Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Sylvie Schweitzer, Femmes de pouvoir. Une histoire de l’égalité professionnelle en Europe (XIXe - XXIe siècle), Paris, Payot, 2010, 249 p.

Isabelle Ernot

Texte intégral

1Avec cet ouvrage, Sylvie Schweitzer poursuit son investigation autour de l’histoire du travail des femmes1. L’étude se focalise particulièrement sur la voie du savoir, à travers la question des diplômées et de leur accession progressive à des professions valorisantes et de pouvoir, dans le cadre d’un temps long de cent cinquante années, courant du milieu du XIXe au début du XXIe siècle. Si la France constitue le cadre de référence essentiel, cet essai d’histoire comparée regarde aussi vers l’espace européen, offrant de nombreuses comparaisons entre les pays. Elles éclairent l’existence d’étapes communes dans la progression de l’égalité professionnelle, appréhendable notamment par le degré de mixité des secteurs et de responsabilité exercé par les femmes.

2Les secteurs professionnels en question sont ceux dont l’accès leur fut le plus difficile car donnant pouvoir et prestige : droit, médecine, enseignement supérieur, service de l’Etat, sphère politique, notamment. La trame de l’étude, sous tendue par la question de la construction inégalitaire du rapport socio-sexué, met en valeur d’un côté, les conquêtes des femmes et, concomitamment, les résistances masculines qui gênèrent et empêchèrent l’égalité entre les sexes. Outre les dispositions législatives inégalitaires, la question des discours figure dès lors au premier plan : de ceux qui jouent un rôle clé dans la construction des représentations et assignations sociales du féminin et du masculin, aux discours sexistes déniant les capacités féminines. Sylvie Schweitzer note la permanence du discours de l’altérité biologique, centré particulièrement autour de l’enfantement et des devoirs maternels, qu’elle suit tout au long de l’étude.

3Une attention particulière est portée aux modalités d’évolution. Car si les femmes semblent partir de presque rien et que le début du XXIe siècle les voit presque partout présentes, les évolutions ne sont pas pour autant allées de soi. Certes, la mutation socio-économique des sociétés occidentales et les guerres ont bouleversé la donne, mais le combat socio-sexué doit être pris en compte. Déterminante a été l’action des féministes, hommes et femmes, qui ont travaillé très consciemment aux avancées, se sont engagés dans les combats professionnels, se sont appuyés sur le tissu militant ou progressiste, dans des cadres nationaux et internationaux.

4L’ouvrage est composé de quatre parties : trois suivent une progression chronologique, entre les années 1860-1920, 1920-1970 puis jusqu’au début du XXIe siècle, tandis qu’une quatrième s’intéresse d’une part, à la pérennité des discours sexistes qui ont accompagné la conquête de nouveaux territoires professionnels et d’autre part, aux stratégies féminines. Le titre de la première partie, consacrée à la période entre le milieu du XIXe siècle et l’après Première Guerre mondiale, est conçu sous un angle négatif : « Construire les inégalités ». Il met en lumière l’existence d’une action masculine qui tenta de gérer et gêner tout à la fois la progression professionnelle des femmes. Les discours sur la nature féminine qui se régénèrent en cette période inspirent les formations professionnelles et définissent des sexes aux métiers. Dans le dernier tiers du XIXe siècle, des réformes permettent aux jeunes filles des élites d’élargir leur horizon ; l’entrée à l’université constitue évidemment un enjeu primordial qui sera gagné entre la fin du XIXe et le début de l’entre-deux guerres dans les différents pays européens. Durant cette période, deux domaines voient la présence nouvelle des femmes : le droit et la médecine. En revanche, la non mixité du service de l’Etat, qui reste un bastion masculin, peut être mise en relation avec l’absence de droits politiques des femmes. Cette période, marquée par des pionnières féministes – telles Maria Vérone, Maria Deraismes, Jeanne Chauvin, les sœurs Landry, et bien d’autres – est aussi celle des réseaux et lobbies dont l’action fut primordiale.

5La deuxième partie, « Organiser la différence (années 1920-années 1970) » pourrait aussi s’intituler « Organiser la hiérarchie des sexes ». Les femmes ont pénétré de nouveaux territoires mais se trouvent confinées dans des tâches et fonctions subalternes qui font exister, de fait, une hiérarchie entre les sexes. La période est toutefois marquée par une nouvelle avancée dans le domaine de l’enseignement (programmes du secondaire filles et garçons qui se rapprochent, plus forte présence des étudiantes dans les universités, entrée dans les hautes études techniques et commerciales). En revanche, le service de l’Etat demeure toujours peu accessible, articulé qu’il est au politique. Les avancées sur de nouveaux territoires sont déterminantes mais concernent très peu de femmes (ENA, enseignantes dans les universités).

6« Agencer la mixité (années 1970-années 2000) », cette troisième partie est riche des évolutions qui sont intervenues ces trente dernières années. La maîtrise de leur fécondité par les femmes change profondément la donne. C’est le temps de l’ouverture – timide – des derniers bastions masculins (grandes écoles et métiers en relation avec la sécurité des citoyens et du territoire : police, armée) tandis que la progression se poursuit dans d’autres professions liées au pouvoir (sphère politique, journalisme – quatrième pouvoir). Toutefois la mixité des professions ne signifie pas l’égalité. En ce domaine, les institutions internationales (ONU) et particulièrement celles de l’Europe, stimulent les politiques nationales et constituent aujourd’hui des leviers essentiels.

7La dernière partie, « Les stocks du prêt-à-penser », propose une représentation de la progression professionnelle des femmes, organisée en trois « cercles » successifs, depuis le milieu du XIXe jusqu’à nos jours, et met également en lumière la permanence des discours discriminants qui disent inlassablement « les mêmes qualités » des femmes pour construire l’idée de leurs « incapacités ». Les « premières » sont des pionnières, très peu nombreuses, qui ont fracturé les interdits et pénétré de nouveaux terrains professionnels entre le milieu du XIXe et l’entre-deux guerres. Décriées, elles durent faire face aux discours sexistes. Avec la croissance numérique des diplômées, une autre époque commence. En ce second cercle, les nouvelles générations gèrent l’acquis de la précédente : pas de vague, de la discrétion et de l’effacement même. Les femmes concernées se fondent dans les critères masculins, en adoptent les titres notamment. Toutefois la mixité progresse et s’affermit. Le troisième cercle correspond aux dernières décennies et à une génération aspirant à une égalité certaine ; la parité est atteinte voire dépassée dans certaines professions (particulièrement celle de la magistrature). Tout au long de cette conquête très progressive, les discours discriminants sont récurrents, ils se transforment mais perdurent. Cependant, avec le temps, leur épuisement s’accélère ; ils subissent désormais un discrédit certain. Sylvie Schweitzer met toutefois l’accent sur l’amnésie de l’histoire des femmes chez les principales intéressées.

8Le constat global est celui d’une incontestable avancée appréhendée dans la longue durée et dans le cadre de l’espace ouest européen. Toutefois il faut modérer le propos, comme le souligne l’auteure, des espaces masculins protégés demeurent : conseil d’administration des grandes entreprises, carrières techniques et particulièrement les espaces du pouvoir politique. Néanmoins Sylvie Schweitzer se veut optimiste s’appuyant notamment sur le constat de l’indéniable recul de la culture de la différence des sexes chez les nouvelles générations et voyant se dessiner la perspective d’un nouveau contrat social.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Ernot, « Sylvie Schweitzer, Femmes de pouvoir. Une histoire de l’égalité professionnelle en Europe (XIXe - XXIe siècle), Paris, Payot, 2010, 249 p. », Genre & Histoire [En ligne], 6 | Printemps 2010, mis en ligne le 28 juillet 2010, consulté le 18 août 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1025

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page