Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Thèses

Incarner l’homme et la femme. Les normes sexuées et leur appropriation à l’âge romantique.

Thèse de doctorat, Gabrielle Houbre dir., Université Denis Diderot - Paris 7, 2010.
Deborah Gutermann-Jacquet

Texte intégral

1Comment les représentations des rôles sociaux de sexes sont-elles reçues par la génération romantique et comment s’articulent-elles au réel des pratiques ? À quels modèles culturels ces normes de genre empruntent-elles ? Telles sont les questions qui orientent ce travail de thèse fondé sur l’analyse des différents discours (littéraires, éducatifs, moraux) qui participent à l’appropriation d’une « norme » sexuée et à leur réception.

2La partition étanche des rôles sociaux de sexes édictée par le Code civil de 1804 semble, à tous égards, remise en cause par le discours romantique qui prône l’amour passion, la transgression des interdits et met à l’honneur les héros impuissants comme les héroïnes affranchies. La génération romantique qui lit ces ouvrages se plaît, dans ses journaux intimes, à écrire à la manière de et à imiter les auteurs qui la font vibrer. Mais elle se sert aussi, c’est ce que ce travail entend montrer, des codes romantiques pour exprimer, avec pudeur, un malaise qui touche à l’identité sexuée et qui ne peut se dire autrement que par le truchement du topos littéraire. C’est là une troisième voie de l’interprétation du mal du siècle, centrée sur les questions de genre qu’il met à nu. Elle se situe à la marge de deux écueils interprétatifs : celui qui ne verrait dans les héros souffrants qu’un produit de la création littéraire, et celui, inverse, qui, avec Louis Maigron ferait le procès de la littérature criminogène et dénoncerait une société viciée et malade de ses livres. Cette troisième voie propose ainsi de considérer le « mal du siècle » comme une parade permettant aux lecteurs de formuler un questionnement sur leur sexuation.

3Le XIXe siècle est, certes, le temps de la confession intime, mais la pression sociale qui s’exerce de manière à ce que les jeunes gens fassent carrière et fassent couple, ne tolère pas le raté du devenir homme, comme du devenir femme. Conscients de cet enjeu, jeunes hommes et jeunes femmes en formation empruntent à des codes culturels communs, font appel aux héros fictifs afin d’habiller le réel questionnement qui porte sur leur être sexué. Ils jouent ainsi sur l’ambiguïté entre l’imitation stylistique, l’identification de circonstance, et l’identification sincère. À cet égard, les allusions pléthoriques à la « génération perdue », « malade » ou impuissante, fonctionnent aussi comme un trompe-l’œil. La « mode » du malaise dépeinte par Musset dans sa Confession d’une enfant du siècle œuvre ainsi à faire croire que derrière l’universel « du mal du siècle » ne gît aucune réalité singulière. Ce sont pourtant ces traces que nous tentons d’explorer à travers les écrits intimes des « générations romantiques » afin d’élaborer une genèse culturelle des modalités de l’incarnation de l’homme et de la femme dans le premier XIXe siècle. Cette plainte protéiforme qui a envahi la littérature et les journaux intimes des deux sexes est, selon nous, le signe d’un difficile remaniement des identités aux lendemains de la Révolution française et des guerres de l’Empire qui ont considérablement travaillé à exacerber l’antagonisme des sexes et à fixer les attributs canoniques de chacun en insistant sur la binarité force/faiblesse, virilité/sensibilité. L’ouverture proposée par la fiction romanesque semble ainsi récupérée parce qu’elle permet de contourner cette dichotomie qui fait office de référence absolue de l’organisation de la société et tourne à l’obsession.

4Le simplisme de cet antagonisme de sexe, la biologisation du genre et la pensée binaire contribueraient à provoquer la cristallisation des inquiétudes des individus qui comprendraient que la réussite sociale et professionnelle promue par la bourgeoisie conquérante repose sur l’intériorisation de ces discours sur les identités de genre. Dès lors, ils profiteraient de la mode de la quête de soi pour scruter en eux ce qui est conforme et ce qui l’est moins, traquant le moindre signe de déviance, et positivant, avec les codes romantiques, ce qui est « renié » par la classe sociale à laquelle ils sont voués à s’intégrer.

5Le malaise dans le genre trouve une manière de se dire en puisant dans la littérature et fonctionne comme un mode de représentation de soi d’autant plus privilégié qu’il permet de mettre à distance l’injonction de la « loi de la différence des sexes » et par là, de témoigner de la difficulté à y répondre. Les modèles donnés à voir dans les fictions romantiques sont moins, en définitive, les symboles d’une perte des repères identitaires généralisée qui viendrait signer l’épidémie du « mal » du siècle, que les éléments qui signifient la difficulté qu’il y a à endosser une norme sexuée qui a valeur d’universel et révèle, en creux, l’étendue des attentes sociales qui se portent sur l’un et l’autre sexe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Deborah Gutermann-Jacquet, « Incarner l’homme et la femme. Les normes sexuées et leur appropriation à l’âge romantique. », Genre & Histoire [En ligne], 6 | Printemps 2010, mis en ligne le 21 juillet 2010, consulté le 18 août 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1016

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page