  Renato GALLIANI souligne l’importance de la vigueur du corps comme vertu nobiliaire (op. cit., p. 250-256).

30  Arlette FARGE, Effusion et tourment, le récit des corps : Histoire du peuple au XVIIIe siècle, Paris, Odile Jacob, 2007.

31  SHD, 1M 1786 : Baron d’AIGALLIERS, Discours aux soldats François, 1773, p. 21.

32  D’après l’analyse de 900 interrogatoires de déserteurs arrêtés  par la maréchaussée au XVIIIe siècle, il apparaît que les grandes causes de désertions sont la violence hiérarchique, l’éloignement familial, les abus lors de l’engagement, et le dénuement matériel. Naoko SERIU, Faire un soldat. Une histoire des hommes à l’épreuve de l’institution militaire, (XVIIIe s.), thèse, EHESS, 2005.

33  Encyclopédie méthodique. Art militaire, Paris, Panckoucke, t. 4, 1797, pp. 333-335.

34  Cela n’a rien d’étonnant : quelques mois après l’abolition de la peine de mort contre les déserteurs, la mobilisation de l’opinion et la compassion envers les soldats s’organisent alors autour de ce nouvel objet. Sur le débat autour de la peine de mort contre les déserteurs, voir Jean CHAGNIOT, Paris et l’armée au XVIIIe siècle, Paris, Economica, 1985, pp. 618-628.

35  Louis-Philippe SEGUR (comte de), Mémoires ou souvenirs et anecdotes, Paris, Eymery, 1825, t. I, p. 131 sq. Cité par Mention, op. cit., p. 120.

36  Mémoires du duc Des Cars, Paris, Plon, 1890, t. I, p. 144.

37  Il lui aurait répondu par écrit : « Obéissons donc, mon cher chevalier, puisqu’il le faut (…) », (Ibid., p. 146).

38  Ibid., p. 150.

39  Sur l’éducation des filles dans les milieux populaires, cf. Olwen HUFTON, « Le travail et la famille », in G. DUBY et M. PERROT (dir.), Histoire des femmes en Occident, Paris, Plon, 1999, t. III, pp. 27-57. Voir notamment p. 50 sq. Concernant les milieux aristocratiques, Martine Sonnet (« Une fille à éduquer », ibid., pp. 111-139) relève l’initiation aux tâches ménagères et aux travaux d’aiguille figurant dans le programme de l’enseignement à la maison royale de Saint-Cyr (p. 116 sq).

40  Cf. Naoko SERIU, op. cit., pp. 183-192.

41  Selon le Littré le blanc d’Espagne ou blanc de Meudon est du sous-carbonate de chaux pulvérisé, réduit en pâte au moyen de l’eau, et moulé sous forme de pains ovoïdes ou cylindriques.

42  B.N., Imp., F 4764 (27): Règlement arrêté par le Roi, Pour l’Habillement & l’Equipement de l’Infanterie, des Invalides & des troupes légères du 2 septembre 1775.

43  SHD, 1M 1711 : De FAUVILLE, Réflexions militaires, p. 19.

44  Louis Sébastien MERCIER écrit à leur propos :  « On ne diroit pas, d’un officier si leste, si pimpant, frisé, adonisé, paré, qui s’occupe devant le miroir à redresser une boucle indocile, que c’est là le successeur de Bayard, de Duguesclin, de Crillon (…) », (Tableau de Paris, Amsterdam, 1782, vol. II, pp. 11).

45  Qu’il s’agisse « des taches de rouilles sur ses armes et autres taches sur ses habillements » ou d’« une  galoche decousue au bout de pied », voir Naoko SERIU, op. cit., p. 196 sq.

46  A. D. Ille-et-Vilaine, 8B 558, 4 avril 1778.  

47  SHAT, 1M 1786 : Règlement concernant les devoirs les plus essentiels de MM les Lieutenants et sous lieutenants, sergent caporaux de l’Infanterie conformément à la dernière ordonnance, 1764, p. 16.

48  Rossignol rapporte également cette pratique de changement d’habit, qu’il soit « costumé pour aller en prison » ou bien « l’habit retourné » (op. cit., p. 16 et 28), ou encore qu’on lui « donne un vieil habit pour aller au cachot » (infra, p. 273 sq.).

49  En analysant les conseils donnés dans les ouvrages de la Bibliothèque bleue au sujet des relations entre homme et femme, Arlette FARGE écrit : « L’utilisation des espaces masculin et féminin est ici bien signifiée, en même temps que celle du vêtement – le port du tablier - au symbolisme évident » (Le miroir des femmes, op. cit., p. 73).

50  Archives Municipales de Lille, 14113, 26 décembre 1730.

51  Dominique GODINEAU, « De la Guerrière à la citoyenne. Porter les armes pendant l’Ancien Régime et la Révolution française », Clio. Histoire, Femmes et Société, No 20, 2004, pp. 43-69. L’auteur cite un décret de la Convention qui fait suite à un rapport dénonçant la présence des femmes dans l’armée, auxquelles on reproche de divertir les soldats de leur devoir, de les « amollir » et les rendre « efféminés » (p. 60).

52  Cécile DAUPHIN et Arlette FARGE, dir., De la violence et des femmes, Paris, Albin Michel, 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Naoko Seriu, « Du féminin dans les discours militaires au XVIIIe siècle », Genre & Histoire [En ligne], 1 | Automne 2007, mis en ligne le 19 novembre 2007, consulté le 24 juin 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/103

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page