Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Prix Mnémosyne

Martyres d’Afrique romaine : la féminité et la masculinité au défi des persécutions (IIe-Ve siècles).

Master 2, Michèle Coltelloni-Trannoy dir., Université Paris Est – Marne-la-Vallée, Université Paris IV Sorbonne, 2009.
Nicolas Simon

Texte intégral

1« Epargne les cheveux blancs de ton père, épargne l’âge tendre de ton fils : sacrifie pour le salut de l’empereur. Hilarianus demanda : Tu es chrétienne ? Je répondis : Je le suis ». Qu’est-ce qui pousse Perpétue, jeune matrone romaine originaire d’une petite ville proche de Carthage, à montrer tant d’ardeur devant le proconsul, à contrarier son père et ainsi à se tenir prête à mourir ? La foi. Les martyrs, qu’ils soient jeunes ou vieillards, laïcs ou clercs, hommes ou femmes, sont les premiers héros du christianisme. Cela n’est pas sans paradoxe pour les femmes, car montrer une telle vigueur et une telle autonomie ne correspond pas au modèle païen de la femme idéale.

2Ce mémoire est une enquête sur une quinzaine de martyres de femmes à travers quelques récits parvenus jusqu’à nous (les Actes et les Passions de martyrs ainsi que l’Histoire de la persécution vandale, œuvre méconnue de Victor de Vita, évêque chroniqueur de la résistance des catholiques). D’une manière générale, nous nous intéressons à la construction des modèles féminins et aux perturbations des identités de genres que les récits de martyres donnent à voir. Nous avons cherché à éclairer des questions récurrentes ou d'autres laissées de côté dans les recherches précédentes par la mise en perspectives des traditions antiques et bibliques, notamment avec l'appui des études de genre, qui ont considérablement renouvelé outre-Atlantique l'histoire du christianisme ancien.

3Le premier moment de notre démarche est une analyse des valeurs et des qualités qui sont propres aux descriptions de ces femmes engagées dans le martyre : pourquoi les martyres sont-elles souvent faibles, honorables et/ou belles ? La faiblesse, tout d’abord, rend leur vaillance, entendue comme « dépassement de leur sexe », plus glorieuse ; leur statut social élevé souligne ensuite la grandeur exceptionnelle de leur foi, puisque la perte de l’honorabilité dans les condamnations humiliantes, loin d’être une déchéance, devient un acte d’excellence pour Dieu ; la beauté, enfin, permet de magnifier ces vierges pudiques comme les plus nobles « athlètes du Christ ».

4Ensuite, nous nous interrogeons sur les liens et les tensions entre l’identité chrétienne et l’identité familiale et sociale, parce que ces martyres vivent leur engagement sur le mode du conflit, de la rupture avec les solidarités traditionnelles. Nombreuses sont les martyres qui doivent affronter la réprobation de leur famille et surtout de leur père, devant leur volonté de mourir pour leur foi : c’est ainsi que leurs familles et leurs persécuteurs les ramènent régulièrement à leurs rôles de mères, d’épouses ou de filles. Mais un compagnon de circonstance intervient parfois pour partager avec la martyre son combat : ni mari, ni simple frère en religion, cet homme énigmatique, véritable « époux spirituel » accompagne la sainte dans une relation chaste et contractuelle.

5C’est avant tout dans les tortures et dans la mise à mort que le martyre comme acte de foi et d’héroïsme est mis en valeur : nous avons voulu voir si les femmes se différenciaient alors des hommes. Si, fondamentalement, rien ne semble les opposer, c’est dans les rapports au corps que l’on peut déceler des spécificités plus féminines. Ainsi, il est moins fréquent pour une martyre que pour son compagnon masculin de saigner, comme si on désirait conserver un corps intact et inviolé après la mort. Autre singularité féminine : l'accession à la sainteté pour les jeunes vierges est conçue comme un rite de passage, où la martyre affronte seule ses persécuteurs jusqu'à accéder, au bout des pires souffrances, à une reconnaissance éternelle de sa cité.

6Une question traverse toute notre recherche, celle de la virilisation. Il est courant de dire dans l’historiographie, surtout la plus récente revue par les thématiques du genre, que les martyres sont devenues par leur courage telles des hommes. Perpétue ne dit-elle pas dans son dernier songe qu’elle « devint homme » ? Nous avons tenté de reformuler la question en mettant en évidence que la virilisation des martyres est une performance, au sens que lui donne Judith Butler, c'est-à-dire qu’elle se donne avant tout à voir dans des moments particuliers.La voix et la parole participent notamment de ce processus car les martyres, contrairement à l’usage traditionnel, n’hésitent pas, d’une voix claire et puissante, à prendre à partie leurs juges et le public païen venu en masse assister à leur procès et à leur exécution.

7Une nouvelle forme de virilisation apparaît également, celle de mères qui entrent au dernier moment du récit quand leurs fils sont prêts à trépasser. A la fois inspirées des modèles de la Mère maccabéenne et de Marie, ces femmes exhortent, dans une figuration inédite dans la Rome ancienne, leurs fils au courage. La vaillance du fils devient ici une « reconnaissance de dette » pour cette mère qui l’a enfanté et l’a élevé dans la foi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Simon, « Martyres d’Afrique romaine : la féminité et la masculinité au défi des persécutions (IIe-Ve siècles). », Genre & Histoire [En ligne], 6 | Printemps 2010, mis en ligne le 21 juillet 2010, consulté le 28 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1009

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page