Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Prix Mnémosyne

Violences sexuelles et sexuées dans les années 1960-1970.

Master 2, Paul Pasteur et Anne-Sophie Perriaux dir., Université de Rouen, 2009.
Clémence Dachicourt

Texte intégral

1Aborder le thème des violences sexuelles et sexuées, c’est toucher à des schèmes de pensées différents, à des domaines et des notions variés, cela met en jeu des interprétations parfois contradictoires. Et pourtant, assez paradoxalement, ce thème si difficile à circonscrire est souvent présenté comme simple, univoque, allant de soi, remplacé parfois abusivement dans le langage courant par le mot viol. Les violences sexuelles sont des agressions en rapport avec la sexualité de l’agresseur et de l’agressée, ce sont parfois des attitudes, mais surtout des actes, des pratiques sexuelles, infligées à une personne qui les refuse. Pour les imposer, l’agresseur a recours à la force physique, aux brutalités, voire aux tortures, aux menaces, ou encore à la persuasion ou au chantage affectif ; il peut également user de son pouvoir lorsqu’il est en position d’autorité. Les violences sexuées, que l’on pourrait traduire par « violences genrées », peuvent, tout comme les violences sexuelles, se manifester sous forme d’agressions verbales, psychologiques, physiques ou sexuelles. Associer les deux termes, parler de violences sexuelles et sexuées, permet d’introduire la notion de pouvoir, de penser les relations hétérosexuelles en terme de domination. Car étudier ce type de violences, ce n’est pas seulement analyser ce que font les corps, mais aussi les significations attachées par les acteurs à leurs pratiques. L’objectif de cette étude est alors double : montrer l’originalité des violences sexuelles par rapport à d’autres types de violences, une originalité dans leurs natures, mais aussi dans les significations qui peuvent leur être attachées ; et comprendre comment ces violences sexuelles sont appréhendées par différents acteurs à une période donnée, et comment cette perception peut évoluer. Le choix de la période 1960-1980, de ce point de vue, n’est pas fortuit puisque le mouvement des femmes qui se développe durant ces années introduit un changement dans l’appréciation des violences sexuelles sur les victimes adultes : en marquant une volonté d’affranchissement, le mouvement des femmes met en perspective une domination masculine et fait prendre conscience d’une oppression invisible, d’une « violence symbolique » dont la brusque mise en lumière déplace les sensibilités, et rend la violence masculine « réelle » d’autant plus inacceptable. Plus généralement, on observe, à partir des années 1960, une mutation des rapports amoureux, avec le développement du flirt et un rapport différent à la sexualité (libération de la parole, libération visuelle, arrivée de nouveaux contraceptifs, légalisation de l’avortement), et l’on peut se demander dans quelle mesure cette liberté a affecté la sexualité et les comportements sexuels, en particulier des hommes. L’augmentation supposée durant la période des violences sexuelles peut alors être perçue comme un révélateur des tensions internes des sociétés française et internationale. Le mémoire lui-même s’articule en trois temps. Dans une première partie, il met en évidence la tradition judéo-chrétienne qui influe sur la perception des violences sexuelles de la part des acteurs de la scène judiciaire et de la mass media. L’érosion de la pudeur privée et publique au début de la période est également analysée, en lien avec la hausse des chiffres des violences sexuelles durant ces « années érotiques ». La question est alors de savoir comment la justice dite « bourgeoise », chargée de défendre la société et sa moralité, appréhende l’évolution des mœurs à la fin des années 1960 et au début des années 1970. La seconde partie revient sur la « ré-invention » des violeurs et de la mécanique du crime à travers des études d’affaires et les différentes hypothèses avancées par les chercheurs durant ces vingt années, des hypothèses qui évoluent souvent au rythme des idéologies dominantes dans la société et dans la sphère politique. Enfin, la troisième partie analyse plus spécifiquement la fin des années 1970, période durant laquelle féministes et parlementaires ont posé les violences sexuelles et sexuées comme un véritable problème socio-politique. Le thème du viol a alors un écho international, et cette publicité entraîne une appropriation du débat par les hémicycles qui ont, de manière unilatérale, initié une réforme législative. Les débats qui ont alors cours dans le monde politique sont, en quelque sorte, une caisse de résonance intégrant des éléments divers mais toujours en lien avec le débat de société qui se joue dans les médias et le mouvement des femmes. Le cas français est, sinon exemplaire, tout du moins éclairant, il permet de comprendre les enjeux idéologiques d’une « redéfinition » du viol et des violences sexuelles en général, et plus largement de la soumission de la sexualité à la loi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémence Dachicourt, « Violences sexuelles et sexuées dans les années 1960-1970. », Genre & Histoire [En ligne], 6 | Printemps 2010, mis en ligne le 29 juin 2010, consulté le 26 juillet 2014. URL : http://genrehistoire.revues.org/1003

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page