Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Prix Mnémosyne

Actrices de l’architecture. Les femmes dans l’exercice professionnel architectural entre 1890 et 1968.

Master 2, Anne-Marie Châtelet dir., Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Versailles/Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, 2009.
Stéphanie Mesnage

Texte intégral

1En France, les femmes ont intégré les écoles d’architecture à la fin du XIXe siècle1 et n’ont cessé depuis d’être présentes dans ces établissements, chaque fois plus nombreuses (en 2006-2007, les femmes représentent 51,5 % des étudiants en architecture à l’échelle nationale2). Mais si nous possédons aujourd’hui quelques éléments de connaissance relatifs à la formation des femmes en architecture, nous n’avons aucune information, en revanche, quant à la manière dont elles ont exercé la profession d’architecte.

2La question des pratiques professionnelles architecturales des femmes est renseignée en partie par les données de l’Ordre des Architectes, organisme crée en 1940 et qui réglemente l’accès à l’exercice de la maîtrise d’œuvre : l’Ordre indique qu’en 2007, 20 % des inscrits sont des femmes3. Mais ces chiffres ne nous renseignent pas sur la réalité de la présence des femmes dans l’exercice de l’architecture puisque tout un ensemble de pratiques professionnelles sont possibles sans inscription à l’Ordre. S’ouvre alors un large champ de recherche œuvrant, d’une part, à la visibilité d’un ensemble de pratiques professionnelles architecturales peu connues au sein desquelles les femmes ont travaillé et d’autre part, à la remise en question de la définition du champ d’exercice de l’architecte par la révélation de pratiques peu étudiées.

3Ce mémoire est un premier regard sur un ensemble de pratiques professionnelles choisies en ce qu’elles constituent des « actes d’architecture » : l’architecte est ici défini par ses pratiques davantage que par son statut (tel l’architecte « diplômé » ou encore l’architecte « inscrit » à l’Ordre). Il s’agit de la méthodologie d’une étude qui aura pour ambition de renseigner les pratiques professionnelles de toutes les femmes qui ont exercé l’architecture entre 1890 et 1968, en mettant en place une base de données prosopographique. Cette dernière permettra de croiser des informations individuelles et des informations transversales, plus statistiques, qui nous permettront d’aborder les questions suivantes : Dans quelles sphères de l’architecture les femmes ont-elles exercé ? Comment se sont-elles introduites dans ces milieux ? Le choix de la période d’étude correspond à une volonté de s’intéresser en premier lieu à l’époque des « pionnières », la période de féminisation de la profession semblant se situer au début des années 704.  

4L’objet de ce mémoire est en premier lieu de fabriquer une méthode qui permette d’identifier les femmes qui ont exercé l’architecture et de repérer des sources qui nous renseignent précisément sur leurs activités : le mémoire présente les différentes « strates » d’étude envisagées. Il apparaît alors possible d’étudier l’activité des femmes en architecture en analysant les médias de l’architecture, les archives des services ou organismes au sein desquels les architectes ont travaillé (les services des Monuments Historiques, par exemple), les archives des associations et des sociétés professionnelles d’architectes, les permis de construire déposés au cours de cette période ; mais le développement de l’étude révèlera probablement d’autres sources.

5Quelques pistes de réflexion apparaissent : nous avons pu remarquer, dans l’ensemble des pratiques observées, que les femmes avaient été présentes mais souvent dans de très faibles proportions. Rien n’était formulé explicitement à l’encontre de leur intégration mais un ensemble de facteurs tacites semble avoir opéré : l’héritage de la figure de l’architecte-artiste formé aux Beaux-arts, le système d’enseignement, la culture des ateliers, les efforts centenaires des architectes pour se départir des entrepreneurs et du monde du bâtiment... C’est aussi pour comprendre les facteurs d’invisibilité des femmes en architecture que cette recherche est réalisée.

6Entre histoire architecturale et histoire sociale, se dessine une étude qui permettra de connaître les parcours des femmes en architecture et de mieux comprendre ce qui a déterminé leur orientation professionnelle : une histoire des actrices de l’architecture, de leurs parcours et de leurs réalisations qui viendra enfin contrebalancer l’histoire connue des acteurs. C’est aussi l’émergence des réalités de la profession d’architecte qui se joue, venant ainsi renouveler le regard que chacun porte sur la profession d’architecte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Mesnage, « Actrices de l’architecture. Les femmes dans l’exercice professionnel architectural entre 1890 et 1968. », Genre & Histoire [En ligne], 6 | Printemps 2010, mis en ligne le 21 juillet 2010, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1007

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page