Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Thèses

Semper patrui in fratrum filios seviunt. Les oncles se déchaînent toujours contre les fils de leurs frères. Autour de Thietmar de Mersebourg et de sa Chronique. Représentations de la parenté aristocratique en Germanie vers l’an mille dans les sources narratives.

Thèse de doctorat, Régine Le Jan dir., Université Paris I - Panthéon-Sorbonne,2010.
Laurence Leleu

Texte intégral

1Cette étude s’attache à l’analyse du discours élaboré, dans les sources narratives germaniques du Xe et du début du XIe siècle, sur la famille et la parenté aristocratiques, pour envisager les rapports entre autoreprésentation aristocratique, représentation cléricale et réalité sociale. La famille ne se définit pas biologiquement mais est un phénomène historiquement construit. Le discours sur la parenté et la famille, délivré par des clercs, montre comment ceux-ci, et plus globalement le groupe élitaire, s’approprient la réalité sociale en mettant par écrit leur propre interprétation de celle-ci. Les sources narratives donnent accès à la fois aux pratiques sociales et à l’idéal ecclésiastique qui modèle le discours et qui fixe le social à ses représentations. Elles permettent donc d’étudier le rapport entre parenté théorique, parenté représentée et parenté vécue.

2La citation de la Chronique de Thietmar de Mersebourg qui sert de titre à ce travail synthétise les aspects majeurs qui y sont abordés : la désignation des parents, l’image des relations familiales que les textes véhiculent et enfin, de façon plus implicite, le jugement moral d’un évêque sur certains comportements familiaux, fondé sur son vécu personnel et sur l’idéal familial propre à cette époque. Cette ample source saxonne composée peu après l’an mille sert de fil conducteur à toute la réflexion.

3Après une présentation du contexte documentaire et du corpus retenu, centré sur la Saxe, une deuxième partie est consacrée à l’analyse de ce que les catégories de « parenté » et de « famille » représentaient pour les auteurs de l’époque ottonienne, à travers l’étude de la terminologie de la parenté utilisée dans les sources narratives de l’époque, à la fois celle de l’apparentement et celle désignant les diverses relations de parenté. Les clercs distinguent trois types de parenté, consanguine, par affinité et spirituelle. Si les sources normatives donnent la prééminence à cette dernière catégorie, l’historiographie et même l’hagiographie mettent en avant la parenté charnelle et donnent une place extrêmement discrète à la parenté baptismale. Le parrainage, peu évoqué, apparaît surtout comme un moyen ritualisé de créer ou de renforcer un lien d’amitié ou une alliance. Au final, le groupe parental qui se dégage, cognatique, apparaît structuré par la consanguinité, vigoureusement polarisé par un noyau fondamental, la cellule conjugale, elle-même organisée autour du mariage et de la filiation. Au-delà de ce cercle primordial s’étend rapidement le domaine, vaste et aux contours flous, de la terminologie classificatoire. L’usage de certains termes comme gener et surtout nepos, ou encore le maintien de la distinction des lignes dans la désignation des oncles et tantesapparaissent spécifiques à la Germanie et révèlent probablement une correspondance entre les usages de la langue savante latine et ceux de la langue vernaculaire. Pour clore cette partie, le vocabulaire de la parenté sert à mettre en avant les images variables de la parenté royale ottonienne dans les principaux textes rédigés dans les années 960-970, afin de souligner la flexibilité des constructions élaborées par sélection à partir d’une même réalité familiale pour servir des intentions et des objectifs divers. Chaque auteur produit un véritable discours sur la parenté, modelé par les termes et donc les relations qu’il privilégie. L’étude de la terminologie de la parenté constitue donc une bonne porte d’entrée pour prendre conscience du processus d’appropriation et de réélaboration de la réalité par les auteurs.

4Ces remarques servent de point de départ à une analyse de la construction de l’image de la famille dans les sources narratives à travers les notions de mémoire, d’oubli, de genre, de conscience de soi et d’affects. Celles-ci sont manipulées à deux niveaux distincts dans le discours. Les aristocrates eux-mêmes utilisent différents vecteurs pour s’autoreprésenter, et, au gré des circonstances et des besoins, mettre en pratique leur parenté vécue. Les clercs, à partir des comportements réels, composent des récits interprétatifs et souvent moralisateurs appuyés sur des modèles bibliques et une vision providentielle du monde. La Chronique de Thietmar de Mersebourg constitue un confluent spécialement intéressant entre ces deux dimensions : elle propose la particularité exceptionnelle d’ouvrir une fenêtre sur la conscience de soi d’un aristocrate évêque, en tant que membre d’un groupe parental, en tant qu’individu, et en tant qu’auteur ecclésiastique, et de percevoir comment s’articulent ces différentes identités autour du devoir de mémoire. Elle permet d’étudier la mémoire familiale personnelle de l’évêque saxon et donc de réévaluer la question de l’individu au haut Moyen Âge.

5La présence constante des morts auprès des vivants de la famille, par le biais des noms transmis, par l’inhumation le plus souvent dans des monastères-nécropoles proches des centres familiaux de pouvoir, assure la cohésion du groupe. Les sources saxonnes soulignent fortement le rôle-pivot des femmes dans les relations entre les vivants et les morts, en les présentant en gardiennes de la mémoire familiale, médiatrices privilégiées avec le sacré et l’au-delà, garantes de la continuité du groupe. Transparaît alors une sorte de répartition genrée des tâches : aux hommes la nécessité de remporter les victoires par les armes, aux femmes le rôle moral et spirituel.

6Les représentations familiales proposées par les clercs germaniques vers l’an mille, régies par les principes fondamentaux d’honneur, de memoria et de caritas, s’avèrent compatibles avec l’idéal aristocratique et le mode de vie élitaire. Elles mettent le couple au centre du discours, valorisent l’entente et la solidarité, fondées sur la caritas qui circule de façon privilégiée entre parents, sans pour autant gommer l’existence de conflits intra-familiaux. Ceux-ci sont interprétés dans un sens chrétien, comme fondamentalement contraires à la volonté divine et comme le produit de l’intervention du Malin. Cette construction permet de faire des relations familiales un enjeu de la lutte du Bien contre le Mal, mais aussi de présenter la réconciliation comme inéluctable, autant que l’est la victoire de Dieu sur le Diable.

7La continuité avec l’époque carolingienne est nette. Quelques spécificités propres à l’espace et à l’époque étudiées peuvent néanmoins être dégagées. Les figures féminines, celles de l’épouse persuasive, fondatrice de monastères ou donatrice, celle de la bonne veuve dévouée à l’âme de son défunt époux, celle de la moniale consacrée à la memoria familiale et gardienne des tombeaux, sont particulièrement valorisées dans les sources saxonnes. De plus, à la faveur d’un enracinement croissant des familles aristocratiques, une spatialisation de la conscience de soi émerge dans les sources de la fin du Xe siècle. 

8Le discours produit sur la famille et la parenté en Germanie vers l’an mille n’oppose pas clercs et laïcs, mais au contraire révèle le partage de valeurs et d’idéaux communs par les membres de l’élite. Aucune « mutation de l’an mille » n’est perceptible dans ce domaine comme dans d’autres et il faut repousser à la réforme grégorienne un changement dans les représentations de la famille. Le discours n’apparaît pas déconnecté de la réalité sociale mais il s’approprie celle-ci de façon à l’interpréter dans un sens chrétien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Leleu, « Semper patrui in fratrum filios seviunt. Les oncles se déchaînent toujours contre les fils de leurs frères. Autour de Thietmar de Mersebourg et de sa Chronique. Représentations de la parenté aristocratique en Germanie vers l’an mille dans les sources narratives. », Genre & Histoire [En ligne], 6 | Printemps 2010, mis en ligne le 21 juillet 2010, consulté le 18 août 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1018

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page