Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Prix Mnémosyne

Pouvoir et sexualité. Le discours féministe sur la prostitution en France (1968-1986).

Master 2, sociologie politique, Anne Verjus et Lilian Mathieu dir., Université de Lyon, 2009.
Damien Simonin

Texte intégral

1Cette recherche porte sur les discours sur la prostitution dans la presse féministe, entre 1968 et 1986 en France. Durant cette période, le mouvement féministe est composé de courants conflictuels (courants réformistes et révolutionnaires, différentialistes et universalistes) et il porte des discours hétérogènes (informations sur la prostitution, analyses théoriques et politiques, témoignages de prostituées). Pourtant, ces discours s'accordent sur la revendication d'une libération des rapports de pouvoir imposés collectivement et spécifiquement aux femmes dans le patriarcat. D'où l'enjeu de la sexualité, objet de critiques des rapports de pouvoir existants et de propositions d'autres relations possibles. L'objectif, à partir d'une analyse de l'articulation entre rapports sexuels, rapports de genre et rapports de pouvoir dans ces discours, est de comprendre comment la libération d'un groupe (les femmes) peut passer par l'opposition à une pratique (la prostitution). Deux choix méthodologiques permettent cette analyse. D'une part, une comparaison entre les discours et les espaces sociaux : espace des féminismes (les actrices engagées dans la lutte pour et au nom des femmes) et espace de la prostitution (les actrices et acteurs engagés dans des rapports sexuels rétribués). D'autre part, l'analyse des controverses à propos de la prostitution et de la sexualité, considérées comme des marques des difficultés théoriques et politiques des féminismes. Et deux hypothèses guident cette étude. Première hypothèse : ces discours sont hétérogènes, en partie du fait des oppositions entre actrices individuelles et collectives des courants féministes. Seconde hypothèse : les discours féministes critiquent à travers la prostitution le patriarcat, en associant pouvoir et violence, rapports sexuels et rapports de genre. La prostitution devient enjeu historique des féminismes. Les discours portent surtout sur la prostitution féminine de rue, souvent associée au proxénétisme. La prostitution n'a pas d'autre fondement que sa fonction politique de justification du pouvoir des hommes sur les femmes. Ainsi, les relations entre les actrices et les acteurs de la prostitution sont fonction de leur appartenance à un groupe de sexe. En ce sens, la prostitution apparaît comme une institution du patriarcat et la critique féministe s'inscrit dans la lutte contre ce système politique. Elle apparaît également comme une difficulté pour le mouvement féministe, qui doit concilier la lutte contre la prostitution à la solidarité avec les prostituées. La prostitution devient un enjeu pour toutes les femmes. La prostitution est associée à la féminité dans le patriarcat, avec une double inclusion des prostituées dans le groupe des femmes (féminité postulée des prostituées) et des femmes dans celui des prostituées (continuum des relations entre prostitution et mariage). On peut distinguer deux registres du discours : la pratique prostitutionnelle (les actrices et acteurs et leurs relations dans l'espace de la prostitution) et la catégorie prostitutionnelle (la prostitution comme catégorie d'analyse des rapports de pouvoir fondés sur les rapports de genre dans le patriarcat). En ce sens, la prostitution associée à la féminité contribue à définir les groupes, les rapports et les identités sexuels. Enfin, les rapports de prostitution sont pensés comme relations constitutives de la sexualité. Ils apparaissent comme rapports de genre, de pouvoir et de violence (surtout des rapports hétérosexuels dans la prostitution féminine de rue). On peut en déduire deux conditions de la sexualité pour les féminismes : liberté des partenaires (par opposition à l'oppression et à l'aliénation des prostituées) et autonomie des rapports (par opposition à des rapports de prostitution sans désir ni plaisir). Finalement, la prostitution permet de définir les conditions de possibilité d'une sexualité idéale dans ces discours : une sexualité sans pouvoir. La première hypothèse n'est que partiellement confirmée : les discours dépendant notamment d'événements dans l'espace de la prostitution, ils varient moins en fonction des courants féministes que de leur registre théorique ou politique. La seconde hypothèse est plus probante : la prostitution, en tant qu'elle serait une institution du patriarcat, apparaît dans le discours comme un ensemble de rapports de pouvoir et de violence entre les groupes de sexe. En conclusion, les discours féministes sur la prostitution donnent lieu à une redéfinition des identités et des groupes de sexe, fondés sur les rapports de pouvoir (en particulier à partir du cas de la prostitution masculine). Ils donnent également lieu à une redéfinition de la sexualité, avec l'ensemble des rapports sexuels pensés comme rapports de genre, de pouvoir et de violence. Conséquence : un glissement des discours, du pouvoir dans la sexualité au pouvoir de la sexualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Simonin, « Pouvoir et sexualité. Le discours féministe sur la prostitution en France (1968-1986). », Genre & Histoire [En ligne], 6 | Printemps 2010, mis en ligne le 21 juillet 2010, consulté le 28 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1011

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page